Navigation – Plan du site

Port du hijab et « défaut d’assimilation »

Étude d’un cas problématique pour l’acquisition de la nationalité française
Hijab and Assimilation. Study of a problematic case for the acquisition of French citizenship
Abdellali Hajjat

Résumés

Dans le cadre de deux procédures d’attribution de la nationalité française, l’administration doit évaluer le « degré d’assimilation » des candidats. Le gouvernement peut ainsi refuser l’acquisition de la nationalité au motif du « défaut d’assimilation » pour la procédure de naturalisation (article 21-24 du code civil) et pour l’acquisition par mariage (article 21-4). Cet article analyse le « sens pratique de la mesure » de l’assimilation et prend pour objet un cas particulièrement problématique pour les agents de l’État : les dossiers de candidates musulmanes portant le hijab. Grâce à une analyse sociohistorique et ethnographique du traitement administratif de ces candidatures, il s’agit de mettre en lumière la définition étatique du bon « assimilé » et du non « assimilable ». L’analyse du processus de distinction entre « bon » et « mauvais » hijab permet de mettre en évidence non seulement la multiplicité des acteurs de la définition étatique de l’« identité nationale », mais aussi le caractère déterminant des interactions entre agents et candidates. La frontière entre l’« assimilé » et l’« inassimilé » fait intervenir le gouvernement, la sous-direction des naturalisations, les responsables préfectoraux, les agents de catégorie C chargés des procès-verbaux d’assimilation, les candidates et le juge administratif. C’est l’interaction entre tous ces acteurs – obéissant à des logiques d’action convergentes ou contradictoires, évolutives dans le temps, et soumis à des contraintes spécifiques – qui définit la frontière de l’« identité nationale ». Si le port du hijab est construit comme un problème administratif, c’est parce qu’il pose à la fois la question de la reproduction de l’ethos national, celle du contrôle du corps des femmes et celle de la loyauté.

Hijab and Assimilation. Study of a problematic case for the acquisition of French citizenship

During French citizenship acquisition process, the administration has sometimes to evaluate the “degree of assimilation” of candidates. This article analyses a special case : female Muslim candidates wearing a hijab. Through a socio-historical analysis, this article highlights the implicit or explicit State definition of the good “assimilated” applicant as well as of the un-“assimilable” applicant. The analysis of the treatment of the “hijab issue” by the administration in charge of naturalization allows us to fully understand why the administrative discourse on assimilation focuses on the “Islamic veil”. Wearing the hijab not only raises the issue of reproduction of the national ethos, but also that of loyalty. Beyond the supposed “clash of civilizations”, the main challenge is to maintain a certain conception of national homogeneity and recognition of State authority.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Hétérogénéité des pratiques et « besoin de doctrine »

Aperçu du début du texte

En juillet 2008, le Conseil d’État confirme une décision du ministère de l’Immigration refusant l’acquisition de la nationalité française par mariage à une ressortissante marocaine portant le niqab, au motif que celui-ci constitue un « défaut d’assimilation » (article 21-4 du Code civil). Cette décision a fait l’objet de nombreux commentaires dans l’opinion publique, ce qui montre que la politisation du « voile » n’est plus cantonnée au milieu scolaire. En effet, c’est à partir du monde de l’école que la recherche scientifique s’est essentiellement intéressée aux « affaires du voile », que ce soit sous le prisme d’une « entreprise politique » (Lorcerie, 2005), des rapports entre « islam » et « République »(Bowen, 2007), des contradictions de l’universalisme républicain (Scott, 2007), de la « cause du voile » (Galembert, 2009) et de l’interaction entre le législateur et la justice administrative (Galembert, 2007).

Afin de mieux comprendre la construction du hijab comme problème admini...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdellali Hajjat, « Port du hijab et « défaut d’assimilation » », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/746

Haut de page

Auteur

Abdellali Hajjat

ahajjat@u-paris10.fr
Maître de conférences en science politique, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense - Groupe d’analyse politique (ea1591) – ufr de droit et de science politique - 200, avenue de la République – 92001 Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page