Navigation – Plan du site

Les catégories de sexe en action

Une sociologie praxéologique du genre
Sex categories in action. A praxeological approach to the sociology of gender
Fabienne Malbois

Résumés

Cet article reprend, à la lumière des épistémologies féministes, un questionnement proprement sociologique. Il aborde en effet la catégorie « femme » en tant qu’elle est une modalité du classement des personnes en fonction du genre. Discutant les conceptualisations de C. Delphy et I. M. Young, il commence par souligner avec J. Widmer que le genre n’a, en réalité, pas la capacité de définir les relations sociales. Il montre par ailleurs, en s’appuyant sur les travaux de H. Sacks notamment, qu’il est important (a) de distinguer entre femme comme « individu empirique » et femme comme « classe de personne » et (b) de prendre en compte les pratiques ordinaires de catégorisation des personnes. Ces deux principes sont en effet les conditions nécessaires au développement d’une sociologie pleine et entière, qui traite les catégories de sexe comme des thèmes de l’enquête et non pas comme des ressources pour la mener. L’article discute ensuite la philosophie poststructuraliste du genre de Judith Butler. Cette théorie offre, avec la notion de performance, une approche adéquate des identités de genre dans la mesure où celles-ci sont conçues comme des phénomènes émergeant dans l’action. Confrontée à l’ethnométhodologie du genre de H. Garfinkel, dont elle partage un nombre certain de similarités, il apparaît toutefois que la thèse de H. Butler ne permet pas de rendre compte des catégories de sexe en usage, en raison d’une conception inaboutie de la scénarité du monde social. De l’autre côté, la thèse de l’accomplissement du genre soutenue par l’ethnométhodologie de H. Garfinkel se montre incapable de penser « le faire à nouveau » autrement que comme « un faire à l’identique ». À partir de l’analyse de quelques situations de la vie quotidienne, l’article tente alors de mettre en œuvre une sociologie praxéologique des catégories de sexe qui échappe à cette double aporie.

Sex categories in action. A praxeological approach to the sociology of gender

This article picks up on, in the light of feminist epistemology, a genuinely sociological issue. It studies the category of « woman » as a modality of classification of people according to gender. Discussing the gender theories advanced by C. Delphy and I. M. Young, it first emphasizes, with J. Widmer, that gender is actually incapable of determining social relations. Relying on H. Sacks’ studies, it also shows how important it is to (a) distinguish between woman as an « empirical individual » and woman as a « class of people » and (b) to take into account the ordinary practices of categorization. These two principles are indeed the necessary conditions for developing a complete and strong sociology that treats sex categories as topics of inquiry rather than as resources for leading it. Afterwards, the article discusses J. Butler’s poststructuralist philosophy of gender. This theory, with the notion of performance, offers an adequate approach of gender identities inasmuch as they are conceived as phenomena emerging from action. Confronted with H. Garfinkel's ethnomethodology of gender, it seems, however, that Butler’s performance thesis does not allow to take into account sex categories in use due to a poor conception of the « scénarité » of the social world. On the other hand, the accomplishment thesis of gender sustained by H. Garfinkel is unable to conceive the « doing again » in any other way than « a doing of the identical ». Through an analysis of a few everyday life situations, the article finally seeks to exhibit a praxeological sociology of sex categories that escapes this twofold aporia.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les catégories de sexe : un double statut épistémique
Femme comme position sociale ou série
Variations sur la catégorie
De la catégorie aux pratiques de catégorisation
Pour une dépolitisation préalable des catégories de sexe
Le genre est-il vraiment une relation sociale ?
Mise à l’enquête des catégories de sexe
Poststructuralisme butlérien et ethnométhodologie du genre
Les identités de genre : des fictions culturelles
Des fictions culturelles qui sont aussi des faits institutionnels
Déconstruction, certes, mais « de quoi » ?
La déconstruction butlérienne
Pour une sociologie praxéologique du genre
Usages ordinaires des catégories de sexe
Juger le style de quelqu’un
Faire un compliment pour vendre
Lancer une invitation à aller marcher ensemble
Rendre le monde visible, dicible et communicable
Procéder à une dégradation statutaire ou de l’imitation à l’imposture

Aperçu du début du texte

Mes vifs remerciements à Cédric Terzi, qui m’a invitée à exposer ces questions au colloque « Pragmatiques de l’action et de l’expérience », Lille, 2008, de même qu’à Laurence Kaufmann, Alain Bovet, Joan Stavo-Debauge et Philippe Gonzalez, ainsi qu’aux relecteurs anonymes de Sociologie, pour leurs suggestions et leurs remarques sur des versions antérieures.

S’il est une notion commune aux études genre et à la sociologie, dont l’étude des classements est l’une des préoccupations majeures, c’est bien celle de catégorie de sexe. Son usage au sein des deux disciplines semble cependant radicalement diverger, les études genre ayant eu tendance à l’aborder, au contraire de la sociologie, d’abord comme un questionnement ontologique. L’interrogation qui traverse l’ensemble de la théorie féministe, la théorie féministe antinaturaliste a fortiori, est en effet celle énoncée à l’ouverture du Deuxième sexe, à savoir « qu’est-ce qu’une femme ? ». En plus de la théorie générale de l’oppression des f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Malbois, « Les catégories de sexe en action », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/876

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page