Navigation – Plan du site

De l’hétérogénéité des classes populaires (et de ce que l’on peut en faire)

On the heterogeneity of the working classes (and how this can be addressed)
Joanie Cayouette-Remblière

Résumés

S’il est possible de définir les classes populaires comme celles et ceux qui sont situés dans une position sociale dominée et qui présentent des caractéristiques culturelles à l’écart des normes sociales dominantes, il est plus difficile de tracer une frontière entre les familles qui relèvent de la catégorie et celles qui en sont exclues. De même, l’homogénéité des classes populaires est empiriquement infirmée et la catégorie ne peut plus être appréhendée qu’au pluriel. Partant de ces constats et s’appuyant sur une démarche élaborée lors d’une recherche sur les trajectoires scolaires des élèves de classes populaires, cet article défend une sociologie de l’articulation. De fait, après avoir reconstitué l’espace des positions sociales au moyen des variables professionnelles, géographiques, familiales et économiques présentes dans les dossiers scolaires, il propose d’approcher les classes sociales au moyen de configurations de positions sociales qui englobent d’un seul tenant une multitude de variables ainsi que leur modalité d’articulation. Ainsi sont construits un pôle cité [familles immigrées], un pôle cité [familles fragilisées], une « élite ouvrière », des « familles populaires entre‑deux » et une « petite fonction publique », distincts des classes moyennes et supérieures. Ces configurations rendent intelligibles la diversité des modalités de socialisation familiale – et leurs contradictions – ainsi que la pluralité des trajectoires scolaires des élèves de classes populaires.

On the heterogeneity of the working classes (and how this can be addressed)

While it is possible to define the working classes as those that occupy a subordinate social position and whose cultural characteristics differ from those of the dominant social norms, it is more difficult to draw a line between families who fall into this category and those that do not. Likewise, empirical evidence shows that the working classes are by no means homogeneous, and the category must now be addressed in all its plurality. Starting from these observations and adopting an approach developed in research on the educational careers of working‑class students, this article argues for a sociology of interconnection. After reconstituting the space of social positions by means of occupational, geographic, familial and economic variables provided by the students’ school files, the aim is to approach the social classes via configurations of social positions that each encompass a multitude of variables and their interconnections. The following configurations, all distinct from the middle and upper classes, are constructed: “pôle cité [familles immigrées]”, or the cité group [immigrant families]; “pôle cité [familles fragilisées]”, or the cité group [unstable families]; “élite ouvrière”, or the blue‑collar elite; “familles populaires entre‑deux”, or the in‑between working‑class families; and “petite fonction publique”, or junior civil servants. These configurations give greater intelligibility to the diverse modes of family socialization (and their contradictions) and the varied school careers of working‑class students.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . La même tendance peut être notée en ce qui concerne les États‑Unis où, depuis la fin des années 1 (...)

1Une démarche des plus classiques en sociologie consiste à étudier des pratiques, représentations ou situations en fonction de la classe sociale des individus. Ce travail implique cependant toute une série de choix méthodologiques dès qu’il s’agit de l’appliquer empiriquement. Si l’on peut s’accorder avec Olivier Schwartz (1998) pour définir la notion de « classes populaires » comme renvoyant à la fois à une position sociale dominée et à des « formes de séparation culturelle », la caractérisation pratique des individus appartenant à la catégorie demeure complexe. En France, la profession, souvent codée selon la nomenclature des PCS (professions et catégories sociales), est alors couramment utilisée (Desrosières & Thévenot, 2002). Par exemple, Yasmine Siblot et ses collègues (2015) mobilisent les catégories « ouvrier » et « employé » pour dessiner une « photo de classe », alors que Dominique Goux et Éric Maurin (2012) réduisent l’étude des « classes moyennes » à l’analyse des « professions intermédiaires1 ». Or, dans certains cas, notamment lorsqu’il s’agit d’expliquer des trajectoires scolaires d’enfants et d’adolescents, la profession – fut‑elle du père – n’apparaît pas suffisante. Le développement de l’activité féminine, l’hétérogénéité des quartiers de résidence, la diversité des histoires migratoires, les carrières inégalement stables ou encore la variété des formes familiales ne sont que quelques‑uns des arguments pouvant plaider en faveur d’une prise en compte plus globale de la classe sociale.

2Au cours d’une recherche doctorale portant sur les trajectoires scolaires des élèves de classes populaires (Cayouette‑Remblière, 2013), j’ai construit un outil méthodologique dont l’objectif était d’appréhender d’un seul tenant plusieurs variables de positions sociales ainsi que leur modalité d’articulation, afin de caractériser socialement les familles des élèves. Cet article est l’occasion de discuter l’intérêt ainsi que les modalités de construction et d’usage de ce que j’ai appelé des « configurations de positions sociales ».

3Cet article est construit autour de quatre objectifs. Le premier est de nature méthodologique : revenir sur une construction particulière d’enquête est l’occasion de porter un regard réflexif sur ce qui, au cours de la recherche, renvoyait tout autant à des choix réfléchis et assumés qu’à la mise en pratique d’une certaine « imagination » méthodologique. Le second est socio-démographique : les données ici exploitées renseignent sur l’hétérogénéité des classes populaires en France au début des années 2000, à partir du cas des familles ayant un enfant intégrant un collège public. La typologie donne ainsi à voir au lecteur la variété des positions auxquelles renvoie aujourd’hui la large catégorie de « classes populaires ». Le troisième objectif concerne directement l’objet de recherche initial : la démonstration ne sera complète que si l’on démontre que l’outil méthodologique rend intelligible la diversité des histoires scolaires au sein même des classes populaires. Enfin, l’ambition est également théorique puisqu’il s’agit de défendre l’articulation des variables contre le point de vue économétrique sur le monde social.

4En effet, la démarche qui consiste à construire des « configurations de positions sociales » s’appuie sur une conviction forte dont l’origine est à trouver dans une tentative de réconciliation des visions statistique et ethnographique. Plutôt que de mener des analyses « toutes choses égales par ailleurs », j’ai cherché à prendre au sérieux la complexité du monde social qui se donne à voir à l’ethnographe, sans renoncer aux analyses quantifiées. Aussi, par exemple, le fait que les variables de positions sociales soient liées les unes aux autres est souvent interprété comme un obstacle statistique – nommé biais d’endogénéité – à corriger pour mettre en œuvre des régressions. Or, plutôt que de neutraliser la complexité du monde social, le regard ethnographique invite à intégrer l’articulation des variables au cœur de l’analyse statistique.

  • 2 . Tous les noms de lieux ont été anonymisés.

5La recherche sur laquelle s’appuie cet article présente une spécificité qu’il faut présenter d’emblée : il s’est agi d’étudier statistiquement des trajectoires scolaires sur terrain localisé. Concrètement, l’enquête a consisté à reconstituer les parcours scolaires de deux cohortes d’élèves (soit 530 individus) entrés en classe de sixième en 2001 et 2002 dans deux collèges d’une ville moyenne de banlieue parisienne nommée Vimont2, au moyen de leur dossier scolaire. Contrairement aux enquêtes statistiques sur échantillon à visée représentative, cette recherche prend le parti du localisme, sans pour autant renoncer à donner à ses résultats une portée générale (Élias & Scotson, 1997 [1965] ; Schwartz, 1990 ; Beaud, 2003 ; Levine‑Rasky, 2008 ; Cartier et al., 2008).

6Les auteurs du Métier de sociologue écrivaient dès 1968 que l’échantillonnage au hasard – à l’instar des enquêtes statistiques sur échantillon représentatif – anéantit tout objet de recherche en lien avec la structure des groupes puisque les individus en sont extraits. Ainsi notent‑ils que cette technique qui se dit neutre engage en fait une théorie implicite du social, celle qui le conçoit comme une « masse atomisée » (Bourdieu et al., 1968). Au contraire, l’enquête localisée permet d’inscrire les carrières scolaires dans les territoires précis ainsi que les établissements et les classes scolaires au sein desquels elles se réalisent. En outre, l’enquête localisée gagne en finesse dans le recueil et la maîtrise des variables et autorise à articuler les résultats statistiques avec des entretiens et observations recueillis sur le même terrain.

7Comme toute démarche, l’enquête localisée se heurte également à des limites qu’il convient de mentionner dès l’introduction. Le registre de la montée en généralité ne peut être de même nature que celui défendu par les utilisateurs d’enquêtes par échantillon. Au contraire, la question de la généralisation des conclusions se pose ici dans des termes proches de ceux qu’implique l’ethnographie : grâce à des observations fines et contextualisées, l’enquête localisée a, certes, vocation à éclairer des processus qui se déroulent ailleurs que sur le terrain d’enquête ; dans le même temps, les résultats doivent être rapportés aux spécificités du contexte local et la généralisation, restée prudente.

8Notre propos se déroulera en quatre temps. Nous étudierons d’abord l’hétérogénéité des classes populaires telle qu’observée au moyen des variables à notre disposition. Nous présenterons ensuite les modalités de construction des configurations. Nous détaillerons dans une partie suivante les cinq configurations pouvant appartenir – au sens large – aux classes populaires. Nous présenterons dans un dernier temps la vertu heuristique de ces catégories en l’utilisant comme outil d’analyse des trajectoires scolaires.

Encadré 1. Des données scolaires aux données sociales

L’enquête réalisée entre 2009 et 2012 a visé la reconstitution des trajectoires scolaires d’une population de 530 élèves, au moyen de leur dossier scolaire. Ces grandes chemises renferment de riches informations sur les élèves : outre les bulletins trimestriels de la sixième à l’éventuel accès au baccalauréat, ces dossiers rassemblent des données sur le primaire, des traces des processus d’orientation et la correspondance école/famille, entre autres, auxquelles s’ajoutent des fiches de renseignement socio‑administratifs. Dans cet article, ces données seront utilisées pour ce qu’elles donnent à voir de la variété des milieux sociaux dans lesquels vivent les élèves. Il s’agit donc de partir de données renseignées par rapport à l’élève pour caractériser sa famille. Si ce tour de force est possible, c’est parce que les éléments caractérisant socialement la famille de l’élève sont nombreux et variés : on y trouve une fiche de renseignement remplie par les parents chaque année – soit pendant sept ans en moyenne – sur laquelle sont notés la profession des deux parents, la situation familiale, le statut de boursier ou non ainsi que l’adresse notamment. Puisque toutes ces déclarations impliquent des actes pratiques – la situation professionnelle des parents s’accompagne du numéro de téléphone au travail ; l’adresse implique la correspondance avec l’école… –, nous faisons l’hypothèse que les fausses déclarations y sont rares. Un autre intérêt de l’usage de données administratives est qu’il est possible d’avoir accès à une population exhaustive, contrairement aux enquêtes par questionnaires confrontées au problème de la non réponse, voire de l’attrition lorsqu’elles sont, comme ici, longitudinales. S’il présente ces avantages indéniables, le mode de recueil des données explique par ailleurs deux limites. La première a trait aux informations disponibles : dans ces dossiers, nulles traces du niveau de diplôme des parents ou encore des pays de naissance de ceux‑ci, autant de déclarations que peut recueillir une enquête par questionnaire. La seconde renvoie à la délimitation de la population ainsi étudiée : ce ne sont pas toutes les classes populaires qui y sont représentées, mais les familles populaires ayant un enfant qui entre dans un collège public.

L’exploitation de ces matériaux a donné lieu à la construction d’une base de données nommée Cohortes, dont les modalités de construction à la fois statistiques et ethnographiques ont été détaillées par ailleurs (Cayouette‑Remblière, 2011). Cette base de données a été complétée par une enquête ethnographique articulant entretiens, observations et travail sur archives. Seront ici principalement évoqués les entretiens avec les (anciens) élèves de la base Cohortes, réalisés lorsque ceux‑ci avaient 20‑21 ans.

Entre persistance de la domination et hétérogénéité des classes populaires

9L’année 1990 marque un tournant dans l’appréhension de ce que l’on appelle aujourd’hui les « classes populaires ». Faisant suite à une tradition marxiste qui incitait à unifier – voire à recréer – un monde ouvrier à partir d’une vision héroïque et masculine du travail (Pialoux & Weber, 2002, p. 12), deux ouvrages publiés en cette année (Schwartz, 1990 ; Terrail, 1990) rompent avec cette « fiction unitaire » (Mischi & Renahy, 2007) qu’était la classe ouvrière. Parallèlement, toujours en 1990, Alain Chenu s’attache à montrer la diversité des situations des employés, en mobilisant la métaphore de l’archipel. Ces travaux montrent que, malgré la persistance des inégalités de conditions d’existence et des rapports de domination, il n’est plus possible de parler ni d’une classe ouvrière unifiée ni des employés de façon générale. Segmentés, divisés et tiraillés entre leurs différentes fractions, les salariés subalternes ne peuvent plus être appréhendés que par un pluriel, celui des « classes populaires ».

10La démarche qui consiste à prendre en compte différentes variables de positions sociales – dont la profession – pour définir socialement les familles des élèves étudiés répond à cet impératif de mettre en pratique le pluriel des catégories « ouvrier » et « employé », tout en ne négligeant pas ce qui les distingue des classes moyennes et supérieures.

Des professions…

  • 3 . Par exemple, à Vimont, le salaire horaire net des CPIS est de 23,90 euros, contre 14,40 euros pou (...)
  • 4 . Ces déclarations en clair ont toutes été recodées par mes soins. Si un parent se déclare d’abord (...)
  • 5 . Distinguer les enseignants se justifie eu égard à l’objet d’étude de la thèse et à la spécificité (...)

11Pour caractériser socialement les familles des élèves étudiés, le premier outil du sociologue est l’activité professionnelle des parents. Pour ce faire, les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), en tant qu’indicateurs de positions inégales informant sur les inégalités de revenus3, de diplômes, d’expérience professionnelle, d’autonomie au travail, de mortalité prématurée, de pratiques culturelles et de loisirs notamment constituent, en dépit de leurs imperfections, un outil à la fois solide et pertinent (Coutrot, 2002 ; Amossé, 2013). Les 1004 premières déclarations4 effectuées par l’ensemble des parents (pères et mères) sont ainsi regroupées en six catégories qui seront par la suite mobilisées dans l’analyse : enseignants5 (7 % des parents), cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS, hors enseignants) (16 %), professions intermédiaires (hors professeurs des écoles) et petits indépendants (artisans et commerçants) (27 %), salariés d’exécution qualifiés (22 %), salariés d’exécution non qualifiés (19 %) et sans profession (9 %).

  • 6 . Michel Verret (1988) employait déjà le terme pour regrouper employés et ouvriers.
  • 7 . Nous ne nions pas que la distinction entre employés et ouvriers reste pertinente dans certains ca (...)

12Même si les PCS sont des indicateurs largement utilisés et diffusés, arrêtons‑nous sur un choix spécifique que j’ai opéré pour réaliser ces catégories. Pour plus de finesse dans l’analyse des catégories populaires, j’ai préféré, d’une part, regrouper employés et ouvriers sous l’appellation « salariés d’exécution6 », et d’autre part, distinguer ceux‑ci selon leur qualification. Ce choix s’appuie sur le constat d’un rapprochement entre employés et ouvriers (voir notamment Amossé & Chardon, 2006 ; Alonzo & Hugrée, 2010 ; Siblot et al., 2015), les critères de distinction entre l’une et l’autre catégorie pouvant être considérés à certains égards « obsolètes » (Chenu, 1990). L’option est également un moyen de contourner le fait que, par construction, les hommes salariés d’exécution sont pour la plupart ouvriers, les femmes de cette catégorie étant le plus souvent employées7. Il s’agit donc de suivre Thomas Amossé et Olivier Chardon qui, reprenant la distinction inhérente aux PCS entre ouvriers qualifiés et non qualifiés – fondée sur quatre critères homogènes : type d’activité, autonomie, responsabilité, connaissances requises –, proposent une distinction fine entre employés qualifiés et non qualifiés, s’appuyant sur la nécessité ou non de posséder une formation spécifique en début de carrière.

  • 8 . Suivant le recensement de la population, INSEE, 1999.

13À l’aide de ces larges catégories, on observe que la répartition des emplois de la population des parents s’approche de la moyenne nationale8, à l’exception du fait que les agriculteurs sont absents de cette commune francilienne. Selon la définition large couramment retenue (mais ici provisoire) des classes populaires qui regroupe employés, ouvriers et sans emploi, la moitié des parents d’élèves appartiennent à cette catégorie.

…aux couples….

14Dès 1984, Alain Desrosières invitait à étudier les milieux sociaux non seulement au niveau individuel mais à l’échelle des ménages. Dans son sillage, on souhaite glisser d’un raisonnement en termes de catégories socioprofessionnelles par individu (parent) vers une caractérisation des familles. L’étape suivante consiste donc à croiser les professions des pères et des mères, puisque « la forme de l’association entre la profession de l’homme et celle de la femme devient une dimension majeure des rapports de classes » (Baudelot & Establet, 2005, p. 40).

15L’étude du tableau 1 atteste d’un double mouvement. D’un côté, il confirme, au niveau local, l’importance de l’homogamie sociale, à tous les niveaux de la hiérarchie sociale. La diagonale qui se dessine indique que les pères et mères se situent le plus souvent dans des catégories socialement voisines. De l’autre côté, des différences se font jour, notamment au sein des salariés d’exécution et sans emploi. Prenons par exemple les pères salariés d’exécution qualifiés. Certains partagent la parentalité avec une femme également salariée d’exécution qualifiée (33 %) ; leur situation (économique, familiale, résidentielle…) diverge certainement de celle de ceux dont la conjointe est sans emploi (21 %).

16Les données renseignent également sur le sens de l’hétérogamie sociale. Cette analyse étant étroitement dépendante des catégories utilisées (Bouchet-Valat, 2014), la comparaison avec d’autres enquêtes s’avère difficile. Néanmoins, on peut constater que, avec les catégories retenues, 37 % des enfants ont deux parents dont les emplois peuvent être considérés égaux dans la hiérarchie sociale, 46 % ont un père dont l’emploi est hiérarchiquement supérieur à celui de la mère, et (seuls) 17 % sont dans la situation inverse.

Tableau 1. Qui se ressemble s’assemble. Profession du père et profession de la mère (en % ligne)

Profession de la mère

Profession du père

Enseignantes (tous niveaux)

CPIS (hors enseignants)

Professions intermédiaires, commerçants ou artisans

Salariées d’exécution qualifiées

Salariées d’exécution non qualifiées

Sans profession

Total

Enseignants (tous niveaux)

54

23

19

4

100

(n=26)

CPIS (hors enseignants)

14

24

30

14

10

8

100

(n=109)

Professions intermédiaires, commerçants ou artisans

7

9

31

20

22

11

100

(n=147)

Salariés d’exécution qualifiés

2

4

15

33

25

21

100

(n=112)

Salariés d’exécution non qualifiés

3

1

13

16

43

24

100

(n=68)

Sans profession

5

26

26

42

100

(n=19)

Père absent

6

4

34

28

26

2

8,9 %

(n=47)

Total

9

(n=47)

10

(n=52)

24

(n=126)

21

(n=112)

22

(n=117)

14

(n=74)

100

(n=528)

Source : Base Cohortes

Lecture : 54 % des élèves ayant un père enseignant ont une mère enseignante, alors que dans la population totale, seuls 9 % des élèves ont une mère enseignante.

Significativité : Significatif au seuil de 1 sur 10 000.

…à la classe sociale

17Hormis la profession des deux parents, d’autres informations sur les familles doivent être mobilisées afin de traiter plus finement la classe sociale. C’est pourquoi ont également été exploitées les données sur la situation familiale, le nombre d’enfants dans la fratrie, l’adresse, le prénom, le secteur (public/privé) des emplois déclarés ou encore la stabilité professionnelle des parents. De nouveau, ces variables laissent apparaitre la persistance d’une large catégorie « classes populaires » et l’hétérogénéité de ce groupe.

18C’est ce que montre d’abord l’étude de la situation familiale (tableau 2). D’une part, elle varie en fonction de la profession des parents : les mères salariées d’exécution ont plus de chances que les autres de ne plus être en couple avec le père de l’élève étudié au moment où celui‑ci quitte l’enseignement secondaire. Ce tableau laisse, d’autre part, entrevoir des lignes de fracture au sein des classes populaires entre les familles où les deux parents restent présents et celles qui vivent les conséquences d’un divorce ou d’une séparation.

Tableau 2. Stabilité du couple et profession de la mère

Professions de la mère

Part des mères n’étant plus en couple avec le père de l’enfant (%)

Enseignantes

17

CPIS (hors enseignantes)

24

Professions intermédiaires administratives, commerçantes ou techniciennes

19

Professions intermédiaires de la santé ou du travail social

29

Salariées d’exécution qualifiées

37

Salariées d’exécution non qualifiées

32

Sans emploi

18

Source : Base Cohortes.

Lecture : 17 % des mères enseignantes déclarent ne plus être en couple avec le père de l’enfant.

19L’étude du rapport à l’immigration va dans le même sens. Contrairement à la situation familiale, pour laquelle nous disposions d’une déclaration dans les dossiers scolaires, j’étais ici face à un « vide déclaratif ». En effet, ni la nationalité ni le lieu de naissance des élèves n’apparaissaient comme une information distinctive puisque seuls 6 % des élèves ne possèdent pas la nationalité française, et 4 % sont nés à l’étranger. Or les prénoms des élèves indiquaient qu’environ un tiers d’entre eux appartient à la catégorie des descendants d’immigrés. Aussi, s’ils ne se comportent pas comme les immigrés, ni à l’École, ni sur le marché du travail, les descendants d’immigrés ne se confondent guère pour autant avec les nationaux (Bèque, 2004). Plutôt que d’ignorer l’histoire migratoire potentielle des familles étudiées, j’ai donc choisi de construire un indicateur artisanal, à partir des seuls éléments qui étaient à ma disposition.

  • 9 . Comme le dit G. Felouzis, le prénom « ne permet que d’approcher la réalité sans la saisir entière (...)

20Ainsi, en l’absence d’informations sur la nationalité et l’histoire migratoire des parents, j’ai tenté d’approcher le rapport à l’immigration grâce à l’origine culturelle du prénom de l’enfant, à l’instar de Georges Felouzis (2003). Par cet indicateur9, il s’agit de rendre compte à la fois de l’origine migratoire – donnée objective – grâce à une classification par zone géographique, mais également de l’ethnicité – donnée subjective – puisque, le choix du prénom étant en lui‑même un acte social (Coulmont, 2011), le choix d’un prénom d’origine étrangère informe – en partie – sur l’ethnicité des parents. En cela, cette variable ne caractérise pas les individus directement en fonction de leur histoire migratoire, mais selon leur façon de vivre telle ou telle origine migratoire. Les études sur le choix des prénoms des immigrés (Arai et al., 2009 ; Valetas & Bringé, 2009), en montrant que le choix d’un prénom est lié à l’histoire migratoire tout comme aux conditions de l’intégration dans le pays d’accueil, nous confortent dans le choix de cet indicateur.

  • 10 . Définition du dictionnaire Le Robert citée et soulignée par G. Felouzis, 2003, p. 418.

21Une variable à six modalités a donc été créée. Elle distingue les prénoms dits « autochtones » – c’est‑à‑dire, des personnes « qui sont issues du sol même où ils habitent, qui sont censées n’y être pas venues par immigration10 » – (66 % de la population) des prénoms d’origine maghrébine (14 %), africaine (4 %), asiatique (4 %), européenne (hors prénoms français) (8 %) et des prénoms mixtes ou inclassables (4 %).

  • 11 . Il est impossible de mener un test de khi‑deux croisant profession du père (ou, à défaut, de la m (...)

22La variable est fortement corrélée à la profession des parents11. D’un côté, les enseignants, CPIS ainsi que les professions intermédiaires administratives, de la santé et du travail social nomment très majoritairement leur enfant d’un prénom autochtone. De l’autre, les salariés d’exécution et parents sans emploi sont rejoints par les techniciens, agents de maîtrise, artisans et commerçants : ils se caractérisent par une plus forte fréquence des prénoms allochtones. D’une façon plus large, on observe donc que les classes populaires se distinguent de nouveau des autres catégories, par la place qu’y tient l’immigration dans l’histoire de ses membres (Kergoat, 1973 ; Noiriel, 1992 ; Sayad, 2006 [1992]) ; dans le même temps, la prise en compte de l’origine culturelle du prénom produit, une fois encore, de l’hétérogénéité au sein des classes populaires. Puisqu’il a par ailleurs déjà été montré que le rapport à l’immigration est une caractéristique clivante au sein de ce groupe social, certains s’y raccrochant pour construire leur respectabilité (Beaud, 1994 ; Collovald & Schwartz, 2006), il nous est impossible de l’ignorer dans la suite de l’analyse.

  • 12 . Ces déclarations sous‑estiment cependant les risques de chômage ou d’inactivité puisqu’elles n’on (...)

23La situation à l’égard de l’emploi atteste une fois encore de la persistance de la domination, d’une part, et des processus de segmentation des classes populaires, d’autre part. Sur ce point, nos données présentent l’originalité de prendre en compte non seulement la profession des parents mais également son évolution tout au long de la trajectoire scolaire de l’enfant. Par rapport aux enquêtes nationales, cette information autorise un point de vue différent sur les risques de chômage en fonction de la catégorie socioprofessionnelle. Alors que l’INSEE présente le plus souvent une photographie de la situation à un temps t en faisant le lien entre la dernière profession déclarée et la situation professionnelle actuelle, les dossiers scolaires permettent, sur une durée de sept années en moyenne, de repérer les périodes de chômage ou d’inactivité déclarées12. On observe, sur nos données, que près de 9 % des pères alternent entre périodes d’emploi et de non emploi. Or, cette proportion est nulle ou quasi nulle pour les enseignants et cadres alors qu’elle frôle les 20 % pour les salariés d’exécution non qualifiés (tableau 3). Ainsi, nos données démontrent de nouveau l’intérêt de complexifier l’étude de la question sociale en prenant en compte à la fois la profession et le risque qu’elle induit de connaître une période de chômage.

Tableau 3. Stabilité de l’emploi et profession du père

Profession du père

Probabilité de se déclarer chômeur à un moment de la trajectoire scolaire de l'élève (%)

Enseignants (tous niveaux)

0

Cadres et professions intellectuelles supérieures (hors enseignants)

0,9

Professions intermédiaires de santé ou travail social

0

Professions intermédiaires administratives

10,5

Techniciens et agents de maîtrise

4,2

Artisans et commerçants

9,6

Salariés d’exécution qualifiés

13,4

Salariés d’exécution non qualifiés

17,7

Ensemble

8,5

Source : Base Cohortes.

24Les éléments jusqu’ici présentés sont également, au moins en partie, observés sur des données nationales. L’intérêt de les exposer ici est d’établir qu’ils s’appliquent, d’une part, à une population circonscrite – celle des familles dont un enfant rentre au collège public – saisie de façon exhaustive, et d’autre part, à l’échelle locale. La démonstration des inégalités sociales n’en est que plus forte lorsque l’on constate que des tendances générales s’observent tout autant sur un « bout de territoire ». Cependant, là où l’analyse localisée s’avère essentielle, c’est pour rendre compte de différences géographiques.

Classes populaires de cité, de centre‑ville et de pavillons

25En plus de se différencier selon leurs situations familiale, professionnelle et économique ainsi que leur histoire migratoire, les familles des élèves se distinguent également entre elles par leur habitation. Le lieu de résidence prend ici tout son sens puisque l’on sait que l’attachement au quartier est une caractéristique ancienne du style de vie des classes populaires, surtout des jeunes (Hoggart, 1970 [1957]), et que la sociabilité locale est sans doute « une des spécificités culturelles les plus incontestables » (Schwartz, 1998, p. 80) de ce groupe social, le quartier occupant une place centrale dans la structuration des univers de vie.

  • 13 . Le quartier est délabré à la fois par ses habitations et par ses abords : il est circonscrit entr (...)

26Si elle apparaît équilibrée à quiconque ne la regarde que dans son ensemble, la ville de Vimont, est ségréguée socialement (Figure 1). D’un côté, certains quartiers pavillonnaires (IRIS 106 et 111) regroupent massivement des classes moyennes et supérieures. De l’autre, des cités d’habitat social ainsi qu’un quartier d’habitat privé dégradé, Épinay13, logent principalement des salariés d’exécution, des chômeurs et inactifs.

27Les dossiers scolaires présentent l’intérêt non négligeable de pouvoir situer géographiquement les individus grâce aux adresses géocodées en deux variables : le quartier d’habitation et le type d’habitation. Parmi les élèves étudiés et à l’exception de ceux vivant hors de la commune où se situent les collèges enquêtés – qui intègrent donc ces établissements par dérogation –, quatre types de quartier ont été identifiés.

Figure 1 : La diversité des quartiers à Vimont

Figure 1 : La diversité des quartiers à Vimont

Source : recensement 1999, INSEE, données fournies par le réseau Quételet.

  • 14 . Lorsque le père est absent, c’est la profession de la mère qui est considérée. La remarque vaut é (...)

28D’abord, nombre d’élèves issus des classes populaires résident en cité d’habitat social ou dans le quartier Épinay. La cité Laprairie, composée de dix tours de douze étages ainsi que de neuf barres de quatre étages, accueille au total 2800 habitants. À ce quartier datant d’après‑guerre et ayant connu une évolution comparable à la plupart des quartiers de grands ensembles de la banlieue parisienne (Masclet, 2003) s’ajoutent deux petites cités d’habitat social (Maisonneuve et Tirnova) ainsi qu’Épinay. Au total, ces quartiers, que l’on nommera suivant le terme indigène « cité », correspondent au lieu d’habitation de 25 % de la population étudiée (et de 40 % des enfants de père14 salarié d’exécution ou inactif).

  • 15 . Les IRIS décrivent très mal la spécificité du centre‑ville, dont les habitations sont éparpillées (...)
  • 16 . Notons que les deux collèges étudiés ne recrutent pas dans les IRIS 110, 111 et 112 où se trouve (...)

29Ensuite, une des spécificités de Vimont est son centre‑ville15. Il a été entièrement réaménagé dans les années 1970 et 1980 : y ont alors été construites de nombreuses résidences collectives dont une partie relève du logement social. Ainsi peut‑on considérer que le centre‑ville abrite aujourd’hui des logements sociaux dissimulés qui placent leurs habitants dans une situation paradoxale : alors qu’ils résident objectivement dans des quartiers de classes populaires et de petites classes moyennes, ils ne sont assignés d’aucun stigmate et bénéficient des « profits de localisation » (Bourdieu, 1993) qui découlent d’une localisation en centre‑ville. Un élève étudié sur dix (et 10 % des enfants de père salarié d’exécution ou sans emploi) réside dans le périmètre du centre-ville historique de Vimont16.

30Enfin, près d’un élève sur deux réside dans les autres quartiers de la ville que j’ai choisi de distinguer au moyen du grand boulevard qui sépare en deux la commune. Au nord de celui‑ci (IRIS 101, 102 et 103), on retrouve 24 % de la population étudiée (et 23 % des enfants dont le père est salarié d’exécution ou inactif), résidant dans quelques quartiers hétérogènes mais où l’habitat modal est un immeuble collectif, type Kaufman & Broad. Au sud de ce boulevard, de nombreux pavillons individuels ou maisons de ville abritent une population légèrement plus favorisée, qui représente 19 % de la population (et 13 % des enfants de père salarié d’exécution ou inactif).

31À cette variable de secteurs géographiques, on peut ajouter une variable de types d’habitation afin de décrire plus finement le lieu d’habitation des élèves étudiés. Pour ce faire, la seule variable dont on dispose est l’adresse ; c’est pourquoi le choix d’une distinction entre individuel et collectif et, au sein de cette dernière catégorie, selon le nombre d’étages de la résidence, a semblé le plus judicieux (Figure 2). Tous les lieux d’habitation ont ainsi été codés, pour partie grâce à l’application Street View, pour partie sur place.

Figure 2 : Street view révèle…

Figure 2 : Street view révèle…

Source : Street view (google map).

32La démarche qui consiste à coder le type d’habitation vise à prendre acte, au moins en partie, des inégalités de logement – et pas seulement de quartier – et de la variété des situations au sein d’une même PCS (tableau 4). Les salariés d’exécution qualifiés apparaissent à cet égard les plus écartelés, aucune forme d’habitat n’étant réellement majoritaire pour le groupe : ni la maison individuelle ni la tour d’habitation n’y est exclue. On touche là à une transformation récente des classes populaires qui conduit à affaiblir l’identité de classe (Terrail, 1990), à recomposer les sociabilités populaires, voire à entretenir des pratiques de distinction entre familles populaires (Cartier et al., 2008).

Tableau 4 : Types d’habitation selon la profession du père (en % ligne)

Types d’habitation

Professions du père 

Tour d'habitation

Immeuble collectif haut

Immeuble collectif bas

Maison individuelle

Enseignants

4

33

21

42

CPIS (hors enseignants)

7

16

19

58

Professions intermédiaires, artisans et commerçants

13

28

26

34

Salariés d'exécution qualifiés

22

30

27

22

Salariés d'exécution non qualifiés

34

31

28

8

Sans profession

47

42

5

5

Total

19

27

24

30

Source : Base Cohortes.

33Monoparentales ou non, en cité, en centre‑ville ou en quartier pavillonnaire, en habitat collectif ou en maison individuelle, biactives ou mono‑actives, formées de couples stables ou non, d’individus issus d’origines migratoires diverses et inégalement sujets au chômage, les familles populaires se trouvent dans un double mouvement : elles se distinguent des « autres », surtout des familles des cadres, enseignants et professions intellectuelles supérieures ; dans le même temps, elles se différencient entre elles, comme l’articulation des différentes variables de positionnement social le montre. D’où l’intérêt de les caractériser grâce à des configurations de positions sociales.

Pour une sociologie de l’articulation : le modèle des configurations

  • 17 . Ces facteurs sont : la contre‑mobilité ; la situation professionnelle avantageuse du père ; l’act (...)

34En 1992, Jean‑Paul Laurens publie une enquête dans laquelle il tente d’expliquer les facteurs qui peuvent avoir permis à un fils d’ouvrier sur cinq cents de devenir ingénieur. Dans son analyse, il parle en termes de « compensation » d’un facteur par rapport à un autre ; les « facteurs » de réussite17 qu’il traite séparément se cumulent, et un de ceux‑ci doit être déclenchant, écrit‑il. Il réfléchit en somme de facteurs : « Aucune association de facteurs n’est plus dominante de façon spécifique. En fait, ces derniers s’associent entre eux de façon aléatoire. […] Les combinaisons observables sont infinies, c’est pour cela qu’aucune typologie n’est possible » (Laurens, 1992, p. 141).

35À notre sens, cette théorie illustre la non‑articulation des variables les unes avec les autres. Ce raisonnement n’est pas isolé en sciences sociales. Par exemple, en 2004, Laurent Davezies publie un article dans lequel il indique que désormais, la question spatiale dépasse la question sociale, sans poser la question de l’articulation des deux questions. Si certains ont proposé, dans les années 1950 aux États‑Unis, des modèles d’appréhension de la classe sociale en articulant différentes variables (Hollingshead, 1949 ; Lenski, 1954 ; Hollingshead & Redlish, 1958), cette tendance a cédé la place, au sein des travaux quantitatifs, aux raisonnements économétriques, dont le concept d’« effet propre » et l’expression « toutes choses égales par ailleurs » sont les traductions.

  • 18 . Dans le même sens, Jean‑Claude Passeron (1991, p. 133) prône l’étude des « configurations de co‑o (...)

36Or, comme le disait déjà Pierre Bourdieu, les différentes propriétés sociales d’un individu sont aussi indissociables « que le jaune du citron est inséparable de son acidité » (Bourdieu, 1979, p. 119)18. Aussi, pour caractériser socialement des élèves ou leur famille, il ne s’agit pas seulement de prendre en compte plusieurs variables à la fois mais également d’étudier leur modalité d’articulation, c’est‑à‑dire leur cohérence ou incohérence ainsi que les tensions induites par la co‑occurrence de différentes positions.

  • 19 . « Jamais suffisantes, [les caractéristiques sociales familiales] tiennent leur efficacité sociale (...)

37C’est ce que font d’ailleurs certains travaux ethnographiques ou qualitatifs (notamment Lahire, 1995 ; Millet & Thin, 2005 ; Cartier et al., 2008 ; Kakpo, 2012). Parmi ceux‑ci, Mathias Millet et Daniel Thin reprennent à leur compte le modèle éliasien de la configuration (Élias, 1991). Ils indiquent que les caractéristiques sociales des familles ne sont jamais en elles‑mêmes des facteurs explicatifs. Au contraire, ils observent des relations de conditionnement et de renforcement mutuelles des caractéristiques sociales qui conduisent aux « ruptures scolaires » et indiquent que les scolarités heurtées s’expliquent moins par des caractéristiques en soi que par l’arrangement ou l’articulation de celles‑ci19.

  • 20 . Comme l’indique Pierre Bourdieu (1984), un groupe ne se définit pas seulement par sa condition so (...)

38C’est dans cette lignée que nous proposons ici de réfléchir en termes de « configurations de positions sociales ». Outre cet intérêt de penser l’articulation des variables, ce modèle conduit à penser relationnellement le monde social20, et ce, à tous les niveaux de l’échelle sociale. Il ne s’agit pas d’opposer un groupe de pauvres, de précaires ou d’exclus à un vaste ensemble de classes moyennes, mais de penser les positions sociales les unes par rapport aux autres, sans découpage préalable hormis celui qui définit notre population. En ce sens, l’étude d’un espace social global, contrairement à ce qu’aurait pu être une analyse limitée a priori aux seules classes populaires, permet d’intégrer dans l’analyse la question de la frontière entre les classes.

  • 21 . Pour une présentation des variables présentes dans l’ACM, voir l’annexe électronique sur le site (...)

39Grâce à l’ensemble des variables présentes dans les dossiers scolaires21, j’ai d’abord construit un espace des positions sociales (Figures 3 et 4) grâce à une analyse des correspondances multiples (ACM) spécifique. Cet espace permet de rendre compte des articulations les plus récurrentes en rapprochant les variables les plus fréquemment réunies pour un même élève, en éloignant celles dont l’articulation est plus rare (Duval, 2010).

  • 22 . Certains pourront penser reconnaître un « effet Guttman » dans la présentation graphique des moda (...)

40Trois axes rendent compte des principales oppositions entre les 42 modalités dichotomiques traitées en variables actives22. L’axe 1 est un axe de volume du capital global, qui prend en compte de nombreuses variables. De l’ouest vers l’est, on lit les modalités des moins favorisés aux plus favorisés. La situation d’emploi du père – instable ou sans emploi – contribue fortement à construire l’axe du côté défavorisé. L’absence d’emploi de la mère y participe également. Cette opposition se cumule avec une différence selon le type d’habitation et de quartier : d’un côté (à l’ouest), le fait de résider en cité et en tour d’habitation, de l’autre (à l’est), le fait d’habiter une maison et de vivre à l’extérieur de Vimont. L’opposition boursier/non boursier (sur critères sociaux) est également forte sur cet axe. S’y ajoute une opposition entre, à l’ouest, les fratries de quatre enfants et plus, les prénoms maghrébins et les mères salariées d’exécution non qualifiées ; à l’est, les parents cadres, travaillant dans le secteur public et les enfants portant un prénom « autochtone ».

  • 23 . C’est faute de mieux que je choisis ce terme, en opposition au qualificatif suivant.

41L’axe 2 mobilise fortement les variables résidentielles ainsi que celles sur la situation familiale. Il oppose principalement les résidents des cités ou ceux qui habitent à l’extérieur de Vimont, en tour d’habitation ou en maison (au sud), à ceux qui vivent dans le quartier Nord ou le centre‑ville, dans des immeubles collectifs bas (au nord). Cette opposition en croise une seconde, dont on doit rappeler qu’elle se situe sur un continuum. À un pôle (au sud), on trouve des familles qui peuvent être qualifiées de « traditionnelles23 » puisque les fratries sont nombreuses, les mères, plus souvent sans emploi et les couples, stables. Ils s’opposent (au nord) aux familles d’un enfant et dont les parents sont divorcés ou séparés et les mères, le plus souvent actives. Sans pensée évolutionniste, on peut reprendre à Jean‑Pierre Terrail (1990) le qualificatif de « moderne » pour décrire ce pôle. Si ces pôles apparaissent, c’est parce qu’ils représentent des associations fréquentes mais distinctives. Ils n’épuisent évidemment pas la variété des situations, les familles biactives en couple stable et ayant deux enfants constituant la situation modale.

Figure 3 : L’espace des positions sociales (axes 1 et 2)

Figure 3 : L’espace des positions sociales (axes 1 et 2)

42L’axe 3 reprend l’opposition public/privé dans un sens contraire à celui de l’axe 1. En effet, il a déjà été observé que, dans la fonction publique, les CPIS et professions intermédiaires sont davantage diplômés que ceux du privé, alors que les employés et ouvriers sont moins diplômés (Gollac, 2005). L’axe 1 inclut le fait que le secteur public soit associé à des positions favorisées pour les CPIS et professions intermédiaires. Au contraire, pour les employés ou ouvriers, l’emploi public peut agir comme une « bouée de sauvetage » notamment pour des femmes déstabilisées, à la suite d’un divorce ou d’un licenciement par exemple. C’est le cas des emplois aidés, qui peuvent parfois se stabiliser. Dans la base Cohortes, il s’agit de gardiennes d’école, d’agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), de surveillantes de cantines, d’ouvrières d’entretien et d’accueil, d’auxiliaires de puériculture, et d’agents de service de toutes sortes – donc à la fois de fonctionnaires et de contractuels de la fonction publique.

Figure 4 : L’espace des positions sociales (axes 1 et 3)

Figure 4 : L’espace des positions sociales (axes 1 et 3)

Neuf configurations de positions sociales

  • 24 . Suivant cette méthode, les individus les plus proches sur les trois premiers axes sont regroupés, (...)
  • 25 . Afin de décrire les configurations, nous ne nous limiterons pas aux variables ayant permis leur c (...)

43À partir des coordonnées des individus sur les trois premiers axes, des configurations de positions sociales ont été construites, en utilisant la méthode des classifications ascendantes hiérarchiques24 (CAH). Cette méthode isole les modalités d’articulation des positions sociales les plus récurrentes. Toutefois, un de ses défauts est de construire des typologies souvent instables, promptes à varier dès qu’un nouvel individu apparaît. Or, j’ai pu vérifier que les configurations ici dégagées s’avèrent particulièrement stables – preuve supplémentaire s’il en fallait de la récurrence de certains « arrangements » des positions sociales25.

Figure 5 : Les neuf configurations de positions sociales

Figure 5 : Les neuf configurations de positions sociales

Lecture : les configurations sont représentées suivant leur position sur les trois axes. L’axe 1 apparaît en horizontal, l’axe 2, en vertical et l’axe 3, dans les dégradés de gris et d’encadré. Les carrés les plus foncés sont associés au secteur public sur l’axe 3 ; les carrés en pointillé, au privé.

Pôle cité [familles immigrées]

  • 26 . Chaque catégorie est nommée de façon à mettre en évidence son caractère spécifique ; en termes st (...)

44La configuration26 située la plus à l’ouest sur l’axe 1 se caractérise d’abord par le quartier d’habitation : la quasi‑totalité des individus de cette configuration habite en cité. La situation professionnelle du père explique également leur position sur l’axe 1 : près de la moitié des pères est ouvrier, les autres le plus souvent employés ou sans profession. Si 21 % des pères ne travaillent pas pendant toute la scolarité de l’élève, 19 % alternent entre emploi et chômage, toujours dans le secteur privé. La situation professionnelle des mères est encore plus homogène : quatre mères sur cinq ne travaillent pas alors que celles qui travaillent sont toutes salariées d’exécution non qualifiées. En plus de sa situation géographique et sociale, ce groupe se distingue par son histoire migratoire : seuls 10 % des élèves de cette configuration portent un prénom « autochtone », alors qu’ils sont 60 % à porter un prénom maghrébin.

45Isolé sur l’axe 1, ce groupe l’est également sur l’axe 2 où il se trouve tout au sud, du fait de la rareté des divorces et séparations ainsi que du nombre élevé d’enfants dans la fratrie, soit en moyenne 4,4 enfants.

46Hayet, jeune fille d’origine algérienne, est un cas typique de cette configuration. Son père est ouvrier non qualifié dans le bâtiment ; sa mère ne travaille généralement pas, sauf de façon ponctuelle quand elle effectue des ménages dans des cabinets médicaux. Avec ses quatre frères et sœurs, Hayet a grandi dans une tour du quartier Laprairie qu’elle a appréciée pour son « calme » et les forts liens de sociabilité entre ses habitants.

47De façon générale, les entretiens avec les anciens élèves de cette configuration révèlent que ceux‑ci sont socialisés dans une culture populaire qui se rapproche de celle décrite par Richard Hoggart (1970 [1957]) : opposition entre le monde des « autres » et le « nous » communautaire, grande liberté accordée aux enfants, fort investissement pratique et symbolique dans le quartier, socialisation fortement genrée et répartition traditionnelle des rôles dans le couple les caractérisent. À cela s’ajoute la prise en compte de l’impératif scolaire qui s’actualise le plus souvent par un « investissement périphérique » (Cayouette‑Remblière, 2009) dans la scolarité et par un refus des orientations jugées stigmatisantes, surtout celles qui sont proposées avant la fin du collège et qui apparaissent éloignées d’une scolarité « normale ».

Pôle cité [familles fragilisées]

  • 27 . « Dans et par le travail s’accomplit un mouvement global d’investissement du dehors et surtout un (...)

48Dans les cités de Vimont cohabite un autre type de population situé à peine plus à l’est sur l’axe 1 et fragilisé familialement et/ou professionnellement. Ce qui réunit ces familles, c’est l’absence de travail du père : soit parce qu’il est absent, soit parce qu’il est au chômage ou inactif depuis de nombreuses années. Lorsqu’elle advient, cette seconde situation provoque un sentiment d’impuissance sociale chez ces hommes : ils y perdent non seulement des ressources, mais également un espace et une légitimité traditionnellement attribués aux hommes en milieux populaires27. Ainsi, pour reprendre la formule de Sylvia Faure et Daniel Thin (2007), on peut dire que ces pères sont absents symboliquement.

49C’est donc sur la mère que reposent, dans cette configuration, les contraintes financières. De ce fait, elles exercent presque toutes un emploi de salariées d’exécution, dont la moitié est non qualifié (hôtesses de caisse, agents d’entretien et autres emplois de ménage, assistantes maternelles, vendeuses, gardiennes…). Toutefois, ces emplois sont souvent instables, d’où le fait que 28 % des mères déclarent à un moment ou un autre, ne plus travailler. On peut en outre considérer que ce nombre est sous‑estimé pour deux raisons : d’abord, l’hypothèse selon laquelle une déclaration annuelle est insuffisante pour saisir la précarité de ces emplois peut être convoquée ; ensuite, ces professions se caractérisent, au niveau national, par une fréquence non négligeable du temps partiel subi (Bourreau‑Dubois et al., 2001). Dans le même temps, un tiers des mères de cette configuration exerce un emploi associé au secteur public. Au sud sur l’axe 3, cette configuration regroupe les emplois précédemment décrits comme autant de bouées de sauvetage pour les femmes déstabilisées.

50Précarisés professionnellement, ces ménages le sont également familialement puisque seul un tiers des couples résiste jusqu’à la fin de la scolarité secondaire de l’élève étudié. Aux divorces, il faut ajouter les maladies et autres « hasards » de la vie qui ne sont aléatoires que si l’on oublie à la fois les conditions de vie différenciées qui nous y rendent inégalement vulnérables (Leclerc et al., 2000 ; Grossetête, 2010) ainsi que les inégalités quant à la façon d’y répondre (Perrin‑Heredia, 2009). Ainsi en est‑il d’Aminata, typique de cette configuration. Au moment du décès brutal de son père (plasticien, immigré sénégalais), Aminata a un an. Sa mère, également immigrée, non francophone et sans emploi, est recueillie au sein d’une association dans une ville du Nord de la France où elle apprend le français. Elle découvre alors qu’elle attend un second enfant. Au moment où Aminata a trois ans et son petit frère, deux, sa mère rejoint Paris où elle a trouvé un emploi. Toutefois, elle n’y trouve pas de logement et, jusqu’aux huit ans d’Aminata et leur emménagement dans un appartement du quartier privé dégradé de Vimont (Épinay), la famille vit de foyer en foyer. Depuis cette époque, la mère d’Aminata travaille non seulement à temps complet comme vendeuse dans un magasin de cosmétiques mais également en tant que femme de ménage, matin et soir. Ici, les précarités linguistique et professionnelle de la mère ont fait du décès brutal du père un « accident de la vie » qui a conduit la famille à une précarité résidentielle.

51La précarité de ces situations éloigne ces familles des conditions de possibilité de la scholè, c’est‑à‑dire du fait de donner du temps gratuitement, sans fin, détaché des enjeux réels, exigée par l’École. Comme Aminata, les filles sont souvent aux prises avec des responsabilités familiales et domestiques ; les garçons occupent quant à eux l’espace extérieur, sans qu’aucun adulte ne soit régulièrement présent pour contrôler leurs heures et lieux de sortie.

Élite ouvrière

52Si l’on continue à suivre l’axe 1 d’ouest en est, on croise ensuite un groupe qui reste également présent dans les cités, bien que cela ne concerne qu’un tiers des familles. Dans cette configuration, nombreux sont ceux à habiter les quartiers Nord ou Sud de Vimont, parfois dans des immeubles collectifs mais également, pour près d’un tiers des familles, dans une maison individuelle. La position sur l’axe 1 de cette configuration s’explique toutefois par la profession des pères ; on a ici affaire au « haut du panier » de la classe ouvrière (ouvriers qualifiés, agents de maîtrise, techniciens ou artisans). Toujours dans le secteur privé, ils travaillent tous à un moment ou un autre sur la période observée et ceux qui alternent entre emploi et chômage ne représentent que 10 % de la configuration. Quant aux mères, elles sont nombreuses à ne pas travailler pendant toute la scolarité de l’élève ou à alterner entre emploi et non emploi. Le plus souvent composées d’un couple stable, les familles que l’on propose de nommer « élite ouvrière » sont plus nombreuses que la moyenne (3,1 enfants en moyenne).

53Ces familles se singularisent donc par l’aspect manuel du travail du père, qui semble s’accompagner d’un rapport à la famille historiquement caractéristique de la classe ouvrière : femmes plus souvent inactives – présentes au foyer pour permettre la récupération de la force de travail de son mari, responsables de créer et d’organiser un foyer protecteur, selon une division sexuelle des tâches plus rigides que dans les autres classes sociales (Desrosières & Gollac, 1982, p. 64) –, couples stables et fratries nombreuses. Mais ce n’est pas tout : plus que les ouvriers traditionnels, les membres de cette configuration se distinguent par les prémisses d’une rupture avec cette condition, que ce soit par l’accès à une promotion interne (agent de maîtrise ou technicien), l’obtention du statut d’indépendant (en devenant artisan), le départ de la cité ou l’accession à la propriété. En ce sens, les familles de la configuration « élite ouvrière » se rapprochent des « petits‑moyens », ces membres des classes populaires en ascension sociale devenus propriétaires étudiés par Marie Cartier et ses collègues. Pour ces auteurs, l’accès à la propriété ne s’accompagne pas seulement de forts sacrifices financiers mais également d’un « désir de respectabilité, de prise de distance avec l’univers de la cité et tous les phénomènes de stigmatisation et de dégradation qui lui sont désormais attachés » (Cartier et al., 2008, p. 128). Les entretiens avec les anciens élèves de cette configuration habitant en cité confirment ce désir de prise de distance. À la différence des autres anciens élèves rencontrés y vivant, ceux de la configuration « élite ouvrière » rejettent ce quartier :

JCR : Tu t’imagines vivre à Vimont plus tard ?

Jennifer : Je compte bouger. Parce que moi, je vis dans la cité, à Laprairie. Et c’est pas facile du tout (en soufflant). […] Tout sauf dans une cité. Parce que là, je supporte plus.

JCR : Et tes parents, ils ont pensé partir de la cité ?

Jennifer : Ouais, mais c’est pas facile non plus. Là, en fait, on pense à partir. Ça fait deux ans que ça traine, qu’on essaie de partir parce que les logements, ça coûte cher et tout. C’est difficile de trouver du logement maintenant ! C’est galère galère, quoi ! […] 

JCR : Tu t’es déjà habillée un peu « cité » ou pour toi, c’est une façon… [Jennifer adopte, au moment de l’entretien, un style vestimentaire bohême].

Jennifer : Au collège, j’ai déjà essayé. Comme je disais, j’avais pas trop d’amis et au collège, j’essayais de m’habiller un peu « cité » à écouter du rap et tout et (souffle)… C’était pas du tout mon délire, ça m’allait pas du tout. […] Et ça m’a même pas aidée, j’ai même pas eu plus d’amis que ça ! Donc pour moi, ça sert à rien. Autant être soi‑même ! […] Quitter la cité, c’est mon but principal. […] J’étais pas dans le moule, parce que j’étais pas une jeune de cité. Si, je suis une jeune de cité, mais j’étais pas dans le moule à n’écouter que du rap, à m’habiller en jogging, basket. Voilà (Jennifer, titulaire d’un BMA, en recherche d’emploi, père chef d’atelier, mère sans emploi).

54« Jeunes de cité » au sens géographique sans être « jeunes de cité » au sens culturel : voilà ce qui résume bien la situation des jeunes de cette configuration qui se décrivent contraints de rester en cité. Cette situation s’accompagne alors d’une peur de la contamination par le bas (Beaud & Pialoux, 1999) et d’un repli sur la famille, suivant le précepte mis en évidence par O. Schwartz (1990, p. 161) : « pour s’en sortir socialement, il faut s’enfermer familialement ». En effet, pour ceux que l’on appelle l’élite ouvrière, la proximité avec les membres des deux configurations nommées pôle cité exacerbe les tensions liées à leur désir de mobilité sociale.

55Dernière caractéristique non négligeable de ce groupe : la proportion de prénoms « autochtones » y est bien inférieure à la moyenne, 29 % des prénoms étant maghrébins et 9 %, originaires d’autres pays européens.

56La tension latente induite par le travail manuel du père, d’une part, et les prémisses d’une sortie de classe, d’autre part, se traduit par une ambigüité dans les modes d’éducation des enfants. En effet, les enfants de cette configuration sont à la fois priés de réussir à l’école – pour poursuivre l’ascension sociale de leurs parents et rompre définitivement avec la culture populaire – et éduqués suivant des logiques socialisatrices populaires ; on leur répète que « hors de l’école, point de salut », mais dans le même temps, leurs loisirs ne sont guère pédagogisés, leurs heures de coucher et leurs sorties, rarement contrôlés et l’aide aux devoirs reste difficile à concrétiser.

57L’exemple du « rituel du soir » chez Jennifer en rend compte. Voici comment la jeune fille, benjamine d’une fratrie de deux enfants, décrit la soirée classique chez elle : « Je rentrais chez moi, je faisais mes devoirs et je regardais la télé. Et je me couchais tard. Et le lendemain matin, j’étais en retard pour l’école (petit rire) ». Ainsi est condensée toute l’ambivalence des logiques socialisatrices dans cette configuration sociale. Les devoirs sont effectués à la maison, mais rapidement, selon une logique d’acquittement dont le but à court terme est de libérer ensuite du temps pour les loisirs en famille. Les parents de Jennifer la contraignent à réaliser ses devoirs en rentrant. Le temps des devoirs est isolé des autres temps familiaux, réduit au minimum par les stratégies diverses des enfants qui ne reprennent pas toujours à leur compte les discours moraux des parents, le but étant de reconstituer ensuite un temps où la famille existe sans l’école.

Familles populaires entre‑deux

  • 28 . En cela – mais en cela seulement –, Mada est peu caractéristique de cette configuration.

58Continuant de dériver le long de l’axe 1, on croise un quatrième groupe qui se différencie des autres avant tout par sa position au nord de l’axe 2. L’activité professionnelle des deux parents, le taux de séparation non négligeable ainsi que la limitation des naissances expliquent cette position sur l’axe 2. En cela, ceux que l’on nomme les familles populaires entre‑deux correspondent bien à la classe ouvrière « moderne » décrite par J.-P. Terrail en 1990, qui investit de pair la valorisation de l’activité professionnelle de la femme, la limitation des naissances ainsi que la scolarité des enfants. La situation modale est le couple ouvrier/employée. S’ils sont pour l’essentiel des salariés d’exécution au sein du secteur privé, un père sur trois dans cette configuration accède aux professions intermédiaires avant la fin de la période observée.28

59Ces familles semblent prises dans une dynamique contradictoire. D’un côté, en tant que salariés d’exécution du secteur privé, leurs membres restent sujets à la précarité comme le montre le taux non négligeable d’emploi instable : 18 % des hommes et 30 % des femmes de cette configuration connaissent au moins une période de chômage. La fragilité des couples peut aussi être lue comme un risque permanent de chuter socialement. De l’autre côté, grâce à des variables longitudinales non prises en compte dans l’ACM parce que trop rares, on perçoit bien la dynamique d’ascension sociale dans laquelle se situent certaines de ces familles. Pour paraphraser Yves Grafmeyer (1994), on peut dire que ces familles connaissent, sur la période observée, des mobilités, pour lesquelles l’analyse gagne à dépasser le découpage disciplinaire traditionnel entre lieu de résidence, profession, famille… C’est effectivement au sein de ces familles que l’on rencontre la plupart des emménagements en maison individuelle au cours de la scolarité secondaire de l’enfant ainsi que la plupart des promotions professionnelles des parents sur la période étudiée.

60Entre précarité et ascension sociale, la famille de Chayma est typique de cette configuration. Lorsque Chayma entre en sixième, son père est accompagnateur pour personnes âgées à l’aéroport et sa mère, assistante maternelle. La famille, composée des deux parents et de trois enfants, réside dans un des rares HLM situés au nord‑est de Vimont. C’est au cours de cette année qu’ils déménagent dans un pavillon, situé dans le quartier Sud. Mais rapidement, le père perd son emploi ; à ce moment, la mère devient chauffeur. Plus tard, le père occupe un emploi de « régulateur » et la mère cesse son activité de chauffeur et se déclare sans emploi. Muée par le travail, solidaire dans son ascension sociale comme le montre le basculement sur la femme puis sur l’homme de l’emploi principal, cette famille, si elle est propriétaire d’un pavillon, reste toujours proche d’un possible déclassement.

61Avec l’élite ouvrière, ces familles populaires entre‑deux, nombreuses en centre‑ville et dans les immeubles collectifs du quartier Nord de Vimont, parmi lesquelles la proportion de prénoms allochtones est considérable (près de 40 %), peuvent se considérer « coincés entre les deux » : « C’est l’idée qu’il y a le haut, le bas, et “nous”, coincés entre les deux. Le haut, ce sont les mêmes que tout à l’heure [les dominants socialement, les “autres” de R. Hoggart]. Le bas, ce sont les familles pauvres qui profitent de l’assistance, les immigrés qui ne veulent pas “s’intégrer”, les jeunes qui font partie de la “racaille” » (Schwartz, 2006). En ce sens, les membres de cette configuration ne se réfèrent plus au schéma dichotomique opposant eux et nous décrit par R. Hoggart mais à un espace social triangulaire, au sein duquel ils sont tiraillés, d’où la recherche du salut par l’école.

62Le cas de Mada, benjamine d’une fratrie de quatre enfants28, fille d’immigrés sénégalais et mauritanien qui ont occupé des emplois peu qualifiés et précaires (mère serveuse jusqu’à une rupture d’anévrisme, père mécanicien), en rend compte. Pour reprendre les termes de Mada, « [ses parents] se sont battus » pour une ascension sociale et pour leurs enfants. Dans le même temps, ils ne visent pas trop haut pour ces derniers, limitent les risques et se satisfont de petites réussites qui les conduisent à une situation plus stable. « S’en sortir » n’est pas accéder au haut de l’échelle sociale mais fuir la précarité, se trouver une place « stable » et avoir « une situation », afin d’« évoluer ». L’ascension sociale reste ici marquée par la prudence et le réalisme. Dans le même temps, elle se fait contre les autres membres des classes populaires, dans un désir incessant de se distancier de ceux qui ne travaillent pas suffisamment et/ou qui rêvent trop.

63Un moment particulièrement intense de l’entretien que j’ai mené avec Mada l’illustre bien. Lorsque je demande à Mada s’il lui arrive de penser qu’elle est victime de discrimination dans sa recherche d’employeur pour un apprentissage en pharmacie. Elle répond alors sèchement : « Non. Moi, je suis pas dans ça ». Puis, en réponse à mon étonnement, elle développe profondément en parlant rapidement, agitant les bras, alors même qu’elle s’était contentée de réponses bien plus courtes depuis quarante minutes :

JCR : Tout le monde est traité pareil ?

Mada : Non peut‑être pas. Mais pour moi, personnellement, quand j’entends « Oui, mais moi les Arabes, on ne leur donne pas du travail, mais les jeunes de cité, ils sont trop mis à l’écart, mais… » C’est pas vrai ! C’est faux ! Moi, les jeunes de cité qui me racontent leur vie, arrête de mentir ! C’est toi qui ne veux pas aller chercher du travail ! C’est toi qui veux mettre ça pour rester dehors ! Parce que quand on veut, on peut. Si tu veux du travail, tu en trouves ! Je suis aussi noire que toi, mais quand je veux du travail, j’en ai ! Donc je ne rentre même pas là‑dedans. C’est du n’importe quoi ! […] Si tu veux travailler, donne‑toi en les moyens ! Je suis désolée, on est en démocratie, si tu veux travailler, si tu veux ton permis, si tu veux avoir de l’argent, si tu veux quelque chose de concret… Si tu t’en donnes les moyens, tu pourras ! Même si il y aura des difficultés, des obstacles ! C’est en persévérant qu’on a les choses ! Je suis désolée. C’est pas : « un refus, ça y est, tout le monde va me dire non ! » Non, un refus, deux refus, il faut persévérer. Sinon, ça ne rime à rien ! Et mettre la faute sur l’État parce que l’État, il a rien fait du temps. Au contraire, c’est à cause des gens comme vous qu’on n’a pas de travail. Parce que vous leur montrez trop que vous êtes des incapables. Montrez‑leur que vous valez quelque chose après, on se comportera avec vous comme il se doit. Mais si vous montrez que vous êtes des incapables, on va se comporter de la même manière que vous montrez que vous êtes des incapables. Je suis désolée. Moi, c’est cette optique que j’ai. Mais moi, discrimination, ça ne me connaît pas ! Parce qu’à chaque fois que j’ai voulu du travail, j’ai trouvé. J’ai patienté, j’ai persévéré, j’ai eu ce que je voulais. J’étais motivée, je me réveillais le matin. Voilà ! Il faut savoir ce que l’on veut. Moi, je pense que les gens qui ne travaillent pas, c’est qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent, c’est tout ! (Mada, titulaire d’un BEP Carrières sanitaires et sociales, en recherche d’apprentissage, mère ancienne serveuse, père mécanicien).

64Dans cet extrait, Mada s’en prend directement à l’immobilisme, au découragement et à la paresse des jeunes de cité – évoqués à la deuxième personne du pluriel : « vous » – et seulement indirectement à l’État et aux employeurs qui n’acceptent jamais, pour le moment, sa candidature – évoqués à la troisième personne du pluriel : « leur ».

65En outre, les entretiens avec les élèves des familles populaires entre‑deux révèlent que ces familles se distinguent par une forte entraide scolaire entre les membres des fratries. Cependant, puisque le projet familial de « s’en sortir » et l’investissement scolaire n’impliquent pas de fait les dispositions sociales pour réussir à l’école, les élèves de cette configuration rencontrent des difficultés scolaires qui les conduisent, souvent à se démobiliser en cours de collège. Même si elle ne l’évoque pas dans l’entretien, c’est ce qui s’est passé pour Mada qui, à partir de la cinquième, était considérée comme une élève faible (9 de moyenne) et peu sérieuse. Souvent désarmés pour aider scolairement leurs enfants à partir du début, voire du milieu du collège, les parents répondent le plus souvent à ces difficultés naissantes par l’usage de la contrainte directe – faire ses devoirs pendant un temps donné, sous le regard des parents, par exemple – ; ce à quoi les enfants peuvent rétorquer par toutes sortes de stratégies de résistance – comme faire semblant de faire ses devoirs.

Petite fonction publique

66À peine plus à l’est sur l’axe 1, également tout au nord sur l’axe 2, la dernière configuration sur laquelle on s’arrêtera peut être considérée à la croisée des classes populaires et des classes moyennes. Elle se distingue par ses coordonnées négatives sur l’axe 3, en d’autres termes par la forte présence de salariés d’exécution de la fonction publique en son sein. En effet, dans toutes les familles, au moins un parent exerce dans la fonction publique. Pour l’essentiel, il s’agit de salariés d’exécution (ATSEM, gardien(ne)s d’hôtel de ville, adjoint(e)s techniques de la fonction publique, machinistes, auxiliaires de puériculture, aides soignant(e)s, pompiers, policier(ère)s…) voire de professions intermédiaires (secrétaires de mairie, rédactrices territoriales, animatrices, orthophonistes, assistantes juridiques, infirmières, assistantes sociales) en ce qui concerne les mères. Ce dernier point est crucial : c’est dans cette configuration que l’égalité homme/femme semble le plus prégnant, les mères dont la profession peut être considérée supérieure à celle du père sont aussi nombreuses que celles dans la situation inverse. Contrairement à ce qui a été observé sur la population totale, l’hétérogamie sociale n’a, ici, pas de sens.

67La figure de Laurent, dont le père est surveillant à la préfecture de police et la mère, agent hospitalier, peut donner corps à cette configuration. Enfant unique, il a vu ses parents se séparer avant son entrée au collège. Il vit ensuite avec sa mère, dans un immeuble collectif du centre‑ville de Vimont.

68Si la fonction publique assure une stabilité de l’emploi, elle ne semble guère mener à l’achat d’un pavillon, la très grande majorité des élèves vivant en immeuble collectif. Hors de la cité, ces familles vivent soit au centre‑ville, soit dans le quartier Nord. Leur situation familiale ressemble à celle des familles populaires entre‑deux décrites précédemment : le taux de séparation est conséquent (40 % des familles) et le nombre d’enfants par famille, réduit à 1,8 en moyenne. Néanmoins, la part des prénoms « autochtones » est ici bien supérieure à celle des autres configurations citées.

69Les parents des élèves rencontrés ont conscience que, sans diplôme, leur(s) enfant(s) n’arriveront guère à reproduire la position sociale à laquelle ils sont eux‑mêmes parvenus en l’absence d’un capital scolaire minimum. La stabilité de l’emploi, les conditions de travail souvent à l’abri de pressions trop fortes et de la pénibilité physique, la possibilité de vivre en dehors des grandes cités dégradées ou encore des horaires compatibles avec la vie familiale ne semblent guère assurés pour leur(s) enfant(s). Cela concoure à alimenter chez les parents de cette configuration un investissement scolaire perçu comme nécessaire, ne serait‑ce que pour se maintenir. Enfin, ces familles profitent souvent d’une proximité à l’institution scolaire et/ou aux normes éducatives des classes moyennes du fait des emplois que les parents occupent.

70Du pôle cité [familles immigrées] à la petite fonction publique, le tableau dressé met en évidence les différences parmi les classes populaires et petites classes moyennes. Au sein de l’espace social, cette description doit être complétée par quatre configurations renvoyant aux classes moyennes et supérieures.

Encadré 2 : Les autres configurations (classes moyennes et supérieures)

Classes moyennes du privé. La situation modale pour les pères comme pour les mères est ici d’occuper un emploi classé profession intermédiaire. Stables dans leur emploi, habitant pour plus de la moitié d’entre eux dans une maison individuelle, en couple stable et avec une fratrie modale de deux enfants, ils représentent bien la figure des classes moyennes.

Classes moyennes du public. Les classes moyennes du public suivent sur l’axe 1. Moins souvent de profession intermédiaire, les professions des pères semblent ici écartelées entre cadres et enseignants, d’un côté, et salariés d’exécution qualifiés, de l’autre. Quant à celles des mères, elles se partagent en trois tiers quasi équivalents : les mères cadres, enseignantes ou exerçant une profession intellectuelle supérieure, les mères exerçant une profession intermédiaire de la santé ou du travail social, les mères salariées d’exécution qualifiées. Hormis le secteur d’emploi, deux éléments distinguent les classes moyennes du privé de celles du public. D’abord, ces dernières résident moins fréquemment en maison. Ensuite, les classes moyennes du public comprennent davantage de familles monoparentales ou recomposées : seul un couple sur deux n’est guère séparé avant la fin de la scolarité secondaire de l’enfant étudié. Dans un cas comme dans l’autre, nul effet causal ne peut être distingué ; les données exposées permettent simplement de constater que ces différences s’articulent.

Classes supérieures du privé. La configuration qui suit cumule le fait de disposer d’un important volume de capital global, d’être composée de familles stables, souvent proches du modèle « traditionnel », et de salariés du secteur privé. C’est ainsi que 67 % des pères et 28 % des mères sont cadres ou exercent une profession intellectuelle supérieure (hors enseignants) ; si elles ne sont pas cadres, enseignantes ou de profession intermédiaire de la santé ou du travail social, les mères sont alors sans emploi. Les couples sont stables et les fratries sont plus nombreuses que ne le sont celles des autres configurations de classes moyennes et supérieures.

Pôle profs : Le chemin le long de l’axe 1 s’achève sur le pôle profs. Biactives, ces familles sont également stables, que ce soit au niveau des couples ou de l’emploi. Majoritairement salariés du secteur public, les parents résident pour les deux tiers d’entre eux en maison individuelle. Puisque 60 % des mères et 45 % des pères sont des enseignants, je propose de leur attribuer le nom de pôle profs, entendant par là non que toutes les familles sont composées d’au moins un enseignant, mais qu’elles se regroupent autour d’une situation typique qui caractérise les parents enseignants.

Des configurations aux trajectoires scolaires

  • 29 . Pour les divers tableaux présentant la situation scolaire des configurations de positions sociale (...)

71Puisque la valeur heuristique de ces catégories se mesure à l’aune de leur pouvoir interprétatif, notre propos se doit d’appliquer ces configurations de positions sociales à l’usage auquel elles sont destinées, à savoir à l’analyse des trajectoires scolaires. Parmi les nombreux exemples qui pourraient alors être évoqués (Cayouette‑Remblière, 2013, 2014), nous nous contenterons ici de développer deux moments où l’analyse des trajectoires scolaires n’auraient pu être menée sans prendre en compte les modalités d’articulation des variables de positions sociales29.

  • 30 . À l’exception notable et intéressante des élèves de la petite fonction publique dont on se souvie (...)

72Le premier exemple a trait à la forte différence observée entre les scolarités des filles et des garçons au sein du pôle cité [familles fragilisées]. Si, dans toutes les configurations30, les filles réussissent mieux les épreuves scolaires du secondaire que les garçons, à l’instar de ce qui a déjà été observé par ailleurs (Baudelot & Establet, 1992, 2007), la différence s’accroit au sein de cette configuration. Filles et garçons terminent le collège avec moins de 10 sur 20 en note moyenne, mais l’analyse des commentaires des enseignants dans les bulletins trimestriels atteste de situations radicalement différentes. En fin de collège, les garçons ont pour la plupart décroché cognitivement : en d’autres termes, ils ont renoncé à réaliser les efforts exigés par leurs enseignants et se trouvent de ce fait souvent en conflit avec l’institution. Au contraire, les filles ont conservé une docilité et une bonne volonté scolaire qui peuvent aller jusqu’à déstabiliser leurs enseignants qui voient en elles des élèves « volontaires » mais aux « capacités limitées ». Cette différence a des effets nets sur le processus d’orientation puisque 69 % des filles accèdent à la seconde générale et technologique (GT), contre seulement 21 % des garçons. Au lycée GT, les filles du pôle cité [familles fragilisées] s’orientent ensuite principalement vers les filières technologiques et obtiennent presque toujours leur baccalauréat, parfois au prix d’un redoublement. Les garçons, quant à eux, sont les plus nombreux à échouer lors de leur premier passage à l’examen du bac, si bien que seuls 29 % d’entre eux obtiennent un bac. Les conditions de vie matérielles ainsi que l’impossibilité de la famille de se projeter dans l’avenir expliquent les faibles résultats des unes et des autres, là où le sort réservé aux filles – suppléer leur mère pour les tâches domestiques et la garde des jeunes enfants – et aux garçons – être renvoyé vers l’espace extérieur de la cité – permet de comprendre leurs dispositions sociales et sexuées.

  • 31 . Gardons en tête que, dans cette ville de banlieue parisienne, les spécialités étudiées par les él (...)

73Le second exemple renvoie au choix des spécialités au sein de la voie professionnelle31. L’orientation en voie professionnelle concerne plus d’un élève sur deux parmi les deux configurations « pôle cité », un élève sur trois au sein de l’élite ouvrière et des familles populaires entre‑deux et un sur cinq parmi la petite fonction publique. Les premiers cherchent (et/ou trouvent) rarement un apprentissage ; en outre, ils fuient les spécialités les renvoyant à la condition ouvrière, dont ils ont appris, de par leur socialisation familiale, à se méfier. Ils choisissent les spécialités du commerce, de la comptabilité ou de l’électrotechnique pour les garçons et celles liées aux services à la personne ou au secrétariat pour les filles. De même pour les élèves de l’élite ouvrière qui disent avant tout aspirer à « ne pas se salir les mains » et qui investissent massivement le Brevet d’études professionnelles (BEP) Comptabilité. Or, les spécialités du commerce, de l’administration et de l’électrotechnique deviennent de plus en plus dévalorisées, à mesure qu’elles sont investies par ceux qui fuient la dévalorisation ouvrière. Parallèlement, la « fuite en avant » des élèves des pôles cité et de l’élite ouvrière laisse un vide que les élèves des franges supérieures des classes populaires et des petites classes moyennes tendent à combler en s’emparant, de façon distinctive, des places dans les filières industrielles délaissées. En effet, pour les élèves des familles populaires entre‑deux, accepter la voie professionnelle mais y maîtriser son orientation semble une stratégie acceptable et cohérente avec leur désir de se distinguer de ceux qui « rêvent trop ». Ainsi peut‑on comprendre que les choix des élèves de cette configuration orientés en voie professionnelle les différencient nettement des « autres » : d’une part, ils choisissent plus souvent l’apprentissage ; d’autre part, ils optent soit pour des spécialités plus rares (cuisine, restauration, esthétique, voire aménagement ou arts), soit pour les spécialités de l’usinage et de la plomberie, qui renvoient pourtant au travail manuel sur le monde matériel, au travail « salissant », mais qui offrent la possibilité de se distinguer au sein de la voie professionnelle.

Conclusion

74Dans leur récent manuel Sociologie des classes populaires contemporaines, Y. Siblot et ses collègues (2015), appellent à analyser les transformations sociales (« hausse du niveau de vie, essor et diversification des pratiques culturelles, extension de la scolarisation et de la consommation de masse, précarisation et tertiarisation des emplois, recul des conflits du travail, etc. », p. 35) sans tomber dans une posture « fragmentationniste » qui impliquerait un point de vue uni‑varié sur les individus et familles étudiés. Ainsi, plutôt que de quitter le terrain fécond des classes sociales pour une étude des « enfants d’immigrés », des « pauvres », des « chômeurs » ou même des « enfants d’ouvriers », ils prônent une étude des classes populaires qui prend au sérieux leur position sociale dominée et les « formes de séparation culturelle » qui persistent tout autant que les lignes de clivage internes.

75Cet article peut être lu comme une proposition d’application empirique de cette posture théorique. En effet, au cours d’une enquête sur les trajectoires scolaires des élèves de classes populaires et grâce à la richesse des variables présentes dans les dossiers scolaires, nous avons fait le choix de croiser diverses dimensions de la vie sociale (géographique, économique, professionnelle et familiale) afin de créer des configurations de positions sociales. En d’autres termes, nous avons procédé à une sociologie de l’articulation, contre la prédominance du ceteris paribus. La valeur heuristique de ce travail est avérée tant les configurations ainsi construites rendent intelligibles la diversité des modalités de socialisation au sein des familles populaires et, conséquemment, la pluralité de leurs trajectoires scolaires.

76Les catégories ainsi construites, outre qu’elles s’exposent au risque permanent de la réification (Desrosières, 1993, p. 29), présentent des limites qui renvoient à l’absence de certaines données dans les dossiers scolaires (niveau de diplôme des parents, pays de naissance des parents, notamment) ainsi qu’au champ restreint de la population étudiée. En effet, non seulement la base de données est localisée mais elle est également située dans les cycles de vie puisqu’elle rassemble les familles ayant un enfant entrant dans un collège public. Sont donc exclus de l’analyse les célibataires, les couples sans enfant ou ceux qui ont recours au collège privé. Ces différents éléments ne sont pas neutres, à la fois parce que célibat, vie sans enfant et scolarisation dans le privé sont socialement situés mais également parce que, selon leur origine sociale, les adultes n’ont pas des enfants au même moment de leur trajectoire.

77En conclusion, on peut se demander si cet outil est transposable sur d’autres contextes et pour d’autres recherches. L’espace social ici décrit semble trop dépendant du terrain, de la population et de leurs spécificités pour que ces configurations aient vocation à devenir un outil général (et générique) pour penser la classe sociale du point de vue des familles, à l’instar de ce que sont les PCS pour les individus. D’une part, les classes populaires rurales sont complètement absentes de la population d’études alors qu’elles sont à la fois nombreuses et diverses (Renahy, 2006). D’autre part, si les dynamiques spatiales locales observées s’inscrivent dans un contexte qui les dépasse, elles n’en demeurent pas moins le produit d’un « être propre‑singulier » de la localité (Vergès, 1983). Par exemple, bien que la spécificité du centre‑ville de Vimont renvoie à la fois aux modalités de lutte contre la concentration du logement social et à l’injonction légale de construire des HLM, ce quartier prend ici une forme spécifique (voir supra).

78Si la proposition méthodologique a une portée générale, les configurations de positions sociales ici construites ne peuvent pas être réappropriées sans précaution pour l’étude d’autres terrains et populations. Il reste que le constat d’hétérogénéité des classes populaires, les modalités d’articulation mis en évidence, les tensions qui en découlent ainsi que les liens entre configurations de positions sociales, modalités de socialisation et rapport à l’école peuvent quant à eux contribuer à éclairer ceux qui – étudiants, chercheurs ou acteurs – entendent comprendre les inégalités et les classes sociales contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

Alonzo P. & Hugrée C. (2010), Sociologie des classes populaires, Paris, Armand Colin.

Amossé T. (2013), « La nomenclature socio‑professionnelle : une histoire revisitée », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 68, no 4, pp. 1039‑1075.

Amossé T. & Chardon O. (2006), « Les travailleurs non qualifiés : une nouvelle classe sociale ? », Économie et statistique, no 393‑394, pp. 203‑229.

Arai M., Besancenot D., Huynh K. & Skalli A. (2009), « Children’s first names and immigration background in France », document de travail, <halshs‑00383090>.

Baudelot C. & Establet R. (1992), Allez les filles ! Une révolution silencieuse, Paris, Seuil.

Baudelot C. & Establet R. (2005), « Classes en tous genres », in Maruani M. (dir.), Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, pp. 38‑47.

Baudelot C. & Establet R. (2007), Quoi de neuf chez les filles ? Entre stéréotypes et libertés, Paris, Nathan.

Beaud S. (1994), « L’école et le quartier. Des parents ouvriers désorientés », Critiques sociales, no 5‑6, pp. 13‑46. 

Beaud S. (2003), 80 % au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte.

Beaud S. & Pialoux M. (1999), Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard.

Benzécri J.‑P. (1973), L’Analyse des données. Tome 2 : L’Analyse des correspondances, Paris, Dunod.

Bèque M. (2004), « Structure familiale et réseaux de sociabilité des personnes immigrées et issues de l’immigration », Acte du colloque Le devenir des enfants des familles défavorisées en France, http://www.cerc.gouv.fr/meetings/colloque_avril2004/programme.htm.

Bessière C. (2003), « Race, classe, genre. Parcours dans l’historiographie américaine des femmes du Sud autour de la guerre de Sécession », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, no 17, pp. 231-258.

Bouchet‑Valat M. (2014), « Les évolutions de l’homogamie de diplôme, de classe et d’origine sociales en France (1969‑2011) : ouverture d’ensemble, repli des élites », Revue française de sociologie, vol. 55, no 3, pp. 459‑505

Bourdieu P. (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bourdieu P. (1984), Questions de sociologie, Paris, Minuit.

Bourdieu P. (1993), « Effets de lieu », in Bourdieu P. (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, pp. 249‑262.

Bourdieu P., Chamboredon J.‑C. & Passeron J.‑C. (1968), Le Métier de sociologue, Paris, Mouton/Bordas.

Bourreau‑Dubois C., Guillot O. & Jankeliowitch‑Laval É. (2001), « Le travail à temps partiel féminin et ses déterminants », Économie et statistique, no 349‑350, pp. 41‑61.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Siblot Y. (2008), La France des « petits‑moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Cayouette‑Remblière J. (2009), « Comment choisissent les « non choisissants » ? Les cadres sociaux du choix du collège en milieu populaire », Ville École Intégration – Diversité, no 157, pp. 139‑145.

Cayouette‑Remblière J. (2011), « Reconstituer une cohorte d’élèves à partir de dossiers scolaires. La construction d’une statistique ethnographique », Genèses, no 85, pp. 115‑133.

Cayouette‑Remblière J. (2013), « Le marquage scolaire. Une analyse statistique ethnographique des trajectoires des enfants de classes populaires à l’École », thèse de doctorat de sociologie non publiée, EHESS.

Cayouette‑Remblière J. (2014), « Les classes populaires face à l’impératif scolaire. Orienter les choix dans un contexte de scolarisation totale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 205, pp. 58‑71.

Cibois P. (2007), Les Méthodes d’analyse d’enquête, Paris, Puf.

Chenu A. (1990), L’Archipel des employés, Paris, INSEE Études.

Collovald A. & Schwartz O. (2006), « Haut, bas, fragile : sociologies du populaire », Vacarme, no 37, http://www.vacarme.org/article1118.html.

Coulmont B. (2011), Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte.

Coutrot L. (2002), « Les catégories socio‑professionnelles : changement des conditions, permanence des positions ? », Sociétés contemporaines, no 45‑46, pp. 107‑129.

Davezies L. (2004), « De la question sociale à la question spatiale », Lien social et politique – RIAC, no 52, pp. 47‑53

Desrosières A. (1993), La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières A. & Gollac M. (1982), « Trajectoires ouvrières, systèmes d’emplois et comportements sociaux », Économie et statistique, no 147, pp. 43‑66.

Desrosières A. (1984), « Des individus aux ménages : l’étude des milieux sociaux par les catégories socioprofessionnelles », Données sociales, INSEE, pp. 8‑22.

Desrosières A. & Thévenot L. (2002), Les catégories socio‑professionnelles, Paris, La Découverte.

Duval J. (2010), « Analyser un espace social », in Paugam S. (dir.), L’Enquête sociologique, Paris, Puf, pp. 267‑290.

Élias N. (1991), La Société des individus, Paris, Fayard.

Élias N. & Scotson J. L. (1997 [1965]), Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur d’une communauté, Paris, Fayard.

Faure S. & Thin D. (2007), « Femmes des quartiers populaires, associations et politiques publiques », Politix, no 78, pp. 87‑106.

Felouzis G. (2003), « La ségrégation ethnique et ses conséquences », Revue française de sociologie, vol. 44, no 3, pp. 413‑447.

Gollac S. (2005), « La fonction publique : une voie de promotion sociale pour les enfants des classes populaires ? Une exploitation de l’enquête emploi 2001 », Sociétés contemporaines, no 58, pp. 41‑63.

Goux D. & Maurin É. (2012), Les Nouvelles Classes moyennes, Paris, Seuil.

Grafmeyer Y. (1994), Sociologie urbaine, Paris, Nathan.

Grossetête M. (2010), « L’enracinement social de la mortalité routière », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 184, pp. 38‑57.

Hoggart R. (1970 [1957]), La Culture du pauvre, Paris, Minuit.

Hollingshead A. B. (1949), Elmtown’s Youth. The Impact of Social Classes on Adolescents, New York, John Wiley & Sons.

Hollingshead A. B. & Redlich F. C. (1958), Social Class and Mental Illness. A Community Study, New York, Londres, John Wiley & Sons, Chapman & Hall.

Kakpo S. (2012), Les Devoirs à la maison. Mobilisation et désorientation des familles populaires, Paris, Puf.

Kergoat D. (1973), Bulledor ou l’histoire d’une mobilisation ouvrière, Paris, Seuil.

Lahire B. (1995), Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieu populaire, Paris, Gallimard, Seuil.

Laurens J.‑P. (1992), Un sur cinq cents. La Réussite scolaire en milieu populaire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Leclerc A., Fassin D., Grandjean H., Kaminski M. & Lang T. (dir.) (2000), Les Inégalités sociales de santé, Paris, La Découverte.

Lenski G. E. (1954), « Status Crystallization. A Non‑vertical Dimension of Social Status », American Sociological Review, vol. 19, no 4, pp. 405‑413.

Levine‑Rasky C. (2008), « Middle‑classness and Whiteness in Parents’ Responses to Multiculturalism: A Study of One School », Canadian Journal of Education, vol. 31, no 2, pp. 454‑490.

Masclet O. (2003), La Gauche et les Cités. Enquête sur un rendez‑vous manqué, Paris, La Dispute.

Millet M. & Thin D. (2005), Ruptures scolaires. L’École à l’épreuve de la question sociale, Paris, Puf.

Mischi J. et Renahy N. (2007), « Classe ouvrière », in Dictionnaire de sociologie, Paris, Encyclopedia Universalis, Albin Michel, en ligne : http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes‑sociales‑classe‑ouvriere/.

Noiriel G. (1992), « Babel ouvrière », Autrement, no 126, pp. 84‑94.

Passeron J.‑C. (1991), Le Raisonnement sociologique. L’Espace non‑poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Perrin‑Heredia A. (2009), « Les logiques sociales de l’endettement : gestion des comptes domestiques en milieux populaires », Sociétés contemporaines, no 76, pp. 95‑119.

Pialoux M. & Weber F. (2002), « La gauche et les classes populaires. Réflexions sur un divorce », Mouvements, no 23, pp. 9‑21.

Renahy N. (2006), Les Gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

Sayad A. (2006 [1992]), L’Immigration ou les Paradoxes de l’altérité. 1. L’Illusion du provisoire. 2. Les Enfants illégitimes, Paris, Raisons d’agir.

Schwartz O. (1990), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et Femmes du Nord, Paris, Puf.

Schwartz O. (1998), « La notion de “classes populaires” », habilitation à diriger des recherches non publiée, Université de Versailles‑Saint‑Quentin‑en‑Yvelines.

Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Renahy N. (2015), Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Sinthon R. (2014), « Reconversions extrascolaires du capital culturel. Une révision de la mobilité sociale depuis ses marges », thèse de doctorat de sociologie non publiée, EHESS.

Terrail J.‑P. (1990), Destins ouvriers, la fin d’une classe ?, Paris, Puf.

Valetas M. & Bringé A. (2009), « Prénoms des enfants d’immigrés en France : une pratique différente selon le sexe ? », in Vallin J. (dir.), Du genre et de l’Afrique. Hommage à Thérèse Locoh, Paris, INED, pp. 57‑65.

Vergès P. (1983), « Approche des classes sociales dans l’analyse localisée », Sociologie du travail, vol. 25, no 2, pp. 226‑232.

Verret M. (1988), La Culture ouvrière, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 . La même tendance peut être notée en ce qui concerne les États‑Unis où, depuis la fin des années 1940, les analyses de la mobilité sociale tendent à se réduire à appréhender la position sociale en termes de profession au sein de tables de mobilité (Sinthon, 2014, p. 25).

2 . Tous les noms de lieux ont été anonymisés.

3 . Par exemple, à Vimont, le salaire horaire net des CPIS est de 23,90 euros, contre 14,40 euros pour les professions intermédiaires, 10,30 euros pour les employés, 11,30 euros pour les ouvriers qualifiés et 9,10 euros pour les ouvriers non qualifiés.

4 . Ces déclarations en clair ont toutes été recodées par mes soins. Si un parent se déclare d’abord sans profession, puis déclare un emploi dans les années qui suivent, il a été classé dans la catégorie de cet emploi.

5 . Distinguer les enseignants se justifie eu égard à l’objet d’étude de la thèse et à la spécificité du rapport à l’école des enseignants et enfants d’enseignants.

6 . Michel Verret (1988) employait déjà le terme pour regrouper employés et ouvriers.

7 . Nous ne nions pas que la distinction entre employés et ouvriers reste pertinente dans certains cas, mais nous renonçons à l’inclure comme principe structurant de l’analyse. Il nous arrivera d’ailleurs par la suite de la réemployer, lorsque cela est adapté.

8 . Suivant le recensement de la population, INSEE, 1999.

9 . Comme le dit G. Felouzis, le prénom « ne permet que d’approcher la réalité sans la saisir entièrement et implique donc une marge d’erreur que Paul Lazarsfeld lui‑même définissait comme au fondement de toute mesure empirique d’une variable » (Felouzis, 2003, p. 420).

10 . Définition du dictionnaire Le Robert citée et soulignée par G. Felouzis, 2003, p. 418.

11 . Il est impossible de mener un test de khi‑deux croisant profession du père (ou, à défaut, de la mère) et les six modalités de prénom, puisque les effectifs théoriques seraient trop faibles. Un test de khi‑deux a été réalisé en ne retenant que deux modalités pour le prénom (autochtone/allochtone ou mixte). La différence est significative au seuil de 1 sur 10 000. En revanche, contrairement à ce qu’observent Marie‑France Valetas et Arnaud Bringé (2009), nos données ne montrent aucune différence significative entre garçons et filles.

12 . Ces déclarations sous‑estiment cependant les risques de chômage ou d’inactivité puisqu’elles n’ont lieu qu’une fois par année, en septembre, et négligent donc les périodes non travaillées qui sont circonscrites entre deux rentrées scolaires.

13 . Le quartier est délabré à la fois par ses habitations et par ses abords : il est circonscrit entre une route nationale infranchissable à pied, un cimetière et une zone industrielle.

14 . Lorsque le père est absent, c’est la profession de la mère qui est considérée. La remarque vaut également pour les proportions suivantes.

15 . Les IRIS décrivent très mal la spécificité du centre‑ville, dont les habitations sont éparpillées entre les IRIS 101, 106 et 108.

16 . Notons que les deux collèges étudiés ne recrutent pas dans les IRIS 110, 111 et 112 où se trouve un troisième collège.

17 . Ces facteurs sont : la contre‑mobilité ; la situation professionnelle avantageuse du père ; l’activité de la mère ; la descendance restreinte ; la pratique religieuse ou le militantisme politique ; la frustration scolaire des parents.

18 . Dans le même sens, Jean‑Claude Passeron (1991, p. 133) prône l’étude des « configurations de co‑occurrences » et Céline Bessière (2003, pp. 231‑232) invite à « articuler différents types de domination sociale sans effacer un de ses membres… [pour] sortir des logiques d’encastrement qui hiérarchisent les formes de domination, minorant, oubliant ou neutralisant l’une d’entre elles ».

19 . « Jamais suffisantes, [les caractéristiques sociales familiales] tiennent leur efficacité sociale de leur combinaison à d’autres conditions sociales (familiales, institutionnelles, juvéniles) constitutives du parcours sans lesquelles les caractéristiques sociales familiales n’auraient ni le même sens ni ne produiraient les même effets. […] C’est donc toujours en pensant l’arrangement ou l’articulation de ces conditions sociales de possibilité avec d’autres dimensions constitutives des parcours de ruptures scolaires des collégiens que l’analyse doit procéder » (Millet & Thin, 2005, p. 42).

20 . Comme l’indique Pierre Bourdieu (1984), un groupe ne se définit pas seulement par sa condition sociale : sa position se définit dans et par son rapport aux autres groupes.

21 . Pour une présentation des variables présentes dans l’ACM, voir l’annexe électronique sur le site de la revue : https://sociologie.revues.org/2654.

22 . Certains pourront penser reconnaître un « effet Guttman » dans la présentation graphique des modalités sur les axes 1 et 2. Cela impliquerait que l’axe 2 ne pourrait être interprété puisqu’il ne serait qu’une fonction polynomiale de l’axe 1. Or, nous avons pu vérifier que l’axe 2 n’est pas corrélé à l’axe 1. Sur ce point, voir (Benzécri, 1973 ; Cibois, 2007).

23 . C’est faute de mieux que je choisis ce terme, en opposition au qualificatif suivant.

24 . Suivant cette méthode, les individus les plus proches sur les trois premiers axes sont regroupés, puis leur point moyen est projeté dans l’espace. Ensuite, parmi les individus restants, ainsi que le point moyen des deux premiers individus, les deux points les plus proches sont de nouveau regroupés, créant un nouveau point moyen. Ainsi de suite jusqu’à ce que le nombre de points soit considérablement réduit. Suivant l’arbre de classification, il a été choisi de s’arrêter à neuf configurations.

25 . Afin de décrire les configurations, nous ne nous limiterons pas aux variables ayant permis leur construction mais il nous arrivera de faire référence à d’autres caractéristiques.

26 . Chaque catégorie est nommée de façon à mettre en évidence son caractère spécifique ; en termes statistiques, on pourrait dire que les appellations découlent de la contribution différentielle des différentes variables. Il s’ensuit que les noms des configurations ne forment pas un tout cohérent comme le seraient les modalités d’une variable mais ils ont vocation à attirer l’attention sur la ou les spécificités de chaque configuration.

27 . « Dans et par le travail s’accomplit un mouvement global d’investissement du dehors et surtout un droit traditionnellement masculin à s’échapper de chez soi, et à se déployer à l’extérieur » (Schwartz, 1990, p. 83).

28 . En cela – mais en cela seulement –, Mada est peu caractéristique de cette configuration.

29 . Pour les divers tableaux présentant la situation scolaire des configurations de positions sociales, voir en annexe électronique : https://sociologie.revues.org/2654.

30 . À l’exception notable et intéressante des élèves de la petite fonction publique dont on se souvient que les mères occupent des positions plus souvent équivalentes ou supérieures à celles de leur conjoint que pour la population totale.

31 . Gardons en tête que, dans cette ville de banlieue parisienne, les spécialités étudiées par les élèves diffèrent sensiblement de la moyenne nationale tant l’offre des spécialités professionnelles s’inscrit dans un territoire – ou plutôt devrait‑on dire un « bassin d’emploi » – déterminé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La diversité des quartiers à Vimont
Légende Source : recensement 1999, INSEE, données fournies par le réseau Quételet.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2652/img-1.png
Fichier image/png, 466k
Titre Figure 2 : Street view révèle…
Légende Source : Street view (google map).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Figure 3 : L’espace des positions sociales (axes 1 et 2)
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2652/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 4 : L’espace des positions sociales (axes 1 et 3)
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2652/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 5 : Les neuf configurations de positions sociales
Légende Lecture : les configurations sont représentées suivant leur position sur les trois axes. L’axe 1 apparaît en horizontal, l’axe 2, en vertical et l’axe 3, dans les dégradés de gris et d’encadré. Les carrés les plus foncés sont associés au secteur public sur l’axe 3 ; les carrés en pointillé, au privé.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/2652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanie Cayouette-Remblière, « De l’hétérogénéité des classes populaires (et de ce que l’on peut en faire) », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 6 |  2015, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2652

Haut de page

Auteur

Joanie Cayouette-Remblière

joanie.cayouette-rembliere@ined.fr
Chargée de recherche, INED - 133 boulevard Davout, 75020 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page