Navigation – Plan du site

Regards sur les addictions des jeunes en France

Insights into youth addictive behaviors in France
François Beck, Ivana Obradovic, Marie Jauffret-Roustide et Stéphane Legleye

Résumés

Les usages de drogues ont longtemps été un objet relativement délaissé par les sciences sociales en France. Cet article se propose à la fois de resituer la mise en place de la construction d’un savoir sociologique sur le thème des addictions en prenant pour point d’entrée les usages des jeunes et de rendre compte des principales connaissances acquises par le biais de ces travaux. Si les jeunes ont cristallisé une grande part des inquiétudes liées aux drogues dans les instances politiques et les médias, et ont fait l’objet des premières études sociologiques, ils ont perdu cette place centrale dans les enquêtes en sciences sociales, alors principalement ethnologiques, jusqu’à la fin des années 1990, au profit de populations identifiées comme toxicomanes. Les jeunes sont redevenus un objet d’analyse spécifique depuis les années 2000, à la faveur du développement d’enquêtes quantitatives, représentatives de la population adolescente. Ces adaptations se sont faites au gré de l’évolution des représentations du jeune usager de drogues mais aussi grâce à l’appropriation par les sociologues de méthodes et d’outils jusqu’alors détenus par les épidémiologistes. Les résultats de ces enquêtes et le recours à la sociologie quantitative ont contribué à influencer les politiques publiques et à introduire un regard différent, plus distancié et moins moralisateur sur les pratiques addictives des jeunes.

Insights into youth addictive behaviors in France

Drug users have for a long time been neglected by social sciences in France. The aim of this article is to recount the implementation of the construction of a sociological knowledge on addictions by in youth, as well as to report main knowledge acquired by means of these works. Youth has been the central point of anxieties generated by drug addiction in most policy makers and in the media. It has also been at the core of the first sociological studies, after what they lost this central place in social sciences surveys, then mainly ethnological, till the late 1990s, for the benefit of groups identified as drug addicts. Adolescents became again an object of specific analysis since the 2000s, thanks to the development of quantitative surveys which were representative of the adolescent population. These adaptations were made according to the evolution of representations of young drug users, but also thanks to the appropriation by sociologists of methods until then restricted to epidemiology. Those quantitative sociology studies have contributed to influence public policies and to introduce a different and less moralizing glance on adolescent addictive behaviours.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Évolutions des représentations du jeune usager de drogues
Du « junkie » au jeune délinquant : un changement des représentations dans la continuité
Une évolution des représentations « travaillée » par des professionnels du champ médical
Les jeunes usagers au prisme déformant des statistiques policières et judiciaires
Premiers regards qualitatifs : les principaux apports de l’ethnologie
Une focalisation progressive des études sur les usages de drogues chez les jeunes
Vers une meilleure compréhension des déterminants de l’usage chez les jeunes
Quelques apports récents de la sociologie quantitative : nouvel outil ou nouveau paradigme ?
Les marqueurs de « carrière » des jeunes usagers de cannabis
Usages de drogues, modes de sorties et préférences musicales : des liens à nuancer
Usages d’alcool et de cannabis et comportements violents : une relation à géométrie variable
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les dépendances et les toxicomanies, longtemps considérées comme un marqueur de marginalité sociale et associées à la figure archétypale de l’héroïnomane injecteur, composante moderne des « classes dangereuses » suscitant le rejet et la peur, ont progressivement évolué et sont devenues, au cours de ces deux dernières décennies, un objet spécifique de santé publique. En France, c’est principalement au cours des années 1980 et 1990, dans un contexte d’urgence créé par l’irruption de l’épidémie de sida, que s’est opérée cette transformation. La « toxicomanie », les « dépendances », puis les « usages de drogues », ont d’abord été considérés comme un « fléau social » (Vaille & Stern, 1955), posé dans des termes moraux et associé à des groupes d’individus « indésirables » dont le nombre ne pouvait alors être correctement estimé. Dans les années 1970, elles ont constitué un épiphénomène touchant une jeunesse plutôt favorisée, en quête d’expériences aventureuses et de transgress...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Beck, Ivana Obradovic, Marie Jauffret-Roustide et Stéphane Legleye, « Regards sur les addictions des jeunes en France », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/781

Haut de page

Auteurs

Ivana Obradovic

ivobr@ofdt.fr
Chargée d’étude à l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (ofdt) - 3, avenue du Stade-de-France – 93 218 Saint-Denis-la-Plaine cedex

François Beck

Francois.BECK@inpes.sante.fr
Responsable du département Enquêtes et Analyses Statistiques à l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (inpes) Chercheur au Cermes3 – Équipe Cesames (Centre de recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale, Société, Université Paris Descartes/cnrs/inserm/ehess) - CERMES – 45, rue des Saints-Pères – 75270 Paris Cedex 06

Marie Jauffret-Roustide

m.jauffret@invs.sante.fr
Cermes3 – Équipe Cesames (Centre de recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale, Société, inserm Université Paris Descartes/cnrs/u988, ehess) - Chercheuse à l’Institut de veille Sanitaire (invs) - 12, rue du Val-d’Osne, 94415 Saint-Maurice

Stéphane Legleye

stephane.legleye@ined.fr
inserm – Université Paris-Sud et Université Paris Descartes, umr-s0669 - Responsable des enquêtes à l’Institut national des études démographiques (ined) - 133 boulevard Davout, 75020 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page