Navigation – Plan du site

Sexualité et relations affectives des personnes sans domicile fixe

Entre contraintes sociales et parcours biographiques
Sexual and emotional relationships among the homeless. Between social pressures and biographical trajectories
Nicolas Oppenchaim, Dolorès Pourette, Erwan Le Méner et Anne Laporte

Résumés

Cet article présente les résultats d’une enquête sur les relations affectives et sexuelles de personnes sans-domicile. A partir d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs auprès d’individus fréquentant les centres d’accueil et d’hébergement du Samusocial de Paris, l’enquête met en évidence la pluralité des parcours de vie et des expériences affectives et sexuelles. Cette pluralité prend sens au regard de la manière dont les personnes définissent leur situation (Thomas, 1923), qui ne correspond pas toujours aux catégories décrivant habituellement le sans-abrisme. Les personnes les plus désocialisées, qui se considèrent comme sans-abri et qui ne manifestent aucun espoir de quitter la rue, expriment de grandes difficultés à vivre des relations intimes. Mais l’absence de relations sexuelles, chez certaines, ne semble pas tant le résultat d’un manque d’opportunités, que d’une suspension du désir ou de la capacité à aimer, liée à des épreuves passées douloureuses. Pour ceux qui ne se reconnaissent pas comme sans-abri, les relations affectives et la vie sexuelle paraissent relativement autonomes de l’environnement de l’exclusion. Ainsi, vivre dans la rue ne constitue pas systématiquement une rupture dans le cours des expériences affectives et sexuelles, ni du point de vue de l’organisation de celles-ci, ni du point de vue de leurs significations.

Sexual and emotional relationships among the homeless. Between social pressures and biographical trajectories

This article describes the results of a study on the emotional and sexual relationships of homeless people. Around fifty semi-directive interviews were carried out among the homeless people frequenting the various day-centres and shelters of the Paris Samusocial. These interviews show the diversity the individuals’ social biographies, as well as the plurality of their emotional and sexual experiences. This multiplicity is closely related to the way people define their situation (Thomas, 1923) in the street, which does not systematically correspond to the usual categories of homelessness. The most excluded people – who consider themselves homeless and show no hope to move from the street – express great difficulties in experiencing intimate relationships. However, for some, the absence of sexual relations is not necessarily the result of a lack of opportunity. For some, having suffered great hardships has affected their desire and their ability to love. As for those who do not recognize themselves as homeless, their emotional relationships and their sexual lives seem relatively independent of the environment of exclusion. Thus, living on the street does not necessarily constitute a break in the course of one's emotional and sexual experiences, neither in their organisation nor in their meanings.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Mettre en lumière des activités peu visibles
Méthodologie
Comment catégoriser une population hétérogène ?
La pluralité des expériences affectives et sexuelles des personnes sans domicile
Les « fatalistes » ou la perte de la capacité d’aimer
Les « volontaires » : des recompositions affectives ouvrant de nouvelles perspectives
Les femmes en situation de rupture conjugale : vers une nouvelle configuration identitaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

De plus en plus d’études portent sur des populations fragiles ou sensibles et abordent des aspects de leurs vies longtemps tenus pour obscurs, mineurs, voire négligeables. Ainsi, dans le cadre d’une recherche sur les comportements sexuels des Français (Bajos, Bozon, 2008), nous avons mené une étude sur la sexualité et les relations affectives des personnes sans domicile. Celles-ci ont fait l’objet, jusqu’à présent, de peu d’investigations empiriques en France, alors que la littérature anglo-saxonne est plus abondante sur le sujet. Cet article, qui s’appuie sur une enquête par entretiens semi-directifs (Annexes consultables en annexes électroniques sur http://sociologie.revues.org/​489 dont la grille des entretiens consultable en annexe électronique sur http://sociologie.revues.org/​494) (Laporte, Le Méner, Pourette, Oppenchaim, 2007), vise à apporter des données précises sur l’expérience de la sexualité et les relations affectives de cette population.

Nous entendons ici p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Oppenchaim, Dolorès Pourette, Erwan Le Méner et Anne Laporte, « Sexualité et relations affectives des personnes sans domicile fixe », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 28 octobre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/470

Haut de page

Auteurs

Erwan Le Méner

e.lemener@samusocial-75.fr
Sociologue, Observatoire du Samusocial de Paris / Institut des Sciences du Politique - ENS Cachan. - Observatoire du samusocial de Paris, 35 avenue Courteline, 75012 Paris.

Nicolas Oppenchaim

nicolasoppenchaim@yahoo.fr
Sociologue, Laboratoire Ville, Mobilité, Transport /Ecole Nationale des Ponts & Chaussées, Université de Marne la Vallée, INRETS.

Dolorès Pourette

dolores.pourette@free.fr
Anthropologue, Laboratoire d’anthropologie sociale/Université Paris-Descartes.

Anne Laporte

a.laporte@samusocial-75.fr
Médecin épidémiologiste, Observatoire du Samusocial de Paris - 35 avenue Courteline, 75012 Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page