Navigation – Plan du site

La face subjective des inégalités. Une convergence entre psychologie sociale et sociologie ?

The subjective side of inequalities. Are psychosocial and sociological viewpoints converging?
Marie Duru-Bellat

Résumés

La sociologie et la psychologie sociale abordent de manière distincte la question de ce qu’on peut considérer comme la face subjective des inégalités, à savoir la manière dont les personnes ressentent, expliquent et justifient les inégalités qui marquent leur société d’appartenance. De fait, les travaux des psychologues sociaux sur ces questions sont peu connus de la majorité des sociologues et l’objectif du texte est d’en présenter une synthèse. Sans prétendre à l’exhaustivité, il entreprend un bilan critique de cette littérature, majoritairement anglo-saxonne. Il souligne combien ces analyses de la manière dont l’intériorisation des inégalités affecte profondément les psychismes sont éclairantes sur les mécanismes de reproduction des inégalités elles-mêmes. A ce titre, elles méritent d’être connues des sociologues, toujours en quête d’une articulation macro-micro difficile à concevoir. Mais si sur certains points, et au-delà des concepts privilégiés, sociologues et psychologues sociaux débouchent sur des conclusions convergentes – par exemple concernant l’inscription des jugements de justice dans un système d’interaction concret –, il reste des points moins consensuels, ainsi les sociologues opposent-ils volontiers à la notion, centrale en psychologie, de la « croyance en un monde juste », la sévérité des jugements, notamment en France, sur la justice de la société.

The subjective side of inequalities. Are psychosocial and sociological viewpoints converging?

Sociology and social psychology deal in separate wayswith what may be considered the subjective side of inequalities, i.e the issue of individuals‘ perceptions and  explanations of and justifications for the inequalities that characterize the society in which they live. Actually, the works of social psychologists in that field remain rather unknown to the majority of sociologists; and this paper aims to elaborate a synthesis of that field. Without aspiring to be exhaustive, it makes a critical assessment of this literature, most of which is from English-speaking countries. It emphasizes that these analyses highlight how much the internalization of inequalities impacts people's psychology, and that in doing so, they shed light on the mechanisms that entail the reproduction of inequalities. Because they strive to articulate micro and macro perspectives - something that is not simple! - sociologists should be informed of these analyses. However, while about certain issues (whatever be the concepts used) sociologists and social psychologists do reach convergent conclusions – for instance about the fact that judgments about justice are embedded in social interactions –, there remain less consensual points. Sociologists, for instance, commonly contrast the idea of a "belief in a just world" - a crucial notion in psychology - and the very critical judgments of people, especially in France, concerning the fairness of their own society.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les perspectives de la psychologie sociale, entre confort psychologique et légitimation sociale…
Une convergence sur le caractère central de l’idéologie méritocratique
Articuler les niveaux d’analyse, pour comprendre la (re)production et l’effectivité des idéologies
Quelques résultats de recherches empiriques sur les « mythes légitimateurs ».
La psychologie sociale et la reproduction des rapports de genre
Conclusion

Aperçu du début du texte

Alors qu’un champ majeur de la sociologie explore la genèse et les recompositions permanentes des inégalités, tout un pan de la psychologie sociale se centre quant à elle sur la façon dont ces inégalités vont s’inscrire profondément dans les psychismes, sur ce qui constitue en quelque sorte leur face subjective. à la notion de groupes sociaux hiérarchisés familière aux sociologues, fait écho la notion d’identité sociale qui explore « dans quelle mesure les appartenances simultanées à divers groupes sociaux contribuent à définir un sujet » (Vinsonneau, 1999, p. 33) ; l’« identité sociale » n’a rien, on le voit d’emblée, d’une entité indépendante ou consistante en elle-même, elle est profondément nichée dans des rapports sociaux. Cette perspective spécifique à la psychologie sociale, trop souvent méconnue des sociologues, est heuristique pour comprendre la production, la reproduction et la légitimation des inégalités, et cette note a pour objet d’y introduire, en mettant l’accent sur ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « La face subjective des inégalités. Une convergence entre psychologie sociale et sociologie ? », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 16 juin 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/977

Haut de page

Auteur

Marie Duru-Bellat

marie.durubellat@sciences-po.frProfesseur des universités à Sciences Po - Observatoire sociologique du changement (OSC) - 27 rue Saint-Guillaume - 75337 Paris Cedex 07

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page