Navigation – Plan du site

Rousseau et la médiation symbolique entre les hommes : contribution à un individualisme structurel

Rousseau and the symbolic bond between people: contribution to structural individualism
Jean-Hugues Déchaux

Résumés

Cet article se propose d’étudier la contribution de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau à l’analyse sociologique de la coordination sociale, c’est-à-dire des manières dont les hommes parviennent à se coordonner pour agir de concert. Attentif à ce qu’est l’individu, ou plus exactement l’homme tel que l’a formé la nature et l’homme dans la vie sociale, Rousseau s’efforce de comprendre et de repérer ce qui le fait, ou pourrait le faire, agir. Mais à ce parti pris théorique, qui annonce les développements ultérieurs de la sociologie de l’action, il ajoute une proposition essentielle : la coordination sociale ne peut s’effectuer que sur une base infrarationnelle qui lie les hommes entre eux par des sentiments de sociabilité. Quoique naturelles, ces passions aimantes ne sont nullement spontanées et doivent être soutenues et protégées par divers dispositifs en lesquels consiste la médiation symbolique des hommes. En vue d’établir que l’unité du corps social s’enracine en deçà du calcul et de l’intérêt dans le « cœur » des hommes, Rousseau, scrutant cette dimension de l’existence humaine qu’est l’appartenance sociale, échafaude un édifice complexe d’hypothèses et d’analyses visant à dépasser les dualismes les plus ancrés : nature/culture, individu/social, être/paraître, raison/passion. La réflexion du philosophe s’efforce de dégager une sorte de synthèse entre ce qu’exige la nature de l’homme en tant qu’être libre et ce que nécessite sa condition d’être social. Elle ouvre ainsi la voie en sociologie à un « individualisme structurel », si l’on conçoit par cette formule une perspective théorique qui soit attentive à l’individu, à son autonomie et à ses mobiles, autant qu’aux conditions sociales et symboliques infrarationnelles de son activité cognitive et de son action.

Rousseau and the symbolic bond between people: contribution to structural individualism

The aim of this article is to study the contribution of Jean-Jacques Rousseau’s works to the sociological analysis of social coordination, i.e. how people succeed in coordinating themselves to act together. Rousseau focuses his attention on manking, more exactly the man such as found in nature and the man such as formed in social life. He tries to understand what make act, or could make act, the man. But in this theoretical position which announces the later developments of the sociology of action, he adds an essential proposition: social coordination can be made only on a infra-rational base which binds people between them by feelings of sociability. Although natural, these loving passions are spontaneous by no means. They must be supported and protected by some devices in which consists the symbolic bond between men. In this way intended to prove that the unity of the society takes root below calculated interest in the « heart » of man, Rousseau scrutinize the dimension of the human existence that is social belonging. He so elaborates a complex set of hypotheses and analyses to exceed the most anchored dualisms: nature vs culture, individual vs society, being vs appearance, reason vs passion. The philosopher tries to build a kind of synthesis between what requires the nature of man and what require his condition of social being. This analysis opens the way in sociology to an « structural individualism », i.e. a theoretical approach which is attentive to the individual, to his autonomy and his motives as much as on the social and symbolic conditions of his cognitive activity and his action.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’intérêt : une médiation nécessaire mais non suffisante
Réconcilier le cœur et la raison
Les figures de l’infrarationalité
Le législateur, « messager céleste » de la volonté générale
La religion civile entre utilité sociale et élan du cœur
Les mœurs, « véritable constitution de l’État »
La dialectique de Rousseau
Conclusion : Rousseau et la sociologie de l’action

Aperçu du début du texte

Bien que la pensée de Rousseau ait suscité d’innombrables commentaires, parfois franchement opposés, très peu s’adressent à l’analyste des faits sociaux, qu’il soit sociologue, anthropologue ou historien, alors même que le philosophe est régulièrement cité comme l’un de ceux qui a contribué à la naissance des sciences sociales. Le point de vue présenté ici est celui d’un sociologue : nous tentons d’articuler différents niveaux d’analyse qui, tous, se rapportent à l’action des hommes en société et à la question de la « coordination sociale » – comment les hommes parviennent-ils à s’accorder pour agir de concert ? – afin d’en dégager une synthèse théorique qui, d’une part, ait sa propre cohérence et, d’autre part, présente une claire pertinence pour l’analyse sociologique.

On a reproché à Rousseau d’être tour à tour un individualiste exaspéré ou un socialiste autoritaire, un rationaliste ou le père du romantisme. Certains analystes en ont conclu que sa pensée n’avait aucune cohérence e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Hugues Déchaux, « Rousseau et la médiation symbolique entre les hommes : contribution à un individualisme structurel », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 09 septembre 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/438

Haut de page

Auteur

Jean-Hugues Déchaux

Professeur des Universités en sociologie – Mondes et Dynamique des sociétés –  modys, umr 5264, cnrs, Université Lumière Lyon 2, 14 rue Berthelot – 69363 Lyon Cedex 07 - jean-hugues.dechaux@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page