Navigation – Plan du site

Médias et classes populaires

A propos de Vincent Goulet, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations (INA Editions, 2010)
Guillaume Goasdoué
Référence(s) :

Goulet Vincent, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Paris, INA Editions, 2010, 339 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Médias et classes populaires

1Cet ouvrage de Vincent Goulet sur les usages ordinaires des informations par les classes populaires est une adaptation d'une thèse soutenue en 2009. Ce travail prolonge en partie les recherches qui ont par le passé travaillé certains aspects du « populaire ». Nous pouvons notamment citer des travaux de science politique (Braconnier & Dormagen, 2007 ; Collovald & Sawicki, 1991 ; Gaxie, 1978  …), des travaux sociologiques (Beaud & Pialoux, 1999 ; Schwartz, 1990 ; Mauger, 1991 …) et des approches culturelles (Hoggart, 1970 ; Bourdieu, 1979 ; Lahire,  2004...). Ici l'analyse sociologique s'appuie de concert – ce qui est rare – sur des usagers, des contenus et des producteurs. Le résultat est particulièrement intéressant puisque les différents matériaux (usages, messages et productions « populaires ») s'articulent judicieusement pour enrichir la démonstration et la portée globale du point de vue proposé.

2L'ouvrage aborde dans une première partie les sociabilités populaires et les circulations des informations. L'auteur discute la notion de « public populaire », les spécificités des familles issues de ce milieu, les relations au sein des espaces domestiques, les questions de genre ou encore les types de discussions à propos des médias. La deuxième partie traite des fonctions sociales et identitaires des informations. Celles-ci seraient des ressources mobilisables et des représentations intermédiaires dont se serviraient les individus pour se situer. Trois schèmes sont alors spécifiquement mis en avant : celui de la domination sociale, celui de la providence et celui de l'investissement dans la progéniture. La troisième partie analyse la spécificité de la compétence politique du populaire. Les valeurs morales sont décryptées puis des émissions et des événements médiatiques sont pris pour exemple.

3Le terrain d'enquête se situe dans un quartier HLM de la banlieue bordelaise pour lequel l'auteur, qui y a habité trois années, propose une approche monographique (statistiques, observations, entretiens). Il a sillonné les halls, ascenseurs, dalles, … ainsi que différents types d'espaces publics de rencontres (école, poste, tabac/presse, centre commercial, coiffeur, bar/kebab, …). Le corpus est complété par l'étude d'une émission de radio (Les grandes gueules, RMC) mais aussi par l'analyse d'événements caractéristiques comme l'affaire Dutroux ou des « catastrophes naturelles » et d'autres faits divers qui ont été évoqués régulièrement par les personnes interviewées.

4Vincent Goulet – qui a anciennement travaillé dans les médias comme monteur – explique vouloir comprendre le décalage, pointé en son temps par Bourdieu (1979), entre les « titres, les producteurs (journalistes) et leurs publics [populaires] ». Dit autrement, il s'interroge sur les mécanismes qui entrent en jeu dans la production d'informations pour le grand nombre alors qu'une grande distance sociale sépare les producteurs des récepteurs. Comment donc et sur quelles valeurs se construisent les productions médiatiques omnibus et plus particulièrement quel est le degré de réflexivité des producteurs quand ils fabriquent ces contenus et se représentent leurs publics ?

5Sur un plan théorique l'auteur met principalement à l'épreuve les thèses bourdieusiennes. Dans de nombreux  passages il explique son positionnement notamment sur les concepts liés à la sociologie de la culture (domination, légitimité, hiérarchie, dissonances, homologie, ...). L'auteur précise toutefois, preuve de son ancrage sociologique, vouloir mettre au jour au-delà des discours des enquêtés les « structures génératrices » des conduites.

L'approche du « populaire »

6La première question de fond porte sur la définition et l'emploi des mots qui sont au cœur de ce travail – notons d'ailleurs que le titre original de la thèse est « Usages et circulations des informations médiatiques dans les milieux populaires. Enquête sur la construction des 'lieux communs médiatiques' ». Le terme populaire est d'emblée explicité pour caractériser les individus en manque de ressources, les personnes situées au « bas de l'échelle sociale ». La définition d'Olivier Schwartz qui a notamment travaillé sur le monde ouvrier d'un bassin minier du Nord-Pas de Calais fait ici référence. Vincent Goulet précise cependant l'hétérogénéité des individus qui peuvent être rencontrés dans ce type de milieu social. Pour autant il indique qu'il ne faut pas « décourager la recherche de caractères communs ou de principes unificateurs de conduites ». C'est en effet la gageure du travail puisque le quartier populaire bordelais étudié ressemble assez peu aux quartiers ouvriers des cités industrielles du nord de la France. La conclusion du livre indique même une absence de culture populaire dans cette cité, lieu plus subi que choisi, où se conjuguent un taux de chômage élevé, beaucoup de familles monoparentales, un fort turn-over des habitants et un important brassage culturel. Méthodologiquement cela complique l'accès au terrain car l'enquêteur est identifié par son genre, homme, et les interactions proposées le sont avec un langage, le français, qui n'est vraisemblablement pas maitrisé par tous. Ces remarques rappellent le problème persistant de l'approche des classes populaires (« plus parlées qu'elles ne parlent »). Les chercheurs n'échappent pas à la distance sociale avec leurs interlocuteurs, de par leur statut mais aussi bien souvent de par leurs origines sociodémographiques. L'auteur évoque en ce sens ses combines pour collecter des bribes de discussions ou obtenir des interviews. Bien que ces difficultés soient justement soulevées au cœur de l'ouvrage nous aurions aimé en savoir un petit peu plus sur l'auteur, lui qui a décidé de s'installer en famille dans la cité. À cette interrogation deux réponses sont envisageables : soit la thèse originale aborde ces questions et nous ne pouvons alors que déplorer les choix de l'adaptation éditoriale qui minore trop souvent les parties méthodologiques ; soit l'auteur sous-estime certains aspects qui permettraient de mieux saisir les relations et le regard porté par les habitants du quartier sur ce « sociologue à lunettes ». La difficulté provient aussi sans doute du sujet de discussion pour lequel les individus ne se sentent pas forcement légitimes quant à donner leurs avis.

7Enfin, pour l'auteur, le « populaire » se caractérise aussi par un rapport particulier à la famille et un investissement spécial envers les enfants, ce qu'il traduit dans le titre de l'un de ses chapitres : « N'avoir pour seul bien que ses enfants ». Le rapport entre les hommes et les femmes est aussi finement analysé pour mettre à plat l'origine et les implications de la division sexuelle des rôles dans les milieux populaires.

Les usages sociaux des informations

8Avec la notion de « populaire » c'est aussi celle de « public » qui est discutée dès l'introduction. Les définitions liées au terme de « réception » et de « public » sont des construits que l'auteur prend le temps d'interroger. Il rappelle d'ailleurs les caractéristiques sociales des consommations médiatiques qui varient selon le sexe, l'âge, l'origine sociale ou le niveau de diplôme.La réception intègre ici « les circulations et les appropriations des biens informationnels dans un milieu social donné ». Un des apports particulièrement intéressant de l'ouvrage se trouve dans l'analyse de contenus « populaires » avec une véritable perspective théorique. L'auteur revient également sur le caractère artificiel du découpage de la catégorie « informations » qui est d'ailleurs partiellement ignorée par les interviewés. D'une part l'information renvoie aussi bien aux sujets pratiques (météo, agenda, …) qu'aux informations politiques ou économiques, et d'autre part l'information est disséminée dans divers programmes qui n'appartiennent pas uniquement au registre informationnel (séries, talk show, jeux, ...).

9L'analyse médiatique s'appuie en particulier sur l'émission de radio Les grandes gueules, diffusée le midi sur RMC. L'auteur montre comment ce programme est ajusté à un genre et un public. Que ce soient le dispositif, le ton, le profil des « grandes gueules » ou le travail de production notamment dans la sélection des auditeurs qui interviennent à l'antenne, tout semble faire système pour proposer une « émission populaire ». Cette analyse approfondie complète justement les autres focus qui sont effectués sur des productions caractéristiques qui impliquent souvent des enfants (affaire Dutroux, « petit Enis »/Francis Evrard, …) mais aussi les événements tragiques du type « catastrophes naturelles » (tsunami, ouragan Katrina, …).

10Un des obstacles de toutes les enquêtes de réception auquel ce travail fait également face porte sur l'accès aux consommations et aux discussions. En effet en dehors du cadre des interviews qui reviennent de façon rétrospective sur ce que les gens font des médias, il est difficile d'observer in situ les comportements et les échanges. L'auteur développe ainsi quelques remarques concernant son approche ethnologique. Premièrement tout le monde ne s'arrête pas dans les espaces publics pour y discuter de tout et avec tout le monde. Hormis certains « leaders » (insiders), plutôt âgés et anciens dans le quartier qui ont l'habitude de parler en petits groupes il est rare et difficile d'assister à des échanges réguliers. Deuxièmement  les sujets abordés ne portent pas prioritairement sur les informations. De plus le consensus semble être la règle implicite des discussions si bien que rien n'a l'air de se jouer sauf à considérer, et c'est ce que l'auteur défend, le rôle essentiel des biens informationnels – faits divers et sport plus spécifiquement –  comme des « biens culturels qui ont une fonction et un usage propre dans l'appareillage symbolique des milieux populaires ». L'auteur avoue cependant ne pas avoir travaillé la catégorie « sport » puisqu'il ne l'avait pas vraiment intégrée à sa grille d'entretien. Certes les individus rencontrés semblent disposer de savoirs sur le sport mais encore faut-il préciser de quelles types de compétences il s'agit. Peu importe semble suggérer l'auteur puisque le sujet de discussion n'est finalement qu'un prétexte et un support pour construire et affirmer son identité. On le voit aussi pour la catégorie des faits divers qui permet d'afficherune vision du monde. Enfin nous pourrions ajouter, troisièmement, que la consommation de médias et les échanges qui en découlent s'effectuent également en dehors de la cité, au travail, dans la famille ou pendant les temps de déplacement.

Compétence politique du « populaire »

11L'approche politique traite de la compétence du populaire que l'auteur traduit par la délégation du dire et la centralité du jugement moral de sens commun. L'analyse de l'émission de radio Les grandes gueules confirme cette idée avec une étude qui aborde conjointement les acteurs, les modalités et les formes de la constitution d'un registre politique particulier. Ainsi le positionnement de la station (RMC) sur la bande FM, le profil des animateurs ainsi que celui des producteurs qui agissent en coulisses, les trajectoires atypiques des « grandes gueules » – appellation significative –  (position libérale et entrepreneuriale), la mise en scène des débats (rythme, sonnerie, …), le ton employé (polémique, spontanéité, vivacité, ...), et les thèmes abordés participent à un spectacle qui traduit à sa façon un certain cadrage politique de l'agenda médiatique. La catégorie politique regroupe ici aussi bien les jeux et les enjeux sans qu'il soit véritablement possible de les dissocier. Ces derniers se mélangent à travers l'actualité et l'expérience des interlocuteurs (animateurs et auditeurs) et participent à une montée en généralité qui traduit un discours normatif et un positionnement moral que l'auteur essaie précisément d'expliciter. Ainsi, comme les interviews l'illustrent, « les visions du monde qui pourraient relever de catégories politiques sont en permanence exprimées dans un registre moral plus apte à saisir les aléas de la vie quotidienne ». Reste à savoir, pour reprendre une question de V. Goulet, si ce type d'émission est écouté principalement par la frange la plus à droite des couches populaires comme semblent le confirmer les entretiens. Aussi suivant la description qui est faite des formes d'appropriation des débats politiques il apparaît que l'on peut trouver chez un même individu des positions « plutôt à gauche quand il s'agit de se situer sur l'échelle sociale et de dénoncer les inégalités, et de(s) propos franchement à droite quand il s'agit de défendre le travail, le mérite et la responsabilité individuelle opposée au laxisme et à l'assistanat ». Nous retrouvons précisément ici le caractère ambivalent d'une fraction des milieux populaires qui peut expliquer, en partie, les déplacements et le caractère « flottant » de certains positionnements politiques.

12Un autre élément récurent dans les interviews est la propension des individus à s'approprier les faits en ramenant les conversations aux oppositions schématiques Gros vs. Petits (Eux/Nous), et une tendance à personnaliser les débats (Juppé, Baudis, Kerviel, …) à défaut d'avoir une analyse structurelle. Dans une même logique la place des jeux, des faits divers ou autres « coups du sort » ne seraient qu'une manière de rappeler le caractère précaire de la vie qui relèverait plus du hasard que de la causalité, et qui explique aussi cette « remise de soi » dans les institutions ainsi que la forte exigence du populaire pour l'ordre et la justice.

13* * *

14Évoquons pour finir quelques remarques mineures sur ce travail et plus globalement encore sur la tradition de recherche qui prend pour objet les médias « du côté du public » (Le Grignou). Il y a d'abord une réelle difficulté à approcher « la réception » : comment la définir et comment l'enquêter ? Ainsi le dispositif déployé par l'auteur s'expose à certains obstacles empiriques notamment quand il essaie d'interroger les enfants d'une école primaire. Les difficultés à obtenir des interviews et la distance sociale dans les interactions restent difficiles à dépasser. Précisons également que l'effet de période (2005-2008) peut jouer sur la teneur des échanges et particulièrement la proximité des élections présidentielles comme c'est le cas ici en 2007. Pour autant si le terrain semble glissant sur certains aspects le résultat final est intéressant à plus d'un titre. Nous citerons ici deux exemples d'apports significatifs. D'une part l'articulation entre la réception, les messages et la production fonctionne bien et démontre l'intérêt de coupler les entrées ; d'autre part la recherche française en sociologie des médias manque de travaux approfondis sur les productions et réceptions populaires et ce travail contribue largement à résorber ce déficit.

Haut de page

Bibliographie

Beaud, S., Pialoux, M. (1999) Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard

Bourdieu, P. (1979) La distinction, Paris, Éditions de. Minuit

Braconnier, C., Dormagen, J.-Y. (2007) La démocratie de l'abstention, Paris, Gallimard

Collovald, A., Sawicki, F. (1991), « Le populaire et le politique, quelques pistes de recherche en guise d'introduction », Politix, n°13

Gaxie, D. (1978) Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil

Hoggart, R. (1970) La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit (trad. 1957)

Lahire, B. (2004) La culture des individus, Paris, La Découverte

Le Grignou, B. (2003) Du côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Economica

Mauger, G. (1991) « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n°6

Schwartz, O. (1990) Le monde privé des ouvriers, Paris, PUF

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Goasdoué, « Médias et classes populaires », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 février 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/726

Haut de page

Auteur

Guillaume Goasdoué

guillaume.goa@gmail.comATER/Doctorant - Université Paris II - IFP/CARISM - coordinateur « Médias et SHS »

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page