Navigation – Plan du site

Configuration

Nicolas Duvoux

Entrées d’index

Mots-clés :

Configuration

Keywords :

Configuration
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte s’appuie largement sur la synthèse de ce concept opérée par Jean-Hugues Déchaux, « Sur le (...)

1Le terme configuration a plusieurs acceptions en sociologie. Mintzberg l’emploie notamment pour décrire différents types d’organisations. Le terme renvoie cependant, d’abord, à la théorie élaborée par le sociologue allemand Norbert Elias1. Ce concept signifie que la société est un réseau d’interdépendances entre individus. La société n’est donc pas une substance pas plus que l’individu ne saurait être isolé des chaînes d’interdépendances dans lesquelles il s’inscrit. Pour saisir la société, le raisonnement doit être relationnel, comme l’objet qu’il vise à appréhender.

  • 2 Roger Chartier, « Conscience sociale et lien social, avant-propos à La société des individus » in N (...)

2Parler de configuration permet de mettre en lumière que la dépendance réciproque entre les individus est « la matrice constitutive de la société »2. Les actions individuelles dépendent les unes des autres comme dans un jeu d’échecs par exemple où le déplacement d’un pion va modifier les actions possibles pour tous les pions. Ce concept renvoie donc à une conception fondamentalement relationnelle de la société. D’où l’erreur que fait selon Elias le sens commun (mais aussi la philosophie classique et une partie de la sociologie) lorsqu’il considère l’individu comme une réalité séparée alors même que celui-ci est le produit d’un processus de civilisation des mœurs et d’un développement déterminé des chaînes d’interdépendance. Les sociologues font une erreur symétrique lorsqu’ils accordent un privilège à la société en la concevant comme ayant une réalité propre. Pour Elias, la configuration individu- société et ses évolutions est ce que le sociologue doit décrire et analyser car ces relations sont aussi réelles que les parties qu’elles relient.

  • 3 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Pocket, [1970], 1981, p. 84.

3Dans cette perspective, le tissu de relations dont est faite la société s’apparente à un jeu, c’est-à-dire à une compétition porteuse d’une évolution. Le jeu est une « donnée élémentaire »3. La métaphore du jeu indique que la vie sociale est concurrentielle et que les différents partenaires sont dans des relations d’interdépendance qui se stabilisent parfois dans un « équilibre des forces ». L’évolution des sociétés est expliquée par les modifications de cet équilibre par les actions individuelles et les effets qu’elles engendrent comme des réactions en chaîne. Ces réactions en chaîne modifient à leur tour le jeu et les joueurs.

  • 4 Ibid. p. 157.
  • 5 Jean-Hugues Déchaux, ibid., p. 300.

4En s’appuyant sur la métaphore du jeu, Norbert Elias définit dans le terme de configuration : « la figure globale toujours changeante que forment les joueurs ; elle inclut non seulement leur intellect, mais toute leur personne, les actions et les relations réciproques. […] Cette configuration forme un ensemble de tensions »4. Et Jean-Hugues Déchaux d’opérer une synthèse de ce concept de configuration en affirmant qu’elle se caractérise « 1/ par l’équilibre mobile des forces, et 2/ par les effets et contraintes de la compétition sociale qui […] concernent tant les actions que les pensées des joueurs »5.

  • 6 Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, coll. « (...)

5Largement supplantée par le concept de champ (§ 39) élaboré par Bourdieu pour décrire un système de relations dans lequel la domination est première et s’impose aux dominés sans qu’ils s’en aperçoivent, la façon dont Elias pense le jeu concurrentiel connaît un renouveau d’intérêt en France depuis les années 1990. Son approche est notamment mobilisée par des sociologues comme Bernard Lahire6, plus soucieux de ne pas écraser la réflexivité des acteurs tout en maintenant la contrainte du monde social.

6  

7Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

8http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 Ce texte s’appuie largement sur la synthèse de ce concept opérée par Jean-Hugues Déchaux, « Sur le concept de configuration : quelques failles dans la sociologie de Elias Norbert », Cahiers internationaux de Sociologie, 1995, vol. 99, p. 293-313.

2 Roger Chartier, « Conscience sociale et lien social, avant-propos à La société des individus » in Nobert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 7-29.

3 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Pocket, [1970], 1981, p. 84.

4 Ibid. p. 157.

5 Jean-Hugues Déchaux, ibid., p. 300.

6 Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Duvoux Nicolas, « Configuration », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », pp. 52-54.

Référence électronique

Nicolas Duvoux, « Configuration », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/923

Haut de page

Auteur

Nicolas Duvoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page