Navigation – Plan du site

La moindre performance scolaire des enfants de couples mixtes en France

Un éclairage par les méthodes quantitative et qualitative
The lower academic performance of children of mixed couples in France. The illumination of quantitative and qualitative methods
Anne Unterreiner

Résumés

Rares sont les études portant spécifiquement sur les enfants de couples mixtes en France. Cette population est souvent confondue avec les descendants d’immigrés dans l’étude des performances scolaires de ceux-ci. Or, la socialisation intrafamiliale et le rapport au pays de résidence des enfants de couples mixtes divergent de ceux des descendants de Français et de ceux des descendants d’immigrés. Se pose alors la question de savoir si la définition de leur univers normatif et leur degré de stigmatisation permettent d’expliquer leurs performances scolaires. Les auteurs de l’enquête « Histoires de vie. Construction des identités» (insee, ined, 2003) ayant surreprésenté les personnes issues de l’immigration, il a été possible d’étudier la réussite scolaire des enfants de couples mixtes par rapport aux Français, aux descendants d’immigrés et aux immigrés. Il en résulte que les enfants de couples mixtes ont moins de chances de faire des études supérieures que toutes les autres sous-populations étudiées. L’utilisation des méthodes quantitative et qualitative permet de tester l’hypothèse selon laquelle ces performances scolaires moindres pourraient résulter d’un flottement de l’univers normatif ainsi que de la stigmatisation de cette population, ces deux phénomènes ayant pour conséquence une crise identitaire. La trajectoire migratoire et donc le pays de socialisation ainsi que le lien de filiation apparaissent ainsi centraux dans la définition de leur univers normatif. Et l’impact du stigmate sur la définition identitaire semble être influencé par le degré de visibilité de la mixité, les convictions religieuses réelles ou supposées non chrétiennes étant fortement stigmatisées. Le caractère visible de la mixité dépend des interactions sociales. L’école semble être le lieu où les enfants de couples mixtes sont le plus perçus comme Autres.

The lower academic performance of children of mixed couples in France. The illumination of quantitative and qualitative methods

There are few studies about the children of mixed couples in France. This population is often mingled with the children of immigrants in studies of school success. Nevertheless, the children of mixed couples differ from both immigrants children and from the children of the French in terms of both socialization within the family and their connection to the country of residence. This suggests that the academic success of children of mixed couples could be influenced by their normative universe and their degree of stigmatization. Because the authors of the survey "Histoires de vie. Construction des identités" (insee, ined, 2003) overrepresented people ofimmigrant backgrounds, it was possible to study the school performance of children of mixed couples in comparison to people of French descent, of foreign descent and to immigrants. This study shows that children of mixed couples are less likely to pursue higher education than any other studied subgroup. The use of qualitative and quantitative methods allows us to test the hypothesis that the lower academic performance of the children of mixed couples may be the result of a fluctuation of their normative universe as well as of the stigmatization of this population, these two phenomena resulting in an identity crisis. The migration route and thus the country of socialization as well as family connections appear central in defining their normative universe. And, the impact of stigma on the definition of identity seems to be influenced by the degree of visibility of their mixedness, real or supposed non-Christian beliefs being especially highly stigmatized. The visible character of mixedness depends on social interactions. School seems to be the place where children of mixed couples are the most perceived as "others."

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
La complémentarité des méthodes quantitative et qualitative
 L’enquête « Histoires de vie. Construction des identités» : intégration sociale et perception des enfants de couples mixtes
 La méthode qualitative : trajectoires migratoires, relations au sein de la famille mixte et discours identitaires des enfants de couples mixtes
 Les résultats de l’enquête quantitative : les moindres chances des enfants de couples mixtes de faire des études supérieures
 Le niveau d’études des enfants de couples mixtes en contradiction avec leur origine sociale
 La domination de l’univers normatif français
 L’étude des discriminations des enfants de couples mixtes et ses limites
 Discussion : l’apport de la méthode qualitative à l’analyse de l’univers normatif et de la stigmatisation des enfants de couples mixtes
 La définition de l’univers normatif : source de troubles identitaires en cas d’entre-deux ou d’absence de transmission
 La visibilité du stigmate et sa gestion par les enfants de couples mixtes
 Conclusion

Aperçu du début du texte

Les membres du réseau d’excellence equalsoc sont vivement remerciés pour les commentaires avisés qu’ils ont faits et qui ont permis d’affiner l’analyse présentée ici. Ces commentaires ont été effectués de manière formelle lors des présentations faites au moment de la réunion de l’équipe dirigée par G. Boudesseul « Diplomas : Expectations and Returns» (Paris, mars 2009) et lors de la session plénière animée par I. Kogan de la conférence du groupe educ (Tallinn, juin 2009) et de manière informelle par L. A. Vallet lors de la rencontre du groupe soccult (Paris, octobre 2009). Je tiens aussi à remercier S. Paugam ainsi que le comité de lecture de la revue Sociologie d’avoir relu et commenté différentes versions de cet article.

Introduction

R. E. Park (1928) et E. V. Stonequist (1937), tenants de l’École de Chicago, voit en l’enfant de couple mixte, tel que défini dans le contexte américain de l’époque, un « homme marginal ». Il serait « un hybride culturel, un homme vivant et partageant i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Unterreiner, « La moindre performance scolaire des enfants de couples mixtes en France », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 26 mai 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/858

Haut de page

Auteur

Anne Unterreiner

anne.unterreiner@gmail.comDoctorante à l’éris (cmh), allocataire de recherche à l’ehess - 48 Bd. Jourdan, 75014 PARIS

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page