Navigation – Plan du site

Traîtres à la nation ?

À propos de Beaud Stéphane, Guimard Philippe, Traîtres à la nation ? (La Découverte, 2011), 287 pages
Igor Martinache
Référence(s) :

Beaud Stéphane, Traîtres à la nation ?, Paris, La Découverte, 2011, 287 p., en collaboration avec Philippe Guimard

Texte intégral

Traîtres à la nation ?
  • 1 Pour reprendre l'expression par laquelle Gérard Noiriel (2006) désigne une certaine présentation de (...)
  • 2 Le titre de l'ouvrage n'est ainsi pas sans faire écho à la condamnation des mutineries de soldats, (...)
  • 3 Hasard de l'édition ou signe des temps, signalons également la parution récente d'un autre ouvrage (...)

1A l'instar de l'événement dont il entend rendre compte, l'ouvrage que Stéphane Beaud publie aujourd'hui avec l'assistance de Philippe Guimard, conseiller technique à Force Ouvrière, a bénéficié d'une large médiatisation, mais fait aussi l'objet de vives discussions. Certains ont ainsi contesté le choix même de l'objet, illustrant une fois de plus l'ambivalence des réactions que suscite le football, plus que tout autre sport, oscillant entre fascination et mépris, notamment de la part des intellectuels, en dépit de la place socioculturelle centrale que cette activité, à la fois pratique et spectacle, a indéniablement acquise (Wahl, 1989 : 11). Or, même si l'on peut considérer que le spectacle sportif occupe une place trop importante, à l'instar d'autres formes de divertissement et d'informations « fait-diversifiées »1, force est de constater que, du fait même qu'il fait l'objet d'une très large attention, cet événement mérite aussi celle des chercheurs. D'autres, et parfois les mêmes, critiquent l'ouvrage d'un point de vue méthodologique, pour ne pas dire épistémologique. En proposant d'analyser un événement, qui plus est, survenu seulement quelques mois auparavant – la « grève » des joueurs de l'équipe de France le 20 juin 2010 à Knysna, en Afrique du Sud, au beau milieu de la Coupe du monde de football, et la condamnation tous azimuts à laquelle elle a donné lieu2 -, Stéphane Beaud propose en effet une sorte de sociologie « à chaud » de l'actualité, hybride, à mi-chemin entre sciences sociales et journalisme, dont il a déjà revendiqué l'intérêt dans un ouvrage collectif précédent proposant de mettre en lumière La France invisible, et qui déjà avait non sans logique fait l'objet d'une (relativement) large attention médiatique (Beaud et alii, 2006)3. Mais si ce dernier s'appuyait malgré tout sur un réel travail « de terrain » dans la lignée de la Misère du monde (Bourdieu, 1993), Traîtres à la nation ? repose sur la seule analyse de données de « seconde main » (articles de presse, émissions audiovisuelles, sites internet de supporters, etc.) envisagées comme sources et non comme objet – les réactions au dit mouvement de grève auraient cependant pu constituer un objet en soi, à l'instar de ce que Gérard Mauger a proposé à partir du mouvement « émeutier » de novembre 2005 ou, plus près de notre sujet, Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé (2010) concernant les commentaires accompagnant l'éventualité d'un boycott de la Coupe du monde de football 1978 organisée par la junte argentine. Les deux questions – délimitation du sujet et choix des méthodes-, n'en forment en fait qu'une : celle de la construction de l'objet. Et en la matière, la démarche de Stéphane Beaud met en évidence les contradictions inhérentes à la volonté d'amener le raisonnement sociologique au cœur de la cité, qui est, rappelons-le, l'une des ambitions fondatrices de cette revue. Or, en dépit (ou plus exactement sans doute à cause) de sa centralité sociale, « le monde du football professionnel, et plus particulièrement celui de l'équipe de France, est un monde fermé, et un monde fermé qui ne se livre pas au regard et se protège énormément de l'extérieur » (p. 23), explique ainsi l'auteur pour se justifier de son absence de « terrain », faute d'insertion préalable dans la configuration des acteurs qui organisent la pratique et la mise en spectacle de ce sport. Celui-ci n'en est pas moins lucide sur le fait que « le travail du journaliste opère ici comme un filtre entre la réalité sociale et le sociologue » (p. 25) et ne reste pas sans analyser par moments l'absence de certaines informations telles que l'origine sociale des joueurs de la jeune génération par contraste avec leurs prédécesseurs – un silence relatif en soi et révélateur (p. 156).

  • 4 Pour un exemple récent encore de ce type de réactions moralisantes,  émanant significativement d'un (...)

2Quoi qu'il en soit, une fois ces limites prises en compte, la démarche de l'ouvrage, qui consiste à inviter à replacer l'événement dans son contexte – dans une double dimension : l'évolution des structures socio-économiques du football professionnel, et celle, largement liée, des trajectoires sociales des joueurs concernés-, présente déjà un intérêt louable, permettant de désamorcer les interprétations moralisantes qui ont alors émané de divers acteurs sociaux, journalistes, philosophe réactionnaire ou ministre de la Santé et des sports. Si Stéphane Beaud partage avec eux l'idée que cette grève constitue bien un « fait social » au sens durkheimien du terme (p.11), qui révèle au-delà de lui-même certaines propriétés structurelles de notre société, il n'en partage pas pour autant leurs conclusions pour le moins hâtives, qui consistent en substance à n'y lire que les comportements symptomatiques de jeunes « caïds », » égoïstes », « sous-éduqués »4, « banlieusards » ou « immigrés », qui seraient représentatifs d'un groupe social hypothétique auquel ils n'appartiennent ni ne proviennent pourtant précisément pas.

3Dans une première partie, Stéphane Beaud revient ainsi sur l'événement en tant que tel. Il ne se contente pas pour autant de reconstituer une chronique détaillée à partir de différents récits parus a posteriori, et évidemment non exempts de biais rétrospectifs et tenant à la position respective des agents concernés – un exercice en soi cependant loin d'être superflu en dépit du battage médiatique sur le moment car, rappelle-t-il, « personne ne saura avant longtemps ce qui s'est vraiment passé pendant ces deux jours qui ont suivi la défaite de la France contre le Mexique » (p. 37). Mais, en envisageant à raison cet événement comme une construction médiatique et politique produite par une configuration d'agents, il propose d'emblée deux lignes d'interprétation conjoncturelles qui rompent avec les discours dominants prompts à stigmatiser une fois de plus la « banlieue » et en particulier les populations « issues de l'immigration » qui y vivent. La première est que cette grève, déclenchée, ce qui n'est pas anodin pour la Unedu quotidien L'Équipe du 19 juin 2010 reproduisant les insultes qu'un joueur, Nicolas Anelka, aurait proférées à l'encontre de son entraîneur dans les vestiaires, à la mi-temps d'une rencontre, constituerait une forme de « protestation collective contre la presse ». La médiatisation croissante et plus largement l'inflation des enjeux financiers engagés dans le football professionnel a en effet accru la distance entre footballeurs professionnels et journalistes- et plus largement entre les premiers et leur public (Hourcade, 2002)-, qui, tout en étant toujours plus interdépendante, est aussi devenue plus complexe, induisant un ensemble de règles du jeu largement tacites, comme l'ensemble de la sphère médiatique, télévision en tête (Bourdieu, 1996). Ni les uns, ni les autres, ne sont ainsi en position d'absolue domination, car si les premiers disposent des ressources que constituent leurs jugements à l'égard des seconds, à commencer par les notes individuelles à l'issue des matches, celles-ci peuvent aussi se retourner contre eux, et rendre plus difficile l'accès à des joueurs devenus méfiants. « Les journalistes ne peuvent plus se contenter de discuter tranquillement après un match et de prendre un verre avec les joueurs. Il leur faut désormais, dans le cadre d'un rapport concurrentiel entre pairs, parvenir à nouer une relation durable avec les joueurs les plus recherchés, ceux dont les interviews sont les plus attendues par le public » (p.52). Réciproquement, ces derniers doivent cependant s'acquitter du devoir que constituent désormais entretiens et conférences de presse, souvent sous la pression de leurs sponsors, mais ces contacts avec la presse s'assimilent souvent pour eux à une véritable « épreuve sociale », de par la faiblesse fréquente de leurs compétences oratoires, liée à un faible capital culturel, et plus profondément encore de par une « honte sociale » née de l'écart culturel croissant qui les sépare des journalistes. Si ces derniers sont évidemment en quête de scoop, celui de L'Equipe, quotidien dont Stéphane Beaud rappelle qu'il détient et préserve un monopole de fait sur l'information sportive en France, est à inscrire dans les relations conflictuelles qu'il entretient avec l'équipe de France de football, au-delà du sélectionneur alors en place, Raymond Domenech, et a, ce faisant, davantage représenté la « goutte qui fait déborder le vase » qu'un détonateur isolé, de même que la circonspection réciproque des uns à l'égard des autres est-elle même bien moins une affaire de « personnes » que l'effet des évolutions structurelles du recrutement et du travail au sein de ces deux professions. Au point qu'en conclusion, Stéphane Beaud avance finalement l'hypothèse selon laquelle cette grève représenterait une « tentative, à bien des égards exceptionnelle, et dans une certaine mesure vouée à l'échec, de lutter contre cette forme de fatalité sociale liée à cet état de dépossession culturelle, qui font des joueurs de foot pro des êtres sociaux « plus parlés qu'ils ne parlent » » (p. 279). Sauf qu'à moins de reproduire justement cette aliénation inhérente à l'activité de tout porte-parole (Bourdieu, 1984), force est d'en rester à leur silence « protopolitique », à l'instar de ce que dit Gérard Mauger (2006) des « émeutiers » de novembre 2005.

  • 5 On notera ici une contradiction présente en filigrane dans l'ensemble de l'ouvrage. L'auteur fait e (...)
  • 6 Concept toutefois éminemment difficile à définir s'il en est. Voir à ce sujet la journée d'études s (...)

4L'autre piste explicative que propose l'auteur a trait à la structuration interne du groupe même que constitue l'équipe de France. L'auteur s'efforce ici de montrer que si l'opposition binaire « meneurs » contre « suiveurs » (qui recouvrirait implicitement d'autres clivages : méchants/gentils, Noirs/Blancs, traîtres/patriotes, etc.) ne tient pas - le simple examen du profil des intéressés suffisant à le démontrer -, il ne faut pas pour autant ignorer les lignes de division, multiples et non congruentes, qui traversent le groupe, la principale étant cependant de nature générationnelle, renvoyant à des conditions de socialisation différentes. Ainsi, le degré d'investissement dans la mobilisation renvoie bien davantage, selon Stéphane Beaud, au statut occupé au sein de l'équipe de France5, le moment où le joueur se situe dans sa carrière sportive et plus largement à sa trajectoire sociale antérieure : « les « leaders » de la grève devaient posséder à la fois un important capital sportif6, une grande légitimité auprès de leurs pairs et certainement un sérieux compte à régler avec la gestion de Domenech pour oser une telle transgression de l'ordre établi. Pour leur part, les « suiveurs » n'avaient pas grand chose à leur opposer en retour » (p.103). Pour l'auteur, c'est aussi l'absence de « tauliers », c'est-à-dire d'anciens investis d'une autorité charismatique par les autres joueurs et à même de canaliser leurs velléités frondeuses - une « humeur anti-institutionnelle » selon Stéphane Beaud, qui serait favorisée par « la nouvelle économie du football moderne » qui accroît le pouvoir de négociation des meilleurs joueurs - mais non de tous, est-on tenté d'ajouter, le sport professionnel moderne, football en tête, s'apparentant à un « Winner takes-all system » où une mince élite s'accapare l'essentiel des gains et ressources, à l'instar du monde de l'art, tel qu'analysé par Pierre-Michel Menger (2005), et dont les rémunérations extrêmement élevées occulte du reste la précarité dans laquelle évolue la très grande majorité des pratiquants (Fleuriel et Schotté, 2008).

5L'auteur propose ensuite dans une seconde partie de prendre davantage de champ en dressant « l'arrière-plan socio-historique de la grève ». S'arrêtant tout d'abord à l'instar de bien d'autres observateurs sur le contraste entre les résultats sportifs des équipes de France de football de 1998 et de 2010 - et leurs interprétations radicalement opposées en termes d' » intégration » des « minorités ethniques » dans la société française -, il s'emploie tout d'abord à une analyse comparée des conditions de socialisation des membres respectifs de ces dernières. Il développe ainsi la thèse, qu'il illustre à travers la présentation de différents cas plus qu'il ne l'étaye réellement, selon laquelle une rupture importante serait intervenue dans l'intervalle : les membres de la première incarneraient ainsi selon lui encore les héritiers d'un monde ouvrier tel qu'il s'est structuré au cours des « Trente Glorieuses », à la différence des seconds, ce dernier s'étant entre-temps largement destructuré entre les moments de leurs socialisations respectives. On retrouve ainsi la lecture que le même Stéphane Beaud faisait avec Michel Pialoux (1999) des tensions survenant entre anciens ouvriers et jeunes intérimaires sur les chaînes de montage des usines Peugeot à Montbéliard, affirmant que l'entreprise comme le football professionnel ne ferait alors que reprendre et travailler des rapports de force qui traversent l'ensemble de la société et en particulier ses principales institutions. Les joueurs de l'équipe de France 2010 auraient ainsi connu selon Stéphane Beaud des conditions de socialisation, et en particulier d'entrée et de pratique de leur métier, très différentes de leurs aînés, que l'auteur résume par trois traits principaux : une institutionnalisation accrue de la formation , ce qui se traduit à la fois par un recrutement plus précoce au sein des centres de formation, mais aussi socialement plus diversifié ; une internationalisation des clubs dans lesquels ils évoluent, l'expatriation se faisant elle-même de plus en plus précoce ; et enfin « l'arrivée massive des enfants de l'immigration africaine » (p.161). Ici l'auteur ratifie cependant une observation partagée par nombre de commentateurs majoritaires, de même qu'il reprend l'idée d'une « fracture sociale invisible qui traversait, et peut-être fissurait cette équipe de France 2010 » (p.164), à la différence du groupe de leurs prédécesseur de 1998, dont la composition était plus homogène socialement ; même s'il invite à adopter une lecture subtile de cette « fracture », en notant l'existence entre les deux pôles des joueurs issus de milieux favorisés et ceux des classes populaires, des membres du haut des classes populaires et ceux du bas des classes moyennes. On pourra noter cependant, outre une relative contradiction par rapport aux facteurs mis en évidence dans le chapitre précédent, un autre paradoxe tenant au rôle a priori homogénéisant qu'une institution pratiquement « totale » (Goffman, 1961) comme les centres de formation auraient pu avoir sur ces clivages, ce qui invite à s'intéresser plus avant sur les conditions concrètes de socialisation en leur sein, comme l'ont fait certains travaux récents (Bertrand, 2009). En outre, comme il le note lui-même, ces clivages renvoient eux-mêmes à des formes d'(auto-)identification subjectives elles-mêmes largement façonnées par le contexte politico-médiatique (Fassin et alii., 2010), et ce faisant en partie conjoncturel. Ici, difficile de savoir qui, des résultats sportifs et des clivages, constituent la variable explicative ou dépendante, question que l'auteur évacue d'une pirouette : « on peut faire l'hypothèse que, quand l'équipe joue bien, ces différences d'habitus sociaux sont mis entre parenthèses. A l'inverse, quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, elles se traduisent plus systématiquement par des petits désaccords, des exaspérations ou des conflits qui peuvent dégénérer et « plomber l'ambiance » » (p.167).

6La question de la précocité croissante de l'entrée dans la carrière et de l'internationalisation et ses conséquences paradoxalement déstabilisantes font l'objet du quatrième chapitre, tandis que dans le suivant, Stéphane Beaud s'emploie à esquisser les « trois âges des enfants d'immigrés algériens dans le football français », à l'image des trois âges de génération des immigrés algériens qu'avait décrit Abdelmalek Sayad (1977). Enfants d'ouvriers primo-arrivants et peu éduqués, les premiers ont aussi été forgés par le contexte de la guerre d'Algérie, et beaucoup ont alors rejoint les rangs de l'équipe trop méconnue du FLN. Les seconds, faisant leur deuil du « mythe du retour », ont pour leur part été socialisés dans le contexte du mouvement « Beur » et la revendication d' » intégration » portée par celui-ci, tandis que la « troisième génération », actuellement dans ou pour certains aux portes de l'équipe de France, serait au contraire imprégnée d'une « culture des cités contestataire ». Là encore cependant, l'analyse se résume à la présentation de quelques cas que l'on doit supposer idéal-typiques, sans donner lieu à décomptes ou autres analyses plus approfondies. Dans le dernier chapitre enfin, l'auteur s'intéresse à la question du « choix » de la sélection nationale qui se pose désormais avec acuité pour les joueurs dotés d'une double nationalité, depuis les décrets de 2003 et 2009 pris par la Fédération internationale de football association (FIFA). A travers l'analyse de quelques cas, il suggère ainsi ici que cette question ne se réduit ni à celle d'un opportunisme sportif, ni à l'expression d'un sentiment d'appartenance évidente, mais révèle surtout les contradictions au sein desquelles se sentent pris les - jeunes - joueurs concernés, et dont le sentiment d'être rejetés peut favoriser leur « débauchage » par les autorités sportives des sélections du pays dont proviennent leurs parents.

7C'est donc finalement un objet éditorial peu identifié que Stéphane Beaud propose ici. Ni réelle enquête sociologique, ni simple essai journalistique, il a donc le mérite de montrer la vertu d'adopter une démarche sociologique pour analyser les événements au cœur de l'actualité médiatique. Cela invite ainsi à « comprendre » avant de juger, ce qui ne signifie pas pour autant accepter – autant de rappels qui ne semblent pas superflus au vu des discussions qui saturent aujourd'hui l'espace public. Ouvrant des pistes de réflexion plus qu'il n'apporte des conclusions « robustes », cela lui permet de mettre en évidence nombres d'« angles morts » que la construction médiatique de tels objets dissimule, mais en l'espèce, comme il le reconnaît lui-même, il en oublie d'autres, sans doute non moins décisifs que ceux qu'il développe, à commencer par l'organisation institutionnelle du football en France et son évolution, qui elle-même ne peut se résumer aux oppositions binaires telles qu'amateurs-professionnels ou mouvement sportif contre marché (Slimani, 2011).

8Une autre vertu de l'ouvrage, non négligeable, est cependant que, de par son style accessible, il attirera sans doute vers la sociologie des publics qui en sont jusque-là potentiellement éloignés, les passionnés de football en tête, du nombre desquels l'auteur est assurément, comme en témoigne l'érudition qu'il témoigne en la matière. Stéphane Beaud fait cependant également abondamment référence à divers travaux, en sociologie du football mais aussi au-delà, vers lesquels on ne peut qu'espérer que les lecteurs désireux d'en savoir plus sauront se reporter.

Haut de page

Bibliographie

Barron Pierre, Bory Anne, Chauvin Sébastien, Jounin Nicolas, Tourette Lucie, 2011, On bosse ici, on reste ici !, Paris, La Découverte

Beaud Stéphane, Pialoux Michel, 1999, Retour sur la condition ouvrière. Enquête sur les usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard

Beaud Stéphane, Confavreux Joseph, Lindgaard Jade (dir.), 2006, La France invisible, Paris, La Découverte

Bertrand Julien, 2009, « Entre “passion” et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail vol. 51, n° 3

Bourdieu Pierre, 1984, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, pp. 49-55

Bourdieu Pierre (dir.), 1993, La Misère du monde, Paris, Seuil

Bourdieu Pierre,1996, Sur la télévision, Paris, Liber/Raisons d'agir

Contamin Jean-Gabriel, Le Noé Olivier, 2010, « La coupe est pleine Videla ! Le Mundial 1978 entre politisation et dépolitisation », Le Mouvement social n° 230, pp. 27-46

Fassin Didier (dir.), 2010, Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte

Fleuriel Sébastien, Schotté Manuel, 2008, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant

Goffman Erving, 1961, Asylums. Essays on the Condition of the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, New York, Doubleday (trad.fra.: Asiles, Paris, Minuit, 1968)

Hourcade Nicolas, 2002, « La place des supporters dans le monde du football », Pouvoirs, n° 101, pp. 75-87

Mauger Gérard, 2006, L'émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant

Menger Pierre-Michel, 2005, Portrait de l'artiste en travailleur, Paris, Seuil

Noiriel Gérard, 2006, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècles). Discours publics et humiliations privées, Paris, Fayard, chap. 2

Sayad Abdelmalek, 1977, « Les trois âges de l'immigration algérienne », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 15, pp. 55-81

Slimani Hassen, 2011, « Le football professionnel en dit moins sur la société qu'il n'en dit sur... lui-même », Savoir/agir, n° 15, pp. 25-32

Wahl Alfred, 1989, Les archives du football. Sport et société en France 1880-1980, Paris, Gallimard

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre l'expression par laquelle Gérard Noiriel (2006) désigne une certaine présentation de l'actualité, non sans rappeler que, loin d'être nouvelle, elle a partie liée avec l'élargissement de l'espace public républicain.

2 Le titre de l'ouvrage n'est ainsi pas sans faire écho à la condamnation des mutineries de soldats, dont l'attitude serait par avance condamnée pour son antipatriotisme. Stéphane Beaud note par ailleurs fort justement que cette stigmatisation a suscité bien peu de réactions de la part des « intellectuels progressistes » (p. 276).

3 Hasard de l'édition ou signe des temps, signalons également la parution récente d'un autre ouvrage mêlant sociologues et journaliste et adoptant une perspective proche à plusieurs titres pour analyser le mouvement des travailleurs sans-papiers déclenché le 15 avril 2008 (Barron et alii., 2011)

4 Pour un exemple récent encore de ce type de réactions moralisantes,  émanant significativement d'un journaliste sportif bien établi, voir Gérard Etcheverry, « Ribéry et Evra, vous avez hélas gagné ! », Lemonde.fr, 12 avril 2011: http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/12/au-diable-vos-excuses-ribery-et-evra-vous-avez-helas-gagne_1506019_3232.html [consulté le 12 avril 2011]

5 On notera ici une contradiction présente en filigrane dans l'ensemble de l'ouvrage. L'auteur fait en effet reposer le statut dans l'équipe sur une excellence sportive supposée. Or, loin d'être indiscutable, le « talent » d'un joueur repose sur une appréciation en partie arbitraire, ce qui fait donc intervenir in fine le jugement des sélectionneurs, qui intègre également des critères extra-sportifs, dont la relation qu'il entretient avec tel ou tel joueur, ainsi que Stéphane Beaud le remarque du reste par ailleurs.

6 Concept toutefois éminemment difficile à définir s'il en est. Voir à ce sujet la journée d'études sur « la mobilisation du capital sportif » organisée par Frédéric Rasera et Karim Souanef à l'Université Paris-Dauphine le 16 mars 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Traîtres à la nation ? », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/888

Haut de page

Auteur

Igor Martinache

ATER en science politique à l’Université Lille-2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page