Navigation – Plan du site

Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago

Paris, Seuil, coll. « Liber », 2010, 339 pages
Sébastien Bauvet
Référence(s) :

Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2010, 339 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Travail, Précarité

Keywords :

Work, Precariousness
Haut de page

Texte intégral

Couveture de Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité

1Le monde de l’intérim produit depuis les années 1970 l’une des « nouvelles formes d’emploi » que les entreprises considèrent comme un recours indispensable pour assurer leur flexibilité. Conséquence d’un impératif économique, ce dispositif ferait converger emplois « nécessairement » intermittents et travailleurs « destinés » à cette intermittence. L’observation sociologique de la réalité du travail intérimaire révèle ses effets en termes de précarité, mais également des logiques qui détonnent de cet idéal de rationalité. Restituant une partie de sa thèse soutenue en 2007, Sébastien Chauvin signe un ouvrage de recherche sur les agences d’intérim spécialisées dans le secteur de l’industrie légère à Chicago. Agences dites de day labor, leur spécificité est d’employer et de fournir aux entreprises clientes une main-d’œuvre au jour le jour. Elles constituent pour les donneurs d’ordre l’outil consacré de leur flexibilité quantitative externe. En s’attachant à montrer les mécanismes de contrôle de la mobilité des salariés dans les agences et sur les sites, en contradiction avec le modèle d’ajustement « naturel » de l’offre et de la demande sur le marché du travail, l’auteur contribue à une meilleure compréhension d’un jeu perçu depuis longtemps comme inégal. Au cours d’une enquête de deux ans, il s’est notamment livré pendant douze semaines à une ethnographie des sites de travail (quatre usines) et surtout des lieux d’embauche (essentiellement deux agences), par la méthode de l’observation participante « cachée ». Il a donc vécu le quotidien de travailleurs journaliers recrutés parmi les franges les plus socialement défavorisées de la population, qui, avant même d’accéder au travail, passent l’épreuve de l’attente dans la salle de dispatch de l’obtention d’une inscription sur le ticket, la liste des intérimaires envoyés à l’usine par l’agence pour une mission.

2S. Chauvin questionne en tant qu’ethnographe l’utilité d’une agence d’intérim aux États-Unis « lorsque, comparativement aux autres pays de l’OCDE, la plupart des contraintes portant sur le contrat de travail ont été levées, et lorsque les économies de coût du travail obtenues en y ayant recours restent modérées, et pourraient de plus, en théorie, être obtenues pour une grande part sans faire appel à l’intermédiation » (p. 25). À partir de cette question de recherche, le sociologue, réfutant l’idée d’un marché secondaire du travail fonctionnant librement sous un régime de flexibilité, décrit, dans la lignée des travaux d’Alain Morice et de Nicolas Jounin, des mécanismes de captation de main-d’œuvre comme des régimes de mobilisation au travail paternalistes et place au cœur de l’analyse l’influence du régime de citoyenneté sur le rapport au travail. Pour lui, « les agences se présentent à bien des égards comme une ‘solution institutionnelle’ de fortune inventée à la va-vite par les acteurs industriels locaux afin de remédier du mieux qu’ils le peuvent à un désajustement malencontreux, pensé comme provisoire, entre la législation fédérale sur l’immigration et les ‘besoins’ de l’‘économie’. Mais elles apparaissent aussi à l’analyse ethnographique comme l’instrument organisationnel ‘idéal’ mis en place par ces mêmes acteurs pour obtenir des travailleurs précaires, dans ce qui pourrait s’assimiler à un ‘non-compromis’ postfordiste, à la foi le beurre de leur ‘contingence’ et l’argent du beurre de leur subordination. » (p. 330) Cette recherche non seulement décrit et analyse la relation triangulaire au travail, entre l’employeur de droit (l’agence de day labor), l’employeur final (l’usine) et le journalier, mais appréhende également les logiques sociales qui à la fois fondent et reproduisent cette relation. Les quatre premiers des six chapitres ont vocation à rendre intelligible le processus d’embauche et les enjeux qui le traversent. Quelle est la population concernée par cette frange du marché du travail déqualifié ? En quoi l’agence n’enregistre pas seulement l’existence d’une main-d’œuvre dominée mais contribue également à sa déqualification en produisant un rapport social spécifique ? Dans quelle mesure l’organisation du dispatch et les effets de l’attente d’un ticket à l’agence, érigent cette dernière en institution de contrôle de la main-d’œuvre journalière ? Un cinquième chapitre, en rupture avec la trame ethnographique du livre, revient sur l’histoire des syndicats et des agences d’intérim aux États-Unis, et implicitement permet de comprendre combien, pour les journaliers, les espaces d’investissement autres que les lieux de travail et d’emploi sont difficiles d’accès. Alors le dernier chapitre, qui explore le quotidien des journaliers à l’usine, confirme que pour ces derniers la mobilisation dans le travail s’impose comme issue privilégiée, autrement dit que la lutte contre la disqualification sociale passe par l’acceptation de la déqualification.

3Les sous-prolétaires noirs et les immigrés sans-papiers constituent la majorité des travailleurs journaliers. Pour S. Chauvin, ces deux groupes dépendant de deux « régimes de domination civique » (p. 35) et sont soumis à deux « régimes d’inemployabilité » : les « sans-papiers non-autorisés et pourtant reconnus », et les « hommes noirs autorisés et pourtant non-reconnus » (p. 45). Les propriétés sociales de ces deux catégories les distinguent mais leur confrontation dans les agences est plus complexe : en réalité, les Noirs et les Latino-américains sont en concurrence visible mais pas nécessairement directe, en fonction des réseaux mobilisés et des agences fréquentées, que les entreprises choisissent d’ailleurs en fonction de leurs « besoins ». En creux, si le « régime de vérité ethnoracial » (p. 89) apparaît comme une arme de stigmatisation et de distinction employée par une partie des journaliers dans les salles de dispatch, c’est la réalité statutaire qui se confond en partie avec les « origines » sur laquelle s’appuient les employeurs pour fonder leurs stratégies de recrutement. Les postes de travail ne sauraient être décrits indépendamment de leurs titulaires – même temporaires. Les propriétés sociales des candidats à l’embauche prennent la forme d’un « capital humain négatif » (p. 103) à trois dimensions (qualités explicitement négatives, déficit de qualités positives et qualités valorisées ailleurs mais déniées dans les agences), que les agences « reconnaissent » sans qu’émanent pour autant les signes positifs habituellement associés à l’embauche. Saisi par le « vide » qui caractérise ce moment, S. Chauvin propose, dans le prolongement du concept de « rite d’institution » de Pierre Bourdieu, celui de « rite d’institution négatif », faisant de l’embauche non plus seulement un « passage chronologique du travailleur d’un statut de candidat à un statut d’embauché » mais également « le marquage de la frontière entre ceux qui sont susceptibles de connaître le rituel et les autres, ceux auxquels sont réservés des rituels plus qualifiants » (p. 111). Les actes symboliques ont autant d’effets d’institution dans le temps que de séparation dans l’espace social. Ces rites d’institution négatifs, en miroir du « capital humain négatif », dévoilent des « propriétés proprement négatives […] des propriétés complémentaires du rite positif […] des propriétés dénégatives » (p. 130). Si le concept aurait mérité un plus ample développement théorique, son application dans la dissection du processus d’embauche est tout à fait éclairante. Euphémisation inversée des composantes ordinaires de l’embauche (non-CV, non-entretien), focalisation sur l’histoire négative des individus (passé judiciaire, consommation de psychotropes, etc.), naturalisation des compétences, rien ne vient valoriser le travailleur journalier qui, tant qu’il demeure en contact physique régulier avec l’agence, reste donc intermittent sur le lieu de travail.

4Avant le lever du soleil et la journée de travail jamais garantie, les journaliers passent l’épreuve de l’attente à l’agence qui, plus que la contingence désagréable de la distribution du travail, constitue un acte de « disposition » au travail qu’il leur faut déjà gérer pour augmenter les chances de figurer sur un ticket. Le dispositif du dispatching inclut parfois une liste d’inscription qui avive l’obligation de se rendre le plus tôt possible à l’agence pour s’inscrire. Toutefois, les effets produits par la liste sur les journaliers – captation, implication et apaisement – restent différenciés selon certains avantages : posséder un véhicule (puisque l’agence organise le transport des intérimaires) ou être envoyé à l’agence par l’usine. S. Chauvin analyse ainsi l’« économie morale de l’attente » (p. 177) de la salle de dispatch, où les journaliers subissent les injonctions paradoxales de patience et de motivation. Ce maintien paradoxal de la main-d’œuvre potentielle dans l’incertitude sur les lieux-mêmes de l’embauche – qui constitue un acte de déqualification préalable – fonde à considérer l’agence de day labor comme un « espace de rétention économique, de stockage physique et institutionnel de la main d’œuvre » (p. 147). Les travailleurs apparaissent enfermés dans un statut de marchandise ne pouvant par marchander, à la nuance près que cette relation de domination coexiste avec la fréquentation plus ou moins directe du « dispatcheur ». S. Chauvin en vient à typifier les positions vis-à-vis de l’agence, qui prennent dans un premier temps trois formes : les casual temps (occasionnellement embauchés), regular temps (régulièrement embauchés) et permatemps. Ces derniers sont peu visibles à l’agence puisqu’ils constituent la frange des intérimaires qui travaillent depuis longtemps pour la même agence dans la même usine, autrement dit qui ne subissent plus les épreuves liées à la salle de dispatch. Pour les autres, il est notamment nécessaire d’« investir » dans le dispatcheur, appréhendé comme dispositif et comme personne, comme « pivot » (p. 202) des relations entre l’agence et l’usine, mais également entre l’agence et les journaliers Enjoints à exposer leur motivation à l’embauche, ces derniers doivent également se faire apprécier sur un plan plus personnel – depuis les services rendus jusqu’aux pratiques de corruptions qui, fantasmées ou réelles, témoignent pour l’auteur de la perception de l’agence et de son monde par les travailleurs. Plus loin dans l’ouvrage, S. Chauvin propose un quatrième type d’intérimaire : le « journalier fictif », un « travailleur ‘intermédié’ à agences multiples mais à entreprise unique » (p. 318). Cette figure illustre, en rupture avec la théorie classique de la segmentation du marché du travail (une « segmentation ségréguée » qui postule l’étanchéité entre les marchés interne et secondaire, parfois complétés par un « troisième marché » réservé aux journaliers sans-papiers), celle d’une « segmentation imbriquée » (p. 323). Elle permet de tenir compte « de l’existence d’une fidélisation informelle transcendant les inégalités de statut civique, mais aussi les changements successifs d’employeur officiel » (p. 321). Il aurait été intéressant de saisir comment s’opère le rapport entre espérances subjectives et chances objectives des individus, qui est aussi un moyen de transcender l’habituelle frontière théorique entre travail et hors-travail (ou entre emploi et hors-emploi). L’auteur, invoquant les « critères multiples de segmentation » et des positions variables reposant « sur une pluralité de coordonnées irréductibles les unes aux autres », se concentre sur la limite inhérente d’une carrière informelle et propose la métaphore du « plafond de carton » (p. 322).

5Questionnant l’impression d’un remplacement historique du syndicat comme « intermédiaire non lucratif de marché du travail » par l’agence comme « intermédiaire commercial » (p. 237), S. Chauvin montre les obstacles qui pèsent pour se syndiquer et décrit un rapport « dans lequel certains syndicats issus de la tradition du business unionism s’accommodent au contraire activement de l’utilisation durable de journaliers par leur entreprise, quitte à en tirer profit » (p. 252). La législation qui rend improbable tout mouvement social d’envergure et favorise l’implantation de syndicats complaisants avec leur entreprise d’accueil, les relations entre le mouvement syndical et la Mafia, ou encore les pratiques d’investissement de syndicats comparables à des entreprises, sont autant de limites à la protection des travailleurs. On aurait pu s’attendre à un prolongement du propos par l’état ou le potentiel de mobilisation des travailleurs, mais l’auteur n’évoque pas dans l’ouvrage la partie de son enquête portant sur ces questions. Il achève son développement sur le quotidien du travail appuyant sur la forme, l’hypothèse selon laquelle la « motivation » affichée des journaliers sur le lieu de travail – qui peut se jouer dès la première impression faite au supervisor – serait décisive. En abordant plus en profondeur la situation des permatemps, S. Chauvin donne mieux à voir la reproduction de l’épreuve de l’insertion sur le lieu de travail pour les autres journaliers, en situation permanente d’incertitude vis-à-vis des postes, des rythmes ou même des équipements de travail. De même, si la rationalisation forcément limitée de la production entraîne à la fois des moments d’intensité et des périodes de vide dans la tâche, il est rarement question de relâchement pour les travailleurs. Enjoints à maintenir une « attitude ‘mobilisée’ » (p. 303), ils restent au cœur d’une organisation du travail qui prévoit le stockage d’une main-d’œuvre destinée, outres les tâches « programmées », à compenser les désajustements de la production. Ce phénomène apparaît alors comme un deuxième temps de la « convocabilité permanente de la main-d’œuvre » (p. 26) – mécanisme inverse et complémentaire de sa révocabilité, telle que l’observe N. Jounin pour les travailleurs du bâtiment – doublement instaurée par des entreprises comme en tant et par les agences de day labor comme institution.

6Les matériaux exposés et les analyses proposées par S. Chauvin donnent corps à un ouvrage particulièrement stimulant dans la mesure où il restitue dans la sphère productive les éléments qui fondent le quotidien et les enjeux du travail et de l’emploi des journaliers. L’intention de l’auteur n’était pas de traiter de la précarité à partir d’une situation particulière, mais à partir de ses résultats empiriques de forger de nouvelles pistes de recherche à son sujet. En découlent trois « propositions » énoncées et développées en conclusion : « La ‘précarité’ comme (re)prise du contrôle de la mobilité des salariés par l’incertitude […] L’intermittence des salariés à la fois comme résultat de la précarité et comme résistance à la précarité […] La notion de ‘précarité’ doit inclure les institutions contribuant à la rétention des travailleurs sur le marché du travail précaire » (p. 332-337). En appelant à voir la précarité comme un « rapport social de temps » fondé sur un partage inégal de l’incertitude et non pas seulement comme une condition, S. Chauvin d’une part enrichit la critique du relativisme porté sémantiquement par la notion de flexibilité – qui serait une souplesse partagée par l’employeur et le salarié, et un impératif s’imposant au salariat de manière indifférenciée socialement. D’autre part, son analyse d’une mobilité des travailleurs – même intérimaires – en tant qu’enjeu pour les employeurs réaffirme la pleine existence de son rapport de force avec des salariés pour qui l’intermittence pouvant pleinement s’anticiper constituerait une forme de capital immatériel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2010, mis en ligne le 17 octobre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/496

Haut de page

Auteur

Sébastien Bauvet

sbauvet@ehess.frDoctorant en sociologie (Allocataire de recherche à l’EHESS, Moniteur à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) rattaché à l’Équipe de Recherche sur les Inégalités Sociales du Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097).ERIS-CMH, bât. F, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page