Navigation – Plan du site

La carte scolaire et son assouplissement

Politique de mixité sociale ou de ghettoïsation des établissements ?
School zoning and its relaxation. Policy of social diversity or school ghettoisation ?
Pierre Merle

Résumés

Cet article a pour objet l'étude de la politique d’assouplissement de la carte scolaire mise en œuvre à partir de la rentrée scolaire 2007. Cette politique poursuit officiellement deux objectifs : apporter une plus grande liberté de choix de l’établissement aux parents ; favoriser la mixité sociale. L’étude de cette politique repose, dans un premier temps, sur l’analyse de la réalisation formelle des objectifs poursuivis (notamment la comparaison des anciens et nouveaux critères de dérogation à la carte scolaire), et sur les procédures informelles de mise en œuvre. Dans un second temps, il est mené une analyse statistique de la transformation du recrutement social des collèges de trois communes (Paris, Bordeaux, Lille) à partir des ipes (indicateurs de pilotage des établissements secondaires).

Ces analyses débouchent sur des résultats convergents. Les nouveaux critères de dérogation donnent, certes, la priorité aux boursiers mais autorisent dans le même temps des dérogations antérieurement proscrites. Or les premières sont peu nombreuses et les secondes, plus abondantes, émanent le plus souvent des catégories sociales aisées. L’analyse statistique du recrutement social des collèges conforte ce résultat. De 2007 à 2008, les collèges au recrutement social aisé ont connu un accroissement de leur part d’élèves d’origine favorisée ; inversement, les collèges au recrutement populaire se sont prolétarisés, tout particulièrement les collèges « ambition réussite ». Ce constat vaut pour les communes de Paris, Bordeaux et Lille. Avant l’assouplissement de la carte scolaire, de 2005 à 2006, ce mouvement de spécialisation sociale des établissements n’était pas toujours en œuvre ou de façon limitée. La nouvelle procédure de dérogation à la carte scolaire a favorisé la liberté de choix des parents au détriment de l’objectif de mixité sociale.

School zoning and its relaxation. Policy of social diversity or school ghettoisation ?

This article aims to study the policy of relaxation of school zoning implemented in 2007.The policy has two official goals: to provide more freedom to parents in school choice and to promote social diversity. The analysis first examines the achievement of these goals (notably by comparing old and new criteria of school choice) and the informal procedures used in implementing the policy. Secondly, a statistical analysis of official indicators at the school level shows how the social origins of pupils have evolved in three municipalities (Paris, Bordeaux, Lille).

The article puts forward converging results. The new criteria of school choice give priority to scholarship holders’ applications (of which there are few). At the same time, they allow for some previously banned applications, often those of more well-off applicants. Empirical evidence of this is given by data on the social origins of middle school pupils. From 2007 to 2008, well-off schools experienced an increase in the share of well-off pupils; inversely, working-class middle schools became even more disadvantaged, particularly the so-called “ambition réussite” middle schools. Data support these results for Paris, Bordeaux and Lille, the three municipalities studied. This trend of decreasing social diversity is not shown by the data for the years preceding the relaxation of school zoning (for 2005 and 2006), or only so with limited evidence. The new criteria of school choice thus favor the freedom of parents to choose the school, but to the detriment of social diversity in schools.

School, School zoning, School policy, Social diversity, Equity

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’assouplissement de la carte scolaire depuis 2007 : nouveaux critères et modalités de mise en œuvre
Les nouveaux critères de dérogation
Les modalités de mise en œuvre des nouveaux critères
Assouplissement de la carte scolaire depuis 2007 : quel bilan ?
Choix méthodologiques
L’analyse des collèges parisiens
L’élargissement de l’analyse
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis 1963, le choix des établissements secondaires publics est encadré, avec des critères plus ou moins stricts selon les gouvernements successifs, par ce qu’il est convenu d’appeler la carte scolaire. L’affectation de chaque élève dans un établissement public est définie par le secteur géographique où se situe son domicile. De 2007 à 2009, dans les discours présidentiels et ceux du ministre de l’Éducation nationale, l’assouplissement de la carte scolaire a pour objet d’apporter une nouvelle liberté aux familles et de favoriser la mixité sociale des établissements scolaires.

Les effets de la mixité sociale et plus largement de la composition sociale des établissements – le school mix effect dans la littérature anglo-saxonne – sont bien documentés tant au niveau international (Husén, 1975 ; Keeves, 1992 ; Vandenberghes, 2001, Hirtt, 2007 ; Monseur & Crahay, 2008) que national (Duru Bellat et al., 2004 ; Grisay, 1997, 2006 ; Mons, 2007 ; Piketty, 2004). Lorsque la proportion d’élèves...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Merle, « La carte scolaire et son assouplissement », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 26 mai 2011, consulté le 23 août 2016. URL : http://sociologie.revues.org/852

Haut de page

Auteur

Pierre Merle

pierre.merle@bretagne.iufm.frProfesseur d'université, sociologie, iufm de Bretagne – Université de Bretagne Occidentale -  iufm de Bretagne, 153 rue Saint Malo, 35043 Rennes cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page