Navigation – Plan du site

L’université, un espace de régulation

L’« abandon » dans les 1ers cycles à l’aune de la socialisation universitaire
« Dropping Out »: Attrition Rates among First-Year Students Confronting Academic Socialization in French Universities
Romuald Bodin et Mathias Millet

Résumés

La récente multiplication de rapports ministériels, d’essais et d’articles plus ou moins grand public, ainsi que de travaux scientifiques insistant sur l’existence de taux « catastrophiques » d’« abandon » dans les 1ers cycles universitaires invite au réexamen d’un certain nombre de questions concernant l’université. Quels liens existe‑t‑il entre les transformations sociodémographiques du public de l’enseignement supérieur et les pratiques de non‑ réinscription ou de réorientation qui marquent la scolarité d’un grand nombre d’étudiants ? A‑t‑on raison d’interpréter ces pratiques étudiantes comme le résultat d’« échecs » individuels ou de défaillances institutionnelles ? Ces pratiques présentent‑elles des variations en fonction des propriétés spécifiques des filières d’études fréquentées ? Après une analyse critique de ce qu’il est possible d’appeler le « paradigme de l’échec » et sur la base d’une enquête quantitative et qualitative approfondie réalisée au sein de l’académie de Poitiers, l’« abandon » dans les premiers cycles est saisi comme le résultat d’un processus de régulation des aspirations étudiantes et plus généralement des flux successifs de nouveaux bacheliers, redistribuant les étudiants, selon leurs caractéristiques sociales et scolaires, dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur, et participant par ce biais au maintien des hiérarchies sociales et universitaires. Ainsi réexaminés, les taux de non-réinscription ne s’avèrent réductibles ni à une simple défaillance institutionnelle ni à la simple agrégation de choix et d’« échecs » individuels. Il s’agit bien d’un « fait social », au sens de Durkheim, dont on peut saisir l’aspect différentiel via la notion de matrice disciplinaire.

« Dropping Out »: Attrition Rates among First-Year Students Confronting Academic Socialization in French Universities

The recent surge of government reports, mainstream essays and articles, and even academic studies insisting on « catastrophic » levels of « dropouts » among first‑year university students in France invites us to reexamine a certain number of questions regarding the university. What is the connection between socio‑ demographic transformations in higher education and the propensity of first‑year students to leave after their first year or to switch career paths? Is it moreaccurate to see these actions as stemming from individual « fai­lure » or frominstitutional deficiencies? Do variations in enrollment patterns vary by discipline, and if so, why? Following a critical analysis of what we could call the « paradigm of failure » and based on a quantitative and qualitative study led at the University of Poitiers, we see attrition rates as the result of control mechanisms operating in this space. We see these as not only shaping students’ own aspirations, but in fact redistributing successive waves of new students according to their social and educational background throughout different sectors of higher education, thereby perpetuating social and academic hierarchies. Thus reexamined, low levels of re‑enrollment rates cannotsimplybe perceived as the result of institutional malfunction nor as the consequence of individual choices and failures. This phenomenon can instead rightly be considereda « social fact » as defined by Émile Durkheim, which manifests itself differentially throughout the disciplinary matrices.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le paradigme de l’« échec » : les termes d’une question mal posée
L’évaporation étudiante : un « fait social »
Un processus de régulation collective et de maintien des hiérarchies
L’université comme espace de socialisation différencié
Conclusion

Aperçu du début du texte

La récente multiplication de rapports ministériels, d’essais et d’articles plus ou moins grand public, ainsi que de travaux scientifiques insistant sur l’existence de taux « catastrophiques » d’« abandon » dans les 1ers cycles universitaires invite au réexamen d’un certain nombre de questions concernant l’université. Quels liens existe‑t‑il entre les transformations sociodémogra­phiques du public de l’enseignement supérieur et les pratiques de non‑réinscription ou de réorientation qui marquent la scolarité d’un grand nombre d’étudiants ? A‑t‑on raison d’interpréter ces pratiques étudiantes comme le résultat d’« échecs » individuels ou de défaillances institutionnelles, et ne faut‑il pas plutôt y voir la conséquence de la place occupée par l’université au sein de l’enseignement supérieur et du rôle qu’elle y remplit ? Ces pratiques suivent‑elles les mêmes logiques et sont‑elles toujours comparables quel que soit le contexte d’études considéré ou présentent‑elles des variations en fon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romuald Bodin et Mathias Millet, « L’université, un espace de régulation », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/998

Haut de page

Auteurs

Romuald Bodin

romuald.bodin@univ-poitiers.fr
Maître de conférences en sociologie - Gresco – Université de Poitiers – 8, rue René-Descartes, F – 86022 Poitiers Cedex

Articles du même auteur

Mathias Millet

mathias.millet@univ‑poitiers.fr
Maître de conférences en sociologie - Gresco – Université de Poitiers – 8, rue René-Descartes, F – 86022 Poitiers Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page