Navigation – Plan du site

La société singulariste

A propos de Danilo Martucelli, La société singulariste (Armand Colin, 2010)
Jean-Michel Wachsberger
Référence(s) :

Martucelli Danilo, La société singulariste, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2010

Entrées d’index

Mots-clés :

Individu

Keywords :

Individual
Haut de page

Texte intégral

La société singulariste

1Avec la société singulariste, D. Martuccelli poursuit et prolonge ses réflexions sur les sociétés contemporaines. Mais là où ses précédents travaux avaient une visée principalement analytique, ce dernier ouvrage adopte une orientation résolument programmatique en militant pour le développement d’une sociologie des – et pour les –  individus.

2Dans une première partie, D. Martuccelli se place dans la lignée des travaux faisant de l’individualisation un processus majeur des sociétés contemporaines occidentales. Celles-ci seraient caractérisées par la transformation d’un individu générique et institutionnalisé en un « individu individualisé », réflexif et enjoint à résoudre par lui-même les contradictions du système.

3Revenant sur ces évolutions, D. Martuccelli propose pour les caractériser le terme de  singularisation. Il exprime en effet l’idée que les sociétés occidentales auraient connu deux inflexions majeures pour ce qui est du rapport entre les individus et la société. La première est le développement de l’individualisme, au cours du XIXè siècle. La seconde, qui s’amorce dans le dernier tiers du XXè siècle, est l’expansion du singularisme. Empruntant les traces de l’auteur de « De la démocratie en Amérique », D. Martuccelli s’attache alors à mettre en évidence les principales caractéristiques de cette deuxième inflexion et à en indiquer le sens.

4Contrairement à l’individualisme dont Tocqueville trouvait l’origine dans la démocratie, le singularisme serait alimenté par un ensemble disparate de changements « à l’œuvre au niveau des structures économiques, des organisations politiques ou du droit, des relations aux autres ou de l’histoire, des aspirations personnelles ou des contraintes urbaines » (p. 64) et doterait ainsi « la société contemporaine d’une profonde unité d’interprétation ».

5Dans la sphère économique, la production, tout particulièrement celle des services, est de plus en plus singularisée et soumise aux goûts variables des consommateurs. Dans les sphères institutionnelles, les dispositifs d’encadrement prennent de plus en plus en compte la singularité des individus en proposant bilans de compétence, personnalisation des interventions sociales et autres formes d’implication personnelle.  La sociabilité, enfin, emprunte elle-même des formes plus singulières, les logiques affinitaires prenant en partie le pas sur les logiques morales, y compris au sein des familles.  

6Mais le singularisme, au-delà de cet ensemble de pratiques, est aussi un idéal individuel partagé : celui d’être non pas original mais singulier, c’est-à-dire « autre que chacun de ses semblables » (p. 51). Dans cette perspective, le singularisme « suppose d’emblée une forte implication des individus dans la société, ne serait-ce que parce qu’ils désirent ardemment voir reconnue leur singularité » (p. 51). En ce sens il n’entraîne pas, au contraire de l’individualisme, une tension entre l’individuel et le collectif.

7Cette tentative de caractérisation de nos sociétés contemporaines poursuit donc, au delà de la sphère économique, le travail pionnier de Lucien Karpik (2007) sur L’économie des singularités. Dans celui-ci, Lucien Karpik s’interrogeait en effet sur le fonctionnement des marchés lorsque les produits en concurrence sont non plus homogènes (ce que postulait la théorie économique classique) mais au contraire singuliers, c’est-à-dire différenciés les uns des autres. Ses analyses débouchaient pourtant sur une vision moins optimiste des individus consommateurs. La singularité des produits ne résulte en effet pas seulement de la demande spécifique des consommateurs mais aussi de la volonté des firmes de se distinguer afin de créer de la rareté, source de profits. Dans cette perspective, que les produits soient singuliers n’implique évidemment pas que les consommations soient purement individualisées (un homme = un produit). Bien au contraire, dispositifs de jugement et de confiance et régimes de coordination travaillent à attacher les consommateurs aux produits. Les consommations individuelles peuvent ainsi être soumises aux prescriptions des experts (par exemple dans le domaine des biens culturels) ou à celles de l’opinion commune (par exemple pour ce qui relève de la mode). Tout à son objet, D. Martuccelli n’accorde cependant que peu d’importance à ces phénomènes.

8L’inflexion majeure du singularisme imposerait alors à la sociologie de renouveler en profondeur tant son regard que ses méthodes. C’est ainsi que l’auteur propose, dans une deuxième partie, d’analyser les rapports des individus à la société à partir d’un opérateur analytique central qu’il appelle l’épreuve. L’épreuve, déclinée en réalité au pluriel, est en effet, selon lui, le moyen de « saisir les enjeux d’une société historique à l’échelle des individus » (p. 65). Il reprend alors, en les étoffant, les principaux éléments théoriques tirés du travail empirique dont il avait fait la matière de son précédent livre : Forgé par l’épreuve (2006).

9Pour D. Martuccelli, les sociétés contemporaines peuvent se comprendre comme constituant pour les individus un ensemble d’épreuves standardisées spécifiques dont ils doivent s’acquitter. Les épreuves sont donc des défis socialement et historiquement construits auxquels l’individu se mesure et par lesquels il s’éprouve. Pour la France contemporaine, l’auteur avait par exemple identifié, dans le livre cité précédemment, quatre épreuves institutionnalisées ou formalisées (l’école, le travail, la ville, la famille) et quatre épreuves communes mais plus diffuses (le rapport à l’histoire, le rapport aux collectifs, le rapport aux autres et le rapport à soi). Il revient peu ici, cependant, sur ces différents défis mais s’attache essentiellement à développer la portée conceptuelle de la notion d’épreuve.

10Jouant comme un révélateur des qualités des individus et conditionnant leurs trajectoires sociales, les épreuves fonctionnent comme un mécanisme d’évaluation et de sélection. Dans les sociétés singularistes, elles sont néanmoins multiples et peuvent être vécues de façons subjectives très différentes. La conséquence de chacune d’entre elles n’est en effet jamais totalement déterminée. Il existe en effet des filtres qui permettent aux individus d’y attribuer, avec plus ou moins d’efficacité, une importance et un sens spécifique, ce qui ouvre la possibilité d’une compensation des épreuves entre elles. De plus, elles ne sont jamais définitives et peuvent toujours être rejouées.

11L’exemple de l’école peut illustrer en partie ce qui précède. L’épreuve scolaire ne se mesure en effet pas uniquement à la sanction de l’orientation ou du diplôme mais aussi à l’importance du jugement scolaire sur les subjectivités individuelles. La figure d’élève qu’Anne Barrère appelle « le forçat » (p. 157), réussissant piètrement au prix d’un travail acharné, témoigne par exemple de cette pluralité des expériences subjectives. Par ailleurs, si la sanction scolaire en France semble en bonne partie irréversible, des « revanches contre l’école » (p. 131) sont néanmoins toujours possibles.

12Compte tenu de ces évolutions, les individus ne peuvent plus être uniquement saisis à partir de leurs positions sociales (dont l’analyse demande aussi à être renouvelée pour intégrer tout particulièrement la nouvelle donne de la globalisation), mais doivent l’être également en tenant compte de leurs états sociaux, c’est-à-dire de l’ensemble des « amortisseurs » (droits, ressources, aides, supports) dont ils peuvent bénéficier lorsqu’ils sont confrontés à une épreuve (p. 138).

13Cette réflexion sur les épreuves prolonge donc, en la systématisant, la Sociologie de l’expérience développée il y a une quinzaine d’année par François Dubet, que l’auteur a d’ailleurs fréquenté au CADIS (Centre d’analyse et d’intervention sociologique) et avec qui il a écrit deux livres sur des thématiques proches : À l’école. Sociologie de l’expérience scolaire (1996) et Dans quelle société vivons-nous ?  (1998). La Sociologie de l’expérience constituait en effet une des premières réflexions françaises sur les individus des sociétés contemporaines. Confrontés à un « système » social aux dimensions désormais dissociées et autonomes, F. Dubet indiquait alors que la capacité des individus à être des sujets dépendait de leur aptitude à articuler des logiques d’action (d’intégration, stratégique, de subjectivation) parfois contradictoires lors des expériences sociales auxquelles ils étaient confrontés.   

14La lecture de ces deux premières parties est particulièrement stimulante et l’on est littéralement emporté par le bouillonnement des idées. On peut cependant être aussi parfois un peu perdu par l’abondance des références théoriques et des concepts qui ne font pas toujours l’objet d’un développement suffisant pour qu’on en saisisse véritablement la portée. Il sera peut-être également un peu difficile, à un lecteur qui ne connaîtrait pas les travaux empiriques de l’auteur, de bien suivre le fil de son argumentation, tant le travail ressemble ici à un exercice de « sociologie pure ». Les illustrations des épreuves, des positions sociales ou encore des états sociaux y sont en effet assez peu développées.

15Il est d’autre part une difficulté propre à une sociologie des individus dont l’auteur ne s’émancipe selon nous pas totalement. Les concepts et idéal-types sociologiques sont en effet toujours des mises en ordre du social niant finalement les particularités. Or, cet esprit de système est chevillé à la démarche de D. Martuccelli. Dans sa volonté pédagogique, l’auteur nous propose en effet de multiples concepts et classifications au risque de généralisations entrant en contradiction avec l’objectif affiché. Pour justifier que le singularisme est une inflexion majeure de nos sociétés, l’auteur est par exemple amené à oublier un certain nombre de phénomènes sociaux contradictoires ou à en nier l’importance, tels que les phénomènes de mode ou le développement de communautés « néo-tribales » et/ou émotionnelles. Dans sa réflexion sur les épreuves, il indique qu’elles peuvent toujours être résumées à une tension entre deux principes opposés (vertu/récompense ; mobilité/enracinement ; …) ce qui conduit finalement à typifier les réactions au lieu de les singulariser. Enfin, dans sa relecture des principes de différenciations sociales, qui distingue des positions sociales mais aussi des états sociaux, il prend certes en compte une plus grande diversité des individus, mais le modèle ne conduit finalement qu’à un petit nombre de catégories : cinq positions sociales et trois états, lesquels ne se rencontrent d’ailleurs pas dans chacune des positions, soit moins de 15 types sociaux.

16La dernière partie du livre relève d’un tout autre registre, puisque D. Martuccelli y développe les éléments d’une méthode d’analyse sociologique centrée sur les individus qu’il présente aussi comme étant une nouvelle forme d’intervention sociologique : pour les individus.

17L’intervention sociologique, méthode de recherche originale développée par Alain Touraine et les chercheurs du CADIS au début des années 1980, visait en effet conjointement, en confrontant les discours des acteurs et les analyses des chercheurs, un objectif de connaissance (produire une analyse sociologique) et un objectif d’engagement (renforcer chez les acteurs les capacités d’analyse et de réflexion). Les acteurs considérés étaient cependant toujours vus comme des membres d’un collectif, engagés dans des rapports de pouvoir avec d’autres acteurs collectifs. Si F. Dubet dans son ouvrage de 1994, préconisait encore d’employer cette méthode pour l’analyse du sujet et de ses expériences, il en avait cependant abandonné l’ambition « héroïque » d’aide au renforcement des capacités d’analyse et de réflexion des acteurs (Dubet, 2001). C’est cette ambition que reprend ici D. Martuccelli en développant les éléments d’une technique visant directement l’ « auto-émancipation » (p. 182) des individus.

18La perspective de l’auteur est ici résolument optimiste et engagée. Elle invite les sociologues, à « bannir le poids de la nécessité » (p. 106) dans leurs analyses et les individus à s’émanciper du fatalisme. Les sociétés singularistes sont certes à la source de nouvelles incertitudes et difficultés pour les individus mais elles leurs laisseraient aussi de multiples possibilités d’action. Partant des analyses des trajectoires et expériences individuelles, la sociologie se devrait alors de révéler aux individus dans quel monde ils vivent (« comprendre par les épreuves leurs sociétés et ses enjeux » ; p. 171) et de leur faire prendre conscience de ces possibilités. L’extrospection, qui est le nom qu’il donne à cette nouvelle méthode, doit ainsi permettre aux individus de s’émanciper du « principe de réalité » (p. 188) au nom duquel certaines actions leur paraissent impossibles. Or, « le monde social n’est jamais une chose réagissant de manière directe, immédiate et durable à nos actions » (p. 188).

19Quels sont dès lors les éléments de cette méthode ? L’auteur nous la présente comme étant une « conversation » en plusieurs étapes entre un « sociologue praticien » (p. 232), parfois appelé analyste, et un acteur. Le premier temps de cette « conversation » consiste à présenter à l’acteur les épreuves standardisées (l’Ensemble Sociétal d’Épreuve) que le sociologue a préalablement identifiées et à en discuter avec lui la validité. Le deuxième temps est un travail de « diagnose » (p.231). Il s’agit de mettre en évidence la façon dont l’individu a passé, articulé et compensé les différentes épreuves, donc à fournir une image personnalisée du poids de chacune d’entre-elles. C’est ce que l’auteur appelle l’Ensemble Personnel d’Épreuve (EPÉ). Le dernier temps doit alors permettre de faire apparaître l’Ecologie Sociale Personnalisée (ÉSP) des individus. Il s’agit de mettre certes en évidence les effets de leurs positions structurelles, mais aussi de révéler leurs états sociaux, c’est-à-dire les moyens dont ils disposent pour agir au sein de ces structures. L’ensemble de ce travail dialogique doit finalement conduire à l’ « auto-émancipation » des acteurs, d’une part parce qu’en « sociétalisant » leurs difficultés personnelles les individus prennent conscience du caractère collectif des épreuves, d’autre part parce qu’en observant la façon spécifique dont ils s’en sont acquittés, et tout particulièrement celle(s) qu’ils pensent avoir le mieux réussie(s), le travail doit conduire à la mise en évidence des « possibilités irréductibles d’action » (p. 233).

20En employant le terme d’extrospection, l’auteur tient à nettement distinguer, voire opposer, cette approche des diverses méthodes psychologiques dont le but serait de permettre à l’individu de trouver en lui-même les solutions pour s’émanciper des contraintes du monde. Contrairement à l’introspection, l’extrospection vise, elle, moins à « une intelligence de soi qu’à une intelligence de la société à l’échelle de l’individu » (p. 179). Il s’agit donc de « faire comprendre [aux individus] que le changement personnel n’est pas avant tout une affaire de travail sur soi mais plutôt de remariage avec le monde » (p. 181). La charge critique sur les injonctions contemporaines à ce travail sur soi est puissante. On peut cependant être frappé par la très forte ressemblance, on pourrait même dire la contre-dépendance, entre la méthode proposée (que l’on pourrait appeler socianalyse), et la cure psychanalytique. Dans les deux cas en effet, un praticien permet à un patient (ici dénommé acteur) d’accéder, dans le huis clos d’un appartement, à une forme de compréhension libératoire, de son fonctionnement psychique pour l’un, du fonctionnement social pour l’autre. Peut-on imaginer qu’il s’agisse là d’un nouveau débouché pour la sociologie, une singularisation du travail du sociologue dans une société singulariste ?

Haut de page

Bibliographie

Dubet François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

Dubet François, Danilo Martuccelli, A l’école. Sociologie de l’expérience scolaire, Paris, Seuil, 1996.

Dubet François, Martuccelli Danilo, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil, 1998.  

Dubet François, « Plaidoyer pour l'intervention sociologique », in Vrancken Didier et Kuty Olgierd (dirs.), La sociologie et l’intervention. Enjeux et perspectives, Bruxelles, De Boeck Université, 2001, p.89-110.

Karpik Lucien, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.

Martuccelli Danilo, Forgé par l’épreuve, Paris, Colin, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Wachsberger, « La société singulariste », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 février 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/681

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Wachsberger

jwachsberger@ensae.orgPrag en sociologie – CERIES – Université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page