Navigation – Plan du site

Ce que les normes de genre font aux corps / Ce que les corps trans font aux normes de genre

What gender norms do to bodies / What trans bodies do to gender norms
Éric Macé

Résumés

Tandis que la psychiatrie est engagée dans la déconstruction de sa propre catégorie de « transsexuel », cet article s’interroge sur la capacité de la sociologie à rendre compte de façon non médicale de la question trans. À la différence des approches qui considèrent les pratiques trans comme une transgression de la norme anthropologique de la différence des sexes ou bien qui décrivent de manière interactionniste les associations nécessaires à l’existence sociale de ces pratiques, cet article considère plutôt le transsexualisme comme une « technologie de genre ». On entend par là la production d’identifications de genre et de corps genrés comme étant l’exercice d’un rapport social de pouvoir participant de l’institution normative d’une différence nécessaire et hiérarchisée entre le féminin et le masculin. Proposant une relecture de près de cent ans de médicalisation des conduites transgenres et des controverses qu’elle a connue, l’article montre comment cette technologie a été productive d’effets normatifs sur les corps mais aussi, en retour, de capacité d’action transformatrice des normes de genre via la formation d’un mouvement culturel trans tendant, au même titre que les mouvements féministes, gays et queer à dénaturaliser, à détraditionnaliser et à resignifier les identifications de genre. L’article s’interroge en conclusion sur la capacité de la sociologie à rendre compte des processus d’identification de genre eux-mêmes dès lors qu’ils ne peuvent être réduits ni à un déterminisme biologique ni à un déterminisme culturel, en discutant notamment de la pertinence de la notion de « carrière d’identification de genre » pour rendre compte moins des seules carrières « déviantes » que du processus même de l’individuation genrée.

What gender norms do to bodies / What trans bodies do to gender norms

While psychiatry is engaged in deconstructing the category of “transsexuality”, the article questions the ability of sociology to account for the transgender issue not from a medical standpoint. Unlike approaches that regard transgender practices as a transgression of the anthropological norms of sex difference or that describe in an interactionist way the associations necessary to the existence of these social practices, this article considers rather transsexualism as “a gender technology”. It means to regard the production of gender identifications and gendered bodies as the exercise of a social relationship of power through the imposition of a necessary difference between feminine and masculine. Offering a rereading of nearly one hundred years of medicalization of transgender behaviors and controversies it has known, the paper shows how this technology has been historically productive. On the one hand, of normative effects on bodies and, on the other, of capacity for transgender people to transform gender norms through the formation of a cultural movement aimed to denaturalize, to detraditionalize and to resignify gender identifications. The article asks in conclusion on the ability of sociology to account for gender identification process themselves if they can not be reduced either to biological determinism or cultural determinism, including a discussion regarding the relevance of the concept of “career of gender identification” to describe not only deviant careers but the very process of gendered individuation itself.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le transsexualisme comme technologie de genre
Un conflit de définition originel au sein de la psychiatrie
Le « programme fort » de la sexologie américaine
Les transformations internes de la psychiatrie américaine
Un mouvement culturel trans outsider : détraditionnalisation et resignification des identifications de genre
Libéralisation médicale et critique trans des protocoles
Du transsexualisme comme pathologie à la santé mentale transgenre
Les réticences médico-légales françaises contrariées et débordées
Une approche sociologique des carrières de (dés)identifications de genre est-elle possible ?

Aperçu du début du texte

On observe dans de nombreuses sociétés humaines anciennes et présentes des cas d’identifications et de conduites transgenres, c’est-à-dire non conformes aux normes en vigueur de genre et de sexualité, et chaque culture a sa manière propre de les intégrer – par la reconnaissance statutaire ou par la sanction de la déviance – au sein de ses formes propres de composition des liens entre sexe, genre et sexualité (Godelier, 2007 ; Goffman, 2002 ; Garfinkel, 2007 ; Handman, 2008). Dans le contexte particulier des sociétés occidentales modernes, ces conduites ont été médicalisées dès la fin du xixe siècle dans le cadre plus général d’une pathologisation des pratiques sexuelles et des identifications de genre (Foucault, 1976 ; Laqueur, 1992). L’existence sociale contemporaine des conduites et des identifications trans est ainsi définie par un dispositif médico-légal à visée thérapeutique qui reconnaît des « troubles de l’identité de genre » tels que le « transsexualisme », c’est-à-dire l’id...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Macé, « Ce que les normes de genre font aux corps / Ce que les corps trans font aux normes de genre », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/773

Haut de page

Auteur

Éric Macé

eric.mace@u-bordeaux2.fr
Professeur de sociologie à l’Université de Bordeaux, chercheur au Centre Émile-Durkheim (umr 5116) - Université de Bordeaux – Département de sociologie - 3 ter, place de la Victoire – F-33076 Bordeaux Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page