Navigation – Plan du site

Annexe 1 : Pourquoi s’en tenir à l’étude des « organisateurs de l’évaluation » ? Présentation de la population enquêtée

Joël Laillier et Christian Topalov

Texte intégral

1On entend dans cette étude par « organisateurs de l’évaluation » en SHS :

2– au CNU, les membres des bureaux des sections les sections n° 1 à 24 et, en outre, sur les sections « interdisciplinaires » 70 à 74 ;

3– au CoNRS, les membres ses bureaux des sections n° 31 à 40 ; les membres des conseils scientifiques de l’Institut des sciences humaines et sociales (INSHS) et de l’Institut de l’environnement (INEE) ;

4– à l ‘AERES, les délégués scientifiques du secteur des SHS ;

5– à l’ANR, les responsables de programme ; les présidents des comités d’évaluation et des comités de pilotage des programmes SHS.

  • 1 La composition des comités d’évaluation et de pilotage de l’ANR, à notre connaissance, n’est pas pu (...)

6Notre parti d’étudier les « organisateurs de l’évaluation » plutôt que l’ensemble des acteurs impliqués dans les procédures demande à être justifié. Des obstacles d’ordre pratique s’opposaient à la seconde option : d’une part, notre méthode prosopographique impliquait une étude individuelle des carrières, ce qui ne pouvait être réalisé que sur des populations de taille limitée ; d’autre part les listes des « experts » des agences n’étaient pas disponibles, ou très malaisément1. Toutefois, la raison principale de notre choix repose sur une considération d’un autre ordre : les nombreux « experts » des agences et le groupe restreint des organisateurs ne jouent nullement un rôle identique. Dans les systèmes d’évaluation par expertise externe, ceux qui nomment les « experts », fixent les référentiels qu’ils doivent mettre en oeuvre et supervisent le déroulement et les résultats de leur travail, jouent un rôle fondamental : c’est ce qui fait qu’il peut être pertinent de centrer l’étude de l’AERES et de l’ANR sur cette population particulière.

7C’est pour la même raison que les quatre populations d’étude que nous avons constituées ne sont pas strictement comparables. Dans les systèmes d’évaluation collégiale, en effet, le pouvoir de ceux qui organisent les opérations est bien moindre – pour la raison majeure qu’ils ne nomment pas les évaluateurs et qu’en outre ceux-ci débattent et décident collectivement de leurs critères et procédures. Pour le CNU et le CoNRS, il nous a donc fallu définir des fonctions qui ne pouvaient être identiques, mais seulement analogues à celles des organisateurs de l’évaluation de l’AERES et de l’ANR. Comme ces derniers, les membres des bureaux des sections de ces instances choisissent les rapporteurs et veillent au respect des procédures, mais la similitude des fonctions s’arrête là.

8L’autre question qu’il nous a fallu résoudre était celle de définir qui pouvait être considéré comme « organisateurs de l’évaluation » dans les agences. Sur ce point, ce sont des considérations d’ordre pratique qui ont tranché. À l’AERES, nous avons retenu les seuls « délégués scientifiques », mais il pouvait être envisagé de prendre en compte aussi les présidents des « comités d’experts » – que nomment les « délégués scientifiques » et qui rédigent une première version du rapport sur l’entité évaluée, rapport soumis ensuite aux « réunions de restitution » puis au conseil de l’agence qui l’adopte en dernière instance. Cela aurait augmenté à l’excès la taille de la population à étudier et aurait logiquement entraîné d’inclure aussi dans l’étude les rapporteurs au CNU et CoNRS – c’est-à-dire la quasi-totalité des membres des sections. À l’ANR, nous avons pris en compte les « responsables de programme » et les présidents des « comités d’évaluation » et « de pilotage », parce qu’ils interviennent à des étapes cruciales du processus de sélection des projets. Nous avons écarté les « chargés de mission scientifiques », qui ne participent pas, en principe, aux décisions. La seule extension envisageable aurait été à l’ensemble des membres des comités scientifiques et des comités de pilotage, mais cela aurait conduit, là encore, à retenir aussi l’ensemble des membres des sections du CNU et du CoNRS.

9Nos choix ont abouti, croyons-nous, à sélectionner des personnes jouant un rôle suffisamment analogue dans leurs institutions respectives pour pouvoir faire l’objet d’une comparaison. En outre, le volume des populations à étudier restait raisonnable et d’un même ordre de grandeur pour les différentes institutions.

10En outre, les périodes d’observation étaient suffisamment contemporaines. Notre date de référence étant 2012, nous avons retenu les délégués scientifiques de l’AERES entrés en fonction depuis 2009 (soit 2009-2013) et les organisateurs de l’évaluation à l’ANR depuis 2007 (soit 2007-2012). Nous avons retenu les mandats 2011-2015 pour le CNU, 2012-2016 pour les sections du CoNRS, 2010-2014 pour les conseils scientifiques d’institut du CNRS. Les légers décalages des périodes d’observation sont sans importance du point de vue morphologique qui est le nôtre.

Haut de page

Notes

1 La composition des comités d’évaluation et de pilotage de l’ANR, à notre connaissance, n’est pas publiée. Les noms des présidents de comités d’experts et des experts de l’AERES figurent sur les rapports concernant les différentes entités évaluées, mais ces rapports doivent être consultés individuellement pour constituer des listes, ce qui était hors de notre portée. C’est la raison pour laquelle il ne nous est pas possible de donner une description statistique, même sommaire, de l’ensemble des personnes impliquées dans les évaluations de ces deux agences. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Laillier et Christian Topalov, « Annexe 1 : Pourquoi s’en tenir à l’étude des « organisateurs de l’évaluation » ? Présentation de la population enquêtée », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 16 janvier 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3119

Haut de page

Auteurs

Joël Laillier

Articles du même auteur

Christian Topalov

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page