Navigation – Plan du site
L’offre et les goûts cinématographiques en France

Annexes électroniques de l’article « L’offre et les goûts cinématographiques en France »

Esquisse d’un espace des goûts et des pratiques cinématographiques
Julien Duval

Texte intégral

  • 1 L’accès aux données a été permis dans le cadre de la mise à la disposition des chercheurs de l’enqu (...)
  • 2 Certains items, en particulier pour les genres du film, sont, par exemple, très généraux et rassemb (...)
  • 3 Sur les notions utilisées ici s’agissant de l’analyse des correspondances multiples, voir notamment (...)

1Il paraît difficile, pour ne pas dire impossible, de construire finement un espace des goûts cinématographiques à partir des questions portant sur le cinéma dans l’enquête du Ministère de la Culture sur les pratiques culturelles1. Ces questions sont en effet en nombre limité et leurs items ne permettent pas de saisir l’ensemble des goûts et des pratiques possibles2. Par conséquent, l’apport de l’analyse des correspondances multiples (ACM) est essentiellement ici de donner une représentation synthétique des relations statistiques commentées dans le texte sur la base d’analyses bivariées3.

1. Population et variables actives

2L’ACM porte sur les 5004 répondants de l’enquête.

3Trois séries de questions ont été utilisées (les films vus dans une liste de treize items ; les deux genres de films préférés dans une liste de quatorze items ; les deux chaînes de télévision regardées le plus souvent). On a entrepris de conserver un équilibre entre les trois types de questions en retenant, pour chacune, six variables dichotomiques placées en variables actives :

Chaînes de télévision les plus regardées. Les variables se rapportent à TF1, France 2, France 3, Canal Plus, M6 et à Arte et La Cinquième (ces deux chaînes sont considérées simultanément). Ces sept chaînes hertziennes concentrent l’essentiel des réponses aux questions sur les chaînes les plus regardées. Pour TF1, France 2, France 3, Canal Plus et M6, la variable renseigne si le répondant l’a ou non citée parmi ses deux chaînes préférées ; pour Arte et La Cinquième, une variable unique renseigne si le répondant a cité l’une de ces deux chaînes. Sans affecter de pondération aux individus, la modalité positive correspond donc à 45 % pour TF1, 24,7 % pour France 2, 22,5 % pour France 3, 8,6 % pour Canal Plus, 16,8 % pour Arte-La Cinquième et 27,9 % pour M6.

Films vus. Les variables se rapportent aux films qui apparaissaient dans les analyses bivariées comme les plus clivants : Brice de Nice, Camping, Matrix, Star Wars, Le secret de Brokeback Mountain et La Vie des autres. Pour chaque film, la variable renseigne si le répondant a déclaré l’avoir vu ou non : sans affecter de pondération aux individus, la modalité positive correspond donc à 46 % pour Brice de Nice et pour Matrix , à 54,6 % pour Camping, à 50,3 % pour Star Wars, à 13,6 % pour Le secret de Brokeback Mountain, à 19,7 % pour La vie des autres.

Genres de films préférés. Les variables actives se rapportent aux genres qui apparaissaient dans les analyses bivariées comme les plus clivants. Pour éviter de constituer des modalités d’effectifs très faibles, quelques genres qui tendent à être choisis par le même type de répondants ont été agrégés. Au total, on a repris de l’enquête les variables portant sur les documentaires, les films comiques, les films d’action, les films de science fiction ; pour chaque genre, la variable indique si le répondant l’a ou non cité parmi ses genres préférés. On a par ailleurs constitué une cinquième variable dichotomique qui prend la valeur 1 si le répondant a cité parmi ses genres préférés « les films d’amour ou sentimentaux » ou/et « les westerns » ; et une sixième variable dichotomique qui prend la valeur 1 si le répondant a cité parmi ses genres préférés « les films historiques, biographies », « les comédies dramatiques » ou/et « les films d’auteur ». Sans affecter de pondération aux individus, la modalité positive correspond à 43 % pour les films comiques, 30,3 % pour les films d’action, 10 % pour les documentaires, 7,2 % pour les films de science fiction, 17,1 % pour les films sentimentaux ou les westerns, 24,2 % pour les films historiques, films d’auteur et comédies dramatiques.

4L’ACM porte sur I=5004 individus et Q=18 variables dichotomiques réparties en 3 rubriques (chaînes de télévision ; films ; genres de films) et correspondant à K=36 modalités. Les graphiques présentés ci-dessous ont été obtenus sous le logiciel SPAD.

2. Valeurs propres

5Les 18 variables étant toutes dichotomiques, le nuage des points a une variance de et l’ACM détermine K-Q=18 axes.

Numéro

Valeur propre

Pourcentage

Pourcentage cumulé

Taux de décroissance

Taux avec correction de Benzecri (SPAD)

Histogramme

1

0,1642

16,42%

16,42%

75,58%

*********************************

2

0,1143

11,43%

27,85%

30,39%

22,10%

***********************

3

0,0723

7,23%

35,09%

36,72%

1,80%

***************

4

0,0633

6,33%

41,42%

12,45%

0,39%

*************

5

0,0602

6,02%

47,44%

5,02%

0,14%

************

6

0,0563

5,63%

53,07%

6,38%

0,00%

***********

7

0,0546

5,46%

58,53%

3,08%

0,00%

***********

8

0,0520

5,20%

63,73%

4,66%

0,00%

**********

9

0,0506

5,06%

68,79%

2,69%

0,00%

**********

10

0,0491

4,91%

73,70%

3,07%

0,00%

*********

11

0,0447

4,47%

78,17%

9,02%

0,00%

********

12

0,0414

4,14%

82,31%

7,28%

0,00%

*******

13

0,0373

3,73%

86,04%

9,82%

0,00%

*******

14

0,0355

3,55%

89,60%

4,81%

0,00%

*******

15

0,0317

3,17%

92,77%

10,78%

0,00%

******

16

0,0277

2,77%

95,54%

12,52%

0,00%

*****

17

0,0239

2,39%

97,93%

13,87%

0,00%

*****

18

0,0207

2,07%

100,00%

13,40%

0,00%

****

6La plus forte décroissance se produit entre la deuxième valeur propre et la troisième. Les deux premières valeurs propres représentent 27,85 % de la variance du nuage. Les deux axes qui leur sont associés semblent porter l’essentiel de l’information (ils correspondent à un « taux avec correction de Benzecri » de 75,58+22,1=97,78 %).

3. Représentations du nuage de points dans le premier plan factoriel

7Le nuage des modalités dans le premier plan factoriel.

Graphique 1. Nuage des modalités dans le plan des axes 1 et 2. Ne sont représentées sur ce graphique que les points associés aux modalités correspondant à la présence des propriétés (la position des points associés aux modalités correspondant à l’absence des propriétés s’en déduit, dès lors qu’on connaît la fréquence de l’une des modalités – la fréquence des modalités « présence de la propriété » est indiquée ci-dessus -, puisque l’origine des axes est le barycentre pondéré – par la fréquence de chaque modalité - des deux points).

2) Le nuage des individus

Graphique 2. Nuage des individus dans le plan des axes 1 et 2. Les points les plus petits correspondent à des profils associés à un unique répondant. Les points plus gros ont une taille proportionnelle aux effectifs du profil qu’ils représentent.

4. Interprétations des axes

Interprétation de l’axe 1

Modalités contribuant le plus fortement à la construction de l’axe 1

À gauche de l’origine

À droite de l’origine

Matrix

9,9%

Brice de Nice

9,4%

Pas vu Matrix

8,3%

Pas vu Brice de Nice

8,0%

Pas vu Star Wars

6,6%

SW

6,5%

Pas vu Camping

5,9%

M6

5,5%

Camping

4,9%

France 3

4,6%

Films d’action

4,4%

Le Secret de Brokeback Mountain

2,8%

France 2

2,8%

8Les modalités qui contribuent le plus à la construction de l’axe sont :

9à droite, le fait d’avoir vu Matrix (9,9 %), Brice de Nice (9.4 %), Star Wars (6,5 %), Camping (4,9 %) et Le Secret de Brokeback Mountain (2,8 %) ;

10à gauche, le fait de ne pas avoir vu Matrix (8,3 %), Brice de Nice (8 %), Star Wars (6,6 %)et de déclarer parmi les plus chaînes les plus regardées France 2 ou France 3.

11Les douze modalités de la rubrique films contribuent pour 64,2 % à la construction de l’axe, les douze modalités correspondant aux chaînes pour 20,8 %, les douze modalités correspondant aux genres pour 15 %.

12Il est tentant d’interpréter l’axe comme renvoyant, de gauche à droite, à un intérêt croissant pour la production cinématographique contemporaine. Les modalités associées au fait d’avoir vu les films (récents) recensés dans le questionnaire contribuent fortement à la construction de l’axe et se situent dans les régions situées à la droite du graphique. L’axe, en matière de télévision, correspond à une opposition entre chaînes publiques et chaînes privées (qui se trouvent à diffuser des films en moyenne plus récents que les premières) et, s’agissant des genres de films, à une opposition entre le genre assez nouveau des « films d’action » et les genres en un sens vieillissants des « films d’auteur » ou du western.

13Le graphique 3 semble conforter cette interprétation de l’axe en termes de familiarité avec la production cinématographique contemporaine : utilisé en variable supplémentaire, le nombre de films que les répondants ont vus parmi les 13 items du questionnaire s’accroît lorsqu’on va vers la droite de l’axe. De même, l’axe paraît lié à l’âge : les points représentant les tranches d’âge extrêmes, « 15-17 ans » (coordonnée : 0,79) et « 65 ans et plus » (coordonnée : -0,99), sont séparés par une distance importante, les autres tranches s’ordonnant de façon parfaitement ordonnée entre ces deux extrêmes.

Graphique 3. Nuage des modalités dans le plan des axes 1 et 2. Sont représentées les modalités actives (en noir ; seules les modalités correspondant à la présence des propriétés sont reportées), les modalités correspondant aux tranches d’âge (en bleu, éléments supplémentaires), les modalités correspondant au nombre des films vus parmi les 13 qui figurent dans le questionnaire (en rouge, éléments supplémentaires).

Interprétation de l’axe 2

Modalités contribuant le plus fortement à la construction de l’axe 2

En bas de l’origine

En haut de l’origine

La vie des autres

12,8%

Arte-La Cinquième

10,2%

Films historiques, films d'auteur, comédies dramatiques

10,1%

TF1

9,9%

Le Secret de Brokeback Mountain

8,6%

Pas TF1

8,2%

M6

5,0%

Pas films historiques, films d'auteur, comédies dramatiques

3,2%

Canal Plus

3,1%

Pas vu La vie des autres

3,1%

Films comiques

3,0%

14Alors que les variables relatives aux films du questionnaire prenaient une part prépondérante (64,2 %) à la construction du premier axe, il en va différemment pour le deuxième axe. Les trois types de variables (films, genres et chaînes de télévision) contribuent de façon plus équilibrée à sa construction : les six variables portant sur les chaînes ont une contribution de 42 %, les six variables portant sur les films de 32,2 %, les six variables portant sur les genres de 25,8 %.

15Les modalités qui ont la plus forte contribution :

16en haut, le fait d’avoir vu La Vie des autres (12,8 %) et Le Secret de Brokeback Mountain (8,6 %), de regarder Arte ou La Cinquième (10,2 %) - et dans une moindre mesure Canal Plus (3,1 %) – plutôt que TF1 (8,2 %) et d’aimer les films historiques, les films d’auteur ou les comédies dramatiques (10,1 %)

17en bas le fait de regarder TF1 (9,9 %) ou M6 (5 %), de ne pas aimer les films historiques, d’auteur ou les comédies dramatiques (3,2 %), d’aimer les films comiques (3 %) et de ne pas avoir vu La vie des autres (3,1 %).

18L’axe paraît opposer les comportements rares dans la population (qui se trouvent associés aux films, genres ou chaînes les mieux dotées en légitimité culturelle) aux comportements les plus répandus (qui ont moins de légitimité).

19L’axe semble lié à la position sociale : les points associés aux tranches de revenus (graphique 4), tendent assez nettement à s’ordonner régulièrement de bas en haut de l’axe. Il en va de même pour le niveau de diplôme : les modalités correspondant à un niveau inférieur au baccalauréat se situent toutes dans la partie inférieure du graphique et les modalités de la partie supérieure tendent à avoir une position d’autant plus élevée qu’elles correspondent à un nombre d’études plus important après le baccalauréat (on note que les modalités « Licence » et « Diplôme de 2e et 3e cycle » ont pratiquement la même coordonnée – ce qui rappelle peut-être que le cinéma, du moins dans les dimensions qu’appréhende le mieux l’enquête, reste « un art moyen »). Les différents groupes socio-professionnels s’ordonnent de la même manière, des ouvriers et des employés qui sont représentés par deux points assez proches dans la partie inférieure du graphique (coordonnées : -0,27 et -0,24), aux professions intermédiaires (0,32) puis aux cadres et professions intellectuelles supérieures (0,92) qui se situent dans la partie supérieure. Les « artisans, commerçants et chefs d’entreprises » sont représentés par un point proche de l’origine, presque à mi-chemin entre les points associés aux ouvriers et employés et le point des professions intermédiaires. Les agriculteurs (qui se caractérisent toujours par de faibles taux de fréquentation du cinéma - et se rattachent donc souvent ici aux modalités correspondant à la non vision de l’enquête, ce qui déporte leur position vers les régions inférieures de l’espace ici construit) occupent une position plus basse sur l’axe que les ouvriers et les employés. Le point représentant les « retraités » occupe une position proche de l’origine. Lorsqu’on décompose le groupe des « retraités » (voir graphique 6) en fonction de la catégorie à laquelle les répondants appartenaient lors de leur dernière activité professionnelle, les anciens « agriculteurs », « ouvriers », « employés », « professions intermédiaires » et « cadres » se distribuent selon la même logique que les actifs, les écarts étant simplement légèrement plus faibles : les « anciens agriculteurs » et les « anciens cadres » sont séparés par une distance de 0,93, alors que la distance entre les « agriculteurs » et les « cadres » valait 1,46).

Graphique 4. Nuage des modalités dans le plan 1-2. Sont représentés (en noir) les modalités actives correspondant à la présence des propriétés, les modalités des tranches de revenu (en vert, éléments supplémentaires), les modalités correspondant au niveau de diplôme (en rouge, éléments supplémentaires), les modalités liées au groupe socio-professionnel d’appartenance (en bleu, éléments supplémentaires).

5. Éléments complémentaires

20Au regard des variables actives, le genre ne paraît pas très influent (les hommes et les femmes qui sont en proportions comparables dans l’échantillon se projettent, sur les deux premiers axes, en deux points très proches).

21Représentés sur l’axe 2 par des points assez dispersés, les groupes socio-professionnels correspondent chacun à des populations de répondants qui restent assez hétérogènes au regard des variables actives de l’analyse. À l’exception de celle qui correspond aux « retraités », les ellipses (graphique 5) qui définissent la zone où se trouve concentrée chaque sous-population ont presqu’une forme circulaire et s’étendent toutes sur la quasi-totalité de l’espace. Cependant, les individus situés au bas de l’axe 2 sont rarement des « cadres et professions intellectuelles supérieures » (on trouve en revanche des « professions intermédiaires ») et ceux qui se situent tout en haut de l’axe semblent être presque toujours des « professions intermédiaires » et, plus souvent encore, des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». L’axe 1 étant lié à l’âge, il n’est pas étonnant que les ellipses semblent grossièrement étirées dans des proportions équivalentes dans la direction horizontale. De fait, la variance sur l’axe 1 des sous-nuages des « cadres », « professions intermédiaires », « ouvriers » « employés » est grossièrement la même (sans surprise, la variance du sous-nuage correspondant aux « retraités » est, en revanche, sensiblement inférieure). On observe davantage de différences dans la direction verticale : les ellipses des « professions intermédiaires » et des « cadres » sont plus étirées que celles des « employés » et des « ouvriers ». Au regard des variables actives, les « professions intermédiaires » sont la catégorie la plus hétérogène, et les « ouvriers » la catégorie la plus homogène.

22L’utilisation de variables qui, dans l’enquête, portent (parfois indirectement) sur le cinéma mais qui n’avaient pas été retenues comme variables actives (graphique 6), permet de confirmer ou de compléter des éléments de l’analyse :

  • Le fait d’avoir été au cinéma au cours des 12 derniers mois se projette dans le cadran supérieur droit (qui est associé à la vision des succès récents, et aussi à la jeunesse et aux positions sociales les plus élevées).

  • L’écoute de France Inter ou de France Culture se projette presqu’au même endroit que la chaîne « Arte ».

  • Les films qui, moins clivants que les autres, n’avaient pas été retenus pour les variables actives, ont des positions proches de l’origine sur l’axe 2 ; c’est particulièrement le cas du gros succès « omnibus » Titanic. Leur position sur le premier axe connaît davantage de variations ; les points correspondant aux films visant notamment un public très jeune, comme Astérix (coordonnée : 0,31), Shrek (0,53), Pirates des Caraïbes (0,5), se trouvent logiquement déportés vers la droite de l’axe 1.

  • De la position du point associé à la comédie musicale, on est tenté de déduire que ce genre a un public vieillissant, un peu comme le western ou les films d’auteur, mais qu’il est socialement moins marqué qu’eux.

  • Une question sur le téléchargement, dont la formulation reste assez vague (elle porte à la fois sur le téléchargement de films, de séries ou de vidéos), suggère qu’au moment de l’enquête en tout cas, les consommations cinématographiques par Internet seraient plus fréquentes dans les générations jeunes et les catégories sociales qui ne sont pas les moins dotées économiquement (le téléchargement suppose l’accès à Internet qui est loin d’être uniforme dans les différentes tranches de revenu).

    • 4 Deux listes différentes qui comportaient au total 36 noms différents (16 noms communs aux deux list (...)
    • 5 Pour chaque personnalité, on a construit ici une variable unique qui a 4 modalités : 1. Déclare con (...)

    Les réponses à des questions sur des personnalités culturelles suggèrent que la notoriété de ces dernières pourrait obéir à des mécanismes assez proches de ceux qui, liés à l’âge et à la position sociale, ont été décrits pour les goûts et les pratiques cinématographiques. Le questionnaire en effet comprenait une liste de vingt-six personnalités4, dont cinq avaient trait au cinéma (Djamel Debouzze, Jean Gabin, Annie Girardot, Claude Lelouch, Éric Rohmer), les répondants étant invités à indiquer s’ils les connaissaient, s’ils pouvaient identifier leur domaine d’activité et enfin s’ils les aimaient ou non5. On observe d’abord que, quelle que soit la personnalité considérée, la modalité « ne connaît pas » se trouve dans la région inférieure du graphique et qu’elle occupe une position toujours plus basse sur l’axe 2 que les modalités supposant la connaissance de l’artiste. La méconnaissance serait donc, pour toutes les personnalités, plus fréquente dans les catégories scolairement et économiquement les moins bien pourvues. Ensuite, Éric Rohmer émerge, parmi les personnalités retenues pour le questionnaire, comme un cas à part : c’est la personnalité la moins connue des cinq et les modalités associées au fait de le connaître se situent très haut sur l’axe 2, dans le cadran associé aux générations qui ont au moins 50 ans et à des positions sociales élevées. Les points des modalités indiquant que les répondants le connaissent et l’aiment (ou le connaissent et ne l’aiment pas) se situent très près du point représentant Arte (qui est certainement la chaîne qui diffuse le plus fréquemment ses films). Pour les autres artistes, le sous-nuage des trois modalités (« connaît et aime », « connaît et n’aime pas », « ne connaît pas ») est assez concentré autour de l’origine, sauf pour Djamel Debbouze : le fait de ne pas connaître ce dernier est associé à un point qui est très excentré sur la gauche du graphique. C’est sans doute un effet de génération qui a, pour contrepartie, que le fait de ne pas connaître des artistes dont la carrière est révolue (ou touche à sa fin), à l’image de Jean Gabin, Annie Girardot ou Claude Lelouch, est, lui, représenté par un point qui se projette dans la partie droite du graphique, celle qui est liée aux jeunes générations. On note que, pour ces trois artistes, la modalité « connaît et aime » se trouve (légèrement) déportée dans la direction Nord-Ouest du graphique.

  • Si le premier axe est manifestement lié à l’âge, il tend aussi à exprimer, d’une façon certes moins lisible, des différences renvoyant à la « structure du capital ». En utilisant comme élément supplémentaire la discipline dans laquelle a été obtenu le dernier diplôme (variable qui est évidemment surtout renseignée par ceux qui ont fait des études longues), on observe (graphique 6) que les points liés aux diplômes en « lettres, langues, sciences humaines et sociales » (coordonnée : -0,14) et « médecine, pharmacie, santé » (-0,10) se projettent un peu plus à gauche sur l’axe 1 que les points « sciences et techniques » (coordonnée : 0,23), « économie, gestion, droit, management » (0,20) et le point « artistique » (coordonnée : 0,15). De même, au sein des « cadres et professions intellectuelles supérieures », les catégories socio-professionnelles se projettent de gauche à droite dans l’ordre suivant : CS34 (coordonnée : -0,05), CS35 (0,01), CS31 (0,13), CS33 (0,14), CS37 (0,31) CS38 (0,41). Au sein des « professions intermédiaires », s’il faut s’abstenir de commenter la position du point correspondant à la CS44 (un seul individu est concerné), on remarque que les CS43 et CS42 sont représentés par des points dont la position est sensiblement plus à gauche et plus élevée (dans la direction verticale) que les points correspondant aux CS45, CS46, CS47 et CS48. Les différences en fonction de la structure du capital qui s’observent dans les tris croisés, semblent parasitées par l’âge et par le fait que les catégories les plus liées aux secteurs culturels (qui ont des pratiques culturelles plus nombreuses et plus intenses que toutes les autres catégories) se trouvent déportées vers la droite et la jeunesse.

Graphique 5. Nuage des individus dans le plan des axes 1 et 2. Ellipses de concentration des groupes socio-professionnels : en bleu pour les cadres, vert pour les professions intermédiaires, jaune pour les employés, rouges pour les ouvriers, pointillés orange pour les retraités (les ellipses des agriculteurs et des artisans et commerçants ne sont pas représentées sur ce graphique).

Graphique 6. Nuage des modalités dans le plan 1-2. Sont représentés (en noir) les modalités actives correspondant à la présence des propriétés, les modalités correspondant à la discipline dans laquelle a été obtenue le dernier diplôme (en bleu foncé, éléments supplémentaires) et les modalités de la catégorie socio-professionnelle au niveau 2 de la nomenclature des PCS (les catégories – qui sont en éléments supplémentaires) sont représentées par des couleurs différentes selon le groupe d’appartenance : rose pour les agriculteurs, orange pour les commerçants, artisans et chefs d’entreprise, vert pour les cadres, violet pour les professions intermédiaires, turquoise pour les employés, rouge pour les ouvriers, gris pour les retraités).

Graphique 7. Nuage des modalités dans le plan 1-2. Sont représentés (en noir) les modalités actives correspondant à la présence des propriétés, des modalités correspondant à la fréquentation du cinéma les 12 mois précédant l’enquête et le téléchargement (en rouge, éléments supplémentaires), des modalités ayant trait à la notoriété de six personnalités (en vert, éléments supplémentaires), des modalités ayant trait à des films qui n’avaient pas été retenus pour des variables actives (en bleu, éléments supplémentaires), des modalités se rapportant aux citations de genres qui soit n’avaient pas été pris en compte pour les variables actives, soit avaient été agrégés à d’autres genres (en gris, éléments supplémentaires).

Haut de page

Notes

1 L’accès aux données a été permis dans le cadre de la mise à la disposition des chercheurs de l’enquête par le CMH-ADISP, partenaire du réseau Quételet.

2 Certains items, en particulier pour les genres du film, sont, par exemple, très généraux et rassemblent des populations très hétérogènes. La liste des films vus, quant à elle, est presque uniquement constituée de succès très importants et les différences qui tiennent à la consommation différentielle de films touchant des publics plus étroits sont du coup insaisissables (l’enquête n’apprend rien par exemple du public des films français qui ne sont pas des comédies mettant en scène les vedettes les mieux rémunérées ou les humoristes qui se font connaître à la télévision). Le questionnaire ne permet pas non plus de saisir les consommations cinématographiques qui propres à des populations immigrées.

3 Sur les notions utilisées ici s’agissant de l’analyse des correspondances multiples, voir notamment Brigitte Le Roux et Henry Rouanet, Multiple Correspondence Analysis, SAGE, Series: Quantitative Applications in the Social Sciences, Volume 163, CA:Thousand Oaks, 2010.

4 Deux listes différentes qui comportaient au total 36 noms différents (16 noms communs aux deux listes et 10 propres à chacune), ont en réalité été soumises aux répondants, de sorte que, pour 20 des 36 personnalités, on ne dispose des réponses que d’une moitié de l’échantillon. Ici, on a créé des modalités « question non posée » dont on observe qu’elles se projettent très près de l’origine des axes (l’attribution de la liste à chaque répondant semble s’être faite de façon aléatoire).

5 Pour chaque personnalité, on a construit ici une variable unique qui a 4 modalités : 1. Déclare connaître la personnalité, identifie bien son domaine d’activité et déclare l’aimer ; 2. Déclare connaître la personnalité, identifie bien son domaine d’activité et déclare ne pas l’aimer ; 3. Déclare ne pas connaître la personnalité/Ne rattache pas la personnalité à son domaine d’activité/non-réponses ; 4. Le répondant n’a pas été interrogé sur cette personnalité.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique 1. Nuage des modalités dans le plan des axes 1 et 2. Ne sont représentées sur ce graphique que les points associés aux modalités correspondant à la présence des propriétés (la position des points associés aux modalités correspondant à l’absence des propriétés s’en déduit, dès lors qu’on connaît la fréquence de l’une des modalités – la fréquence des modalités « présence de la propriété » est indiquée ci-dessus -, puisque l’origine des axes est le barycentre pondéré – par la fréquence de chaque modalité - des deux points).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Légende Graphique 2. Nuage des individus dans le plan des axes 1 et 2. Les points les plus petits correspondent à des profils associés à un unique répondant. Les points plus gros ont une taille proportionnelle aux effectifs du profil qu’ils représentent.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-2.png
Fichier image/png, 68k
Légende Graphique 3. Nuage des modalités dans le plan des axes 1 et 2. Sont représentées les modalités actives (en noir ; seules les modalités correspondant à la présence des propriétés sont reportées), les modalités correspondant aux tranches d’âge (en bleu, éléments supplémentaires), les modalités correspondant au nombre des films vus parmi les 13 qui figurent dans le questionnaire (en rouge, éléments supplémentaires).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Légende Graphique 4. Nuage des modalités dans le plan 1-2. Sont représentés (en noir) les modalités actives correspondant à la présence des propriétés, les modalités des tranches de revenu (en vert, éléments supplémentaires), les modalités correspondant au niveau de diplôme (en rouge, éléments supplémentaires), les modalités liées au groupe socio-professionnel d’appartenance (en bleu, éléments supplémentaires).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Légende Graphique 5. Nuage des individus dans le plan des axes 1 et 2. Ellipses de concentration des groupes socio-professionnels : en bleu pour les cadres, vert pour les professions intermédiaires, jaune pour les employés, rouges pour les ouvriers, pointillés orange pour les retraités (les ellipses des agriculteurs et des artisans et commerçants ne sont pas représentées sur ce graphique).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-5.png
Fichier image/png, 93k
Légende Graphique 6. Nuage des modalités dans le plan 1-2. Sont représentés (en noir) les modalités actives correspondant à la présence des propriétés, les modalités correspondant à la discipline dans laquelle a été obtenue le dernier diplôme (en bleu foncé, éléments supplémentaires) et les modalités de la catégorie socio-professionnelle au niveau 2 de la nomenclature des PCS (les catégories – qui sont en éléments supplémentaires) sont représentées par des couleurs différentes selon le groupe d’appartenance : rose pour les agriculteurs, orange pour les commerçants, artisans et chefs d’entreprise, vert pour les cadres, violet pour les professions intermédiaires, turquoise pour les employés, rouge pour les ouvriers, gris pour les retraités).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-6.png
Fichier image/png, 96k
Légende Graphique 7. Nuage des modalités dans le plan 1-2. Sont représentés (en noir) les modalités actives correspondant à la présence des propriétés, des modalités correspondant à la fréquentation du cinéma les 12 mois précédant l’enquête et le téléchargement (en rouge, éléments supplémentaires), des modalités ayant trait à la notoriété de six personnalités (en vert, éléments supplémentaires), des modalités ayant trait à des films qui n’avaient pas été retenus pour des variables actives (en bleu, éléments supplémentaires), des modalités se rapportant aux citations de genres qui soit n’avaient pas été pris en compte pour les variables actives, soit avaient été agrégés à d’autres genres (en gris, éléments supplémentaires).
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/882/img-7.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Duval, « Annexes électroniques de l’article « L’offre et les goûts cinématographiques en France » », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 26 mai 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/882

Haut de page

Auteur

Julien Duval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page