Navigation – Plan du site

Le déni des familles ?

A propos de Hugues Lagrange, Le déni des cultures (Seuil, 2010)
Marwan Mohammed et Marion Selz
Référence(s) :

Lagrange Hugues, Le déni des cultures, Paris, Seuil, 2010, 350 p.

Texte intégral

Le déni des cultures

1Dans Le Déni des cultures, l’objectif d’Hugues Lagrange est de comprendre les difficultés d’intégration sociale de certains groupes de migrants dans les sociétés riches. Dans le contexte français, il s’intéresse particulièrement au surcroît d’échec scolaire et de délinquance des enfants de migrants sahéliens qui résident dans des quartiers ségrégés. A cette fin, il entreprend une analyse qui s’affranchit du refus dominant, selon lui, de prendre en compte l’origine ethnoculturelle comme variable en soi et pas seulement comme produit des discriminations ou comme synthèse de la position socioéconomique ou résidentielle. Il précise d’emblée que « la question culturelle n’est pas à prendre comme un bloc monolithe mais bien comme interaction entre migrant et société d’accueil » (p. 14) et met en cause les interprétations strictement socio-économiques liées aux conditions de vie. Une posture d’ignorance qu’il dénonce et qui justifie le titre de son ouvrage : « le déni des cultures ». Si certaines critiques se sont manifestées dès sa parution, cet ouvrage a surtout connu un franc succès médiatique et politique, dans un contexte de forte politisation des questions identitaires et sécuritaires. Des réactions qui se sont rarement fondées sur une critique approfondie des propositions de l’auteur, mais plutôt, d’une part sur des positions idéologiques, pro ou anti « culturalistes », et d’autre part sur la question de l’utilisation politique qui peut être faite de son propos. Critique pertinente, si l’on en juge par la rapidité avec laquelle les associations et partis politiques se sont emparés de ce livre, qui pour condamner le multiculturalisme, qui pour le favoriser en s’en inspirant pour élaborer des politiques d’intégration.

2L’ouvrage n’est pas facile à lire car l’auteur, tout en focalisant son argumentation sur les immigrés africains du Sahel en France, y entremêle des comparaisons à différents niveaux : entre USA et Europe, entre les différents pays d’Europe, entre différents lieux en France et selon les différents pays ou régions d’où viennent les migrants. Chacun de ces niveaux de comparaison est intéressant et utile mais le va et vient permanent de l’un à l’autre fait parfois perdre le fil de l’analyse, dont le schéma est pourtant bien présenté dans l’introduction et que nous proposons d’indiquer avant de commenter plus précisément quelques aspects et  méthodes de l’ensemble du raisonnement : sans prendre parti sur les conclusions et les préconisations de l’ouvrage, notre compte-rendu porte principalement sur son argumentation.

3Après la seconde guerre mondiale, les Trente Glorieuses ont été une période de croissance économique, de libéralisation des moeurs et d’ouverture à une forte immigration de main d’œuvre. A partir des années 1960-1970, la réduction de la demande de main d’œuvre faiblement qualifiée a entraîné une augmentation du chômage dans les couches populaires dont les migrants du sud ont été pris comme boucs émissaires. Ils ont alors été au centre d’un « backlash politique » se manifestant par une progression de la xénophobie, de la fermeture des frontières et de la  ségrégation dans certains quartiers parmi les plus pauvres, ainsi que par des modifications des formes familiales et des rapports de sexe. L’auteur insiste notamment sur la multiplication des émeutes urbaines à la périphérie des grandes villes, l’augmentation du suicide et de la délinquance des jeunes, ainsi que sur les comportements de séparation des sexes, plus particulièrement dans les quartiers où les conditions économiques et sociales sont les plus dégradées et où les populations immigrées sont nombreuses, donnant lieu à deux interprétations devenues classiques : les jeunes émeutiers sont victimes d’un déclin moral dû au laxisme éducatif de leurs parents et à une crise de l’autorité paternelle ; les cités sont le siège d’une certaine radicalisation culturelle concrétisée par un repli sur soi et des dérives communautaristes. 

4Hugues Lagrange développe sa thèse en scrutant particulièrement les familles dirigées par des migrants venus de l’Afrique sahélienne. Il y détecte un manque d’autonomie chez les femmes et les adolescents dû à un excès d’autorité paternelle provoquant, non pas comme il est courant de dire, une « désaffiliation » mais une  « suraffiliation » à des liens locaux. Il juge mal adaptées les politiques des pouvoirs publics qui alternent et parfois cumulent indifférence officielle et reconnaissance pratique des questions culturelles, refoulement et stigmatisation des « nouveaux barbares » venus du sud. Les conséquences s’expriment par un fort rejet populaire des étrangers, un certain manque de confiance des migrants dans les institutions et une « dé-privatisation »  des pratiques religieuses.

5L’auteur pense que la solution passe par un encouragement vigoureux à l’autonomie (professionnelle, matérielle et normative) des femmes issues de l’immigration, de façon à ce qu’elles puissent exercer leur propre autorité sur leurs enfants. En creux, on a le sentiment que l’auteur juge les pères à la fois néfastes et irrécupérables. Il ajoute qu’une politique « qui mettrait les enfants de tous les milieux sur la même ligne de départ en sixième »  (p. 151) serait vraiment souhaitable. Il plaide, d’une façon générale, pour la prise en compte de la diversité culturelle par l’action publique.

6Pour asseoir son argumentation, Hugues Lagrange s’appuie essentiellement sur des analyses réalisées à partir d’une enquête quantitative « multi-site » (plusieurs territoires) et multi-source (données scolaires, judiciaires, sociales) originale, mais aussi de l’enquête TeO (Trajectoires et Origines – Insee/Ined 2008) et des données du recensement. Des analyses dans lesquelles il introduit la variable « origine culturelle » pour mesurer son impact sur la cohésion sociale. L’enquête Multi-site s’est échelonnée de 1998 et 2005 et a été réalisée auprès de cinq cohortes d’élèves de sixième de collèges publics, à Mantes-en-Yvelines, Paris 18e et Saint-Herblain en Loire-Atlantique, au sein desquelles ont été extraits des échantillons d’élèves en difficulté scolaire et un ensemble d’élèves sélectionnés dans les premiers déciles aux épreuves nationales de sixième. Elle a porté d’une part sur les dynamiques scolaires entre la sixième et la troisième et d’autre part sur les inconduites, selon les déclarations des collégiens et les procès verbaux de délits enregistrés dans la Nouvelle chaîne pénale. Ces données ont été complétées par une enquête, dont on sait peu de choses, auprès d’éducateurs (p. 338).

7L’auteur fait preuve, dans toutes ses analyses statistiques, d’une bonne compétence. C’est un utilisateur averti des méthodes quantitatives qui prend soin, la plupart du temps, de contrôler les effets qu’il cherche à mettre en exergue par des variables adaptées, en justifiant le choix de celles qu’il garde et la mise à l’écart de celles qu’il n’intègre pas dans ses modèles. Si certains de ses détracteurs lui reprochent de ne pas utiliser les « méthodes toutes choses égales d’ailleurs » c’est qu’ils n’ont pas compris qu’Hugues Lagrange évite cette expression toujours abusive, alors qu’il met pourtant en œuvre les méthodes que l’on dénomme habituellement ainsi. Effectivement, il précise très exactement quelles sont les variables utilisées comme variables de contrôle et pourquoi elles le sont, tant dans ses propres analyses que dans celles qu’il cite. Devançant les critiques, Hugues Lagrange explique pourquoi il n’est pas nécessaire de contrôler par d’autres caractéristiques : l’origine culturelle synthétise selon lui beaucoup d’aspects. En ajouter d’autres n’aurait sans doute pas beaucoup de sens et reviendrait, non pas comme disait Simiand en boutade, à imaginer qu’un renne peut vivre au Sahara ou qu’un chameau peut vivre au pôle nord, mais qu’ « une famille d’origine malienne dont les parents ont fait des études supérieures et comprenant deux enfants disposant d’un espace à eux » (p. 146) pourrait être courante.

8Cherchant à voir quel est l’effet de la mono-parentalité sur la réussite scolaire, réputé d’emblée négatif, il évoque les études faites aux USA qui montrent la dissymétrie de cet effet selon le sexe du seul parent : les enfants élevés par leur père seul réussissent moins bien que ceux élevés par leur mère seule, et d’autre part, « quand on tient compte du statut professionnel de la mère, le fait d’être élevé par une mère seule n’est pas un handicap pour la réussite sociale ». Une étude de la Banque Mondiale concernant sept pays d’Afrique subsaharienne parvient à des résultats tout à fait concordants : « les enfants ont des taux de scolarisation et d’achèvement de la scolarité plus élevés dans les ménages dirigés par les femmes que dans les autres. » (p. 140)

9A partir de son enquête multi-site, l’auteur souligne l’intérêt de prendre en compte l’origine culturelle : l’effet de la monoparentalité sur la délinquance des adolescents n’est pas le même selon l’origine des migrants ; en particulier, c’est nettement pour les familles sahéliennes qu’il est le plus faible. L’examen des interventions de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), proportionnellement moins fréquentes auprès des familles sahéliennes que des autochtones, permet à l’auteur de contredire l’idée que celles-ci seraient particulièrement affectées par des problèmes de déstructuration familiale.

10Toujours à partir de son enquête multi-site,  il confirme les résultats professés par la plupart des sociologues : il y a une forte liaison statistique entre, d’une part, la situation professionnelle du père, et d’autre part, la réussite scolaire et la délinquance des enfants. Le raffinement de l’analyse révèle l’effet très important de l’origine culturelle  sur l’implication dans la délinquance des adolescents, effet persistant lorsque l’on tient compte des différences de milieu social.

11Associant ses propres analyses à celles de sociologues de l’éducation, Hugues Lagrange conclut  que c’est la faiblesse scolaire avant l’arrivée en 6ème qui est déterminante pour la suite de la scolarité ; or « les différences de réussite scolaire entre les milieux culturels sont repérables très tôt, et touchent particulièrement les familles nombreuses africaines ».

12En combinant les données du recensement et celles de sa propre enquête, Hugues Lagrange décrit le processus de ségrégation et la constitution de zones (IRIS) sans élites sociales  et ethnicisées : les cadres, tant autochtones qu’allochtones, les quittent (écrêtage par le haut) pendant que les familles africaines primo-arrivantes s’y installent du fait de la disponibilité de logements. Or la proportion de cadres dans les IRIS a un fort impact sur la réussite scolaire des adolescents et sur la proportion d’auteurs de délits, plus spécialement pour les enfants de père chômeur. D’un autre côté, « s’agissant de délinquance, la proportion des auteurs de délits diminue significativement lorsque les familles d’origine africaine sont nombreuses » (p 275) ce qui fait suggérer à l’auteur de « découpler la mixité sociale et la mixité culturelle » en encourageant le maintien des classes moyennes migrantes auprès des classes populaires de même origine. (p 288)

13Toutes ces analyses quantitatives montrent l’intérêt de regarder spécifiquement les aspects culturels ; elles mettent en évidence l’ampleur des problèmes de socialisation des adolescents dans les familles sahéliennes. Cependant, comme on le sait bien, aucune corrélation ne donne systématiquement lieu à une relation de cause à effet. Elles ont, bien entendu, besoin d’être étayées par une connaissance précise sur le terrain des réalités sociologiques pour être interprétées correctement. L’analyse consistant à expliquer les échecs éducatifs et scolaires de ces familles par la différence d’âge entre père et mère, la polygamie, le patriarcat, un autoritarisme qui disqualifie les femmes tout en produisant des garçons tous puissants, n’est pas totalement démontrée. Elle se situe dans la frange des possibilités non contredites par les corrélations présentées.

14En effet, malgré un raisonnement global qui mobilise la sociologie, l’histoire, l’anthropologie ou la démographie des peuples noirs et de leur société d’accueil, l’auteur cherche au final à analyser le fonctionnement intrafamilial des familles sahéliennes. Ce qu’il tente d’expliquer par ces nombreux et complexes détours, c’est le « solde négatif » de l’effet origine, une fois pris en compte l’impact des facteurs scolaires, socioéconomiques et résidentiels. La situation sociale et l’origine culturelle ne se substituent pas, « l’un n’est pas le masque de l’autre » (p. 145). Il s’agit là du cœur de la réflexion, ce qui justifie la thèse centrale de l’ethnicité appréhendée comme un « grille de lecture des héritages et des formes de socialisation importante pour la compréhension des performances et des contre-performances des adolescents » (p. 145). Or, ce questionnement, à nos yeux légitime, souffre selon nous d’un défaut méthodologique non négligeable. On ne voit pas, en effet, comment il est possible de développer un raisonnement aussi fort et tranché sur le culturel et l’intrafamilial sans l’observer et l’interroger directement. La socialisation familiale est au centre de l’analyse mais à la périphérie de l’observation, les effets de l’origine sont déduits à défaut d’être décrits.

15En effet, l’intrafamilial est pensé à distance de l’univers domestique et apparaît du coup complètement désincarné. Hugues Lagrange est ainsi amené à construire un univers sahélien de socialisation, qui, sans être totalement déconnecté de logiques relationnelles parfois repérables dans ces foyers, tend à les homogénéiser, à les réifier et à figer leurs fonctionnements. Les traits culturels que l’auteur choisit de mettre en avant pour les besoins de l’analyse, dessinent des configurations familiales « négatives », car, rappelons le, sexuellement asymétriques, marquées par une faible autonomie de mères dociles et serviables, humiliées par la domination de pères plus âgés, autoritaristes, dans le cadre d’un « patriarcalisme boiteux » (p. 191-192) et d’une prégnance néfaste de l’Islam. Du coup, d’un point de vue éducatif, les mères infériorisées sont également dominées par leurs fils, qui, contrairement à leurs sœurs, ne savent pas gérer leurs frustrations et leurs émotions et différer leurs plaisirs. Alors que l’autoritarisme des pères atteint vite ses limites.

  • 1  Lahire B., 1998, L'homme pluriel. Les ressorts de l'action, Paris, Nathan, p. 41.
  • 2  Slawson J., 1925, Size of Family and Male Juvenile Delinquency,Journal of the American Institute o (...)
  • 3  Michard H., Sélosse J. (dir.), 1963, La délinquance des jeunes en groupe, Paris, Cujas.
  • 4 Tibbetts S. G., Gilbert, T. D. 2006,The Effects of Family Size on the Development of Delinquency, P (...)

16On a l’impression que pour ces populations, l’intrafamilial est écrasé par la culture et la religion. Cette approche laisse dans l’ombre d’autres processus importants qu’une méthodologie plus ancrée permettrait pourtant de repérer. Qu’en est-il de l’ambiance familiale, notamment du statut d’ego, qui a une forte influence sur le rapport engagement public/présence domestique ? Comment sont intégrées les ruptures familiales ? Comment saisir la pluralité des configurations relationnelles ou la diversité des trajectoires entre les membres des fratries et pas seulement l’opposition frère-sœur ? Au sein des familles, comme le note Bernard Lahire en développant une méthodologie ancrée, il est « plutôt rare de trouver des configurations familiales absolument homogènes culturellement et moralement. Peu nombreux sont les cas de figure qui permettraient de parler d’un habitus familial cohérent, producteur de dispositions générales entièrement orientées vers les mêmes directions »1. Hugues Lagrange se laisse parfois aspirer par sa thèse sur la prédominance des facteurs culturels au point de ne plus distinguer les processus de leurs modalités, le signifié du signifiant. C’est un point qui nous semble fondamental. L’ordre sexué est par exemple un processus qui structure le monde social mais il prend des formes variées qui empruntent parfois au registre traditionnel ou religieux. De la même manière, les tensions familiales sont quelque part toujours liées à l’histoire ou à la culture des familles et de leurs groupes, qu’ils soient minoritaires ou non. L’ambiance du foyer, pour les adolescents, détermine le volume et la qualité de leurs échanges domestiques. Et ce n’est pas la « couleur » du conflit mais son existence même qui amène des adolescents à s’extraire des foyers avec de telles ambiances. Prenons un autre exemple qui illustre bien cette tension entre les processus et leurs modalités. L’une des clés du débat actuel sur la sur-délinquance des enfants d’origine sahélienne se situe selon nous dans la distinction, au moins descriptive, entre la taille des familles et l’origine ethnoculturelle. La vie en famille nombreuse conditionne négativement les scolarités dès la période pré-scolaire, dont l’importance n’est plus à démontrer. Ce facteur joue un rôle dans la genèse et la reproduction des inégalités sociales, multiples et cumulées, dont les effets conjugués n’annulent pas son rôle spécifique. En raison de l’inadaptation des logements, il influence le climat familial en raison de l’entassement, de l’inconfort et de l’entretien d’une conflictualité de basse intensité. En outre, grandir en famille nombreuse prépare à la vie groupale, à la gestion des rivalités, des hiérarchies et des rapports de force. Pour les parents, la charge domestique est également plus lourde et le fait qu’une majorité d’entre eux occupe des emplois pénibles, souvent à horaires décalés, ne fait qu’accroître leur épuisement physique et mental, réduit leur disponibilité et tend à diluer leurs ressources. D’autant que le temps parental n’est pas extensible et qu’une grande fratrie réduit la « portion » de chaque enfant.C’est ainsi tout le potentiel de supervision des parents qui est en jeu car l’investissement du dehors constitue une réponse évidente à cette pression domestique, mais il a toutefois un prix : l’apaisement du dedans enracine dans la rue. Des constats qui ne sont pas propres aux familles sahéliennes, que l’on constatait hier et qu’on étudie ailleurs2. En France, c’était déjà une variable prédictive au début des années 1960 à l’époque des Blousons Noirs, qui étaient majoritairement des ouvriers autochtones3. En utilisant des données longitudinales sur un échantillon de 987 jeunes de Philadelphie suivi jusqu'à l'âge adulte, une étude de Stephen Tibbetts et de Gilbert Tasha démontre que la délinquance mesurée par le nombre total et la gravité des infractions est environ trois fois plus fréquente et quatre fois plus grave pour les enfants des grandes familles. Une relation qui se maintient à un niveau significatif même après neutralisation des revenus du ménage, du statut matrimonial et de la profession des parents4.

  • 5  Lagrange H., 2007, « Déviance et réussite scolaire à l’adolescence », Recherches et prévisions, n° (...)

17On est surpris que ces aspects ne soient pas davantage développés par Hugues Lagrange dans Le déni des cultures. À plusieurs reprises (pages 158-159, 177 ou 212) cette question est abordée rapidement. La première fois, il oppose les familles sahéliennes et asiatiques, deux populations d’immigration récente, économiquement modestes à leur arrivée, en constatant le surcroît de transgressions des premiers et l’orientation pro-scolaire des seconds. S’il signale dans une note de bas de page que les tailles des fratries ne sont pas comparables, il favorise une lecture culturelle en distinguant la valorisation de l’effort, de l’exigence, de l’application et de l’ambition inscrits, selon lui, dans la « morale confucéenne ». La variable qui révèle le mieux ces orientations culturelles serait le temps passé à faire les devoirs à la maison et, plus largement, les conditions familiales du travail post-scolaire. Or, sans disqualifier l’importance des stimulations parentales, il s’agit justement d’une variable très liée à la taille des familles et aux conditions de logement. Dans un second temps, Hugues Lagrange pointe les écarts de fécondité entre les différents groupes de population pour distinguer les taux « colossaux » des Sahéliens, leur concentration résidentielle et il souligne quelques conséquences négatives comme les tensions entre leurs enfants et les institutions (p. 177-178), mais sans rien dire de leurs conséquences sur la vie domestique. Enfin, c’est en lien avec la sur-implication des aînés que sont rapidement abordées les fratries élargies. Celles-ci sont notamment décrites comme des « clans », relevant d’un type particulier de solidarité mécanique, obligeant les aînés à en assurer l’honneur dans la rue. La priorité donnée aux lectures culturelles par Hugues Lagrange n’est donc pas la seule voie possible. Nos analyses nous rapprochent davantage d’un « autre » Hugues Lagrange qui, à partir des mêmes données d’enquête, écrivait que pour les délits violents « l’effet de l’origine culturelle a été intégralement absorbé par la prise en compte de la taille et de la position dans la fratrie qui sont très significatives s’agissant des violences ». Et qui indiquait à propos des vols, que « l’introduction dans le modèle de la taille de la fratrie (…) réduit (…) le seul coefficient associé à l’origine culturelle qui était significatif : celui des familles du Sahel ». Logiquement, il ajoute que « l'effet fratrie absorbe la sur-implication qui était associée à la polygamie »5. Ces remarques n’enlèvent rien à la légitimité de la question qui est posée dans cet ouvrage, à savoir les formes et la profondeur des héritages culturels dans l’explication des comportements sociaux. Mais étant donné que la sur-délinquance des enfants de Sahéliens sert de point de départ, on ne peut se contenter de survoler les implications d’un tel facteur, d’autant que les problèmes d’intégration n’existent en réalité pour les familles immigrées que lorsque les conditions socio-économiques sont mauvaises. D’ailleurs, les solutions de politiques publiques suggérées sont spécifiquement socio-économiques.

18Pour finir, cet ouvrage peut susciter un danger de réification de la société d’origine mise au service de politiques d’exclusion et non pas d’intégration pour lesquelles il semble plaider. Le texte grouille de catégories – « les Asiatiques », les « Maghrébins », la « morale confucéenne », les « natifs », les « autochtones », le « courant central de la société », « l’Islam » ou les « musulmans », les « Africains », les « peuples de la forêt » ou les « peuples du Sahel », etc. – désignant des populations définies avant tout par leur culture et leurs systèmes de parenté. Etant donné qu’il insiste sur la centralité de la relation entre les migrants d’origine et les autochtones, il y a un risque de provoquer dans la société d’accueil des conséquences exactement opposées à l’objectif  pour lequel ce livre a sans doute été écrit. En creux, cela pose une autre question. Pourquoi lier les origines culturelles aux déviances (et plus largement à l’action sociale) uniquement lorsqu’il s’agit des minorités les plus stigmatisées ? Il ne viendrait à l’esprit d’aucun chercheur d’interpréter la délinquance des élites ou bien la vulnérabilité du « quart-monde blanc » des cités, en mobilisant leur culture ou leur ethnicité. Les majoritaires n’ont-ils pas de culture socialement « active » ?

Haut de page

Notes

1  Lahire B., 1998, L'homme pluriel. Les ressorts de l'action, Paris, Nathan, p. 41.

2  Slawson J., 1925, Size of Family and Male Juvenile Delinquency,Journal of the American Institute of Criminal Law and Criminology, 15, 4, pp. 631-640.

3  Michard H., Sélosse J. (dir.), 1963, La délinquance des jeunes en groupe, Paris, Cujas.

4 Tibbetts S. G., Gilbert, T. D. 2006,The Effects of Family Size on the Development of Delinquency, Paper presented at the annual meeting of the American Society of Criminology (ASC), Los Angeles Convention Center.

5  Lagrange H., 2007, « Déviance et réussite scolaire à l’adolescence », Recherches et prévisions, n° 88, p. 61-62. Disponible en ligne: http://www.caf.fr/web/WebCnaf.nsf/090ba6646193ccc8c125684f005898f3/b0ff80fbcbc0326ec1257308002f40ea/$FILE/RP88-HLagrange.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marwan Mohammed et Marion Selz, « Le déni des familles ? », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 30 mai 2016. URL : http://sociologie.revues.org/896

Haut de page

Auteurs

Marwan Mohammed

ERIS-CMH

Articles du même auteur

Marion Selz

ERIS-CMH

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page