Navigation – Plan du site

La fabrique d’un domaine d’études : Notes sur la constitution d’un Repère sur la «sociologie du tourisme »

A propos de Hugues Saskia Cousin et Bertrand Réau, Sociologie du tourisme (La Découverte, 2009)
Olivier Pégard
Référence(s) :

Cousin Saskia, Réau Bertrand, Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009, 126 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Tourisme

Keywords :

Tourism
Haut de page

Texte intégral

Sociologie du tourisme

1L’intention de ce texte  vise moins à produire une note de lecture du livre Sociologie du Tourisme paru en 2009 qu’à poser quelques éléments de réflexion sur la production scientifique façon « sociologie de » dans des collections qui, par l’intermédiaire d’un champ scientifique précis, les sciences sociales, font la publicité d’un objet, le tourisme. Le choix de tels objets réside peut-être dans le fait qu’ils véhiculent une somme de représentations, d’imaginaires sociaux, de clichés, que les scientifiques se chargeraient alors de clarifier.

2En lisant le compte-rendu d’Olivier Vanhée dans la revue Lectures1 au sujet de ce livre doublement thématique par une discipline scientifique sensée appréhender et délimiter quelques contours d’un objet, le lecteur aura quelques informations sur l’implication des auteurs de Sociologie du tourisme, notamment dans la programmation et l’animation d’un séminaire (Saskia Cousin et Bertrand Réau) à l’EHESS en 2009. Lisons les toutes premières phrases du compte-rendu de Vanhée qui revient sur les intentions des auteurs : « Le premier ouvrage de la collection Repères consacré au tourisme s’intitule Sociologie du tourisme et témoigne de l’émergence d’un regard sociologique sur un objet qui était [Vanhée cite] “jusqu’au début des années 2000, le monopole quasi-exclusif des géographes et des économistes” (p.4). »

3Vanhée souligne l’effet doublement novateur : par l’inscription de la rubrique tourisme, et aussi par le fait que ce soit la sociologie qui s’en charge. Bref, quand la Collection Repères des éditions La Découverte se dote d’une thématique supplémentaire et joue sa notoriété sur le registre du « souci de l’actualisation », il ne reste alors qu’à trouver des agents scientifiques compétents, disponibles et disposés. L’enjeu étant de ramasser le propos tout en multipliant les ouvertures ainsi que les renvois bibliographiques.

4Relatif à la thématique des loisirs, derrière une classification rapide en objet mineur, le tourisme permet de se saisir notamment de la question des modes de diffusion des pratiques sociales essentiellement réservées jusque dans les années 1900 à une classe de loisir pour apparaître aujourd’hui en industrie du dépaysement autour de laquelle seraient concernés le sport, le terroir, l’aventure, l’art, la jeunesse, les transports, l’éducation, la culture, la politique, l’individu, le travail, l’aménagement de l’espace, etc.

5Poser une sociologie « du tourisme », comme « de quelque chose » en général, est dès lors délicat puisqu’il s’agit de faire apparaître dans l’éventail des sciences sociales un énième domaine de recherche à la fois institué et instituant. L’apparition récente d’un domaine dénote d’un effet de déploiement de la sociologie dans toutes les sphères du social et simultanément, dénote d’un risque de fragmentation dans la production des savoirs. Dans l’administration des thématiques labélisées et reconnues en sociologie « de » quelque-chose, il fait effectivement se rappeler qu’une bonne sociologie « de » est d’abord une sociologie « à partir de ».

6Le principe éditorial de cette collection au nom évocateur « Repères » est d’opter pour la production d’ouvrages de synthèse qui puissent balayer différents thèmes contemporains. Les auteurs, Saskia Cousin et Bertrand Réau, s’efforcent alors de répondre à la demande sur le thème du tourisme. Puisqu’il s’agit d’offrir au lecteur une synthèse façon tour d’horizon, ces derniers multiplient les renvois bibliographiques pour les lecteurs désireux d’obtenir sur des aspects particuliers davantage de précisions. Autrement dit, le jeu est de montrer le périmètre et la superficie d’un domaine tout en rappelant le caractère poreux des frontières. Quand Alain Corbin travaille sur l’invention de la plage, il est effectivement dans l’invention d’un tourisme particulier alors que son intention est de faire une histoire sociale du rapport sensible à la mer. L’identification d’un domaine jugé mineur passe souvent par le recours à des œuvres dites majeures.

7Certes, les sociologues s’accordent sur le principe qu’il n’y a jamais en soi de « grands » ou de « petits » objets , il n’y aurait seulement qu’à évaluer si des objets sont bien ou mal construits, bien ou mal problématisés. Or, des domaines minorés sur le plan académique qui inversement apparaissent comme très présents dans le monde social via les discours, les usages, les pratiques et les représentations, ceux-ci auront parfois tendance à entretenir une sociologie retranchée sur elle-même comme pourrait l’être un antiquaire sur la question des beaux objets. Formulée autrement, la question serait : un domaine minoré du point de vue des institutions scientifiques est-il bien armé pour entamer la bataille d’un objet traversé par des masses sociales importantes d’images, de discours, de pratiques et de représentations ?  

8La production d’un ouvrage de synthèse sur la sociologie du tourisme poursuit en creux une intention (plus ou moins explicite) à ce que la question du tourisme apparaisse comme une question d’égal traitement, au même titre que la question du travail, de l’éducation, de la culture, etc., puisque justement, présenter une synthèse, c’est donner à comprendre qu’une production théorique existe, c’est-à-dire qu’un ensemble d’auteurs échangent et s’interpellent autour de questions communes et récurrentes.

Sur les origines du tourisme

9Le livre propose six ouvertures. La première traite des premières formes de tourisme. Entre le XVIIème et le XIXème, le tourisme trouverait son origine à partir des expériences de voyage de quelques Britanniques fortunés s’aventurant sur le continent pour y entamer un périple européen, qui en fonction de leur temps disponible, des intérêts, de la santé et des niveaux de ressources, pouvait s’étaler  des pays du nord jusqu’aux îles grecques en revenant par les pays bordant la méditerranée.

10Or, la sociologie ne devrait-elle pas questionner les effets de ces discours redondants sur la supposée origine du tourisme ? Par exemple, les professionnels du secteur qui reprennent à leur compte cet épisode historique ne s’adonnent pas seulement à des rappels objectifs et désintéressés. Ce contenu savant leur permet que soit entretenue une source originelle qui ferait justement les affaires du secteur. Par le renvoi au « faiseur de tour », c’est en creux faire l’éloge de l’accomplissement de soi au travers du périple. L’idéologie positiviste du tourisme se traduit justement par le fait que le voyage devrait répondre à un goût prononcé pour la curiosité culturelle à l’égard de laquelle l’expérience du voyage serait indépassable.

11Cette fameuse « origine » britannique du tourisme, ou grecque avec Hérodote, à force d’être énoncée, ne finirait-elle pas par devenir le lieu commun ? D’ailleurs, à la lecture de l’ouvrage, les auteurs annoncent que, vu de Chine, le tourisme, au sens toujours de l’accomplissement d’un voyage, aurait 4000 ans et que la révolution culturelle de 1949 l’aurait brutalement stoppé. Or, depuis l’ère Deng Xiaoping et les réformes de 1978 conduites par le pouvoir central chinois décidant d’ouvrir le pays vers l’extérieur (et notamment l’économie), le tourisme devient un secteur culturel et commercial. Autrement dit, l’intérêt des sciences sociales du tourisme provient autant, si ce n’est plus, du contexte des réformes de 1978 que de 4000 ans de pèlerinage chinois ?

12Au-delà de ces histoires d’évasion, il aurait plutôt fallu situer surtout : 1) la montée de l’individualisme, 2) l’essor de la modernité industrielle et 3) l’apparition d’une classe moyenne importante comme conditions d’apparition du tourisme comme fait social.

13En France, c’est par le biais de l’essor du chemin de fer que la bourgeoisie parisienne du XIXème ira fréquenter la côte normande et se faire prendre en peinture. Autrement dit, dans le contexte de la domination économique du monde britannique, des pratiques sociales s’imposent et s’exposent sur le continent européen. L’industrie aidant, les ponts métalliques, des trains et des gares constitueront la trame économique de diffusion de la jouissance du temps improductif de la classe de loisir.

14Ce tourisme mondain d’aventure et de villégiature va rapidement devenir une affaire d’Etat où, comme l’énoncent les auteurs dans un titre de chapitre, il s’agira pour des institutions publiques et privées de « compter et classer » un tourisme qui rapidement versera dans la pratique sociale dite de masse. Ainsi, des « destinations préférées » sont soumises à une forte demande. Cependant, il ne faudrait pas négliger le jeu subtil des outils politiques qui en produisant l’offre s’évertuent à fabriquer une demande. Comment peut-on ne pas être touriste dans une société qui valorise la dimension de la mobilité par des armes de séduction massive (attrait pour l’ailleurs, réalisation de soi, convenance sociale, etc.) ?

15Bien évidemment, les cinq parties suivantes qui constituent l’ouvrage offre autre chose que le ressassement des dites origines. Le tourisme et l’évaluation statistique des vacances (part II : Compter et classer), le tourisme dans les rapports de classe et le tourisme dans l’individualisme contemporain (part III : La différenciation des pratiques), le tourisme comme secteur marchand (part IV : Les marchés du tourisme), le tourisme appréhendé à traversles dispositifs d’équipements et ses implications idéologiques (part V : Un enjeu politique), enfin le tourisme dans les transports mondialisés (part VI : Mondialisations) où faisant référence à Bruno Latour (2006, Changer de société. Refaire de la sociologie) les auteurs posent le tourisme en « objet hybride » (p. 92) autour duquel il s’agirait également de questionner l’usage des techniques, par exemple celles de la gestion par informatique de réservation de séjours.

Le tourisme : un objet à géométrie variable

16L’industrie du tourisme relève pour une grande part d’une stratégie de comptage ou d’évaluation de l’activité économique. Quand par exemple l’hôtelier sera plus attentif au comptage des nuitées, le prescripteur de services portera son regard sur des taux de fréquentation d’équipements. En jouant sur le registre altruiste de la « fibre » pour le voyage sensée faire découvrir d’autres horizons culturels ou sur celui des plaisirs du corps, etc., l’une des matières premières du tourisme industriel est la séduction transformée en force d’interpellation. Quand le monde est suffisamment pourvu d’avions, de trains, de bâtiments, de routes, de parcs, autrement dit quand l’orchestration de la mobilité à grande échelle se fait entendre, une sorte d’espace « globurbanisé » donne l’impression de faire du surplace. En tout cas, c’est ainsi que nous pouvons décoder la dernière phrase du livre : « En ce sens, le tourisme sert à produire un grand récit fictionnel, l’idéologie d’une société mondiale unie par sa mobilité. » (p. 105)

17Dans la mesure où la question du tourisme est en partie liée à la dimension de l’offre de loisirs, au traitement de la mobilité et de l’hébergement, il est difficile de circonscrire un objet si ce n’est que des agents sociaux (voyagistes, gérants de camping, hôteliers, experts scientifiques, etc.) sont suffisamment en situation de visibilité pour faire émerger l’existence d’un champ multiforme dans lequel les agents légitimes s’efforcent de tirer leur épingle du jeu.

18Si le tourisme est décrit comme un secteur d’activités économiques, l’intérêt pour la sociologie est que ce domaine d’activités d’un genre spécifique serve d’analyseur pour une compréhension du social qui aille au-delà des frontières du tourisme. S’il est vrai, comme le disent les auteurs, que des territoires visités produisent un face-à-face fortuit ou scénarisé entre visiteurs et « visités », le sociologue doit s’évertuer à proposer une analyse des interactions où peuvent être repérés des rapports de domination entre l’autochtone et le nomade, des effets de violence symbolique entre clients et prestataires, des effets d’imposition, etc. Dans l’idéologie de la prestation de service, il n’est pas sûr en effet que ce soit systématiquement le visité qui se retrouve en situation de légitimité spatiale. L’observation de la pratique touristique reste en cela un terrain privilégié pour analyser et comprendre le contexte de la mondialisation et du brouillage des cartes entre ici et ailleurs et la déstabilisation des repères classiques que cela suppose

Une sociologie avec des objets et des embûches par milliers.

  • 2 On peut penser à l’IREST, l’Institut de Recherches et d’Etudes Supérieures sur le Tourisme de l’uni (...)

19Si cet ouvrage satisfait les attentes des lecteurs plus ou moins avertis sur la question du tourisme en général, c’est-à-dire son origine, son contexte de normalisation et de banalisation économique ainsi que ses enjeux territoriaux, idéologiques et politiques, il aurait été intéressant de porter un examen attentif non seulement sur les espaces touristiques et touristifiés mais également sur les espaces d’administration et de production de la sociologie dans des organisations pluridisciplinaires (écoles, instituts2, formations universitaires, laboratoires de recherches, etc.) centrées sur la thématique tourisme et dans lesquelles des contenus scientifiques participent à la formation des professionnels du milieu.

20Quand géographes, économistes, sociologues, gestionnaires, urbanistes, juristes se retrouvent à dispenser un savoir d’experts, dont une facette est par exemple centrée sur le « développement » du tourisme, quel rôle jouera le, la ou les sociologues face à une telle terminologie positive ? S’agit-il alors d’orienter une recherche au service d’un meilleur « management du tourisme » produit par (et pour) de meilleurs experts ? Pour les sociologues qui produisent leurs enseignements et leurs recherches dans des administrations pluridisciplinaires (sport, communication, urbanisme, tourisme, culture, etc.), même si la thématique et les intérêts changent, il n’est pas difficile d’imaginer alors les conditions d’exercices inconfortables du métier de sociologue tiraillé entre plusieurs enjeux. La prise de recul suffisante et nécessaire pour objectiver certaines logiques sociales demande parfois de rompre avec les attentes du milieu professionnel. Faut-il alors ruser et comment ?

21Bref les sociologies qui sont dispensées dans des espaces professionnalisés de promotion consciente et/ou inconsciente d’un secteur d’activité tel que le tourisme, courent parfois le risque de produire une sociologie « appliquée et au service » d’un secteur d’activité tel que le tourisme, surtout quand les appels d’offres vendeuses s’intéressent à mettre en avant sinon les recettes, les ingrédients de base au service d’un tourisme « performant ». Cette situation d’inconfort du rapport entre la pratique du milieu et sa théorisation n’est pas nouvelle puisque dans les secteurs de l’éducation nationale (résoudre l’échec scolaire) ou de la santé publique (réduire l’obésité), la pratique sociologique doit d’abord éviter de se satisfaire de constats trop faciles en pensant que le problème social de l’échec serait forcément dans le système scolaire ou pour l’obésité, la réponse serait médicale.

22Les grands sujets de société transformés en thématiques dans lesquelles fleurissent de nouvelles sociologies (« du » tourisme, « du » sport, « de » l’obésité, « de » la sécurité, etc.) ainsi que les options politiques à réunir plusieurs disciplines scientifiques autour d’un objet d’études, tout un schéma sociopolitique a sans doute pour effet de renforcer l’image d’un scientifique identifié comme le « spécialiste » d’un objet. Bien évidemment si les sciences sociales se renouvellent dans les marges, les creux, les terrains peu investis, la consécration d’une sociologie « du » tourisme serait donc en cela un énième exemple de processus de fragmentation dans le travail scientifique alors même que si on peut poser le principe de fragmentation en principe de renforcement du pouvoir, la finalité des sciences sociales ne serait-elle pas de s’organiser en contre-modèle ?

Pour conclure

23Si le contenu de l’ouvrage apporte une occasion supplémentaire d’élargir l’éventail de la production en sciences sociales, simultanément, c’est aussi l’éventail de la formation supérieure professionnelle liée au secteur tertiaire qui risquerait d’orienter les sciences sociales en agence de promotion de champs émergents dans lequel des agents économiques (plus prosaïquement nommés les « professionnels du secteur ») tirent de multiples bénéfices. Même si Saskia Cousin et Bertrand Réau entendent, et à juste titre, lutter contre une sociologie « tourismo-centrée », tant que le tourisme n’intéresse que les spécialistes du tourisme, un peu à l’image d’une sociologie du sport axée sur des visées opérationnelles en sociologie des organisations appliquées (et impliquées) au management de la performance, ce sont des sciences sociales qui banalisent des niches confortables où s’exercent les civilités (et aussi bien entendu les incivilités) d’un entre-soi à prétention académique.

24Lister des « repères » théoriques sur des objets tertiaires reste un exercice délicat dans la mesure où en offrant dans un format bref un tout aussi bref « tour » de la question, ce seront des repères qui auront tendance à fabriquer des enclos.

Haut de page

Notes

1 http://lectures.revues.org/919.

2 On peut penser à l’IREST, l’Institut de Recherches et d’Etudes Supérieures sur le Tourisme de l’université Paris 1. Du fait d’un objet de dimension mondiale, l’IREST a forcément tissé des partenariats avec des universités internationales (Afrique, Russie, Amérique du Sud, Europe, etc.). De plus, sur le site internet http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Plaquette_en-francais.pdf cet institut se prévaut d’être membre du Conseil National du Tourisme et d’établir des liens étroits avec le monde professionnel (Direction Générale de la compétitivité, ACCOR, Hilton, Mairie de Paris, Pierre et Vacances, …).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pégard, « La fabrique d’un domaine d’études : Notes sur la constitution d’un Repère sur la «sociologie du tourisme » », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 30 mai 2011, consulté le 30 juin 2016. URL : http://sociologie.revues.org/908

Haut de page

Auteur

Olivier Pégard

Université Paris Est

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page