Navigation – Plan du site

Deux gauches, deux droites. Vote de classe et vote culturel aux Pays-Bas, 2002

Traduction française
Dick Houtman et Peter Achterberg

Résumés

This article elaborates and tests the so-called theory of the new political culture (Ronald Inglehart et al.) by means of the Dutch part of the European Social Survey (2002). The analysis is restricted on theoretical grounds to voting for parties representing new politics (centering on cultural issues: populist party (LPF, new right) versus green party (GroenLinks, new left) and old politics (centering on class issues: social-democratic party (PVDA, old left) versus conservative party (VVD, old right)). The class theory of politics explains voting for PVDA or VVD very well. The working class votes for the PVDA and the more privileged classes for the VVD, due to economic progressiveness and economic conservatism, respectively. A cultural logic underlies voting for Greens or LPF, however, with the well educated voting for the Greens and the poorly educated for the LPF, driven by libertarianism and authoritarianism, respectively. It is concluded that class voting needs to be carefully distinguished from cultural voting and that we may not so much have been witnessing a decline in class voting since World War II, as typically maintained, but rather an increase in cultural voting.

Cet article développe et teste la portée empirique de la théorie de la nouvelle culture politique (Ronald Inglehart et autres) en se fondant sur la partie néerlandaise de l’enquête sociale européenne de 2002 (European Social Survey 2002). L’analyse est restreinte pour les raisons théoriques au vote pour les partis emblématiques de cette nouvelle culture politique – parti populiste (LPF) de droite, d’une part, parti écologiste (GroenLinks), de l’autre – et aux deux grands partis traditionnels à base « classiste » – parti travailliste (PVDA) et parti conservateur (VVD). La théorie du vote de classe rend compte de manière satisfaisante du vote pour les partis traditionnels. La classe ouvrière vote pour le parti travailliste (PVDA) et les classes plus privilégiées pour le parti conservateur (VVD). Le vote pour le parti écologiste (GroenLinks) ou pour le parti populiste (LPF) semble relever davantage, en revanche, d’une logique de vote culturel, les catégories les plus éduquées portant davantage leurs suffrages sur les écologistes, et les moins instruits votant plus massivement pour le LPF sur la base de l’adhésion à des valeurs libérales/libertaires, d’un côté, et autoritaires, de l’autre. On en conclut à la nécessité de distinguer plus rigoureusement vote de classe et vote culturel, et que l’évolution marquante observée depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale n’est peut-être pas tant dans le déclin du vote de classe que dans la progression du vote culturel.

Haut de page

Notes de l’auteur

Correspondance à adresser à Dick Houtman, Department of Sociology, Faculty of Social Sciences, Erasmus University, P.O. Box 1738, 3000 DR Rotterdam, Pays-Bas (email: Houtman@fsw.eur.nl). Les auteurs remercient Roy Kemmers pour son assistance et Philippe Coulangeon pour son aide généreuse et ses conseils quant à la rédaction de la version française du texte. Une version précédente de ce texte a été présentée par Dick Houtman au colloque Culture et politique(s), le 17 mars 2007, à la maison de la recherche de l’université de Lille 3.

Texte intégral

1Depuis la parution de son ouvrage  La Révolution Silencieuse (The Silent Revolution) (1977), le politiste américain Ronald Inglehart soutient, que du fait de l’accroissement des richesses, les valeurs "post-matérialistes" de liberté et de réalisation individuelle seraient désormais devenus centrales dans les pays occidentaux. D’où l’émergence et la montée en puissance d’une "nouvelle culture politique", dont la diffusion s’effectuerait aux dépens de la culture politique traditionnelle, centrée sur les thèmes de la répartition des richesses et des revenus entre les différentes classes de la société (Inglehart, 1977, 1990, 1997 ; Cf. également Dalton et al., 1984 ; Rempel et Clark, 1997 ; Clark, 1998, 2001 ; Hechter 2004).

  • 1  Dans les années 1970, avec la création du PPR et du PSP, les Pays-Bas ont vu apparaître deux nouve (...)

2L’apparition de cette nouvelle culture politique n’a pas été sans conséquences sur le paysage politique,  de nouveaux partis ayant vu le jour à gauche, notamment Les Verts en France, Die Grünen en Allemagne et GroenLinks aux Pays-Bas (Inglehart, 1990, 281-283 ; Cf. également Hoffman-Martinot, 1991), plus sensibles aux thèses d’inspiration "libérales" – au sens du libéralisme culturel - que les partis de gauche traditionnels.1 De fait, depuis la publication du livre fondateur d’Inglehart (1977), l’idée selon laquelle il y aurait désormais « deux Gauches (…) ancrées dans des classes différentes » (Lipset, 1981, 510) est largement admise des sociologues comme des politistes (Cf. également Weakliem, 1991). Cette nouvelle gauche libérale/libertaire  ferait particulièrement recette auprès des électeurs les plus instruits, qui manifesteraient plus d’affinités que les autres avec les valeurs post-matérialistes. Ces partis contribueraient donc considérablement à distendre les liens traditionnels des classes moyennes avec la Droite (Inglehart, 1997, 254).

1. Le postmatérialisme est-il nécessairement de gauche ?

  • 2  Parmi les nouveaux partis européens de droite en bonne position, mentionnons le FPÖ autrichien, le (...)

3En dépit de sa popularité, la thèse d’Inglehart a pourtant rapidement fait l’objet de critiques. Ses détracteurs lui ont notamment reproché d’avoir occulté la possibilité d’un « post-matérialisme autoritaire de droite » (Flanagan, 1979, 1982, 1987 ; Middendorp, 1991, 262 ; Dekker et al, 1999), objection  d’autant plus fondée que des partis populistes de droite sont en effet apparus depuis les années 1980 dans toute l’Europe, où ils remportent d’indéniables succès électoraux et incarnent une véritable « contre-révolution silencieuse » (Ignazi, 1992) qui dément la thèse  selon laquelle la nouvelle culture politique serait intrinsèquement liée à des thèmes libéraux/libertaires de gauche (Cf. également Ignazi, 2003 ; Veugelers, 2002).2

4Ainsi, les détracteurs d’Inglehart défendent-ils une conception élargie de cette culture politique émergente qui prenne également en compte son versant autoritariste de droite. Ils font donc l’hypothèse que le vote en faveur des nouveaux partis de droite procède du même mécanisme que le vote pour les nouveaux partis de gauche, mais  en sens inverse. Dans ces deux cas, le choix de l’électeur serait déterminé par de « nouveaux » thèmes culturels qui, en tant que tels, tendent à inverser les correspondances traditionnelles classe/parti, régies par les « anciens » intérêts économiques de classe. Dans cet article, nous étudierons la pertinence du point de vue des contradicteurs d’Inglehart, en commençant par une discussion critique de la manière dont ce qu’il est convenu d’appeler le "vote de classe" a été traditionnellement envisagé et des raisons pour lesquelles cette approche conventionnelle confond le plus souvent "vote de classe" et "vote culturel", au lieu de systématiser la distinction de ces deux types de votes (voir aussi Houtman, 2001, 2003 ; Achterberg, 2006 ; Achterberg et Houtman, 2006 ; Van der Waal et al., 2007).

2. Vote de classe et vote culturel

2.1. Mesurer le vote de classe : l’indice d’Alford

5Les variations d’intensité du vote de classe sont généralement rapportées aux variations d’intensité du vote ouvrier en faveur des partis de gauche et du vote des classes supérieures pour les partis conservateurs. Cette procédure, connue sous le nom d’"indice d’Alford", depuis que Robert Alford (1967, 80) proposa, dans les années soixante de mesurer l’importance du vote de classe en soustrayant de la proportion de votes de gauche parmi les ouvriers la proportion de votes de gauche dans les autres catégories sociales et professionnelles. Ainsi, plus les ouvriers votent à gauche et moins les autres catégories le font, plus la valeur de l’indice d’Alford est élevée, ainsi que le niveau du vote de classe. Lorsque les proportions de vote à gauche sont égales chez les ouvriers et dans les autres catégories, l’indice d’Alford prend la valeur zéro, ce qui met en évidence l’absence de vote de classe. Bien que des approches statistiquement plus avancées aient été proposées depuis (ex. Hout et al, 1993), elles n’altèrent en rien le fondement théorique de la démarche d’Alford et tendent donc à produire « les mêmes conclusions quant à la classification des pays en fonction du niveau de vote de classe et du rythme de son déclin » (Nieuwbeerta, 1996, 370). Le recours à l’indice d’Alford demeure ainsi très répandu, comme en témoigne encore récemment son utilisation par les auteurs de The Breakdown of Class Politics (Clark et Lipset, 2001) et The End of Class Politics? (Evans, 1999).

6L’indice d’Alford et ses succédanés contemporains n’en demeurent pas moins hautement problématiques, ne serait-ce que parce que les variations de l’indice, à la hausse ou à la baisse, ne disent fondamentalement rien du degré auquel l’appartenance de classe détermine le vote (Houtman, 2003, 103-120), et ceci du fait qu’en occultant les motivations du vote, cette approche ne permet pas de mesurer le degré auquel la relation entre appartenance de classe et vote, quelle qu’en soit l’intensité, est fondée sur un motif d’ordre économique (égalitarisme des classes populaires et aversion des classes supérieures pour la redistribution) ou sur un motif d’ordre culturel, tels que ceux mis en avant par Inglehart (postmatérialisme) ou par ses détracteurs (autoritarisme). Ce point est crucial, puisqu’en dépit du fait que ce type de motif culturel soit vraisemblablement lié à l’appartenance de classe, il ne repose pas au même titre que les motivations économiques sur la logique des intérêts de classe. Il convient donc d’aller au-delà de la simple relation entre l’appartenance de classe et le vote, en distinguant clairement les motifs économiques du vote que suggère l’indice d’Alford et les motifs culturels soulignés par les tenants de l’émergence d’une "nouvelle culture politique", du côté d’Inglehart comme de ses contradicteurs. Nous précisons dans ce qui suit les lacunes de l’indice d’Alford, à travers la distinction analytique que nous établissons entre ce que nous désignons par "vote de classe" et "vote culturel".

2.2. Vote de classe et vote culturel

  • 3  Inglehart (1997, 4, 43, 47) soutient néanmoins que le glissement vers le « post-matérialisme » est (...)

7Depuis les années 1950, de nombreuses études ont mis en évidence l’existence, dans l’électorat des démocraties occidentales, de deux clivages structurants et largement indépendants l’un de l’autre. Le clivage « conservatisme économique/progressisme », d’une part, oppose le laissez-faire à la redistribution économique par l’État. Le clivage « autoritarisme/libéralisme », d’autre part, oppose la protection de la liberté individuelle au maintien de l’ordre social. Il a été souvent avancé, depuis, que ce second clivage recouvrerait en partie le concept de post-matérialisme d’Inglehart (Flanagan, 1979, 1982, 1987 ; Middendorp, 1991, 262 ; Dekker et al., 1999 ; Houtman, 2003, 66-82). « Ainsi, la spécificité de l’argument post-matérialiste n’est pas l’existence d’une deuxième dimension idéologique, mais son impact croissant sur le vote » note très justement Weakliem (1991, 1330).3

8Déjà évoquée par Lipset, dans les années 1950 (1959), l’absence de rapport entre ces deux clivages a depuis lors état continuellement observée dans l’électorat des pays occidentaux (ex. Mitchell, 1966 ; Kelly et Chambliss, 1966 ; O’Kane, 1970 ; Felling et Peters, 1986 ; De Witte, 1990 ; Fleishman, 1988 ; Middendorp, 1991 ; Scheepers et al., 1992 ; Olson et Carroll, 1992 ; Heath et al., 1994 ; Evans et al., 1996 ; Houtman, 2003). Ce qui signifie qu’il est généralement impossible, en l’absence de données complémentaires, de déterminer par exemple si un individu quelconque est favorable, à la peine de mort (autoritarisme/libéralisme) en se basant sur son opinion en matière de redistribution des richesses (conservatisme économique/progressisme), et inversement.

9Depuis la Deuxième guerre mondiale, les travaux portant sur les relations entre classe sociale et valeurs politiques ont toujours montré que le terreau de l’autoritarisme n’était pas un faible revenu, mais un faible niveau d’instruction (Cf. Houtman, 2003, pour un panorama des études pertinentes). Malgré cela, cette corrélation a souvent été considérée comme le signe que l’autoritarisme, tout comme le progressisme économique, allaient de pair avec un faible statut social. De la même manière, Inglehart (1977, 1990) a cru pouvoir déceler dans la corrélation positive entre instruction et post-matérialisme un argument en faveur de la théorie selon laquelle le fait de grandir dans l’opulence s’accompagnerait d’un attachement durable à la liberté et à la réalisation individuelles. Ces interprétations « marxisantes » de l’autoritarisme et du postmatérialisme sont également fautives (Houtman, 2003) : l’autoritarisme comme le postmatérialisme ne sont en effet fondamentalement déterminées ni par la position économique occupée, ni par le patrimoine hérité des parents, mais bien davantage par les ressources culturelles dont disposent les individus (Kalmijn, 1994 ; De Graaf et Kalmijn, 2001).

10L’existence de deux domaines de valeurs politiques distincts et le fait que le clivage autoritarisme/libéralisme (contrairement au clivage conservatisme/progressisme économique) ne dépende pas de la classe sociale, mais du capital culturel, plaident pour une nouvelle conceptualisation de la relation classe/vote. En dépit du démenti qu’elle apporte à l’hypothèse des fondements économiques des valeurs post-matérialistes (Houtman, 2003), cette nouvelle conceptualisation donne du reste partiellement raison à Inglehart, lorsque celui-ci fait référence à deux logiques de vote radicalement différentes. « La relation entre classe et vote ne peut pas être décrite correctement à l’aide d’une dimension unique » note cependant très justement Weakliem (1991, 1355), avant d’ajouter que « le modèle classiste conventionnel était peut-être inexact, avant même d’avoir été largement critiqué ». Non seulement la nouvelle conceptualisation met donc en exergue le rôle décisif du capital culturel aux dépens de la classe sociale dans le vote culturel, mais elle affine aussi la distinction qu’Inglehart établit entre « vote de classe » et « vote en fonction de valeurs post-matérialistes » (ex. 1987, 1298). Cette nouvelle conceptualisation reconnaît ainsi que le vote de classe implique également un « vote en fonction des valeurs », même celles-ci sont radicalement différentes des valeurs prises en compte dans le vote culturel. Pour expliquer le vote culturel, cette conceptualisation substitue aussi à la définition étroite du « post-matérialisme » le clivage plus général entre autoritarisme et libéralisme (pour une conceptualisation similaire, Cf. Middendorp, 1991).

11La figure 1 représente la nouvelle conceptualisation du rapport entre classe sociale et vote. Le vote de classe est considéré comme un vote en faveur d’un parti de gauche, sur la base d’un progressisme économique qui trouve son origine dans un faible statut social (ou, à l’inverse, un vote en faveur d’un parti de droite, sur la base d’un conservatisme économique qui trouve son origine dans un statut social élevé). Le vote de classe doit donc être distingué du vote culturel, qui n’est pas motivé par des intérêts économiques de classe, mais par le capital culturel et les valeurs d’autoritarisme/libéralisme associées. Ainsi, le vote culturel apparaît-il comme un vote de gauche fondé sur des orientations libérales associées à un niveau élevé de capital culturel (ou, à l’inverse, un vote en faveur d’un parti de droite, sur la base de valeurs autoritaires associées à un capital culturel limité).

12

Figure 1. Distinction entre vote de classe (flèche 2 x flèche 3) et vote culturel (flèche 4 x flèche 5).

Figure 1. Distinction entre vote de classe (flèche 2 x flèche 3) et vote culturel (flèche 4 x flèche 5).

13Au vu de cette distinction vote de classe/vote culturel, le vote en faveur des partis de droite et de gauche traditionnels peut donc sans doute s’interpréter comme une vote de classe, tandis que le vote en faveur des nouveaux partis de droite et de gauche s’interprète davantage comme un vote culturel. Les nouveaux partis de gauche et de droite diffèreraient ainsi des anciens partis de gauche et de droite parce qu’ils privilégient les questions culturelles par rapport au thème de la répartition des richesses. Ainsi, les nouveaux partis de gauche se préoccupent davantage d’accroître les libertés individuelles et la tolérance envers la diversité culturelle, tandis que les nouveaux partis de droite mettent naturellement l’accent sur le maintien de l’ordre social.

2.3. Nouvelle Droite et nouvelle Gauche aux Pays-Bas

  • 4  Le Parti du Centre, formation d’extrême droite appelée plus tard Centre Démocrate, était certes dé (...)

14Du fait sans doute du rapport particulier que le système politique néerlandais entretient traditionnellement avec la question des minorités – la "politique de l’ajustement" (Liiphart, 1968), c’est-à-dire la recherche du consensus et l’évitement des conflits avec les groupes minoritaires – la percée des nouveaux partis populistes de droite est intervenue beaucoup plus tôt aux Pays-Bas que partout ailleurs en Europe. Le discours ethnocentriste de cette nouvelle droite était encore largement tabou aux Pays-Bas lorsque Pim Fortuyn commença à les remettre en cause avec succès en 2001. Alors que les partis populistes de droite étaient jusque là demeurés marginaux aux Pays-Bas4, le nouveau Parti Populiste de Fortuyn (LPF) ne remporta pas moins de 17% des suffrages aux élections nationales de 2002, qui succédaient aux 35% déjà obtenus précédemment aux élections locales de Rotterdam an mars de la même année. Ce raz-de-marée électoral en faveur de Fortuyn allait entrainer des conséquences durables sur la culture et le paysage politiques néerlandais. La politique de l’ajustement et le discours multiculturaliste traditionnel ont été depuis de plus en plus contestés, aboutissant à un climat culturel et politique fortement polarisé et marqué par de nouveaux succès électoraux des populistes de droite (Houtman et al., 2008b. ; Houtman et Duyvendak, 2009).

15Ainsi, parce qu’elles ont été marquée par la percée historique des nouveaux partis populistes aux Pays-Bas, les élections législatives de mai 2002 offrent une excellente occasion de mettre à l’épreuve les défaillances de l’indice d’Alford, et de la confusion qu’il opère entre vote de classe et vote culturel. A l’instar du nouveau parti écologiste de gauche (GroenLinks), le nouveau parti populiste (LPF) ne met en effet pas tellement en avant les enjeux économiques de répartition, mais insiste bien davantage sur des clivages de nature culturelle. Alors que les écologistes (GroenLinks) défendent fortement la liberté individuelle, donc les droits des minorités traditionnellement exclues, les populistes (LPF) insistent ainsi sur la nécessité de veiller à l’ordre social, notamment à travers une conception très étroite de l’assimilation culturelle des populations immigrées de confession musulmane. Ces deux partis se démarquent ainsi des partis travailliste (PVDA) et conservateur (VVD), traditionnellement fondés sur la défense des intérêts économiques antagonistes de la classe ouvrière et des classes moyennes et supérieures aux Pays-Bas.

16 Si ces « nouveaux » partis politiques se préoccupent davantage d’enjeux culturels, on peut donc penser que le choix entre les populistes (LPF) et les écologistes (GroenLinks), aux élections législatives de 2002, procède davantage d’un vote culturel que d’un vote de classe. En revanche, l’alternative entre vote conservateur (VVD) et vote travailliste (PVDA) relèverait bien d’un vote de classe et non d’un vote culturel. La confirmation de ces hypothèses n’impliquerait ainsi pas seulement la présence de « deux gauches », mais également celle de « deux droites ». Pour s’en assurer, il convient donc de vérifier deux autres hypothèses. Le fait de voter écologiste (GroenLinks) plutôt que travailliste (PVDA) constituerait ainsi, selon Inglehart, un vote culturel exprimé par des électeurs richement dotés en capital culturel, tandis qu’à l’opposé le vote populiste (LPF), plutôt que conservateur (VVD), s’interprèterait comme un vote culturel exprimé par des électeurs culturellement démunis.

3. Données et méthode

3.1. Données

17La mise à l’épreuve de ces quatre hypothèses s’appuie sur l’analyse des données de l’Enquête Sociale Européenne de 2002 (European Social Survey) pour les Pays-Bas, qui contient Tout à la fois des informations sur l’emploi, les revenus, l’éducation, le comportement électoral et les opinions des citoyens sur tous types de questions d’ordre moral ou politique. La collecte des données de la partie néerlandaise de l’enquête a été réalisée entre septembre 2002 et février 2003, soit peu de temps après les élections de mai 2002. La taille de l'échantillon (2 364 individus) et le taux de réponse de l’enquête (68 %), permettent de réduire l’analyse aux seuls individus ayant voté pour les quatre partis précédemment mentionnés, tout en disposant d’un nombre suffisant de répondants. Nous avons donc sélectionné 990 sujets ayant voté, dans des proportions semblables, pour ces quatre partis : parti écologiste (GroenLinks, 14 %), parti populiste (LPF, 27 %), parti travailliste (PVDA, 32 %) et parti conservateur (VVD, 27 %).

18Ces proportions correspondent assez bien à la répartition des votes effectivement observés aux élections par ces quatre grands partis, sur un total représentant 55% des votes exprimés : parti écologiste (GroenLinks, 13 %), parti populiste (LPF, 31 %), parti travailliste (PVDA, 28 %) et parti conservateur (VVD, 28 %). Parmi les six autres partis exclus de l’analyse, aucun n’avait obtenu plus de 6% des suffrages, à l’exception notable des Chrétiens démocrates (28 %).

3.2. Mesures

  • 5  Le codage est basé sur l’activité en cours ou la dernière activité exercée (pour les retraités ou (...)

19Classe – Nous avons utilisé le « schéma de classes » EGP de Erikson, Goldthorpe et Portocarero pour déterminer le statut social de chaque répondant à partir de sa profession, de son statut (indépendant/salarié) et, le cas échéant, du nombre d’employés sous sa direction (Erikson et al., 1979 ; Goldthorpe, 1980, 39-42). Nous nous sommes appuyés à cette fin sur le système de codage élaboré par Ganzeboom et Treiman (2005)5.

20Éducation – A l’instar de Kalmijn (1994), De Graaf et Kalmijn (2001), Achterberg et Houtman (2006), nous avons opérationnalisé le capital culturel à partir du niveau d’éducation, en distinguant six catégories : 1) enseignement élémentaire ; 2) enseignement secondaire professionnel préparatoire (LBO, VMBO) ou 4 ans d’enseignement secondaire général (MULO, MAVO) ; 3) enseignement secondaire professionnel (MBO) ou 5 ans d’enseignement secondaire général (HAVO) ; 4) enseignement préuniversitaire (HBS, VWO, Gymnasium) ; 5) enseignement supérieur professionnel (BA) ; 6) enseignement universitaire (MA).

21L’échelle d’autoritarisme/libertarisme a été mesurée à l’aide de huit items : « Il est important de faire ce qu’on nous demande et de respecter les règles », « Il est important de se comporter correctement », « Il est important de respecter les traditions et les coutumes » (ces trois items comportant six modalités de réponses), « Il est préférable que la plupart des habitants d’un pays aient les mêmes traditions et coutumes », « Les gays et lesbiennes sont libres de vivre comme ils le souhaitent » (cinq modalités de réponses), « L’immigration appauvrit ou enrichit la culture d’un pays », « L’immigration influe en bien ou en mal sur la qualité de vie d’un pays » et « L’immigration aggrave ou réduit les problèmes de criminalité » (cinq modalités de réponses). L’analyse en composantes principales dégage un premier facteur avec sept contributions comprises entre 0,45 et 0,67, et une contribution de 0,28 (celle de l’item sur les homosexuels). Ce premier facteur rend compte d’un peu plus de 30 % de la variance, ce qui n’est pas considérable, mais suffisant pour élaborer une échelle suffisamment fiable, dotée d’un alpha de Cronbach de 0,64 (les scores attribués correspondaient à la moyenne des scores normalisés sur chacun des items).

22L’échelle synthétique de conservatisme/progressisme économique n’a quant à elle hélas pu être mesurée que sur la base de deux échelles de Likert : « L’État doit prendre des mesures pour réduire les écarts de revenus » et « Les conditions de travail et les salaires doivent être défendus par des syndicats puissants » (chaque item comportant cinq modalités indiquant le degré d’approbation ou de désapprobation). La corrélation entre les réponses à ces deux questions est de 0,30 et une analyse en composantes principales dégage un premier facteur, qui explique 65 % de la variance. Malgré ce pourcentage élevé, il n’a pas été possible d’élaborer une échelle fiable à partir de le moyenne des scores normalisés sur ces deux seuls items (l’alpha Cronbach ne dépasse pas 0,46).

3.3 Hypothèses et opérationnalisation statistique

23Nous formulons en premier lieu l’hypothèse que le choix entre le parti travailliste (PVDA) et le parti conservateur (VVD) correspond à un vote de classe, tandis que le choix entre le parti populiste (LPF) et les verts (Groenlinks) renvoie à un vote culturel.

24Dans la mesure où ce nouveau clivage culturel s’ajoute au clivage économique traditionnel mais ne s’y substitue pas, nous formulons en second lieu l’hypothèse que le choix entre les verts (Groenlins) et le parti travailliste (PVDDA) tout comme le choix entre le parti populiste (LPF) et le parti conservateur (VVD) relève aussi d’un vote culturel.

  • 6  Les log odds ratio peuvent aisément être convertis en odds ratio. Les paramètres négatifs prennent (...)

25Les deux couples d’options restants – parti conservateur (VVD) vs. écologistes (Groenlinks), parti travailliste (PVDA) vs. parti populiste (LPF) – apparaissent quant à eux relativement dénués de sens pour le test des hypothèses formulées précédemment. On les exclut donc de l’analyse, ce qui conduit à tester une série de quatre modèles logistiques binomials restreints aux quatre couples d’oppositions retenus, plutôt qu’un modèle multinomial, qui produirait des estimations pour les six couples théoriquement possibles. Dans les analyses qui suivent, nous estimons des log-odds ratio, qui correspondent au logarithme des « rapports de chances » de voter pour un parti plutôt que pour une autre6. Les valeurs positives des log odds ratios correspondent donc à un probabilité plus élevée de voter pour un parti que pour l’autre, les valeurs négatives revêtant la signification opposée.

26Dans la mesure où nous visons à montrer la faiblesse de la mesure conventionnelle du vote de classe, il semble raisonnable de tester nos hypothèses sur le vote culturel de la manière la plus stricte possible, à travers un modèle statistique donc les caractéristiques favorisent a priori plutôt la mise en évidence d’un fort effet de classe. Ainsi, l’éducation est prise en compte sous la forme d’une variable d’échelle à six degrés, et non sous la forme de cinq variables indicatrices, qui rendraient sans doute plus fidèlement compte du pouvoir explicatif de l’éducation que ne le fait cette variable continue, qui présuppose un effet linéaire de l’éducation. En sens inverse, la variable de classe est introduite sous la forme de six variables indicatrices, puisque les sept classes du schéma EGP, contrairement aux six niveaux d’éducation, ne peuvent en aucune manière être opérationnalisées sous la forme d’une échelle hiérarchique. Au demeurant, en dépit du fait que la classe sociale et le niveau d’éducation sont à l’évidence fortement corrélés – et c’est bien du reste la raison pour laquelle il est nécessaire de contrôler les effets croisés de la classe et de l’éducation -, celle-ci n’est pas si forte qu’elle rende impossible l’indentification des deux effets (Houtman, 2003, 24-46).

4. Résultats

4.1. Vote de classe ou vote culturel ?

27Dans quelle mesure le vote pour les partis politiques traditionnels constitue t-il un vote de classe, et le vote pour les partis politiques émergents, un vote culturel ? Le tableau 1 montre que le vote pour les partis travailliste (PVDA) et conservateur (VVD) peut être considéré comme un vote de classe. La probabilité d’un vote travailliste (PVDA) est plus élevée dans les catégories sociales les plus défavorisées (travailleurs manuels qualifiés ou non et personnes peu instruites), tandis que les électeurs les plus favorisés ont tendance à voter conservateur (VVD). Cette différence de comportement électoral semble pouvoir s’interpréter dans les termes de la théorie du vote de classe, dans la mesure où les votes travaillistes (PVDA) et conservateurs (VVD) renvoient principalement aux intérêt antagonistes défendus par ces partis.

Tableau 1. Vote en faveur du parti conservateur (VVD) ou du parti travailliste (PVDA) (1=parti conservateur, 2=parti travailliste, log-odds ratios avec erreur-type entre parenthèses, N=580).

Variables indépendantes

Modèle 1

Modèle 2

Modèle 3

Modèle 4

Cadres supérieurs (I)1

--

--

--

--

Cadres (II)

0.20 (0.23)

-0.05 (0.26)

0.19 (0.24)

-0.05 (0.26)

Travailleurs non manuels (III)

0.04 (0.30)

-0.18 (0.33)

0.02 (0.30)

-0.18 (0.33)

Petite bourgeoisie (IV)

-0.68 (0.48)

-0.94 (0.52)

-0.78 (0.49)

-1.03 (0.53)

Classe ouvrière supérieure (V)

0.25 (0.45)

0.35 (0.54)

0.20 (0.46)

0.27 (0.54)

Ouvriers qualifiés (VI)

1.25** (0.49)

0.93 (0.54)

1.32** (0.49)

1.01 (0.54)

Ouvriers semi- ou non qualifiés (VII)

1.14** (0.36)

0.78 (0.40)

1.19** (0.37)

0.81* (0.40)

Éducation

-0.24* (0.11)

-0.04 (0.07)

-0.19** (0.06)

-0.19 (0.13)

Progressisme économique

  

1.30*** (0.14)

  

1.31*** (0.15)

Libertarisme

  

  

0.46*** (0.13)

0.47** (0.15)

Constante

-0.03 (0.19)

0.40 (0.40)

-0.62 (0.48)

-1.17* (0.49)

Pseudo R2 (Nagelkerke)

0.10

0.32

0.13

0.34

1. Non inclus dans l’analyse (catégorie de référence)

*p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001

28Lorsqu’il s’agit d’expliquer le vote écologiste (GroenLinks) et le vote populiste (LPF), la situation est tout autre (Tableau 2). Alors que l’électorat faiblement éduqué tend à voter davantage pour les populistes (LPF) tandis que l’électorat fortement éduqué tend à voter davantage pour les écologistes (GroenLinks), les distinctions entre classes n’exercent pas à cet égard d’effet significatif. En effet, le vote populiste de l’électorat peu diplômé et le vote écologiste de l’électorat fortement diplômés semblent induits par leurs penchants respectifs pour l’autoritarisme et le libéralisme, comme le suggère l’introduction des variables correspondantes dans les modèles 2 à 4, qui semblent absorber une part de l’effet de l’éducation mesuré dans le premier modèle. Il semble ainsi qu’ en l’occurrence l’éducation joue davantage un rôle culturel qu’un rôle économique. Bien entendu, l’égalitarisme économique peut aussi conduire à voter écologiste (GroenLinks), mais l’effet correspondant apparaît nettement moins important. Enfin, le fait que la partie la plus éduquée de l’électorat  soit davantage encline à voter pour un parti de gauche semble aller à l’encontre de la théorie du vote de classe+.

Tableau 2. Vote en faveur du parti populiste (LPF) et du parti écologiste (GroenLinks) (1= parti populiste, 2=parti écologiste, log-odds ratios avec erreur-type entre parenthèses, N=392).

Variables indépendantes

Modèle 1

Modèle 2

Modèle 3

Modèle 4

Cadres supérieurs (I)1

--

--

--

--

Cadres (II)

-0.04 (0.31)

-0.06 (0.32)

0.03 (0.37)

-0.07 (0.39)

Travailleurs non manuels (III)

0.58 (0.38)

0.45 (0.39)

0.61 (0.44)

0.46 (0.46)

Petite bourgeoisie (IV)

-0.30 (0.58)

-0.06 (0.60)

-0.25 (0.69)

0.06 (0.73)

Classe ouvrière supérieure (V)

-0.30 (0.59)

-0.51 (0.60)

-0.44 (0.69)

-0.62 (0.70)

Ouvriers qualifiés (VI)

-0.83 (0.75)

-1.25 (0.77)

-0.21 (0.80)

-0.54 (0.82)

Ouvriers semi- ou non qualifiés (VII)

0.51 (0.41)

0.45 (0.43)

0.32 (0.47)

0.25 (0.50)

Éducation

0.71*** (0.15)

0.46*** (0.08)

0.24** (0.09)

0.59*** (0.18)

Progressisme économique

  

0.77*** (0.16)

  

0.87*** (0.21)

Libertarisme

  

1.73*** (0.21)

1.75*** (0.14)

Constante

-0.89** (0.26)

-2.70*** (0.51)

-6.96*** (0.83)

-6.05*** (0.73)

Pseudo R2 (Nagelkerke)

0.11

0.20

0.42

0.48

1. Non inclus dans l’analyse (catégorie de référence)

*p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001

29Ces résultats confirment, en définitive, le fait que le vote écologiste (GroenLinks) ou populiste (LPF) s’interprètent davantage dans les termes du vote culturel que dans ceux du vote de classe.. Bien qu’elle demeure tout à fait pertinente s’agissant de l’analyse du vote pour les partis traditionnels, la théorie du vote de classe ne semble donc d’aucun secours pour expliquer les votes en faveur des partis émergents. En l’occurrence, le niveau d’éducation opère ainsi davantage comme un indicateur du capital culturel que comme un indicateur de l’appartenance de classe, au sens économique du terme.. Ainsi, alors que le vote de classe se définit à travers le conflit d’intérêt des catégories supérieures et des couches populaires, le vote culturel semble opposer davantage une élite culturelle libérale/libertaire à un « prolétariat culturel » autoritariste.

4.2. Deux Gauches et deux Droites ?

30Existe-t-il aussi une différence de niveau d’éducation entre l’électorat écologiste (GroenLinks) et l’électorat travailliste (PVDA) ?

Tableau 3. Vote en faveur du parti travailliste (PVDA) ou du parti écologiste (GroenLinks) (1=parti travailliste, 2=parti écologiste, log-odds ratios avec erreur-type entre parenthèses, N=458).

Variables indépendantes

Modèle 1

Modèle 2

Modèle 3

Modèle 4

Cadres supérieurs (I)1

--

--

--

--

Cadres (II)

0.01 (0.29)

0.01 (0.29)

0.02 (0.30)

0.02 (0.30)

Travailleurs non manuels (III)

0.53 (0.35)

0.53 (0.35)

0.51 (0.36)

0.51 (0.36)

Petite bourgeoisie (IV)

0.52 (0.62)

0.51 (0.62)

0.45 (0.63)

0.44 (0.63)

Classe ouvrière supérieure (V)

-0.03 (0.59)

-0.04 (0.59)

-0.02 (0.60)

-0.03 (0.60)

Ouvriers qualifiés (VI)

-1.22 (0.73)

-1.21 (0.73)

-1.09 (0.73)

-1.08 (0.74)

Ouvriers semi- ou non qualifiés (VII)

0.13 (0.39)

0.13 (0.39)

0.14 (0.40)

0.14 (0.40)

Éducation

0.40** (0.13)

0.22** (0.07)

0.12 (0.08)

0.22 (0.14)

Progressisme économique

  

-0.04 (0.16)

  

-0.04 (0.17)

Libertarisme

  

  

0.64*** (0.16)

0.64*** (0.16)

Constante

-0.96*** (0.25)

-1.80*** (0.45)

-3.46*** (0.64)

-2.99*** (0.59)

Pseudo R2 (Nagelkerke)

0.07

0.07

0.12

0.12

1. Non inclus dans l’analyse

*p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001

  • 7  Dans une précédente publication, nous avions montré que ce raisonnement s’appliquait dans le cas d (...)

31Le tableau 3 le confirme. En effet, il ne montre pas tant une opposition entre classes, que la tendance de l’élite culturelle à voter pour le parti écologiste (GroenLinks) et celle des électeurs moins instruits à voter pour le parti travailliste (PVDA). En outre, les électeurs les plus instruits ne semblent pas motivés par des considérations économiques, ce qui va dans le sens de la théorie du vote culturel : voter écologiste plutôt travailliste (PVDA) dépend du capital culturel et non d’une logique économique.7

Tableau 4. Vote en faveur du parti conservateur (VVD) ou du parti populiste (LPF) (1=parti conservateur, 2= parti populiste, log-odds ratios avec erreur-type entre parenthèses, N=514).

Variables indépendantes

Modèle 1

Modèle 2

Modèle 3

Modèle 4

Cadres supérieurs (I)1

--

--

--

--

Cadres (II)

0.29 (0.25)

0.24 (0.25)

0.28 (0.26)

0.23 (0.26)

Travailleurs non manuels (III)

0.07 (0.31)

-0.02 (0.32)

0.02 (0.33)

-0.07 (0.33)

Petite bourgeoisie (IV)

0.01 (0.43)

-0.02 (0.43)

0.03 (0.45)

-0.01 (0.45)

Classe ouvrière supérieure (V)

0.49 (0.45)

0.35 (0.46)

0.58 (0.47)

0.45 (0.48)

Ouvriers qualifiés (VI)

0.72 (0.52)

0.54 (0.53)

0.53 (0.53)

0.38 (0.54)

Travailleurs manuel semi- ou non qualifiés (VII)

0.78* (0.38)

0.73 (0.38)

0.77* (0.39)

0.71 (0.39)

Éducation

-0.49*** (0.12)

-0.23** (0.07)

-0.23** (0.07)

-0.36** (0.13)

Progressisme économique

  

0.30** (0.11)

  

0.28* (0.11)

Libertarisme

  

  

-0.80*** (0.14)

-0.79*** (0.14)

Constante

-0.13 (0.21)

0.92* (0.38)

2.95*** (0.53)

2.14*** (0.43)

Pseudo R2 (Nagelkerke)

0.10

0.12

0.19

0.24

1. Non inclus dans l’analyse

*p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001

32L’écart entre le vote populiste (LPF) et le vote conservateur (VVD) est pratiquement le même qu’entre le vote écologiste (GroenLinks) et le vote travailliste (PVDA). Là encore, le clivage culturel prédomine : plus qu’’une opposition entre classes, on observe ici une opposition entre niveaux d’instruction. Ainsi, les catégories faiblement instruites privilégient le vote pour le parti populiste (LPF), parce que plus autoritaire, sur le vote en faveur du parti conservateur (VVD) (Tableau 4).

33Contrastant avec le silence quasi-total de la littérature sur l’existence de « deux Droites », l’écart observé ici est encore plus important que l’écart entre vote écologiste (GroenLinks) et vote travailliste (PVDA). La variance expliquée est au moins deux fois supérieure à celle mesurée entre le vote travailliste (PVDA) et le vote écologiste (GroenLinks). Au moment des élections législatives de 2002, l’émergence d’une nouvelle culture politique a donc non seulement abouti à un déplacement de « l’ancienne Gauche » vers la « nouvelle Gauche » néerlandaise, mais aussi de « l’ancienne Droite » vers la « nouvelle Droite ».

4.3. L’indice d’Alford

34Nos résultats indiquent que les strates inférieures de la société ne votent pas obligatoirement pour les partis de gauche, de même que les classes privilégiées n’optent pas nécessairement pour les partis de droite. Lorsque les ouvriers votent à gauche, ils sont motivés par les intérêts économiques de leur classe, mais lorsqu’ils votent à droite, le capital culturel et les paramètres d’un vote culturel sont déterminants. L’inverse est valable pour les classes supérieures : lorsque cet électorat vote à droite, il est motivé par les intérêts économiques de sa classe, mais lorsqu’il vote à gauche, le capital culturel et les paramètres d’un vote culturel sont déterminants (Cf. également Achterberg et Houtman, 2006 ; Achterberg et Houtman, 2009). Le vote de classe et le vote culturel produisent ainsi des effets opposés, qui s’annulent l’un l’autre,, et que l’indice d’Alford occulte et ne permet pas de mesurer.

35En conséquence,  l’indice d’Alford ne permet pas d’évaluer le niveau du vote de classe, car une relation bivariée entre l’appartenance de classe et le vote ne rend pas compte du vote de classe en tant que tel, mais plutôt de son importance relative par rapport au vote culturel de sens opposé, c’est-à-dire qu’elle indique l’effet net du vote de classe et du vote culturels. En ce sens, l’indice d’Alford masque la présence simultanée aux Pays-Bas d’un vote de classe et d‘un vote culturel de grande ampleur, comme l’indique le tableau 5. En effet, même si les travailleurs manuels sont plus susceptibles de voter pour les partis de gauche, la classe n’explique en tant que telle que 2 % des différences de vote. Comme nous l’avons vu, cela ne signifie pas pour autant que le vote de classe soit quasiment inexistant, comme le suggérerait l’interprétation traditionnelle, mais résulte du fait que le vote de classe et le vote culturel jouent en sens opposés.

Tableau 5. Explication des votes pour les partis de gauche ou de droite (1=droite, 2=gauche, ratios log-odds avec erreur-type entre parenthèses, N=972).

Variables indépendantes

Modèle 1

Cadres supérieurs (I)1

--

Cadres (II)

0.07 (0.18)

Travailleurs non manuels (III)

0.14 (0.23)

Petite bourgeoisie (IV)

-0.47 (0.36)

Classe ouvrière supérieure (V)

-0.01 (0.34)

Ouvriers qualifiés (VI)

0.70* (0.33)

Ouvriers semi- ou non qualifiés (VII)

0.71** (0.25)

Instruction

0.05 (0.04)

Constante

-0.53* (0.27)

Pseudo R2 (Nagelkerke)

0.02

1. Non inclus dans l’analyse (catégorie de référence)

*p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001

36En d’autres termes : même si l’approche traditionnelle du vote de classe porte à conclure que le vote de classe n’existe pratiquement plus aux Pays-Bas, il est en réalité très présent, mais l’indice d’Alford ne permet pas de le voir.

5. Conclusion et discussion

37Nos travaux corroborent la thèse des contradicteurs d’Inglehart selon laquelle le vote pour les nouveaux partis de droite et pour les nouveaux partis de gauche s’explique par des mécanismes pratiquement identiques. Dans ces deux cas, nous sommes face à un vote culturel, c’est-à-dire que le vote de gauche est basé sur des valeurs libérales ou libertaires, favorisées par un niveau élevé de capital culturel, et, inversement, le vote de droite est basé sur des valeurs autoritaires, associées à un capital culturel limité. En outre, comme nous l’avons vu, il n’existe pas seulement un écart culturel entre les deux électorats de gauche (parti écologiste (GroenLinks) et parti travailliste (PVDA)), mais aussi entre les deux électorats de droite (parti populiste (LPF) et parti conservateur (VVD)). Le vote pour la Gauche nouvelle aux dépens de la Gauche traditionnelle provient d’une forte adhésion aux valeurs du libéralisme moral et culture, associé à un volume élevé de capital culturel. En revanche, le vote pour la nouvelle Droite aux dépens de la droite traditionnelle est dû à un fort autoritarisme, qui trouve son origine dans un capital culturel limité.

  • 8  Voir notamment Achterberg (2006), Houtman et al. (2008a) et Van der Waal et al. (2007).

38Pour distinguer plus systématiquement ce vote culturel du vote de classe dans les recherches à venir, il conviendrait de remplacer l’indice d’Alford par une méthode plus adéquate, car cet indice conduit à sous-évaluer systématiquement le vote de classe en le confondant avec le vote culturel de sens opposé. Une stricte distinction minutieuse de ces deux votes est d’autant plus importante qu’ils peuvent varier indépendamment l’un de l’autre. Ainsi, même si Inglehart (1997, 254) a globalement raison d’affirmer que les « post-matérialistes sont issus des classes supérieures » et que « les post-matérialistes s’orientent vers la gauche (…) tandis que les matérialistes de la classe ouvrière s’orientent vers la droite », il a sans doute tort de soutenir que ce déplacement conduirait nécessairement au « déclin du vote de classe ». En effet, la diminution de l’indice d’Alford n’indique peut-être pas tant le déclin du vote de classe, qu’une augmentation du vote culturel. Par conséquent, le désalignement de classe observé depuis la Deuxième guerre mondiale dans l’expression des suffrages (Nieuwbeerta, 1996) n’est peut-être dû ni à la fin des antagonismes de classes ni au déclin du vote de classe, mais plutôt au développement des thèmes sociétaux et à un accroissement du vote culturel8.

39Nos résultats font clairement ressortir la nécessité de comparaisons internationales et d’analyses historiques permettant de mieux discerner vote de classe et vote culturel. Le variations à la hausse ou à la baisse de l’indice d’Alford apparaissent en effet en elles-mêmes dépourvues de sens. Certes, une diminution de la valeur de l’indice d’Alford peut très bien signifier un déclin effectif du vote de classe, comme le suggèrent les analyses conventionnelles. Mais elle peut tout aussi bien indiquer une stabilité du vote de classe, si, dans le même temps, le vote culturel s’accroît, voire même un accroissement du vote de classe, si l’a progression du vote culturel excède le déclin de la valeur de l’indice. Il n’est donc guère surprenant que l’essai d’explication du déclin et des variations entre pays de la valeur de l’indice d’Alford proposé par Nieuwbeerta (1995) le conduise à rejeter, à quelques exceptions près, les hypothèses classistes d’explication du rôle des variables liées au contexte socio-économique,, telles que l’ampleur des différences de revenu, le niveau de vie, le pourcentage de mobilité intergénérationnelle, le taux de syndicalisation, la taille relative de la classe ouvrière, etc. Van der Waal et al. (2007) ont depuis montré que la faiblesse explicative de l’approche classiste était en fait due à l’ambiguïté non perçue de l’indice d’Alford, qui mesure tout autant le vote culturel que le vote de classe.

40En ce sens, la chute de l’indice d’Alford à l’apogée des mouvements de révolte étudiante des années 1960 et 1970 témoignent ainsi sans doute davantage d’un accroissement du vote culturel que d’un déclin du vote de classe, du fait de l’émergence de thématiques culturelles relatives aux libertés individuelles et à la démocratie. De même encore, le triomphe électoral du Général de Gaulle peu de temps après les événement du mois de mai 1968 en France semble avoir résulté de l’adhésion des franges les moins éduquées de la classe ouvrière à l’accent mis par De Gaulle sur la restauration de l’ordre, tandis que la jeunesse diplômée apportait son soutien aux partis de gauche (voir aussi Inglehart, 1977 :267-284). Bien qu’il en ait résulté une diminution de la valeur de l’indice d’Alford, on peut sans doute davantage en conclure à une progression du vote culturel qu’à un déclin du vote de classe. Ceci suggère qu’un réexamen des causes profondes de la baisse ou de la hausse des valeurs de l’indice d’Alford observées dans le passé pourrait être très instructif d’un point de vue théorique. En effet, en remontant plus loin encore dans le cours de l’histoire, il apparaît fort probable que la victoire électorale à l’origine de l’arrivée au pouvoir du parti national-socialiste allemand dans les années 1930 puisse aussi résulter d’un vote culturel. En d’autres termes ; il semble qu’il n’ay ait pas de raisons particulières de penser que le vote culturel constitue un phénomène parfaitement nouveau, qui n’aurait émergé qu’à la fin des années 1960 (comme le suggère Inglehart), bien qu’il semble indéniable que son importance se soit beaucoup accru depuis ors.

41Même si Inglehart reconnaît désormais l’existence de nouveaux courants de droite, il prétend que l’apparition de « nouveaux mouvements de droite est une réaction à des changements plus vastes et trop rapides pour être assimilés par ces sociétés », il maintient donc avec assurance « qu’ils ne représentent pas l’avenir » (1997, 251). Cette affirmation a de quoi laisser sceptique. En effet, l’indice d’Inglehart sur le post-matérialisme peut difficilement déterminer « l’avenir » car, par définition, il exclut l’existence d’un post-matérialisme autoritaire de droite et, de ce fait, le rend indétectable (Flanagan, 1979, 1982, 1987). En outre, la faiblesse de la thèse d’Inglehart sur ce point apparaît d’autant plus grande que les thèmes autoritaristes de droite ont en réalité, depuis la Deuxième guerre mondiale, gagné encore plus de terrain que les thèmes libéraux et libertaires dans les sociétés industrielles occidentales (Achterberg, 2006 ; Houtman et al., 2008a). Contrairement à la thèse d’Inglehart, il y a donc de bonnes raisons de penser que l’autoritarisme de droite a de beaux jours devant lui et il semble justifié de penser, à l’instar de ses contradicteurs, que la théorie de la nouvelle culture politique doit être élargie de manière à intégrer un versant autoritariste de droite, en plus du versant libertariste de gauche.

42D’après nos résultats, les divergences entre les études sur l’électorat des nouveaux partis de gauche et les études sur l’électorat des nouveaux partis de droite sont également regrettables. Alors que les premières sont généralement basées sur la théorie de la nouvelle culture politique, les secondes ont tendance à admettre le principe que les nouveaux partis de droite sont soit des « partis protestataires », dont les électeurs seraient mus par une méfiance et un cynisme politiques, soit des « partis anti-immigration », dont les électeurs seraient motivés par des idées racistes et ethnocentriques. Même si l’établissement d’une distinction entre partis anti-immigration et partis protestataires (ex. Fennema, 1997) a été proposé, elle est difficile à mettre en pratique. A cet égard, il suffit d’observer que, même durant la brève période 1994-1999, certains partis anti-immigration semblent s’être transformés en partis protestataires (Van der Brug et Fennema, 2003). Les tentatives visant à délimiter ces deux types de partis semblent donc artificielles et sources de résultats instables.

43En effet, le cynisme politique et l’ethnocentrisme sont étroitement liés entre eux et à l’autoritarisme, et tous trois ont un lien étroit avec le post-matérialisme. Il n’est donc pas surprenant qu’ils induisent un nouveau vote de droite. Elchardus (1996) a démontré de façon convaincante qu’une combinaison linéaire de ces variables explique parfaitement le vote pour le Vlaams Blok, en Flandres (Belgique). A l’instar des nouveaux partis de gauche, les nouveaux partis de droite ne sont donc pas des formations à une seule dimension (single-issue party). Comme eux, ils traitent de questions culturelles dans un sens assez général, tout en étant leur image en miroir. Alors que les nouveaux partis de gauche insistent sur la nécessité d’accroître la liberté individuelle et la tolérance envers la diversité culturelle, les nouvelles formations de droite prônent l’ordre national, conçoivent le « peuple » comme un tout homogène et indivisible et considèrent comme des traîtres les politiciens qui refusent de faire cas de « la volonté du peuple ». Cette nouvelle culture politique, en définitive, se situe au-delà des enjeux de classes, et s’articulent pour l’essentiel autour d’enjeux culturels tels que la liberté individuelle, l’ordre social et l’identité.

Haut de page

Bibliographie

Achterberg, P. (2006) Considering Cultural Conflict: Class Politics and Cultural Politics in Western Societies, Maastricht: Shaker.

Achterberg, P. and Houtman, D. (2006) ‘Why Do So Many People Vote “Unnaturally”? A Cultural Explanation for Voting Behaviour’, European Journal for Political Research, 45(1): 75-92.

Achterberg, P. and Houtman, D. (2009), ‘Ideologically “Illogical”? Why Do the Lower Educated Dutch Display so Little Value Coherence?’, Social Forces, 87(3): 1649-1670.

Alford, R.R. (1967) ‘Class Voting in the Anglo‑American Political Systems’, in S.M. Lipset and S. Rokkan (eds) Party Systems and Voter Alignments: Cross‑National Perspectives, New York, Free Press, pp.67-93.

Clark, T.N. (1998) ‘Assessing the New Political Culture by Comparing Cities Around the World’, in T.N. Clark and V. Hoffman-Martinot (eds) The New Political Culture, Boulder, CO, Westview, pp.93-194.

Clark, T.N. (2001) ‘The Debate over “Are Social Classes Dying?”’, in T.N. Clark and S.M. Lipset (eds) The Breakdown of Class Politics: A Debate on Post-Industrial Stratification, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, pp.273-319.

Clark, T.N. and Lipset, S.M. (eds) (2001) The Breakdown of Class Politics: A Debate on Post-Industrial Stratification, Baltimore, MD: Johns Hopkins University Press.

Dalton, R.J., Flanagan, S.C and Beck, P.A. (1984) Electoral Change in Advanced Industrial Democracies: Realignment or Dealignment?, Princeton NJ: Princeton University Press.

De Graaf, P.M. and Kalmijn, M. (2001) ‘Trends in the Intergenerational Transmission of Cultural and Economic Status’, Acta Sociologica 44(1): 51-66.

Dekker, P., Ester, P. and Van den Broek, A. (1999) ‘Fixing Left and Right: Value Orientations According to Middendorp and Inglehart’ in: H. De Witte and P. Scheepers (eds) Ideology in the Low Countries, Trends, Models and Lacunae, Assen, Van Gorcum, pp.151-176.

Elchardus, M. (1996) ‘Class, Cultural Re-Alignment and the Rise of the Populist Right’, in A. Erskine (ed.) Changing Europe: Some Aspects of Identity, Conflict and Social Justice, Aldershot, Avebury, pp.41-63.

Erikson, R., Goldthorpe, J.H. and Portocarero, L. (1979) ‘Intergenerational Class Mobility in Three Western European Societies: England, France and Sweden’, British Journal of Sociology 30(4): 415-441.

Evans, G. (ed.) (1999) The End of Class Politics? Class Voting in Comparative Context.Oxford: Oxford University Press.

Evans, G., Heath, A. and Lalljee, M. (1996) ‘Measuring Left Right and Libertarian Authoritarian Values in the British Electorate’, British Journal of Sociology 47(1): 93-112.

Felling, A. and Peters, J. (1986) ‘Conservatism: A Multidimensional Concept’, Netherlands’ Journal of Sociology 22(1): 36-60.

Fennema, M. (1997) ‘Some Conceptual Issues and Problems in the Comparison of Anti-Immigrant Parties in Western Europe’, Party Politics 3(4): 473-492.

Flanagan, S.C. (1979) ‘Value Change and Partisan Change in Japan: The Silent Revolution Revisited’, Comparative Politics 11(April): 253-278.

Flanagan, S.C. (1982) ‘Changing Values in Advanced Industrial Societies: Inglehart’s Silent Revolution from the Perspective of Japanese Findings’, Comparative Political Studies 14(4): 403-444.

Flanagan, S.C. (1987) ‘Value Change in Industrial Societies: Reply to Inglehart’, American Political Science Review 81(4): 1303-1319.

Fleishman, J.A. (1988) ‘Attitude Organization in the General Public: Evidence for a Bidimensional Structure’, Social Forces 67(1): 159-184.

Ganzeboom, H.B.G. and Treiman, D.J. (2005) ‘International Stratification and Mobility File: Conversion Tools.’ (http://www.fsw.vu.nl/~h.ganzeboom/ismf).

Goldthorpe, J.H. (1980) Social Mobility and Class Structure in Modern Britain, Oxford: Clarendon Press.

Heath, A.F., Evans, G. and Martin, J. (1994) ‘The Measurement of Core Beliefs and Values: The Development of Balanced Socialist/Laissez Faire and Libertarian/Authoritarian Scales’, British Journal of Political Science 24(1): 115-132.

Hechter, M. (2004) ‘From Class to Culture’, American Journal of Sociology 110(2): 400-445.

Hoffman-Martinot, V. (1991) ‘Grüne and Verts: Two Faces of European Ecologism’, West European Politics, 14(1): 70-95.

Hout, M., Brooks, C. and Manza, J. (1993) ‘The Persistence of Classes in Post‑Industrial Societies’, International Sociology, 8(3): 259‑278.

Houtman, D. (2001) ‘Class, Culture, and Conservatism: Reassessing Education as a Variable in Political Sociology’, in: T.N. Clark and S.M. Lipset (eds), The Breakdown of Class Politics: A Debate on Post-Industrial Stratification, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, pp.161-195.

Houtman, D. (2003) Class and Politics in Contemporary Social Science: ‘Marxism Lite’ and Its Blind Spot for Culture, Hawthorne, NY: Aldine de Gruyter.

Houtman, D., Achterberg, P. and Derks, A. (2008a) Farewell to the Leftist Working Class, New Brunswick, NJ: Transaction

Houtman, D., Achterberg, P. and Duyvendak, J.W. (2008b) ‘De verhitte politieke cultuur van een ontzuilde samenleving’, in: B. Snels and N. Thijssen (eds), De grote kloof: Verhitte politiek in tijden van verwarring, Amsterdam: Boom, pp. 61-80.

Houtman, D. and Duyvendak, J.W. (2009), ‘Boerka’s, boerkini’s en belastingcenten: Culturele en politieke polarisatie in een post-Christelijke samenleving’, in: Raad voor Maatschappelijke Ontwikkeling (ed), Polarisatie: Bedreigend en verrijkend, Amsterdam: SWP Publishers, pp. 102-119

Ignazi, P. (1992) ‘The Silent Counter-Revolution: Hypotheses on the Emergence of Extreme Right-Wing Parties in Europe’, European Journal of Political Research, 22(1): 3-34.

Ignazi, P. (2003) Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford: Oxford University Press.

Inglehart, R. (1977) The Silent Revolution: Changing Values and Political Styles among Western Publics, Princeton, NJ: Princeton University Press.

Inglehart, R. (1987) ‘Value Change in Industrial Societies’, American Political Science Review, 81(4): 1289-1303.

Inglehart, R. (1990) Culture Shift in Advanced Industrial Society, Princeton, NJ: Princeton University Press.

Inglehart, R. (1997) Modernization and Postmodernization: Cultural, Economic, and Political Change in 43 Countries, Princeton, NJ: Princeton University Press.

Kalmijn, M. (1994) ‘Assortative Mating by Cultural and Economic Occupational Status’, American Journal of Sociology, 100(2): 422‑452.

Kelly, K. D. and Chambliss, W.L. (1966) ‘Status Consistency and Political Attitudes’, American Sociological Review, 31(3): 375-382.

Lijphart, A. (1968) The Politics of Accommodation: Pluralism and Democracy in the Netherlands, Berkeley, CA: University of California Press.

Lipset, S.M. (1959) ‘Democracy and Working‑Class Authoritarianism’, American Sociological Review, 24(4): 482‑502.

Lipset, S.M. (1981) Political Man: The Social Bases of Politics (Expanded Edition), Baltimore, MD: Johns Hopkins University Press.

Middendorp, C.P. (1991) Ideology in Dutch Politics: The Democratic System Reconsidered (1970‑1985), Assen: Van Gorcum.

Mitchell, R.E. (1966) ‘Class Linked Conflict between Two Dimensions of Liberalism Conservatism’, Social Problems 13(Spring): 418-427.

Nieuwbeerta, P. (1995) The Democratic Class Struggle in Twenty Countries, 1945-1990, Amsterdam: Thesis Publishers.

Nieuwbeerta, P. (1996) ‘The Democratic Class Struggle in Postwar Societies: Class Voting in Twenty Countries, 1945‑1990’, Acta Sociologica, 39(4): 345‑384.

O’Kane, J.M. (1970) ‘Economic and Noneconomic Liberalism, Upward Mobility Potential, and Catholic Working Class Youth’, Social Forces 40(4): 499-506.

Olson, D.V.A. and Carroll, J.W. (1992) ‘Religiously Based Politics: Religious Elites and the Public’, Social Forces 70(3): 765-786.

Rempel, M. and Clark, T.N. (1997) ‘Post-Industrial Politics: A Framework for Interpreting Citizen Politics Since the 1960s’, in M. Rempel and T.N. Clark (eds) Citizen Politics in Post-Industrial Societies. Boulder, CO, Westview, pp.9-56.

Scheepers, P., Eisinga, R. and Van Snippenburg, L. (1992) ‘Working-Class Authoritarianism: Evaluation of a Research Tradition and an Empirical Test’, Netherlands’ Journal of Social Sciences 28(2): 103-126.

Van der Brug, W. and Fennema, M. (2003) ‘Protest or Mainstream: How the European Anti-Immigrant Parties Have Developed into Two Separate Groups by 1999’, European Journal of Political Research 42(1): 55-76.

Van der Waal, J.,  Achterberg, P. and Houtman, D. (2007) ‘Class Is Not Dead – It Has Been Buried Alive: Class Voting and Cultural Voting in Postwar Western Societies (1956-1990)’, Politics and Society 35(3): 403-426.

Veugelers, J.W.P. (2000) ‘Right-Wing Extremism in Contemporary France: A “Silent Counterrevolution”?’, Sociological Quarterly, 41(1): 19-40.

Weakliem, D. (1991) ‘The Two Lefts? Occupation and Party Choice in France, Italy, and the Netherlands’, American Journal of Sociology, 96(6): 1327-1361.

Haut de page

Notes

1  Dans les années 1970, avec la création du PPR et du PSP, les Pays-Bas ont vu apparaître deux nouveaux partis de gauche. En 1989, ces deux formations ont formé le GroenLinks avec l’ancien parti communiste (CPN), qui s’était transformé pour s’adapter à l’esprit des temps. Depuis, le GroenLinks est le seul nouveau parti de gauche de taille aux Pays-Bas.

2  Parmi les nouveaux partis européens de droite en bonne position, mentionnons le FPÖ autrichien, le Schweizerische Volkspartei (SVP) suisse, le parti progressiste (FrP) et le parti du peuple (DF) danois, le parti progressiste (FrP) norvégien, le Vlaams Blok (rebaptisé Vlaams Belang en 2004) flamand, le Republikäner allemand, le Front National français et le Lijst Pim Fortuyn (LPF) néerlandais.

3  Inglehart (1997, 4, 43, 47) soutient néanmoins que le glissement vers le « post-matérialisme » est « au cœur » d’un changement culturel plus général (voir le point de vue de Houtman, 2003).

4  Le Parti du Centre, formation d’extrême droite appelée plus tard Centre Démocrate, était certes déjà parvenue à mobiliser une partie de l’électorat néerlandais dans les années 1980, mais sa percée était restée très limitée.

5  Le codage est basé sur l’activité en cours ou la dernière activité exercée (pour les retraités ou les chômeurs).

6  Les log odds ratio peuvent aisément être convertis en odds ratio. Les paramètres négatifs prennent ainsi des valeurs comprises entre 0 et 1, tandis que les paramètres positifs varient entre1 et l’infini. Le choix des log odds ratios est fondé sur leur plus grande facilité d’interprétation, du fait de la symétrie des échelles de valeur.

7  Dans une précédente publication, nous avions montré que ce raisonnement s’appliquait dans le cas du vote pour les écologistes (GroenLinks) aux dépens du parti socialiste (SP), mais aussi en sens inverse (Achterberg et Houtman, 2006).

8  Voir notamment Achterberg (2006), Houtman et al. (2008a) et Van der Waal et al. (2007).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distinction entre vote de classe (flèche 2 x flèche 3) et vote culturel (flèche 4 x flèche 5).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/179/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dick Houtman et Peter Achterberg, « Deux gauches, deux droites. Vote de classe et vote culturel aux Pays-Bas, 2002 », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/179

Haut de page

Auteurs

Dick Houtman

Professor of Cultural Sociology at Erasmus University - Rotterdam
Houtman@fsw.eur.nl
Department of Sociology,
Faculty of Social Sciences, Erasmus University
P.O. Box 1738
3000 DR ROTTERDAM – Pays-Bas

Articles du même auteur

Peter Achterberg

Assistant professor of sociology at Erasmus University – Rotterdam
Department of Sociology,
Faculty of Social Sciences, Erasmus University
P.O. Box 1738
3000 DR ROTTERDAM – Pays-Bas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page