Navigation – Plan du site

Les ressorts sociaux de l’indignation militante

L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière
Social determinants of activist indignation. The commitment in a departmental collective of the Réseau éducation sans frontière
Lilian Mathieu

Résumés

Les enseignants et parents d’élèves qui s’engagent au sein du Réseau éducation sans frontière (RESF) entendent exprimer leur indignation devant le sort que l’État français réserve aux enfants et jeunes scolarisés étrangers en situation irrégulière. Cette indignation ne peut être posée en principe d’explication de l’engagement, mais doit elle-même faire l’objet d’une analyse. C’est ce qu’entreprend l’article, sur la base d’une enquête par observations et entretiens auprès de militants d’un collectif RESF d’un département de province. Il montre tout d’abord que les ressorts sociaux de l’indignation sont à rechercher dans la trajectoire et la socialisation des agents, qui les a dotés de dispositions critiques, d’appétences protestataires et d’une sensibilité aux enjeux scolaires et de discriminations, qu’ils ont transposées dans leur engagement au sein de ce collectif. L’attachement à une école à laquelle ils doivent leur ascension sociale, une humeur critique issue d’un rejet précoce de leur éducation religieuse, l’influence de modèles familiaux de désobéissance ou encore une expérience douloureuse de l’altérité marquent ainsi les trajectoires de bon nombre de ces militants. L’article montre ensuite que l’indignation connaît des expressions différenciées selon les modes d’entrée dans la cause (perçue en termes généraux ou incarnée dans des personnes identifiées) et le degré préalable de compétence militante. Il montre enfin comment la poursuite de l’engagement au sein du réseau suppose un travail émotionnel spécifique, composante majeure de l’apprentissage militant.

Social determinants of activist indignation. The commitment in a departmental collective of the Réseau éducation sans frontière

Teachers and parents who mobilize in the Réseau éducation sans frontière (Network for education without borders) aim to express their indignation towards the policies the French State adopts towards children and young pupils who are undocumented migrants. Indignation can not be taken as the explanation of their mobilization, but must be analyzed as such. That is what the paper does, on the basis of observations and interviews with resf activists from a provincial collective. The study first shows that the determinants of their indignation, and of their mobilization in the collective, can be found in their social trajectories and socialization, that endowed them with critical dispositions, inclinations to protest and sensitivity to discrimination and schooling issues. An attachment to the educational institution to which they owe their social mobility, a critical mood that stems from their precocious rejection of their religious education, the influence of family inherited models of disobedience, or a painful experience of otherness, can be found in the trajectories of many of those activists. The article then shows that their indignation is differently expressed according to the way the activists have joined the cause (whether it has been perceived in general terms or singularized in identified persons) and their previous level of activist skills. It also shows that maintaining the involvement in the movement needs an emotional work, which is one of the main components of the activist learning.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les ressorts sociobiographiques de l’engagement
Un recrutement à dominante éducative et féminine
Les effets de la socialisation familiale
Une défiance à l’égard de l’institution religieuse
Des expériences marquantes
Différentes modalités d’engagement
Une entrée par le général
Une rencontre du singulier en terreau favorable
Efficacité et limites de l’entrée par le singulier
Parcours militants et travail émotionnel
Division du travail militant et gestion des émotions
Parcours et apprentissages
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les émotions sont depuis peu redevenues une dimension privilégiée de la sociologie politique (e.g. Marcus, 2008), et spécialement de l’étude du militantisme et des mouvements sociaux. « Redevenues », car c’est en prenant le contre-pied du postulat d’irrationalité des mobilisations collectives de l’ancienne psychologie des foules, et par extension en refusant toute prise en compte des états affectifs des contestataires, que ce domaine de recherche s’est constitué à partir de la fin des années 1960. Dans le sillage d’Olson (1978) et de son présupposé de rationalité de l’action protestataire, les analystes ont le plus souvent pris soin d’écarter les affects de leurs modèles. Si cette attitude a indéniablement contribué à asseoir la scientificité de ce domaine de recherche, elle s’est révélée au fil du temps de plus en plus intenable et a conduit certains des spécialistes les plus éminents à redonner toute leur place à des émotions telles que la colère, l’indignation ou la peur dans la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Les ressorts sociaux de l’indignation militante », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/587

Haut de page

Auteur

Lilian Mathieu

lmathieu@ens-lyon.frDirecteur de recherche cnrs – Groupe de recherche sur la socialisation – ens de Lyon - 15, parvis Descartes - bp 7000 – 69342 Lyon Cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page