Navigation – Plan du site

L’offre et les goûts cinématographiques en France

Cinema and cinematographic tastes in France
Julien Duval

Résumés

Cet article propose une analyse du cinéma en France et de ses transformations contemporaines en s’inscrivant dans le débat qui sous-tend beaucoup des travaux sociologiques récents autour des évolutions contemporaines des pratiques culturelles. Dans ces travaux, l’attention se focalise souvent sur la montée de l’éclectisme culturel dans les catégories supérieures et les analyses développées par Pierre Bourdieu dans les années soixante et soixante-dix sont souvent présentées comme dépassées. Cet article étudie le domaine du cinéma qui est peu couvert par ces travaux et il essaie d’éviter deux limites que présentent souvent les travaux sur l’éclectisme : centrées sur les pratiques, elles sont coupées des transformations des industries culturelles ; elles usent souvent de catégories assez grossières pour appréhender les consommateurs et les produits. D’un point de vue empirique, l’analyse présentée s’appuie principalement sur une exploitation de l’enquête sur les pratiques culturelles réalisée en France en 2008 par le ministère de la Culture. Cette étude est complétée par une analyse de grandes transformations qui ont affecté l’offre et l’espace de production cinématographique au cours des trente dernières années et elle se prolonge par une mise en perspective temporelle qui entreprend de saisir, pour la même période, les transformations intervenues en matière de consommations. Au total, l’article établit que la relation d’homologie mise en évidence par Pierre Bourdieu reste largement vérifiée, tout en soulignant des changements qui se sont produits dans l’espace cinématographique d’une part, dans l’espace social où se situent les consommateurs d’autre part. Ces changements ne recoupent que partiellement la thèse de la progression de l’éclectisme et quelques remarques sont formulées, pour finir, sur les limites de la notion et de la thèse de l’omnivorité.

Cinema and cinematographic tastes in France

This article deals with cinema in France and its contemporary transformations. It refers to the debates that underlie many recent sociological developments about contemporary evolution of cultural practices. These sociological studies often focus on the rise of cultural eclecticism in higher classes and claim that the findings of Pierre Bourdieu are outdated. This article explores the area of cinema, which is little studied by contemporary sociology of culture, and tries to avoid two problems that generally characterize studies on omnivorousness. These studies tend to pay little attention to the transformations of cultural industries and often use categories that are too approximate to study consumers and cultural goods. This paper is mainly based on a survey of cultural practices conducted in France in 2008 by the Ministry of Culture. The study is complemented by an analysis of the main transformations that have affected the field of film production over the last thirty years and is extended by an analysis of transformations in terms of consumption during the same period. Overall, the article shows that the relationship of homology demonstrated by Pierre Bourdieu is largely verified, all the while emphasizing the changes that have occurred in the cinematographic field, on the one hand, and in the social space where consumers are located on the other hand. These changes are only partially consistent with the theory of the progression of eclecticism. Ultimately, some remarks are made about the limits of the concept and of the theory of omnivorousness.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Sur les transformations de l’offre
Le développement des blockbusters
Télévision et bipolarisation de l’espace
Une relation d’homologie
Grand et petits écrans
Espace des films, espace des spectateurs
 Éléments de dynamique
Un affaiblissement de la relation d’homologie ?
Nouvelles affinités générationnelles

Aperçu du début du texte

Les transformations contemporaines en matière de pratiques culturelles ont suscité un assez grand nombre de travaux sociologiques qui, pour beaucoup, considèrent que les analyses développées par Pierre Bourdieu dans les années soixante et soixante-dix demandent à être révisées. Richard A. Peterson a joué un rôle important dans cette dynamique de recherche : étudiant le goût musical aux États-Unis au début des années 1990, il mettait en évidence que les groupes situés en haut de l’échelle sociale ne se distinguaient pas par la consommation exclusive d’une culture d’élite, mais par des goûts diversifiés, « éclectiques » ou « omnivores » ; loin de faire preuve de « snobisme culturel », ils consomment même des genres musicaux « populaires » dans des proportions plus fortes que les groupes de moindre statut. Il parlait de « l’énorme différence entre [ses] résultats et ceux de Pierre Bourdieu en France » et l’attribuait à des différences nationales mais aussi à un changement des « comport...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Duval, « L’offre et les goûts cinématographiques en France », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/832

Haut de page

Auteur

Julien Duval

jduval@msh-paris.frChargé de recherches au CNRS - Centre européen de sociologie et de science politique - EHESS, 190-198 avenue de France - 75244 Paris Cedex 13 - Laboratoire de sociologie quantitative, CREST-INSEE - 3 avenue Pierre Larousse - 92245 Malakoff Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page