Skip to navigation – Site map
Entre ici et là-bas : les parcours d’entrepreneurs transnationaux

Annexe 3. Portraits d’entrepreneurs réalisant un investissement en Algérie

Emmanuelle Santelli

Full text

1Cinq portraits, illustrant les deux types d’investissement exposés dans l’article, ont été élaborés sur la base des entretiens biographiques. Ils ont pour objectif de révéler les conditions de possibilité et d’enchaînements qui ont conduit à cet investissement. In fine, ils permettent d’appréhender les ressorts de cette action, en considérant, ici et là-bas, les situations et les ressources, afin de reconstituer les trajectoires de ces entrepreneurs.

2Parmi les individus qui réalisent un investissement du type «  opportuniste », trois situations peuvent être distinguées :

31- les chefs d’entreprise en France qui créent une entreprise en Algérie

42- les salariés en France qui deviennent chef d’entreprise en Algérie

53- les individus impliqués dans l’entreprise familiale qui créent leur entreprise en Algérie

6Parmi les individus qui réalisent un investissement du type « par défaut », deux situations peuvent être distingués :

71- les individus qui n’ont connu que des situations précaires en France et qui se sont trouvés déqualifiés sur le marché de l’emploi à la suite d’études supérieures ou maintenus dans une position subalterne avec un diplôme technique court (type BEP).

82- les individus qui n’ont pas de perspective professionnelle en France, si ce n’est de travailler avec un membre de sa famille quand celui-ci est indépendant, ils n’ont généralement pas de diplôme (ou un CAP-BEP), ils ont parfois connu des problèmes judiciaires.

1- Nourredine : créer une entreprise en Algérie après être devenu chef d’entreprise en France

9Nourredine, 35 ans, est né en France et a toujours résidé dans la région parisienne. A 16 ans, le décès de deux membres de sa famille perturbe son parcours scolaire qu’il qualifie de « classique ». Il s’oriente alors dans la filière G3 –la filière S était initialement envisagée- puis poursuit en BTS action commerciale, car il sait qu’il lui faudra entrer tôt sur le marché du travail pour subvenir aux besoins financiers de la famille. Il est le deuxième enfant, mais premier fils, d’une famille installée en France depuis la fin des années 1960 dans laquelle « ma mère nous a éduqués en français parce qu’elle parlait très très bien le français » ; tandis que leur père leur parlait en arabe. Pour faire plaisir à son père, il a appris la langue arabe au départ, puis s’est fortement impliqué dans cet apprentissage, ce qui s’est révélé être un atout essentiel pour son investissement en Algérie.  Son père, qui a le plus valorisé ce lien au pays d’origine et insisté pour qu’il n’oublie pas l’Algérie qui « est ton pays aussi », le reconnaissait toutefois comme Français car « tu es né en France, tu es Français ». Si cette attitude paternelle a favorisé le projet de « faire quelque chose là-bas, essayer de participer au développement », il n’a pour autant jamais eu le projet de « partir vivre là-bas car je ne pourrais pas y vivre, d’ailleurs où que j’aille, je ne peux pas rester plus de dix jours [en dehors de Paris] (…) je suis heureux d’être un titi parisien, la banlieue parisienne c’est chez moi, je ne peux pas faire autrement. » [interview réalisée à Paris, après l’avoir rencontré à Alger]

10Durant un stage effectué pendant son BTS dans une grande entreprise commerciale, il est remarqué et recruté dès la fin de ses études. Il passe alors par tous les stades de vendeur dans cette grande surface, sans pouvoir atteindre le statut de « chef de ventes » (directeur adjoint). Malgré les promesses, le changement de poste pour « contribuer à remonter le magasin dont les ventes étaient un peu en perte de vitesse », la promotion ne vient pas. Son responsable direct puis le directeur général tentent de le faire patienter, repoussant toujours sa promotion à une date ultérieure au prétexte que « pour l’instant il n’y a pas de place, mais ne t’inquiète pas, dans deux ou trois mois, il y aura une place de libre ». Or entre temps, un collègue, en poste dans le même magasin que lui, est nommé chef de vente, à la fonction tant convoitée. Écoeuré, cette nomination le décide à créer son entreprise dans le transport routier car un ami lui explique qu’il peut facilement prospérer dans ce domaine grâce aux nouvelles normes européennes « c’était en 1998-99, il y avait un ‘grand ménage’ avec toutes les personnes qui travaillaient au black sans être en règle, il y avait de nouvelles réglementations ». Pendant quelques mois, il cumule les deux fonctions, puis constatant que sa hiérarchie ne peut s’engager sur une promotion à court terme, il l’informe qu’il prend une année sabbatique pour s’occuper de son entreprise. Malgré l’impossible promotion, il refuse pour autant de qualifier les pratiques de son employeur de discriminatoires car il n’a jamais été l’objet d’une hostilité affirmée, d’un rejet « je ne peux pas appeler ça de la discrimination puisque je ne l’ai pas ressentie réellement, bon je ne suis pas très typé, donc je n’ai pas vraiment connu le problème du racisme, je ne l’ai jamais connu (…) je ne peux pas me permettre de dire « oui, en France, j’ai connu le racisme », non non, pas du tout, je ne sais pas ce que c’est que le racisme, je ne l’ai pas connu » –comme si, pour être tangible, une pratique discriminatoire devait nécessairement être reconnue comme raciste et s’exprimer avec violence (on lui avait déjà auparavant demandé d’inscrire un prénom français sur son badge commercial). La création d’entreprise est alors aussi justifiée par son caractère, son esprit d’indépendance. Depuis l’âge de 17 ans, il affirme qu’il avait pris conscience qu’il ne supportait pas recevoir des ordres.

11En l’espace de quatre ans, il fait prospérer son entreprise jusqu’à avoir plus d’une dizaine de salariés, de nombreux poids lourds dont chaque licence valait 6000 euros. Mais le secteur était confronté à une concurrence accrue, à des prix de plus en plus bas. Le fait de disposer de bons bilans financiers lui a permis de facilement revendre ces licences à un groupe et de se constituer un capital pour créer sa nouvelle entreprise dans un secteur de fournitures industrielles. Il s’est alors associé à un ami qui connaissait ce secteur, l’initiant à ce métier. De son côté, il disposait du local industriel acheté lors de sa première création d’entreprise. Cinq ans après, l’entreprise a plus de 10 salariés et un chiffre d’affaire de plus d’un million par an. Il n’avait jusqu’alors jamais eu le projet d’un investissement en Algérie qui n’était qu’un lieu de vacances : « c’était les vacances, c’était la famille, c’était lourd, je ne sais pas comment raconter la chose, la mer c’est bien beau, mais au bout d’un moment c’est toujours la même chose, on en a marre quoi ».

12Depuis plusieurs années, sa femme (originaire d’un autre pays du Maghreb) travaille dans un organisme franco-algérien, où elle a en charge l’organisation des salons professionnels. C’est elle la première qui lui a fait prendre conscience des opportunités d’investissement. Par son intermédiaire, il participe en 2005 à la Foire internationale d’Alger pour prospecter le marché « ça a porté ses fruits, de là l’implantation de l’entreprise là-bas (…) c’est elle [sa femme] qui m’a ouvert le marché algérien, qui m’a présenté, moi je ne connaissais pas du tout, ça ne m’intéressait pas d’investir là-bas ». Il crée alors une seconde entreprise, une SARL de droit algérien en qualité d’Algérien résidant à l’étranger. Elle est installée dans la région d’origine de son père et prolonge l’activité de celle réalisée en France : le produit est fabriqué en France, exporté en pièces détachées en Algérie où elles sont reconditionnées pour être revendues à des entreprises qui les installent chez leurs clients (activité de grossiste). Il a deux ouvriers qui réalisent ce travail d’assemblage et un responsable administratif qui gère l’entreprise. Ce dernier est par ailleurs son oncle (mari de la sœur du père) sur qui il peut compter pour gérer au quotidien l’entreprise ; il ne va en Algérie que 4 fois par an sur une période de 8-10 jours. L’entreprise est installée dans le garage de la maison familiale, il dispose ainsi gratuitement d’un local de 280 m2 ; ce qui réduit sensiblement ses coûts de fonctionnement (en Algérie, le loyer est souvent payé à l’avance pour une période de un à deux ans, soit l’équivalent de 10 000 euros dans son cas) et favorise son implantation régionale (à noter que la lignée paternelle se distingue à la fois par la possession de nombreuses terres et le statut de militaire de carrière pendant la période coloniale). Outre cet avantage matériel, il reconnaît que pour développer son activité, « il faut que je m’entoure, il faut que je m’appuie sur les appuis de ma femme aussi, je m’appuie sur tout le monde, sur ma famille aussi, sur le relationnel et tout ça (…) cela compte énormément (…) et il faut surtout le cultiver pour être informé des nouvelles réglementations ». Il mobilise des membres de sa famille « un peu bien placés » (ainsi, il a sollicité l’aide d’un cousin qui est inspecteur principal des impôts pour récupérer un document dont il avait besoin pour la création de son entreprise) et des relations plus institutionnelles avec lesquelles il entre en contact par le biais de sa femme « ça a beaucoup joué, ça joue énormément » ; sans quoi il avoue il aurait peut-être déjà renoncé. Ces multiples appuis permettent de franchir les obstacles, de régler les difficultés qui n’ont pas manqué de survenir à toutes les étapes car « c’est vraiment différent de la France, c’est spécial ! C’est un peu la jungle entre guillemets là-bas, les méthodes marketing qui fonctionnent très bien ici, elles ont énormément de mal là-bas, c’est vraiment différent (…) j’ai été obligé de revoir ma stratégie, parce que je partais dans l’esprit que l’Algérie c’est structuré comme la France ». De même, il s’est aperçu qu’il était préférable à la fois d’appeler par téléphone chacun de ses (potentiels) clients, et non d’envoyer des mailings, et de réaliser le travail commercial à partir de la France « vous leur donnez de l’importance, ils aiment bien (…) ça crée un relationnel entre le client et le fournisseur ». Il a donc en charge la partie commerciale (prospection, suivi des clients…) qu’il réalise à partir de la France « on fait tout ça par phoning ici », et en Algérie il supervise l’activité financière et la gestion des stocks lors de ses séjours, et il s’occupe aussi du relationnel auprès des « gros clients ».

13Cette entreprise, créée avec un apport de vingt mille euros (auto-financement) est aujourd’hui bénéficiaire, mais plus encore, elle génère l’expansion de son entreprise française. En effet, la croissance de l’entreprise algérienne lui assure des coûts d’achats auprès de ses fournisseurs plus faibles car il s’engage sur une grosse quantité de fournitures ; alors que la grande majorité des entreprises algériennes ne sont pas en mesure d’acquérir de gros stocks. « Pour avoir des prix intéressants, il faut s’engager à acheter une quantité minimum, en vendant ici et en Algérie, j’en achète nécessairement plus (…) pour envoyer en Algérie il n’y a aucun souci, mais il faut que la personne s’engage pour au moins 1500 pièces [pour la grande majorité des entreprises, cela est impossible] c’est l’avantage qu’on a (…) ». D’autre part, cet investissement lui permet de contracter de nouveaux partenariats avec ses fournisseurs (qui sont en position de leader sur le marché français ou occidental) qui passent par son intermédiaire pour prospecter et développer de nouveaux marchés « car ils préfèrent travailler avec des gens comme nous ». Pour développer leur activité en Algérie, ces entreprises de fournitures industrielles préfèrent solliciter des chefs d’entreprise qui ont une bonne connaissance du marché algérien « j’ai un autre fournisseur qui est prêt à avoir un partenariat avec moi là-bas mais il me dit ‘je passe par toi, je ne vais pas là-bas’ (…) car tout le monde veut faire des affaires avec l’Algérie mais à distance [car] tout le monde a peur de l’Algérie ». Vis-à-vis de ses fournisseurs français, parler arabe a rassuré, c’était un gage de confiance. Plus généralement, avoir réussi à créer une entité en Algérie donne un plus grand crédit à l’entreprise française « ça me favorise beaucoup de choses ici [en France, de développer son activité en Algérie] ».

14A terme, l’investissement réalisé dans l’entreprise en Algérie lui permet 1) d’envisager une extension du marché vers la Tunisie, 2) de développer une production low cost pour le marché français (pour cela, il envisage l’envoi de machines pour produire en Algérie) et 3) de participer à la structuration du marché algérien dans ce secteur d’activité « aider des gens à créer des filiales, contribuer à créer des réseaux de distribution. Donc, bien entendu, l’investissement est pensé et réalisé en raison « d’un petit attachement quand même, mais c’est beaucoup plus… faire des affaires avec l’Algérie, mais un petit peu d’attachement quand même (…) en tant que d’origine algérienne mais plus en tant que Français, je choque là [en disant cela] ?! ». C’est avant tout dans l’optique de réussir son parcours d’entrepreneur en France qu’il développe son activité en Algérie.

2- Fadila : salariée en France, elle devient chef d’entreprise en Algérie

15Fadila a grandi à Paris où sa famille s’est installée quand elle avait cinq ans. Issue d’une famille de notables qualifiés en Algérie, son père est commerçant en France : il a émigré pour « échapper à la pression de la société algérienne, on n’est pas une famille d’immigrés venue pour travailler (…) c’est pour avoir une autre éducation », car de fait leur niveau de vie aurait été plus confortable en Algérie. Tiraillée entre deux systèmes culturels, entre les deux sociétés, chacune procurant de nombreux avantages (selon ses termes : à Paris, le savoir-vivre, la liberté… à Alger, la reconnaissance, l’environnement social…), elle cherche avant tout à se distinguer des autres immigrés, ne supportant pas d’être renvoyée à une altérité supposée. Elle exprime avec virulence ses regrets concernant le manque de reconnaissance subi au cours de toutes les années passées en France car, estime-t-elle, « être étranger en France est une tare (…) on ne peut pas être reconnu à sa juste valeur (…) on se sent incompris (…) c’est comme s’ils nous voyaient pas comme des êtes humains (…) vous pouvez être compétant, avoir un bon salaire, il n’y a pas de soucis, mais en tant que personne, non (…) c’est une grosse frustration ».

16Après avoir échoué la première année de médecine, elle poursuit dans une autre filière para-médicale. Durant plus de dix ans, elle travaille en CDI dans des laboratoires parisiens, sans connaître de période de chômage. Elle n’en a pas moins subi différentes formes de discrimination (il lui a par exemple été signifié dans le premier laboratoire « on ne veut pas d’Algériens (…) j’ai dû faire mes preuves »). Cette discrimination ethnique s’est doublée d’une discrimination sexiste dans un milieu professionnel très masculin : elle n’a jamais pu progresser professionnellement comme elle l’aurait souhaité. Elle a toujours été ambitieuse, volontaire et exigeante dans son travail. Quand elle constate que son employeur développe une activité de sous-traitance asiatique, cela lui donne l’idée de faire de même au Maroc (pays d’origine de son premier mari) : elle créé son premier cabinet en 1995 avec l’aide d’une amie, fille d’un diplomate, en vue de délocaliser une production française, ensuite exportée en Europe. Au bout de deux ans, elle doit renoncer, faute d’avoir bénéficié d’un réseau de relations suffisant, et revient en France. Elle intègre un nouveau laboratoire à Paris, en qualité de cadre, avec pour mission de délocaliser au Maghreb pour pouvoir concurrencer le marché asiatique. Elle commence alors à prospecter le marché algérien avec le projet de « construire quelque chose avec la France, afin de bénéficier de ses avantages sans subir ses inconvénients » (outre les discriminations dont elle est victime, elle dénonce le coût des charges salariales, les impôts, les lourdeurs administratives…), entre temps elle est licenciée pour raisons économiques. Elle installe alors un premier cabinet dans sa région d’origine, mais il végète, elle décide alors de le fermer et de s’installer à Alger.

17Deux ans après son installation, elle possède deux cabinets. L’absence quasi totale de concurrence, la demande accrue de soins expliquent la croissance rapide de son activité, et lui laisse entrevoir la possibilité de concrétiser de nouveaux projets. Elle a en Algérie toute latitude pour réaliser ses ambitions professionnelles, tandis qu’en France ces dernières se sont toujours confrontées à de multiples obstacles « ce qui m’a permis de venir en Algérie, c’est que j’étais trop limitée dans mes actes en France, l’immigration maghrébine est mal perçue, j’ai fait les frais de cette stigmatisation ». Alors qu’elle considère que la France lui a procuré les connaissances, l’expérience et le cadre professionnel lui permettant d’acquérir une excellente compétence professionnelle, elle considère qu’elle ne peut pleinement l’exercer dans ce pays, car outre les inégalités de traitement en situation professionnelle, créer un cabinet en France est quasiment impossible du fait d’une saturation du marché et des coûts financiers très élevés. Sa situation actuelle lui permet à la fois d’être reconnue pour ces compétences professionnelles, de formuler de nouvelles ambitions et de vivre en Algérie où elle bénéficie d’une qualité de vie inaccessible en région parisienne (le travail à proximité du domicile, le climat, la nourriture naturelle, les services d’une masseuse, d’un coach…). Mais pour ce faire, elle s’appuie sur ce qu’elle a acquis en France « sans la France, je ne serais pas en Algérie, c’est la France qui apporte l’éducation, le niveau d’études, les compétences professionnelles, la culture ».

18Toutefois en Algérie, elle sait pouvoir bénéficier d’un réseau relationnel dont l’action s’avère décisive à tous les stades du développement de son activité (depuis sa création jusqu’à son fonctionnement). En effet, pour faciliter l’installation de son premier cabinet médical à Alger, elle a sollicité l’aide d’une de ses sœurs employée dans un établissement consulaire, où travaille également la fille d’« amis de la famille » qui occupait une fonction diplomatique. Elle a également bénéficié du réseau procuré par une autre sœur, en poste dans un autre établissement consulaire en France, ainsi que des membres de sa famille qui travaillent également dans le domaine médical et d’un ami bien placé dans une Wilaya, qui lui a notamment permis de constituer une liste des professionnels dans son secteur d’activité (elle leur a ensuite adressé par mailing une publicité les informant de l’ouverture de son cabinet). Cet ensemble de relations a facilité les démarches dans les administrations, permis de dénouer des situations complexes (par exemple, à la douane) et de mieux connaître le marché, tout en mobilisant simultanément le réseau professionnel constitué au fil de son ancienneté dans ce secteur en France. A la tête de deux cabinets, elle emploie cinq salariés et partage sa semaine entre les deux, avec des allers-retours fréquents à Paris pour s’approvisionner, mais aussi « s’aérer ». Car elle demeure extrêmement critique sur l’état du pays « c’est un cauchemar de s’installer ici », son délabrement, le manque d’implication et de motivation des gens en général, de ses salariés en particulier. Elle leur reproche en particulier de se satisfaire de peu, alors qu’elle souhaiterait former des professionnels, les aider à monter de nouveaux cabinets, contribuer à structurer la profession. Dans le même temps, elle reconnaît qu’elle n’aurait jamais eu les moyens « d’ouvrir deux cabinets en deux ans à Paris, mais si malgré tout je parviens à m’en sortir, c’est grâce à tout ce que j’ai appris en France »… et à son incontestable et efficient réseau social de part et d’autre de la Méditerranée.

19Ayant besoin d’un apport financier plus conséquent pour réaliser tous ses projets professionnels, Fadila compte à présent s’associer à une entreprise française intéressée par le marché algérien. Fadila lui ferait bénéficier de son expérience et des connaissances qu’elle en a, tandis que l’entreprise apporterait les fonds indispensables à ce développement. Ce partenariat lui fournirait les moyens de son ambition : développer une activité de sous-traitances de fournitures médicales exportées en Europe, tout en permettant une expansion de son activité médicale en Algérie. Car elle bénéficierait alors d’une production low cost grâce aux avantages de l’économie algérienne, le recrutement d’une main-d’œuvre chinoise, encadrée par des cadres français, dans un système de production où s’imposeront les normes de travail françaises, indispensables à garantir le succès de son partenariat : « ce serait une entreprise française, implantée sur un marché étranger et qui travaillerait avec une main-d’œuvre bon marché mais qualifiée (…) c’est l’idée que j’ai eu, de ramener des Chinois pour faire la production ici (…) avec un encadrement français (…) on va faire de l’immigration ciblée ! ». Elle souhaite aussi développer le tourisme médical, créer un centre de formation, pour palier ce problème de main-d’œuvre non qualifiée. Aujourd’hui, si elle ne doute plus de la réussite de son projet professionnel, elle reste vigilante quant à une éventuelle dégradation de la situation algérienne et n’espère plus de « transformations profondes (…) ce n’est pas un pays d’avenir, il faut venir faire de l’argent ».

3- Hafid : un héritage entrepreneurial pour créer à son tour une entreprise en Algérie

20Issu d’une fratrie de quatre enfants, Hafid est le deuxième des trois garçons. Le père, ouvrier à son arrivée en France, a très rapidement fait valoir son caractère entreprenant et a ouvert une première fabrique artisanale dont il revendait la production sur les marchés dès les années 1960. Ensuite, progressivement, il a intégré tous les corps de métier pour fabriquer et vendre des produits finis. Les quatre enfants ont obtenu des diplômes du cycle supérieur, dans des filières utiles au fonctionnement de l’entreprise créée par le père dans les années 1970 (Hafid a pour sa part obtenu une maîtrise). Ils ont alors travaillé dans l’entreprise paternelle, chacun apportant des compétences spécifiques qui ont permis « de booster l’entreprise au début des années 1990 », permettant à l’entreprise de passer d’une production « rustique » à une fabrication contemporaine reconnue par de grandes enseignes ; « on a commencé à travaillé pour les grands magasins de Paris ». Elle comptait alors plusieurs unités de production en France. Si la transformation de l’entreprise familiale n’a pas été sans heurts, le père supportant mal les nouvelles directives impulsées par ses enfants, son projet le plus cher étant de maintenir cette cohésion familiale, il a fini par les accepter et l’entreprise a prospéré pendant plusieurs années ; « son rêve c’était qu’on travaille ensemble, c’est pour ça qu’on a tous été complémentaires ». A son tour, il espère être rejoint par ses frères et sœur en Algérie.

21Toutefois, ne parvenant plus à être compétitive, l’entreprise familiale a dû déposer le bilan en 2004. Une délocalisation, dans un pays de l’Est ou en Algérie, était envisagée. La première solution leur paraissait plus réaliste, mais à la faveur d’un déplacement en Algérie en 2003 pour participer à la Foire internationale d’Alger, Hafid est séduit et décide de prospecter : il perçoit tout de suite des potentialités intéressantes pour se développer dans un pays où il n’existe pas de concurrence « alors que je devais rester trois jours, tellement le pays il m’a plu, je suis resté trois mois ». La vente de deux de leurs usines françaises a permis de concrétiser cet investissement en Algérie. Gérant de l’entreprise, créée avec un partenaire algérien et son père, il emploie aujourd’hui plus de 100 salariés. En quatre ans, ils sont parvenus à imposer leur entreprise sur le marché algérien. Marié à une Algérienne, il lui a été aussi plus facile d’envisager cette installation ; ses frères et sœur sont de leur côté restés en France et sont salariés à des postes à responsabilité, toutefois l’un des frères pourrait s’associer à Hafid et prendre la tête de la deuxième usine en projet.

  • 1  L’instabilité des réglementations liées au secteur économique est un problème évoqué de manière ré (...)

22A près de quarante ans, Hafid s’est donc installé en Algérie où il vit et développe son entreprise. Malgré son succès, il reconnaît que les difficultés sont nombreuses, notamment parce que les politiques font beaucoup d’effets d’annonce pour attirer les investisseurs, mais que dans la réalité « on est complètement seul, les structures administratives algériennes ne sont pas là pour épauler les investisseurs, aussi bien étrangers que nationaux ». L’accès aux prêts bancaires, aux bâtiments de production, aux transports, notamment pour la douane, et plus généralement à l’information1 sont autant de difficultés à surmonter. L’autofinancement et le partenariat avec un Algérien qui disposait d’une infrastructure adaptée ont été la clé de leur expansion. Si le marché est vierge et laisse espérer d’importants profits, il n’est pas non plus structuré avec un réseau de distribution. Il a donc dû improviser et trouver de nouveaux débouchés pour la production. Il travaille principalement avec de grandes entreprises algériennes. Il importe aussi quelques produits d’Europe pour des clients plus fortunés. Et il développe depuis peu une nouvelle gamme avec des designers algériens avec pour projet à terme d’exporter vers la France sa production en direction de la communauté maghrébine. Satisfait de la main-d’œuvre algérienne, il estime même que les coûts salariaux étant bien moindres qu’en France, il peut s’offrir les services de personnes qualifiées qu’il n’avait pas en France (« une vraie secrétaire de direction, un ingénieur chimiste (…) alors que ça m’aide à développer mon entreprise »). Il a également bénéficié de l’expérience d’anciens salariés français qui ont bien voulu les accompagner sur quelques mois pour former le nouveau personnel.

23Maîtriser un tel secteur économique implique, selon lui, de s’installer en Algérie, de se consacrer à 100% à son activité qui repose en grande partie sur un réseau « car l’Algérie fonctionne par un système de réseaux, donc on a un réseau à entretenir (…) et les démarches administratives sont également très lourdes, il faut être sur place ». Simultanément, il continue à mobiliser son réseau économique français : il a gardé ses fournisseurs de matières premières et regrette que « la Chambre de commerce [de sa région en France] qui m’a beaucoup aidé au démarrage » n’apporte pas un plus grand soutien aux investissements des PME françaises en Algérie. Car, constate-t-il, il n’a jamais autant travaillé avec ses fournisseurs français que depuis qu’il est en Algérie « avant je lui commandais peut-être deux containers, maintenant c’est six containers par an [idem pour tous les matériaux] ». Selon lui, soutenir l’investissement de ces chefs d’entreprise, c’est contribuer à l’essor de l’économie française « car on continue à consommer français, on a nos habitudes, nos fournisseurs, on a des relations ». En Algérie, il travaille avec de grands groupes auxquels il n’aurait jamais eu accès en France en tant que PME « en France on avait pas accès aux gros marchés (…) on n’avait pas le réseau pour cela (…), ici [en Algérie] j’ai accès à des marchés que je n’aurais jamais eu [en France] d’un côté parce que je suis français [à propos d’un contrat décroché avec un grand équipement public géré par une entreprise française] et d’un autre côté parce que je suis algérien [quand il obtient un contrat pour un grand hôtel algérienne] ». A ce titre, Hafid estime que les chefs d’entreprise qui disposent de son profil devraient servir de passerelle entre la France et l’Algérie « on devrait être un atout pour les deux pays ». Or il dresse le constat qu’ils ne sont pas encouragés dans cette perspective car, de part et d’autre, ils ne sont pas soutenus dans leurs démarches d’investissement, et ce sont les Chinois qui en tirent profit : « ils sont dans une stratégie d’installation et d’investissement à long terme, même si pour l’instant ils perdent de l’argent ». En attendant, il a décidé de faire apprendre la langue chinoise à son fils qui, en plus du français et de l’arabe, apprend aussi l’anglais « en vue d’être prêt et de poursuivre l’entreprise familiale » dans un contexte économique soumis à la nouvelle donne de la mondialisation.

4- Mustapha : déqualifié et précaire en France, il créé son emploi en Algérie

24Mustapha, 40 ans, est le cinquième enfant d’une fratrie de neuf. Le milieu familial était modeste, le père était seul à travailler comme ouvrier ; en Algérie aussi, la famille est décrite comme très modeste, et aucun membre de la famille n’a occupé un statut d’indépendant. Diplômé d’une maîtrise de Droit à l’âge de 25 ans, il n’a réussi aucun des concours administratifs auxquels ses études le destinaient (droit administratif). Ses sœurs ont également été à l’université et se retrouvent toutes aujourd’hui à occuper des emplois d’employés (aide-soignante, agent commercial, etc.), ses frères sont ouvriers.

25Pendant plus de dix ans, il a tenté de s’insérer sur le marché de l’emploi en France, dans un premier temps, dans le secteur administratif et juridique de la fonction publique. Pendant quatre ans, il va en effet tenter différents concours (trésor public, collectivité locales…) et répondre aux annonces du secteur privé durant la première année. Il n’a jamais obtenu de réponses favorables, mais ne peut pas non plus certifié qu’il a été victime de discrimination. Parallèlement, il a commencé à travailler dans le secteur industriel « j’ai travaillé un petit peu dans ce qui se présentait », avec des contrats précaires. Il s’est déplacé, a travaillé en intérim à Bordeaux où il a rencontré des Kanaks, ce qui l’a incité à tenter sa chance en Nouvelle-Calédonie où il espérait qu’il serait « plus facile de rentrer dans l’administration là-bas ». Finalement, il n’a occupé pendant près de quinze ans, date de la fin de ses études, que des « petits boulots » précaires et déqualifiés dans divers secteurs (transport, manutention puis imprimerie). Très éprouvé par tous ces échecs et sa condition d’ouvrier précaire (le CDD le plus long a été de 6 mois), il pense à créer son entreprise, afin d’obtenir un emploi, mais constate que les difficultés seront également nombreuses au point d’apparaître comme « une mission impossible » (montant des loyers, accès au prêt bancaire, secteur trop concurrentiel…).

  • 2  En vue de lutter contre le chômage massif des jeunes, cette agence gouvernementale a connu un esso (...)

26C’est à cette période qu’il entend parler d’un organisme de formation professionnelle proposant une formation (rémunérée) intitulée « Cadres créateurs en Algérie ». Il décide alors de tenter sa chance en soumettant un projet en lien avec son dernier emploi dans un secteur industriel (il propose un service décliné de cette expérience) ; au final dix candidats seront retenus. La formation dure neuf mois, et même s’il émet de nombreuses critiques quant à son contenu (il s’agissait notamment plus à apprendre à monter un plan d’affaires que d’acquérir des connaissances sur l’économie algérienne, des informations pratiques), il reconnaît que cette formation a été décisive pour l’aider à franchir le pas. Car par l’intermédiaire des membres de sa famille (notamment ses cousins du même âge), il a connaissance des difficultés du marché de l’emploi et de l’état de l’économie algérienne. Encouragé par l’embellie économique des années 2000 et la rencontre avec l’ANSEJ (agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes)2 durant la mission de quatre semaines organisée par l’organisme de formation, il estime « que ça pouvait être réalisable ». Alors qu’en France, il ne semble avoir aucune perspective d’amélioration de ses conditions d’emploi (il travaille, régulièrement même, mais toujours dans des emplois subalternes), en Algérie, il est motivé par le projet « de faire quelque chose de différent et où j’ai une certaine maîtrise, de ne pas dépendre des autres ». Arrivé au terme de ses droits à l’allocation chômage, il vit aujourd’hui sur ses économies et mise tout sur son projet d’entreprise. Célibataire, il s’est installé dans la maison familiale qu’il partage avec ses parents quand ils viennent en Algérie [interview réalisée à Alger]. S’il n’est plus aujourd’hui question pour ces derniers d’un retour définitif, les parents ont entretenu durant toutes les années passées en France l’idée qu’il serait souhaitable pour leurs enfants de retourner en Algérie.

27Avec l’aide de cousins, il a entrepris diverses démarches (créer les statuts de l’entreprise, trouver un local, etc.) pour installer son activité dans la ville d’origine qui se trouve être une ville touristique, à quelques dizaines de kilomètres d’Alger. L’entreprise n’en est qu’à ses débuts, mais il compte sur le bouche à oreille pour se faire connaître car, reconnaît-il, s’il connaît du monde, il ne dispose pas de soutiens particuliers. De plus, il découvre que les règles ne sont pas les mêmes qu’en France, pour négocier un contrat, pour obtenir des documents administratifs, pour faire une « étude de marché », etc. Il se fait d’ailleurs le plus souvent accompagner par son oncle ou son cousin (il comprend, mais parle peu l’arabe) pour éviter certaines déconvenues « dans des administrations qui sont complètement différentes de la France ». Il bénéficie en revanche d’une maîtrise professionnelle dans ce secteur d’activité et de l’expérience acquise en France pour proposer des produits « nouveaux » sur le marché algérien. A ce titre, il réalise son investissement en tant que français d’origine algérienne « une personne qui a la double nationalité qui a une certaine expérience en France, une expérience à apporter ici [notamment] dans la façon de travailler, d’appréhender les choses, de les organiser ».

5- Abdel : sans perspective professionnelle en France, il tente sa chance en Algérie

28Abdel, 40 ans né en France, est le petit dernier d’une fratrie de 8 enfants. Il a abandonné ses études en cours de BEP (métreur) et a enchaîné durant des années les contrats temporaires (intérim, CDD) occupant des « petits boulots ». Il a aussi, pendant plusieurs années, travaillé avec ses frères forains sur les marchés. Cadet d’une fratrie dans laquelle deux frères aînés diplômés occupent un emploi de cadre, tandis que les autres frères sont commerçants (forains), entrepreneurs (bâtiment) et les sœurs salariées relativement qualifiées, il développe une ambition professionnelle élevée. A l’inverse de ses frères et sœurs plus âgés, il semble pâtir d’un contexte économique moins favorable et d’une stigmatisation accrue à l’encontre des « jeunes d’origine maghrébine ». Il a peut-être aussi été moins combatif que les premiers : « ils [ses frères et sœurs] ont été plus réguliers que moi au travail, ils ont travaillé, moi j’étais entre les deux, le travail et les conneries ». Il finit par obtenir un emploi de vendeur en CDI où il restera sept ans. Si cet emploi comporte de nombreux avantages (salaire fixe, emploi relativement bien payé, avantages en nature…), il ne peut espérer une quelconque mobilité « pourtant j’aime bien la France, mais c’est vrai qu’au niveau social je n’étais pas bien, en travaillant tu n’y arrives pas, alors !! ». Et il refuse de rester dans cette situation qu’il juge médiocre « j’en avais marre en fait, j’étais tout le temps à découvert, j’en avais marre de travailler dans le vide ». Très endetté, il part aussi en Algérie pour assainir sa situation. A demi mots, on comprend aussi que les traitements injustes subis en raison de son origine, notamment par la Police, ont pu l’inciter à tenter sa chance ailleurs.

29Passé la trentaine, Abdel, insatisfait de sa situation en France, décide de prospecter le marché algérien qui, au début des années 2000, se voulait attractif pour les investisseurs. Il avait au départ envisagé le Maroc, découvert au début des années 1990 et qui lui plaisait plus que l’Algérie où « je ne venais pas trop souvent en fait, le pays ne me plaisait pas trop ». Mais lors d’un séjour en Algérie à la fin des années 1990, il rencontre sa femme, se marie et, alors qu’il pensait initialement la faire venir en France, il « commence à mieux apprécier le pays » et, à partir de là, envisage un investissement « mais tout en retournant en France, je viens souvent [en France, l’interview est réalisée dans la banlieue d’Oran], là c’est la première fois que je reste aussi longtemps, sept mois consécutifs ». Il ne quittera son emploi salarié qu’en 2005. Sa femme n’étant pas attirée par le projet d’une émigration en France, il organise sa vie de manière à vivre dans les deux pays « moi, ça m’arrangeait, franchement quand je suis là-bas je suis libre, tranquille ». Car il déclare à plusieurs reprises aimer la France et se sentir appartenir à la ville dans laquelle il a grandi où il a ses amis, ses repères, il préfère finalement cette situation qui lui permet des aller-retour en France. S’installer en Algérie a aussi favorisé une plus grande pratique de la religion, contribuant à l’apaiser « j’ai arrêté de boire, je fais ma prière, mais irrégulièrement, la religion, ça m’a remis dans un ordre (…) ça m’a stabilisé au niveau spirituel ».

30Entre 2005 et 2008, il a eu plusieurs expériences commerciales qu’il a financées en partie par les emplois (temporaires) qu’il continue à avoir en France quand il y séjourne « parce que là [en Algérie] c’est difficile quand même de gagner sa vie », il a aussi revendu sa voiture et sa famille lui envoie de l’argent de temps en temps. Finalement en Algérie aussi, il retrouve les petits boulots, la débrouille, mais avec la perspective de gains plus élevés et de faire « sa place au soleil ». Ces dernières années, il a loué une plage et acheté du matériel qu’il loue durant la période estivale aux vacanciers. Ce sont ses deux salariés qui s’en occupent. « Pour ici, ça va, quand j’ai fait 6000 euros de chiffre d’affaires en deux mois, cet été, ça va quoi ! s’il y a des petits coups à faire, c’est de l’argent peinard [l’investissement étant fait, l’année prochaine] c’est tout bénéficie net, en France, cela me paraît difficile » (il ne pourrait pas non plus salarier d’employés pour tenir son commerce). Il veut à présent ouvrir un nouveau magasin d’articles pour enfants, il a déjà constitué son stock, et a un autre projet de quincaillerie. Entre temps, il a aussi fait de l’import-export avec un copain, en particulier avec du matériel d’électro-ménager. L’ensemble des produits revendus en Algérie proviennent de France (« tout ce qui est français est recherché ») et de Chine « mais il y a aussi des trucs chinois qui marchent (…) il faut trier ». Il achète son approvisionnement avec l’argent gagné en France (3000 ou 4000 euros à chaque séjour) ce qui lui permet ensuite de vivre en Algérie, d’avoir les moyens de monter un « nouveau business ». Car aujourd’hui il déclare de plus en plus apprécier vivre en Algérie, pour les conditions de vie offertes par ce pays « ici, on a le temps (…) je profite plus de la vie, là j’ai la parabole, je vois la crise mondiale… mais de loin ! (…) là il faut avoir son confort, sinon il ne faut pas vivre ici ».

31Après avoir vécu deux ans dans une grande ville, il occupe à présent la maison familiale de ses parents, avec sa femme et son enfant, dans le village d’origine. Il bénéficie aussi d’un vaste réseau familial dont les membres se caractérisent à la fois par leur statut de notabilité (un de ses cousins est le maire du village par exemple) et celui d’indépendant (le père du cousin qui l’accompagne, ingénieur, a créé son entreprise au moment de la privatisation).

32Aujourd’hui, il tente de jouer sur les deux tableaux car, malgré sa situation modeste, l’écart monétaire entre les devises lui permet de devenir un petit entrepreneur en Algérie car « avoir des projets ici, maintenant cela m’intéresse plus de faire des projets ici qu’en France » sans renoncer à sa liberté de circulation entre les deux pays et au pire « s’il y a un problème, il y a encore la France ! ». Il mentionne d’ailleurs avoir besoin de la France, et c’est en référence aux univers de normes forgés en France qu’il juge de la situation en Algérie, notamment dans le domaine professionnel « ici ce n’est pas sérieux, pas sérieux du tout, il faut être présent [surveiller son employé] (…) je préfère avoir un employé, j’ai besoin d’avoir un employé pour vendre parce que je ne veux pas me prendre la tête, pour vendre il me faut quelqu’un (…) ce n’est pas du racisme mais vous savez ici ils sont fatigants, c’est vrai qu’il me faut des bons salariés ».

Top of page

Notes

1  L’instabilité des réglementations liées au secteur économique est un problème évoqué de manière récurrente.

2  En vue de lutter contre le chômage massif des jeunes, cette agence gouvernementale a connu un essor important ces dernières années : elle favorise notamment l’accès aux prêts bancaires en se portant garant. Au départ réservé aux Algériens résidents en Algérie (il suffisait de faire valoir une adresse algérienne), les individus « immigrés » de France peuvent à présent déposer un dossier. Dans son cas, bénéficiant de la double nationalité et de l’adresse de ses parents en Algérie, il n’a rencontré aucun problème pour obtenir un prêt de 10 000 euros nécessaires à l’achat des machines. Il a investi une somme équivalente provenant de son épargne pour son installation (loyer, taxes, etc.).

Top of page

References

Electronic reference

Emmanuelle Santelli, « Annexe 3. Portraits d’entrepreneurs réalisant un investissement en Algérie », Sociologie [Online], N°3, vol. 1 |  2010, Online since 21 October 2010, connection on 23 July 2014. URL : http://sociologie.revues.org/468

Top of page

About the author

Emmanuelle Santelli

By this author

Top of page

Copyright

© tous droits réservés

Top of page