Navigation – Plan du site

Penser l’intégration des immigrés : les enseignements de la sociologie américaine

Immigrant assimilation theory: Insights from American sociology
Mirna Safi

Résumés

Cet article propose une revue de la littérature sociologique qui s’est penchée sur la théorisation du processus d’intégration des immigrés et de leurs descendants depuis plus d’un siècle aux États-Unis. Il commence par présenter le paradigme classique – dont les racines remontent à l’École de Chicago – qui conçoit le processus comme une convergence individuelle des caractéristiques des migrants et de leurs descendants vers celles des natifs. L’objectif de l’article est de montrer comment les sociologues américains n’ont cessé de déconstruire ce paradigme dont les connotations ethnocentriques sont plus ou moins explicites selon les auteurs. Cette déconstruction s’est faite données empiriques à l’appui, en mobilisant notamment des preuves de production, de reproduction et de persistance des inégalités liées à l’origine ethnique ou raciale. L’article se termine par les théories sociologiques les plus récentes qui tentent de reconstruire une conception dynamique de l’intégration des immigrés en insistant sur les rapports entre groupes et sur la notion de frontières ethniques.

Immigrant assimilation theory: Insights from American sociology

In this article, I review the most important works of American sociological literature that have looked into immigrant assimilation over the course of more than a century. I start by presenting the straight line assimilation paradigm - whose roots can be found in the Chicago School research - that conceived an individual convergence process towards the American mainstream. The articlehighlights the scientific efforts of American sociologists to deconstruct this dominant paradigm and to depart from itsmore or less explicit ethnocentrism. These efforts have been productive because they rely on empirical evidence describing the mechanisms of production, reproduction and persistence of ethnic and racial inequality in American society. The last section of this review presents the most recent theoretical research, which rethinks assimilation theory from the perspective of interethnic group relations, drawing particular attention to the notion of ethnic boundaries.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Aperçu du début du texte

La sociologie américaine fut fondée par les travaux de l’École de Chicago sur l’immigration. Depuis, les sociologues n’ont cessé d’élaborer de nouveaux concepts, d’émettre de nouvelles critiques, de déconstruire et de reconstruire des modèles théoriques de l’intégration des immigrés. De manière générale, cette littérature s’intéresse au devenir des individus et des groupes qui arrivent dans une société d’accueil à l’issue d’un processus migratoire et aux mécanismes sociaux qui y caractérisent leurs parcours.

En France, à l’inverse, les écrits fondateurs de la sociologie ne se préoccupent que très peu des questions de l’immigration. Les premiers travaux sur ce sujet ont émergé dans les années 1950 et étaient d’ailleurs très proches de l’école de Chicago (Girard & Stoetzel, 1953a et 1953b). Néanmoins très vite, les études scientifiques se sont écartées de cette littérature en mettant l’accent sur une « tradition française » d’intégrer les immigrés (Schnapper, 1991 et 1999). Si cette tr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mirna Safi, « Penser l’intégration des immigrés : les enseignements de la sociologie américaine », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 16 juin 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/964

Haut de page

Auteur

Mirna Safi

mirna.safi@sciences-po.frChargée de recherche à Sciences Po - Département de sociologie - Observatoire Sociologique du Changement (OSC) - 27 rue Saint-Guillaume - 75337 Paris Cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page