Navigation – Plan du site

La fortune du « ghetto »

Réflexions critiques à partir d’un ouvrage récent (Luc Bronner, La loi du ghetto. Enquête sur les banlieues françaises, Paris, Calmann-Lévy, 2010)
Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli
Référence(s) :

Luc Bronner, La loi du ghetto. Enquête sur les banlieues françaises, Paris, Calmann-Lévy, 2010

Entrées d’index

Mots-clés :

Banlieues, Ville, Violence

Keywords :

Suburbs, City, Violence
Haut de page

Texte intégral

Couverture de Luc Bronner, La loi du ghetto
  • 1 D. Lapeyronnie, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert (...)

1La loi du ghetto. Enquête sur les banlieues françaises a été publié en mars 2010 aux éditions Calmann-Lévy. Son auteur, Luc Bronner, est journaliste au Monde. Il a commencé à travailler pleinement sur les banlieues parisiennes au moment des émeutes de novembre 2005. Depuis, il a « couvert » pour ce journal la plupart des « événements des banlieues » sous l’angle des émeutes, de la délinquance et des opérations policières. Il a ainsi accumulé de très nombreux contacts, observations et entretiens avec des élus, des policiers, des habitants, des responsables associatifs et des sociologues. Il a également lu beaucoup de travaux des sociologues, en particulier l’ouvrage de Didier Lapeyronnie 1. En 2007, L. Bronner a reçu le prix Albert Londres (la plus prestigieuse des récompenses dans la presse écrite) pour une série d'articles sur « les jeunes et la banlieue ». Dans le fonctionnement actuel des médias, cette possibilité de se spécialiser plusieurs années durant sur un sujet, en toute indépendance, et de le nourrir sans obligation de production quotidienne de « sujets », est un luxe et un privilège de plus en plus rarement accordé à des journalistes. L. Bronner l’a donc amplement mis à profit et il en tire aujourd’hui ce livre qui déclare vouloir « Décrire, montrer, témoigner de la ghettoïsation de certains quartiers. En comprendre les ressorts, les causes et les conséquences. Raconter, ne rien masquer » (p. 21). Terrain, réalisme et refus du politiquement correct sont les composantes du credo sincère de l’auteur. Nous en décrirons le contenu avant d’en approfondir l’analyse critique car, malgré ses évidentes et nombreuses qualités d’observation et d’analyse, ce livre n’échappe pas à certains travers du regard des journalistes sur la banlieue et aux limites d’une vision « ethnicisée » des problèmes aujourd’hui très partagée parmi les élites françaises.

Les propositions de constat du livre

2Le premier chapitre est intitulé « Automutilation », il veut mettre en évidence l’omniprésence de la mort. La plupart des personnes que l’auteur a rencontrées ont au moins un membre de leur famille ou un ami qui est mort de façon violente. Le sentiment d’insécurité serait omniprésent, à tous les âges, entraînant aussi le vote d’extrême droite des familles ouvrières d’origine française. Le ton est donné.

  • 2 Le postulat est que ces jeux vidéos où l’on peut « jouer à la guerre », jouer à la course-poursuite (...)

3Le deuxième chapitre est intitulé « Hormones ». La cité est un monde d’adolescents, leurs normes (à commencer par leur argot, le verlan) sont omniprésentes et s’imposent à tous les jeunes. La thèse centrale du livre est déjà énoncée page 51 : « la crise des banlieues, dans sa forme la plus visible, la plus spectaculaire, est d’abord une banale crise d’adolescence, une histoire d’hormones qui agitent les garçons. Mais un phénomène amplifié par le nombre et par la faiblesse des contre-pouvoirs parentaux, eux-mêmes déstabilisés par le chômage, la non-maîtrise de la langue, la difficulté à surveiller les familles nombreuses ou, au contraire, la fragilité des mères isolées. Laissez le pouvoir à des adolescents ? Ils le prennent, quel que soit l’endroit où ils vivent ». L’auteur ajoute qu’il s’agit de garçons connaissant une misère sexuelle (p. 57), qui du reste se calment généralement par la suite en se mariant. Suit un assez long passage sur les jeux vidéo (p. 62-65) qui laisse perplexe même s’il fait partie des clichés ordinaires sur les adolescents d’aujourd’hui 2.

  • 3 D. Duprez, M. Kokoreff, Les mondes de la drogue. Usages et trafics dans les quartiers populaires, P (...)

4Le chapitre 3 est consacré au « bizness ». L. Bronner y décrit une réalité que l’on connaît bien à travers des recherches sociologiques comme celles de Dominique Duprez et Michel Kokoreff, auteurs étrangement jamais cités dans le livre (qui passe pourtant en revue la plupart des sociologues ayant écrit ces dernières années sur les quartiers populaires) 3. Avec d’autres, l’auteur s’interroge : « Les quartiers tolèrent ces activités. La police aussi, en réalité, quoi qu’en disent les ministres de l’Intérieur successifs. Une tolérance évidente si l’on observe l’immense décalage entre les connaissances accumulées sur les réseaux et le faible nombre d’interventions » (p. 73-74). L’explication serait que le bizness maintient en vie les quartiers, comme le marché noir à la Libération dit le député socialiste Dominique Raimbourg cité à ce moment du texte. Le contexte de pauvreté est alors rappelé en quelques phrases. « Une maman qui achète un scooter à son fils, ça existe pas ici », dit un jeune (p. 83).

  • 4 M. Pinçon, M. Pinçon-Charlot, Les ghettos du Gotha, Paris, Seuil, 2010.

5Le chapitre 4 est intitulé « Les frontières ». Plusieurs problématiques s’y mélangent. Celle des frontières entre quartiers riches et pauvres d’une même ville, celle des frontières entre quartiers pauvres qui s’affrontent, parfois régulièrement. Le regard demeure toutefois centré sur les processus endogènes aux quartiers populaires, décrits comme des mondes clos, ce qui est en partie vrai mais ne leur est pas propre : il existe également des « ghettos de riches », autant sinon plus fermés sur eux-mêmes, y compris dans une certaine omerta sur les pratiques délinquantes (la fraude et l’évasion fiscales par exemple) 4. Dès lors, comment le « ghetto » est-il aussi (surtout ?) construit par l’extérieur, par les autres mondes sociaux ? Ceci n’est hélas pas vraiment exploré.

6Le chapitre 5 est intitulé « Les hiérarchies invisibles ». La première concerne les rapports entre générations. On y retrouve la thèse centrale du livre, dans toute sa radicalité : « Là où, habituellement, les parents, l’école, la police, le maire, régulent assez naturellement les activités sociales, certaines cités subissent l’émergence de pouvoirs concurrents, notamment celui des adolescents et des jeunes adultes. […]. l’ordre social et générationnel est inversé : ce ne sont plus les jeunes qui bénéficient d’une permission de minuit ; ce sont les adultes qui disposent d’une forme de tolérance, parce que appartenant au quartier » (p. 115). L’auteur écrit même que « Ce qui est un attachement [aux parents] est le second signe d’un renversement de l’autorité et des pouvoirs : les jeunes protègent les parents, perçus comme trop soumis vis-à-vis de l’Etat, de la société » (p. 116). De là le fait que la pire humiliation et la pire rage viendraient de l’agression ou de l’humiliation de leurs parents. Autre frontière : entre les sexes. Les filles sont confinées dans l’espace privé par les adolescents. Et d’autres frontières encore apparaissent, qui rendent invisibles dans l’espace public certaines catégories de la population : les jeunes garçons qui réussissent à l’école (puis dans des études supérieures), les « vieux blancs » vivant dans le repli et la peur, les gardiens d’immeubles également, et puis les travailleurs sociaux, invisibles eux aussi.

  • 5 Pour notre part, nous avons pointé le fait que, dans la population émeutière interpellée par la pol (...)

7Le chapitre 6 aborde « Les tabous de l’immigration ». Il est le théâtre de l’unique mais révélateur dérapage de l’auteur. On ne fait ici que l’observer, pour essayer de le décrypter davantage tout à l’heure. Pour commencer, L. Bronner se réfère à nouveau à un sociologue, Hugues Lagrange, auteur d’une analyse statistique des émeutes de 2005 jugée « passionnante en ce qu’elle ne s’embarrasse pas des précautions oratoires et idéologiques d’une partie de la communauté scientifique » (p. 137). On retrouve le credo du livre. « Son constat est extrêmement dérangeant : le facteur le plus déterminant, dans l’analyse géographique des émeutes, est la proportion de familles de plus de 6 enfants dans les quartiers – ce qui constitue, dans les faits, un indicateur de la présence de familles issues de l’immigration, notamment celles d’Afrique noire » (p. 138). Ignorant les discussions que ce travail de notre collègue a pu susciter 5, l’auteur enchaîne ensuite directement sur les émeutes de Villiers-le-Bel en novembre 2007. Même si « leurs profils ne font pas une généralité », L. Bronner nous présente 4 hommes majeurs (âgés de 22 à 29 ans) poursuivis par la justice pour avoir tiré sur des policiers. Il s’agit en fait des membres de 2 familles dont le père serait polygame. Et ce n’est pas tout, l’un des quatre jeunes hommes a une épouse qui portait une Burka lorsqu’elle est venue témoigner au commissariat, ce qui constituerait : « un choix religieux, signe d’une forme d’intégrisme » (p. 140). Suivent néanmoins trois pages expliquent au fond que l’Islam, bien plus divers qu’on ne croît, n’est pas réellement le problème. Ce qui laisse perplexe sur le choix d’avoir pourtant mis en exergue cette anecdote, comme d’avoir choisi ces quatre profils là. Le chapitre élargit ensuite la discussion sur la concentration inédite des populations « d’origine étrangère » dans les quartiers populaires de la banlieue parisienne, et il se conclut sur l’idée que cette concentration poserait aujourd’hui des problèmes spécifiques qui seraient largement impensés, pris entre le discours raciste de l’extrême droite et le discours « généreux mais irréaliste » de la gauche. En effet : « si la France est probablement capable d’accueillir une partie de la ‘misère du monde’ pour détourner la célèbre formule de Michel Rocard, quelques dizaines de quartiers en France peuvent-ils y parvenir tout seuls ? L’histoire récente de ces quartiers montre que la réponse est négative » (p. 155). Des propos au final bien moins descriptifs que précédemment dans l’ouvrage, une sorte de concentré de clichés qui étonne et détonne. La suite est cependant de nouveau bien meilleure.

8Le chapitre 7 est intitulée « L’ombre médiatique ». L’auteur – qui décrit ici le comportement de ses collègues journalistes – y explique comment se posent les problèmes de la médiatisation des « violences urbaines ». Il souligne en particulier les relations de dépendance des journalistes à l’égard du ministère de l’Intérieur et des syndicats de police qui les informent quand ils veulent bien les informer, leur montrent ce qu’ils veulent bien leur montrer et exercent une forme de chantage en menaçant de ne plus informer si les reportages ne vont pas dans le bon sens (p. 173). Il n’hésite pas non plus à décrire la concurrence et la surenchère (y compris financière) entre journalistes (p. 163), de même que le non respect récurrent de la présomption d’innocence (p. 176-177). Le thème dominant, et particulièrement important, dans ce chapitre reste sans doute celui de la manipulation des journalistes par leurs sources officielles dont ils sont de plus en plus dépendants. Les drames de Clichy-sous-Bois et de Villiers-le-Bel reviennent pour clore le chapitre et illustrer cette instrumentalisation fréquente des médias par le pouvoir : « les autorités peuvent masquer des informations (nuits du 14 juillet, par exemple), les manipuler (prétendu cambriolage à Clichy), les instrumentaliser (violations tolérées du secret de l’instruction) ou les inventer (jeunes ‘connu des services de police’), l’isolement médiatique des ‘ghettos’ français est tel qu’elles n’en subissent jamais les conséquences » (p. 179).

  • 6 Jean-François Amadieu, Les élus issus de l’immigration dans les conseils municipaux (2001-2008), Pa (...)
  • 7 Accusé d’être un « délinquant multi-récidiviste » durant la campagne, Ali Soumaré a finalement remp (...)

9Tout aussi lucide parce que descriptif est le propos du chapitre 8 intitulé « Désert politique ». C’est même l’un des meilleurs chapitres de l’auteur, qui décrit bien le problème de la non représentation politique des habitants des quartiers populaires, l’instrumentalisation ponctuelle des leaders de quartier qui se heurtent ensuite au « plafond de verre » souligné par la réalisatrice Yamina Benguigui en 2006, les accusations et la stigmatisation du « communautarisme » qui ressort dès qu’une liste d’habitants de quartiers se constitue pour une élection locale. L’auteur reprend ici les résultats de l’étude de Jean-François Amadieu pour le Haut conseil à l’intégration en 2009 6 et cite des interviews qu’il a réalisés avec plusieurs figures de quartiers au cours de ses enquêtes en banlieue parisienne. Il souligne aussi les jeunesses parfois difficiles de certaines figures locales, qui leur vaut d’être tôt ou tard dénoncées pour leur casier judiciaire passé, réel ou supposé. Une triste illustration en était du reste fournie au moment même de la sortie de ce livre, avec l’« affaire Ali Soumaré » survenue durant la campagne pour les élections régionales de mars 2010 7.

  • 8 D. Dufresne, Maintien de l’ordre. Enquête, Paris, Hachette, 2007.
  • 9 Sur le même sujet, on lira aussi la thèse de Mathieu Rigouste (L'ennemi intérieur. La généalogie co (...)

10Le chapitre 9 est intitulé « L’ennemi intérieur ». L. Bronner y revient de nouveau sur les relations entre jeunes et policiers. Mais après de nouveaux passages décrivant la violence quotidienne et explosive de ces relations, le propos est surtout d’analyser ce que la police a mis en place ces dernières années pour la contenir : « une organisation exceptionnelle. Des moyens considérables. Comme si le gouvernement avait maintenu une forme d’état d’urgence policier qui prolonge, sans le dire, l’état d’urgence légal, mis en place par le gouvernement Villepin en novembre 2005, alors que l’Etat ne parvenait pas à faire face aux émeutes » (p. 212). L’analyse de L. Bronner rejoint et prolonge ici celle d’un autre journaliste de talent de sa génération, David Dufresne 8, pour décrypter les nouvelles techniques et doctrines du maintien de l’ordre façon banlieues françaises. Il souligne à quel point la préoccupation sécuritaire s’insinue désormais partout en banlieue : dans la construction des immeubles, la voirie, l’aménagement urbain, la « résidentialisation » (p. 219-224). Du Haussmann au 21ème siècle, « une guerre totale » conclut-il 9.

11La transition est habile avec le dixième et dernier chapitre intitulé « zones de non-droit(s) ». Il ne s’agit pas ici de décrire une fois encore les délinquances juvéniles, mais de rappeler l’empilement des lois sécuritaires depuis 2002, mais aussi 2001 (la loi « sécurité quotidienne » d’une gauche en panique après le 11 septembre 2001) et même 1993-1995 (les années Pasqua). Pour L. Bronner, c’est cela les zones de non-droits (au pluriel, donc) : « non pas pour dire que la loi ne s’appliquerait pas dans ces quartiers. Mais pour signifier que l’Etat de droit y est nettement plus menacé qu’ailleurs, même si le sujet n’intéresse pas les organisations de défenses des droits de l’Homme » (p. 247). Cette dernière affirmation étant toutefois pour le moins surprenante (la Ligue des Droits de l’Homme, par exemple, s’inquiète depuis longtemps de la dérive sécuritaire et y a consacré plusieurs numéros de sa revue Hommes & Libertés).

12En conclusion, l’auteur défend l’usage du mot « ghetto », « ce terme qui fait si peur à la République » (p. 249), parce que la situation est plus qu’alarmante. Il défend surtout une idée, celle qui a parcouru tout le livre, simple et forte : tirons les leçons de l’échec de la recette sécuritaire qui n’a réglé aucun problème, comme des programmes de rénovation urbaine de la politique de la ville, ni n’enrayent pas la ghettoïsation. Il faut « un changement complet de stratégie », il faut s’inspirer des idées anglo-saxonnes d’empowerment : redonner du pouvoir aux adultes pour qu’ils puissent défendre leurs intérêts, ce qui les responsabilisera et leur permettra de reprendre le contrôle de leurs vies et de leurs quartiers, mettant fin à « la domination adolescente » (p. 252). Pour cela, la société française doit dépasser sa peur du « communautarisme » et du « repli ethnique, identitaire », et ses notables ou élites locales doivent accepter de partager le pouvoir.

Quelle représentation du « ghetto » et de son avenir ?

  • 10 Ce que la quasi-totalité des chercheurs ayant écrit sur les émeutes de novembre 2005 ont souligné, (...)

13Si vivant, bien écrit, bien documenté et souvent juste soit-il, le livre de Luc Bronner demeure un livre de journaliste. La chose peut sembler aller de soi, mais il n’est pas sûr qu’elle contente l’auteur qui a beaucoup lu les sociologues et qui n’hésite pas à donner son avis, voire à distribuer quelques bons et mauvais points. A plusieurs reprises, il n’en donne toutefois qu’une vision simplificatrice, presque une sorte de cliché. Par exemple, « les émeutes de 2005 ont été présentées par l’extrême gauche et une partie de la recherche française comme l’ébauche d’un mouvement politique. Les RG, comme les observateurs de terrain, n’ont rien vu de tel » (p. 97). Ce qui est doublement simplificateur 10. Ou encore : « Des acteurs de terrain, y compris des maires de gauche, abordent frontalement la dimension culturelle de la crise des banlieues. Loin des précautions oratoires de l’élite intellectuelle et universitaire » (p. 149). On retrouve là la vieille image des intellectuels enfermés dans leur tour d’ivoire, par opposition à la « vérité du terrain ». La réalité est pourtant beaucoup moins simple car beaucoup d’acteurs du terrain n’en ont qu’une vision partielle, celle de leur vécu quotidien, dans la position qui est la leur, avec les lunettes professionnelles qui sont les leurs. Si l’observation d’aspects de la vie quotidienne est indispensable, la prise de distance réflexive ne l’est pas moins, souvent pour revenir au terrain explorer des dimensions moins visibles au premier abord. Le travail du journaliste ne peut pas être tout à fait celui du sociologue.

14De fait, des quartiers populaires L. Bronner ne met en exergue qu’une partie de la vie quotidienne, réelle mais très partielle. En ce sens, il n’échappe pas à l’une des caractéristiques de la façon ordinaire de travailler des journalistes : s’attacher au plus visible, au plus choquant, voire au plus spectaculaire. Ceci s’illustre dans la sélectivité des lieux comme dans celle des problématiques, et finalement dans la tonalité générale.

15Sur les lieux d’abord, L. Bronner prend exclusivement ses exemples dans certains des quartiers les plus durs de la banlieue parisienne, en particulier la banlieue nord (et notamment le fameux « 9-3 » - la Seine-Saint-Denis). Ce choix est volontaire. Il est une sorte de miroir grossissant, mais aussi déformant. Car il existe des centaines de quartiers populaires en grande difficulté à l’échelle nationale (rappelons que près de 300 avaient participé, à des degrés très divers, aux émeutes de 2005), mais qui ne « collent » pas forcément à l’image tendue à travers ce livre. Et ceci est loin d’être anecdotique car la dimension « ethnique », si centrale dans ce livre, se pose moins dans d’autres territoires. Du coup, on y aperçoit sans doute mieux d’autres facteurs moins visibles.

  • 11 Voir par exemple V. Le Goaziou, L. Mucchielli, dir., Quand les banlieues brulent. Retour sur les ém (...)

16Sur les problématiques, donc, à présent. Dans son chapitre sur les médias, l’auteur critique à juste titre « la fascination pour la voiture qui brûle » (p. 164). Mais y a-t-il lui-même échappé ? Du premier au dernier chapitre, ce livre trahit aussi une sorte de fascination pour la façon dont les adolescents occupent l’espace public des cités, en particulier pour les violences qu’ils peuvent commettre, empêchant de voir ou de réellement travailler d’autres dimensions de la vie des cités, empêchant de décrire la vie du reste des autres habitants – hommes et femmes, jeunes et vieux – autrement que comme prisonnière de l’emprise des adolescents. Pire : cette violence adolescente est régulièrement présentée comme « gratuite » ou « irrationnelle ». « Haine brute, sans raison. Sans origine, sans objectif », lit-on encore page 102. Dès lors, tout contexte disparaît, tous les problèmes, ou presque, sont relégués au second plan. Relégués les énormes problèmes d’échec scolaire, l’incroyable niveau du chômage des jeunes, les précarités sur tous les plans, les conséquences des discriminations, les relations exécrables avec la police 11. Certes, des chiffres sont donnés à plusieurs endroits. Mais ils ne sont que produits comme tels, ils ne sont pas travaillés, c’est-à-dire explorés dans leurs conséquences et dans leurs relations entre eux. Quelles conséquences ont-ils sur la vie quotidienne des familles et de leurs enfants ? Comment se fabrique l’engrenage de la délinquance ? Pourquoi les parents ont-ils tant de difficultés à faire face ? Comment les frustrations, les humiliations et les rancœurs accumulées tout au long de l’année explosent-elles dans l’émeute ? Tout ceci n’est pas expliqué, ni même réellement discuté. C’est juste mentionné. Au fond, à quoi sert d’annoncer que « la ‘crise des banlieues’ est un télescopage entre des crises globales – l’urbanisme, le chômage, la précarité, l’immigration, etc. – et des destins individuels, des itinéraires personnels » (p. 21) si, en réalité, l’ouvrage consiste à démontrer que « la crise des banlieues, dans sa forme la plus visible, la plus spectaculaire, est d’abord une banale crise d’adolescence, une histoire d’hormones qui agitent les garçons (p. 51) ? Une fois encore, on en reste au niveau du visible, on ne voit plus que ces jeunes qui occupent l’espace public, du milieu de la journée à tard dans la nuit. Même le problème de l’abandon politique des quartiers populaires, si bien traité dans le chapitre 8, est finalement déconnecté du reste. Puisque l’on en revient à la fin au message de fond, martelé de bout en bout : le problème serait « la prise de pouvoir d’une jeune génération nihiliste, sans projet politique » (p. 252). Or comment ces jeunes (et leurs parents !) pourraient-ils construire des projets politiques s’ils ne sont représentés et soutenus politiquement par personne ?

  • 12 Comme le remarque Etienne Balibar, « plus que jamais peut-être le principe de la race ou de la ‘rac (...)

17Tout contexte disparaît « ou presque », disions-nous. Car, en réalité, il n’est qu’un seul facteur – hors le poids démographique de l’adolescence – qui est constamment mis en exergue : le facteur migratoire, pour ne pas dire le facteur racial. C’est bien ce qui ressort massivement de ce tableau : le ghetto, ce sont les immigrés « non-Blancs ». Le ghetto, ce sont des familles africaines trop nombreuses, des familles polygames et des « choix religieux, signe d’une forme d’intégrisme » (chapitre 6). L’ethnicisation ou la racialisation, c’est la tendance à décrire des mécanismes collectifs (comportements, attitudes, représentations, opinions) comme produit de « l’origine » des individus 12. On a déjà dit, le dérapage sur ce seul point d’un auteur pourtant fort intelligent et documenté illustre la profondeur de cette représentation ethnicisée des problèmes. Or il nous semble que, dans son versant ethnique, la thèse du « ghetto » opère une sorte d’OPA sur les intentions individuelles et collectives des populations visées. Car il ne suffit pas de constater la concentration raciale et la vie communautaire des minorités pour parler de « ghetto ». Il faudrait également être capable de démontrer – et pas seulement suggérer – quelles en sont les conséquences : en quoi cela fabrique t-il un fonctionnement différent de celui des quartiers populaires peuplés de pauvres non issus des immigrations récentes, pour lesquels sont préférées les expressions « cités ouvrières » ou « quartiers populaires » ? Le paradigme du « ghetto » traduit une vision du monde social qui s’inquiète davantage du regroupement ethnique que de la concentration de la pauvreté. Certes les deux aspects sont étroitement imbriqués, mais la désindustrialisation brutale de certains territoires du Nord ou de l’Est, ou bien le déclin rapide de certaines zones rurales, ont créé des poches de pauvreté parfois encore plus terribles qu’Aulnay-sous-Bois ou Mantes-la-Jolie sans que l’on y théorise pour autant le « ghetto ». Les voitures n’y brûlent guère et la population, ancienne, appartient au groupe majoritaire. Mais est-ce là tout ? Qu’on nous comprenne bien : il ne s’agit pas de nier que les dimensions raciales contribuent à définir les identités et les attitudes individuelles et collectives ; tout l’y encourage actuellement, et la stigmatisation ne peut que susciter la contre-stigmatisation, le racisme susciter le contre-racisme. Mais pourtant est-ce là le tout, ou même le fond du problème ? Finalement, est-ce que la concentration des minorités est plus « inquiétante » que la concentration des misères ? En quoi la « race » empire ou transforme t-elle la pauvreté ? En quoi transforme t-elle la question ancienne et classique de la délinquance, de même que ses facteurs anciens et classiques que sont les fragilités des familles, la taille des fratries, l’échec scolaire, le déficit d’insertion professionnelle, l’influence de l’environnement résidentiel « criminogène » ? Tout cela ne date pas d’hier. Tout cela ne date pas des dernières vagues d’immigration. Les recherches menées dans la plupart des pays occidentaux l’ont mis en évidence tout au long du 20ème siècle et toujours aujourd’hui.

La « demande de ghetto », une rationalisation du sentiment d’impuissance ?

  • 13 Voir les rapports annuels de l’Observatoire des zones urbaines sensibles (http://www.ville.gouv.fr/ (...)
  • 14 F. Dubet, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.

18Ainsi le ghetto immigré constitue bien l’image dominante que le lecteur garde après avoir refermé ce livre pourtant riche et souvent très juste. Le but fondamental est bien du reste d’alerter sur « la bombe à retardement des ghettos ethniques » (p. 143). Et en ce sens, le livre est réussi. Il connaît du reste un réel succès, notamment auprès des élus et acteurs locaux. Ce qui peut selon nous assez aisément se comprendre. Le ghetto comme paradigme à prétention sociologique nous semble rencontrer une « demande de ghetto », à savoir une lecture du monde social et une philosophie de l’action publique entérinant un retour de la race perçue comme l’aveu d’échec des politiques d’intégration et des politiques de la ville ainsi que comme une menace globale pour la cohésion sociale. Cette demande peut se comprendre comme un effet de la dégradation socio-économique forte et continue 13, de l’épuisement des institutions de socialisation, d’encadrement et d’émancipation 14, du désengagement de l’Etat, du durcissement des rapports sociaux et de certaines formes de violences, de la banalisation de certains délits rémunérateurs (trafics, braquages, etc.) et du raidissement de la question raciale à tous les niveaux. Toutes ces évolutions ont fragilisé les populations et déstabilisé les institutions situées « en premières lignes ». Celles-ci, en perte de confiance et de légitimité, sont en quête d’une nouvelle lecture et de solutions. On comprend bien alors que le « ghetto » est une lecture, voire un refuge, mais offrant quelles solutions ?

  • 15 Appel qu’on ne peut que partager. Tous les travaux de recherche montrent depuis la fin des années 1 (...)
  • 16 Proche en cela, une fois de plus, du livre de Didier Lapeyronnie qui tend lui aussi à décrire un mo (...)
  • 17 Nous refusons pour notre part de parler de « ghetto », pour toutes ces raisons, qui s’ajoutent à d’ (...)
  • 18 N’est du reste pas non plus cité le livre de M. Kokoreff, La force des quartiers. De la délinquance (...)

19Malgré son appel final à favoriser (enfin) l’empowerment à travers la politique de la ville 15, il nous semble que le succès de ce livre, et le succès du terme « ghetto », repose au fond beaucoup sur la noirceur du tableau qu’il décrit volontairement 16, et sur l’espèce de justification qu’il fournit de ce fait à un sentiment d’impuissance très répandu aujourd’hui parmi les acteurs de terrain 17. Pas un mot n’est écrit sur les ressources des quartiers, qui servirait de base au développement de ces processus d’empowerment 18. Dès lors le risque est réel que, malgré l’intention louable et sincère de l’auteur, loin d’encourager la poursuite de la lutte contre tous les mécanismes qui concourent au processus de ghettoïsation, son livre conforte chez beaucoup de ses lecteurs l’idée que les habitants sont au fond les principaux responsables de leur malheur, comme les parents sont les principaux responsables du devenir de leurs enfants. Or si cette idée domine progressivement les consciences, on voit mal quelles alternatives les pouvoirs publics et les acteurs locaux seront capables d’opposer aux recettes sécuritaires de court terme. On voit mal quelles raisons d’espérer et quelle force d’agir ils en retireront pour les années futures.

Haut de page

Notes

1 D. Lapeyronnie, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008.

2 Le postulat est que ces jeux vidéos où l’on peut « jouer à la guerre », jouer à la course-poursuite avec la police, ont un impact direct sur le comportement des adolescents qui ne distingueraient plus le réel de la fiction. L. Bronner exprime d’abord sa propre subjectivité : « Au milieu de ces violences, je n’ai cessé d’avoir peur et de penser à des jeux vidéo grandeur nature » (p. 62). Puis il ajoute que « les policiers, les éducateurs et les élus s’en inquiètent ouvertement ». Pourtant, il faut toujours rappeler que ce sont des millions d’adolescents qui jouent à ces jeux, et que l’immense majorité d’entre eux perçoit très bien la différence d’avec la réalité. Ces jeux ne peuvent donc pas être une explication en soi de tel ou tel problème individuel.

3 D. Duprez, M. Kokoreff, Les mondes de la drogue. Usages et trafics dans les quartiers populaires, Paris Odile Jacob, 2000

4 M. Pinçon, M. Pinçon-Charlot, Les ghettos du Gotha, Paris, Seuil, 2010.

5 Pour notre part, nous avons pointé le fait que, dans la population émeutière interpellée par la police et déférée devant la justice en Seine-Saint-Denis, ce sont les jeunes « d’origine maghrébine » qui étaient les plus nombreux (A. Delon, L. Mucchielli, « Qui étaient les mineurs émeutiers de novembre 2005 ? », Melampoulos. Revue de l’Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille, 2007, 10, p. 97-104).

6 Jean-François Amadieu, Les élus issus de l’immigration dans les conseils municipaux (2001-2008), Paris, Haut conseil à l’immigration, 2009.

7 Accusé d’être un « délinquant multi-récidiviste » durant la campagne, Ali Soumaré a finalement remporté les élections dans le Val D’Oise avec 57,5 % des voix, face à son principal accusateur, Axel Poniatowski (député-maire UMP, fils de l'ancien ministre Michel Poniatowski). A Villiers-le-Bel où il habite depuis l’âge de 6 ans, Ali Soumaré a même réalisé près de 72 % au second tour.

8 D. Dufresne, Maintien de l’ordre. Enquête, Paris, Hachette, 2007.

9 Sur le même sujet, on lira aussi la thèse de Mathieu Rigouste (L'ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2009) ainsi que le tout récent livre d’un journaliste indépendant, Hacène Belmessous (« Opération banlieue ». Comment l’Etat prépare la guerre urbaine dans les cités françaises, Paris, La Découverte, 2010).

10 Ce que la quasi-totalité des chercheurs ayant écrit sur les émeutes de novembre 2005 ont souligné, c’est la signification politique de cette révolte. Mais aucun – à notre connaissance – n’y a vu un quelconque « mouvement politique » même embryonnaire. Le propre des émeutes est en effet, aujourd’hui comme dans les siècles passés, d’être une révolte spontanée et inorganisée, exprimant cependant avec rage un mécontentement qui a bien un contenu politique au sens où il exprime des raisons précises et porte des jugements sur la société (un bilan récent de ces travaux dans L. Mucchielli, « Les émeutes urbaines dans la France contemporaine », in Mucchielli L., Crettiez X., dir., La violence politique en Europe. Etat des lieux, Paris, La Découverte, 2010, p. 141-176). Deuxième inexactitude : les sociologues se sont trouvés, pour une fois, plutôt en accord avec le rapport des RG qui, tel qu’en partie ébruité dans le journal Le Parisien du 7 décembre 2005, diagnostiquait « une forme d’insurrection urbaine non organisée », animée par des jeunes « habités d’un fort sentiment identitaire ne reposant pas uniquement sur leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale d’exclus de la société française ».

11 Voir par exemple V. Le Goaziou, L. Mucchielli, dir., Quand les banlieues brulent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La découverte, 2ème éd. Augmentée 2007 ; et C. Avenel, Sociologie des quartiers sensibles, Paris, A. Colin, 3ème éd., 2010.

12 Comme le remarque Etienne Balibar, « plus que jamais peut-être le principe de la race ou de la ‘racialisation‘ s’impose socialement et culturellement, en particulier comme principe généalogique, et de représentations qui rapportent à l’origine et à la descendance des « mentalités » ou des « aptitudes » individuelles et collectives supposées » (E. Balibar, « Le retour de la race », Mouvements, mars 2007, URL : www.mouvements.info/Le-retour-de-la-race.html). Dans son dernier ouvrage, Amartya Sen critique également cette tendance à la « miniaturisation de l’être humain » que produit fatalement la « division du monde en termes de religion et de civilisation » (A. Sen, Identité et violence, Paris, Odile Jacob, 2010, p. 10-11).

13 Voir les rapports annuels de l’Observatoire des zones urbaines sensibles (http://www.ville.gouv.fr/?-Observatoire-national-des-ZUS-) et les données locales en partie recensées par le Système d’information géographique de la politique de la ville (http://sig.ville.gouv.fr).

14 F. Dubet, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.

15 Appel qu’on ne peut que partager. Tous les travaux de recherche montrent depuis la fin des années 1970 que c’est ce fameux volet de la « participation des habitants » qui n’a jamais été vraiment réalisé.

16 Proche en cela, une fois de plus, du livre de Didier Lapeyronnie qui tend lui aussi à décrire un monde homogène, des habitants uniformément enfermés dans la « culture du ghetto » et des quartiers sans ressources sur lesquelles s’appuyer (voir la critique de M. Kokoreff, « Ghettos et marginalité urbaine. Lecture croisée de Didier Lapeyronnie et Loïc Wacquant », Revue française de sociologie, 2009, 3, p. 553-572). Ce qui ne signifie pas que nous mettions les deux livres sur le même plan, car le sociologue décrit des « logiques d’action », non des territoires figés.

17 Nous refusons pour notre part de parler de « ghetto », pour toutes ces raisons, qui s’ajoutent à d’autres (cf. la récente note du Centre d’analyse stratégique : M. Boisson, C. Collombet, « Des ‘ghettos’ français : abus de langage ou réalité ?, Note de veille, n°178, juin 2010). Lorsque l’on cherche cependant à alerter sur des risques, nous parlons de « processus de ghettoïsation » pour décrire des mécanismes et caractériser des tendances d’évolution.

18 N’est du reste pas non plus cité le livre de M. Kokoreff, La force des quartiers. De la délinquance à l'engagement politique, Paris, Payot, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli, « La fortune du « ghetto » », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2010, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://sociologie.revues.org/506

Haut de page

Auteurs

Laurent Mucchielli

CNRS, Cesdip

Articles du même auteur

Marwan Mohammed

CNRS, Centre Maurice Halbwachs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page