Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ces extraits d’entretien permettent d’illustrer la mobilité sociale individuelle à Hambourg et l’adoption de certaines normes majoritaires.

2Note : la jeune-femme est grande, rousse et sa peau est couverte de taches de rousseur. Elle est habillée de manière « sportive ». Elle s’exprime d’une manière très soutenue, avec un vocabulaire choisi.

3Quel âge as-tu ?

421 ans.

5Qu’est-ce que tu fais ? Tu fais des études ou tu travailles ?

6Je suis encore à l’école. Je passe mon Abitur en ce moment. Je vais terminer cette année.

7Où ?

8À Sankt Georg. Au lycée [je n’ai pas compris le nom]. C’est un [Aufbaugymnasium].

9Et tu habites aussi là-bas ?

10Oui.

11Avec ta famille ?

12Oui. Avec mon père et ma mère.

13Et qu’est-ce que tu as fait avant le Gymnasium ?

14C’est une longue histoire. J’ai fait une pause de deux ans. J’ai fait une formation et économisé l’argent. Je ne l’ai fait que six mois et après, je suis avec ma meilleure amie six semaines au Canada. J’ai suivi un cours de langue là-bas et après, je suis allée en Angleterre, en Turquie, au Danemark. Et après, j’ai recommencé avec l’école.

15Et qu’est-ce que tu as fait en Angleterre ?

16J’ai rendu visite à des amis. Et au Canada, j’étais à l’école. Au Danemark, la famille. En Turquie, aussi la famille, naturellement. Après, j’avais encore à peu près un an. J’ai fait un stage au SPD, chez Johannes Kahrs. Et… ça fait déjà un moment. Après, j’ai travaillé sur des projets avec des petits enfants. Des workshops et ce genre de choses. Et après, j’ai repris l’école.

17Tu habites avec ta famille. Est-ce que tu as des frères et sœurs ?

18J’ai quatre frères plus âgés. Mais seulement deux en Allemagne. Deux sont en Turquie.

19Et tu habites avec tes parents et tes frères ?

20Non, seulement avec mes parents.

21Et tes frères en Allemagne, qu’est-ce qu’ils font ?

22Un est déjà marié, depuis douze ans. Et l’autre habite avec sa copine.

23A Hambourg aussi ?

24Oui, aussi à Hambourg.

25Et quand est-ce que ta famille est venue à Hambourg ?

26Mes parents n’étaient pas mariés. Ma mère est venue il y a plus de 30 ans, et mon père… il y 33 ans.

27Et ils se sont rencontrés ici ?

28En Turquie.

29Et qu’est-ce qu’ils faisaient en Turquie ? Où est-ce qu’ils travaillaient ?

30Ma mère était couturière, comme la plupart (rires) Et mon père, il était à l’ONU, je crois. Ou alors à l’OTAN. Et il avait là-bas deux enfants de son premier mariage. Les deux autres enfants. Et il voulait venir ici pour travailler. Il a travaillé chez [je ne comprends pas le nom]. C’est un bureau de coordination au port.

31Et il fait venir ta mère ensuite ?

32Non. C’est ma mère qui a fait venir mon père ici.

33D’accord.

34Ils se sont rencontrés en Turquie. Et ma mère était déjà ici. Et mon père voulait venir en Allemagne. Ils se sont mariés et voilà.

35Et comment ta mère est venue ici ?

36Elle s’est… quand le traité entre la Turquie et l’Allemagne a été signé à l’époque, elle s’est inscrite, pour dire qu’elle voulait venir en Allemagne. Avec des amies. Et elles ont ensuite simplement travaillé dans une grande entreprise.

37Elle a fait cela avec des amies ?

38Oui, avec des amies.

39Est-ce qu’elle avait aussi des parents ici ?

40Non, elle est venue seule ici.

41Et tu as dit que tu as aussi de la famille au Danemark. Où est-ce que tu as encore de la famille ?

42Nous avons sinon encore de la famille en Turquie, et à New York.

43Très international !

44Oui (rires).

45Et d’où viennent tes parents en Turquie ?

46Ma mère d’Istanbul et mon père de Düzce.

47Où est-ce que cela se trouve ?

48Düzce se trouve près d’Ankara.

49D’accord. Je vais le noter. Düzce ?

50Oui, Düzce. (pause) Il y a un grand tremblement de terre là-bas. A Yalova, Düzce.

51Oui (pause) Et est-ce que tes parents t’ont raconté comment c’était pour eux quand ils sont venus ici ?

52Ma mère, elle trouvait cela formidable. Elle était… elle est depuis presque quarante ans en Allemagne. Elle est restée longtemps seule ici. Elle avait une « mère d’accueil » allemande [Gastmutter] et elle lui a appris, l’allemand aussi, et d’autres choses. Elle trouvait cela formidable ici.

53Et quel âge avait-elle quand elle est venue ?

54Elle va avoir 70 ans l’année prochaine. Près de trente ans, ou environ 25 ans…

55Et ton père, il t’a raconté aussi ?

56Lui, pas trop, non. Parce qu’il avait encore deux enfants là-bas. Et, il ne trouvait pas cela si facile, parce qu’il était souvent dans l’équipe de nuit. Je ne me rappelle plus… c’est seulement à l’âge de six ou sept ans que je l’ai vraiment vu. Parce qu’il travaillait toute la journée. Je crois qu’il ne trouvait pas cela si bien. Il voulait toujours rentrer.

57Encore maintenant ?

58Ils ont construit une maison, comme la plupart.

59Où ?

60À Istanbul aussi. Et un de mes frères habite toujours dedans. Mais ma mère ne veut pas retourner là-bas. Elle considère ici comme son pays [Heimat]. Pas la Turquie.

61Et est-ce qu’il a encore des contacts avec ses deux autres enfants en Turquie ?

62Oui.

63Tu les connais aussi.

64Oui.

65Et ils habitent où ?

66Ils habitent aussi à Istanbul. L’un a d’ailleurs très bien réussi. Il a de nombreux restaurants et de nombreux bars. Il est aussi dans les médias. L’autre, il travaille avec lui.

67Et tu as beaucoup de contacts avec ta famille en Turquie ?

68Oui, j’y vais régulièrement. La dernière fois, j’y étais il y a deux ans. Parce que je voulais ensuite d’abord voir d’autres pays. Mais sinon, avant, deux fois par an.

69Et toujours à Istanbul ?

70Istanbul, exactement.

71Est-ce que tu as aussi voyagé en Turquie ?

72Peu. Sinon, avec eux, mais à Yalova ou à proximité, tout ce qui n’est pas loin. (…)

73À quel type d’école es-tu allée ? Tu as tout fait à Sankt Georg ?

74Oui. Je suis allée à l’école primaire à Sankt Georg. Le collège aussi [Mittelstufe], la Realschule, j’y suis allée là-bas. Je suis aussi allée à l’école turque à côté pendant cinq ans [türkische Schule]. J’avais aussi des cours de turc à l’école primaire. En fait, dix ans, en matière principale. Et allemand en cours de soutien. Amusant… Et après, je suis allée au Gymnasium, c’est aussi à Sankt Georg.

75Qu’est-ce que c’est, l’école turque ?

76L’école turque, c’est l’après-midi. On y va pendant cinq ans et passe son diplôme d’école primaire. Ici. On a des instituteurs qui viennent de Turquie. On apprend à lire et à écrire, tout.

77Et comment c’est organisé ? Par qui ?

78Par l’école, par les autorités.

79Par les autorités allemandes ?

80Exactement. Les instituteurs viennent ici, pour cinq ans, ou quelque chose comme ça. Ils s’engagent et doivent rester cinq ans en Allemagne. Il y avait bien sûr des changements d’instituteurs.

81Et tu as fait cela aussi.

82Nous l’avons presque tous fait. En fait, dans l’école où j’étais, il y avait 90% de Turcs. Et c’est pour cela.

8390% ?

84Oui.

85Ca veut dire qu’il y avait très peu d’Allemands ou d’autres migrants.

86Oui, presque pas d’Allemands.

87Est-ce que tu avais quand même des amis allemands ?

88Oui, j’avais peu d’amis turcs. C’est encore comme ça. Et j’avais une très bonne amie allemande. Et seulement avec elle, j’avais le droit de sortir. Je n’avais pas le droit d’aller à Sankt Georg à la Maison de la jeunesse [Haus der Jugend]. Je n’avais pas le droit de les rencontrer. Mes parents ne voulaient pas que j’aie des contacts avec eux.

89Vraiment ? Pourquoi ?

90Ils voulaient que j’apprenne mieux l’allemand. Que j’aie une meilleure conduite. Parce que la plupart des enfants n’ont pas un très bon rapport avec leur famille. Surtout à Sankt Georg. Ça n’a pas très bonne réputation. Et la plupart des Turcs n’ont rien donné de bon. Pour eux, si, mais ils se sont mariés à 18, 19 ans. Et c’est tout. Et mes parents ne voulaient pas cela.

91Est-ce que ce n’était pas difficile pour toi ?

92C’était difficile dans un sens, oui. J’étais souvent qualifiée d’Allemande, parce que je pouvais parler allemand, au contraire des autres. Parce que j’étais complètement différente. J’avais d’autres centres d’intérêt. Je ne suis pas allée à la Haus der Jugend. Je suis allée me promener dans la nature, j’allais le week-end à Sylt. J’avais des amis allemands.

93Et ça t’a dérangé de ne pas pouvoir aller à la Haus der Jugend par exemple ?

94Ça m’a dérangé, oui. Aujourd’hui, je trouve cela bien. Mais à l’époque, ça m’a dérangé. Je ne voulais pas, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi. Naturellement, je ne savais pas pourquoi ça m’était interdit (…) Mais vite, j’ai été d’accord !

95Et avec tes frères, c’était aussi comme ça ?

96Non, pour eux, ce n’était pas comme ça. Chez eux, on n’était pas aussi sévères. Ils n’avaient pas le droit non plus d’y aller, ni de faire beaucoup de choses avec eux. Mais, comme ils étaient des garçons, ils pouvaient se défendre mieux. J’étais le dernier enfant, après quatre garçons. Aussi la seule fille. C’est pour cela.

97Tu disais qu’aujourd’hui encore, tu as plutôt des amis allemands.

98Oui.

99Tu penses que c’est en raison de cette époque, pendant ton enfance ?

100Oui, ça m’a beaucoup marquée.

101Et est-ce que tu as cependant quelques amis turcs ?

102Oui, j’en ai. J’ai deux amis turcs. Mais avec eux, je n’ai plus de contacts. Avec une, moins, parce que ses parents sont très stricts et j’ai du mal à accepter cela. Parce que mes parents ne sont pas comme cela. L’autre amie est, on pourrait dire, la rebelle chez nous. Elle a un enfant, bien qu’elle ne soit pas mariée. D’un noir. La plupart trouvent cela très mal. Je me retrouve plus là. En tant que personne qui pense librement. Elle est plus trop comme les Turques, comme moi…

103Tu dis que tes parents ne sont pas stricts, mais en même temps, quand tu étais petite, ils ne voulaient pas que tu ailles à la Haus der Jugend par exemple.  Et tu dis cependant qu’ils ne sont pas sévères.

104Ils étaient autoritaires, mais pas sévères. Sévère, je trouve cela très négatif. Ils étaient sévères dans le bon sens du terme. Ils avaient certaines règles. Et j’avais mon temps libre. J’avais mes autres amis, avec qui je suis sortie. J’ai fait beaucoup plus de choses que les gens là-bas. Et je suis aussi la seule qui est allée au Gymnasium. Je l’ai remarqué plus tard. Je voulais plus d’éducation, au contraire des autres. Je trouve cela bien.

105La seule à être allée au Gymnasium, tu veux dire par rapport à tes camarades de classe ?

106Exactement.

107De l’école primaire ?

108De la Realschule aussi. Beaucoup sont allés à l’école aussi. Mais seulement un a réussi le diplôme. Et j’ai fait deux ans de pause. Je suis la troisième de notre promotion qui a été acceptée là pour préparer l’Abitur.

109À quoi cela tient, selon toi ?

110À l’environnement. Ils sont… ils ne parlent pas avec moi de toute façon parce que j’ai un petit ami allemand depuis trois ans. Et les gens ne peuvent pas comprendre cela. Ils ne parlent plus non plus à mes parents à cause de cela. Et…

111Pourquoi tu penses ou tu dis qu’ils ne veulent pas parler avec toi parce que tu as un ami allemand ?

112Parce qu’ils me l’ont dit.

113Et ils ont dit aussi pourquoi ?

114Oui, parce qu’il n’est pas musulman. Parce que nous ne sommes pas mariés. Parce qu’il est Allemand. Pas Turc. C’est pour eux le plus important. Être Turc et se marier le plus rapidement possible, fonder une famille. Ce n’est pas mon monde (rires).

115Et beaucoup pensent comme ça ?

116Oui. Presque tous ceux que je connais. Et ils sont déjà mariés et ont des enfants. Ou ont déjà divorcé entre-temps.

117Tu disais qu’ils ne parlent pas avec tes parents ? Tu parlais de qui ?

118Des parents de ces jeunes. Ils ne s’entendent pas. Nous avons remarqué cela quand nous sommes allés à un mariage. Une famille de Sankt Georg nous avait invités. Et j’avais emmené mon copain. Et après cela, j’ai entendu d’amis turcs, avec qui je suis amie, qu’ils auraient parlé mal de nous à table. Ils ont dit qu’ils ne voulaient rien à voir avec moi, car je suis avec un Allemand. En tant qu’étranger, on n’a aucune chance. Pour eux, leur quartier est vraiment comme une petite Turquie. Quand un Allemand arrive, il est un étranger. Et je ne peux pas accepter cela.

119Et est-ce que tes parents ne se sentent pas isolés ?

120Non, ils sont contents. Ils pensent : « ok, si c’est comme ça, nous ne voulons pas non avoir de contacts avec eux ». C’est mieux. Ils ont trois, quatre amis. Mais ils sont… exactement comme mes parents. Ils ne sont pas aussi stricts.

121Tu es maintenant depuis trois ans avec ton copain, c’est cela ?

122Oui.

123Et est-ce que tu aurais pu imaginer être avec un Turc ?

124Pas du tout.

125Pourquoi ?

126Peut-être à cause des expériences négatives que j’ai faites. Et aussi, sans doute, parce que je n’avais pas de contacts avec les Turcs avant. Il y a une sorte de rejet qui s’est instauré. Parce que j’étais toujours appelée « l’Allemande » par les Turcs, et elle est différente, et elle parle allemand, elle est bizarre… Simplement, à cause de ça, je pense. (Silence, gêne) (…)

127Et qu’est-ce que tu voudrais faire après le Gymnasium ? Tu sais déjà ?

128Non. Pour le moment, j’ai posé ma candidature à Hürriyet (journal turc conservateur), ce journal turc, qui cherche de jeunes écrivains. Et j’ai posé ma candidature pour le moment.

129Qu’est-ce que c’est ? C’est un prix ?

130Non, ils cherchent des jeunes qui peuvent bien écrire, qui maîtrisent la langue et ont envie d’écrire pour un journal et de travailler là-bas. On devait envoyer une candidature. C’est dans toute l’Europe en ce moment. Ils cherchent mille jeunes. Et si la candidature plait, on reçoit une formation de six mois. Et après, tu passes des tests et si tu les réussis, ils te prennent et sinon, tu as fait cette formation. Je trouve ça bien et j’espère que je vais être acceptée. Sinon, je ne sais pas encore.

131Mais après, ils t’engagent comme journaliste ?

132Comme jeune écrivain.

133Et qu’est-ce que pensent tes parents sur ce que tu fais ?

134Ils trouvent cela ok. Disons que je dois trouver mon chemin toute seule.  (…)

135Sur la Turquie, tu disais que tu y étais souvent là-bas. Comment pourrais-tu décrie l’endroit d’où viennent tes parents ?

136À Istanbul, il y a beaucoup de différences. Là où nous habitons, ce n’était jusqu’à récemment pas un bon quartier. Près de Fatih (dans le centre islamique d’Istanbul). C’est un quartier musulman très strict. Je ne me suis jamais sentie très à l’aise là-bas, chez nous, à la maison. Mais, nous avons des connaissances qui habitent à… je ne sais plus comment cela s’appelle. Bakirköy. C’est plus moderne et plus joli. Istanbul a plusieurs visages, ça, c’est sûr. Et j’aime cela, cette vie rapide. Cela me manque. Cela fait déjà deux ans que je ne suis pas allée là-bas et j’aimerais être en contact. Parce que ça me manque, ça fait partie de moi. Quand on y va deux fois par an et qu’on a de la famille là-bas, on comprend bien cela. C’est une partie de moi. Aussi, cette rapidité. Ça me convient.

137Et est-ce que tu étais déjà là-bas avec ton copain ?

138Nous pensons y aller cet été, oui.

139Est-ce qu’il était déjà en Turquie ?

140Non, pas encore. L’été dernier, nous étions ensemble en Croatie, au Danemark, à la mer de l’Est. Nous étions aussi au centre de l’Allemagne, à peu près. Il y avait un festival. Nous avons pas mal voyagé. Et cette année, nous pensons aller en Turquie. Peut-être le Danemark encore. (…)

141Est-ce que tu connais un peu la scène politique en Turquie et les différents courants ?

142Oui.

143Et est-ce que tu pourrais me présenter les différents partis et tendances politiques ?

144Je ne les connais pas aussi bien. Mais je peux dire que le gouvernement actuel, qui n’est pas là depuis si longtemps… ça ne me plait pas trop. Disons, il était à l’époque le meilleur choix. J’étais à Istanbul à ce moment-là, quand il y a eu les élections. J’ai pu suivre. Il y avait toujours un show avant les élections. Et il était le meilleur choix, il avait les meilleures idées. Erbakan. Et il avait aussi fait beaucoup en tant que maire à Istanbul. Et fait beaucoup de choses positives. Mais je trouve que le gouvernement, en ce moment, n’est pas bien, parce que je voudrais séparer l’Etat et la religion. Ils veulent les rassembler, et je trouve que ça ne passe pas ensemble. Le Coran ne peut être compatible avec la constitution turque.

145Et pourquoi penses-tu que ça ne peut pas aller ensemble ? Tu trouves que d’une manière générale l’Etat et la religion ne passent pas ensemble ?

146En général, oui.

147Pas spécialement dans le cas de la Turquie ?

148Non, d’une manière générale. Je trouve que cela ne passe pas ensemble. Parce que je me sens, en tant musulmane, disons, mal à l’aise quand un crucifix est pendu au mur quand je suis assise en classe. Ou quand une enseignante porte une croix autour du cou pendant la classe. Exactement comme les Allemands qui sont énervés par le voile. Ça devrait être neutre. Tout comme dans les bâtiments d’un tribunal. En Allemagne, si un crucifix était pendu, si j’avais une avocate avec un voile, cela influencerait l’opinion. Même si ce n’est pas vraiment le cas, cela jouerait un rôle dans les têtes des gens. Je penserais, ok, le juge est apparemment chrétien et il voit que je suis musulmane. Je trouve que cela doit être séparé.

149Et qu’est-ce que tu penses des autres courants politiques ?

150Milli Görüs sont très présents à Hambourg.

151Oui ? À Sankt Georg?

152Oui, à Sankt Georg. À Sankt Georg, c’est là qu’il y a aussi leur principale mosquée où ils diffusent, disons, leur propagande. Affreux. Des amies, deux amies turques, avec qui j’avais des contacts, se sont mariées et portent maintenant le voile et tout. Elles ont été très contentes quand Erbakan a gagné les élections en Turquie. Parce ce qu’il est soutenu par Milli Görüs. Et je trouve cela vraiment affreux. Ils sont aussi pour le fait que la religion soit intégrée dans la politique, dans l’Etat, le gouvernement. Je trouve que cela ne passe pas ensemble. Si c’est comme ça, on peut oublier la vie multiculturelle.

153Et pourquoi est-ce que tu penses que Milli Görüs a tellement d’influence ici, à Sankt Georg ?

154Parce que j’en connais beaucoup qui sont à Milli Görüs. Et ils travaillent à Sankt Georg. Ils sont allés à l’école à Sankt Georg. La mosquée a son propre bazar. Il y en a beaucoup qui travaillent là-bas. Et à la caisse, il y avait pendant un temps une fille qui ne portait pas le voile. Mon père lui a demandé si elle se sentait à l’aise. Elle a dit que non, en fait, mais elle a besoin de l’argent. Ils vont la forcer bientôt à porter le voile si elle veut rester plus longtemps. Et quand on va faire ses courses, l’appel à la prière est fait dans le supermarché. C’est incroyable. On ne se sent pas à l’aise, même en tant que musulmane.

155Et tu penses que cela a beaucoup d’influence auprès des jeunes aussi ?

156Oui, beaucoup, je pense. Je connais certains de mon âge, qui sont au SPD, aux Jusos de Sankt Georg et qui y sont aussi membres. Et on le remarque. Ils sont distants, surtout quand tu es une fille. Ils ne laissent pas beaucoup savoir de leur opinion politique.

157Et pourquoi tu penses que cela marche auprès des jeunes ? Tu parles, par exemple, de jeunes qui sont aussi actifs au SPD ?

158Je ne sais pas. Je ne sais pas comment ils combinent les deux. Je crois qu’ils pensent qu’ils sont sociaux. C’est un parti social, ils soutiennent aussi comme ça cette politique favorable aux étrangers. Et de l’autre côté, ils sont aussi musulmans et soutiennent Milli Görüs. Ils pensent que cela doit être comme ça. Beaucoup parmi eux étudient aussi les sciences islamiques. C’est vraiment extrême. À Sankt Georg, plus qu’ailleurs. C’est aussi un « bourg turc » [Türkenhochburg]. Il y a aussi cette Merkez camii, cette mosquée centrale a son siège là-bas.

159Et tu penses que Sankt Georg est différent d’Altona ou de Wilhelmsburg ?

160Je ne pense pas vraiment. Je n’aime pas beaucoup aller à Wilhelmsburg ou Altona. Altona est… il y a beaucoup de Portugais. Mais pas à Sankt Georg. On a là les Turcs ou les homosexuels. Et… Altona, Wilhelmsburg, comme je l’ai dit, j’y vais très rarement. Mais je crois que la différence réside avant tout dans cette mosquée. Le fait qu’elle soit là. Qu’elle ait là une influence plus forte. Parce qu’il y a cette mosquée. À côté, il y a la mosquée arabe, la mosquée africaine, et tout. En fait, tout est côté à côté.

161J’ai entendu de jeunes, de très jeunes parfois, des marques de soutien ou de sympathie à l’égard du MHP ou des Loups Gris. Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce que tu crois que c’est aussi le cas à Sankt Georg ?

162Je ne l’ai pas vécu, non.

163Est-ce qu’il y a encore des Loups Gris qui sont actifs ?

164Non.

165À Sankt Georg ?

166Non. Autrefois, j’ai vu parfois des sortes de sit-ins. Mais maintenant, je ne crois pas. Les plus influents sont Milli Görüs.

167Et est-ce que tu connais sinon les confréries ? Comme les Süleymanci ? Les Nurcu ? Fetullah Gülen ?

168Non. Ca me dit quelque chose, mais pas directement. Disons, il y en sûrement. Mais, comme je n’ai pas beaucoup de contacts avec eux, avec les Turcs qui sont très religieux, parce qu’ils m’évitent aussi, je ne sais pas.

169Tu n’as pas beaucoup de contacts avec eux, mais tu vas cependant à des fêtes par exemple ? Tu disais tout à l’heure que tu étais allée à un mariage.

170J’y vais. Disons, ils ne me le disent pas en face, mais je l’entends pas le biais de certaines personnes. Ils viennent et parlent de moi avec certaines personnes. Ou me disent que ce que je fais n’est pas bien. Ca m’est égal. J’ai des connaissances de l’école primaire et j’ai une copine avec qui je suis encore en contact, qui a eu un enfant.

171Et quel est ton rapport à la religion ? Comment te décrirais-tu ?

172Je me suis déjà décrite comme musulmane. Je suis religieuse. La grosse différence entre de nombreux musulmans et moi, c'est que je pense, j’ai appris de mes parents que l’Islam signifie aussi la tolérance. Tolérance et l’amour de son prochain. Pour cette raison, je ne pourrais pas dire « Tu es Allemand, tu es mauvais ». Ce n’est pas de mon ressort de faire la différence entre les gens. Ou de les mettre dans des catégories. Je n’y penserais jamais. Ils font ce qu’ils veulent. Et là, je me sens religieuse. Avant, je priais plus. Aujourd’hui, plus autant. Mais la croyance est là.

173Et tes parents, ils pratiquent aussi ?

174Oui, mon père va tous les vendredis à l’église…euh, à la mosquée (rire). Et ma mère non. Elle prie à la maison.

175Et il va où ?

176À la mosquée arabe. Pendant un temps, il est allé à cette Merkez Camii, la mosquée principale. Mais c’était trop propagandiste pour lui. Il m’a raconté. Ils étaient assis là. Et à la fin, on a dit aux personnes présentes « Oui, nous avons besoin d’argent pour Milli Görüs pour que nous puissions soutenir nos amis ». Et ils donnent aussi de l’argent pour que les femmes portent le voile. Il m’a raconté cela, c’est pour cela que je le sais. Mais maintenant, il va à la mosquée arabe.

177Mais ta mère n’y va pas ? Est-ce qu’il y a des femmes qui vont à cette mosquée aussi ?

178Oui, il y a des cours. Des rencontres de femmes. Mais ma mère n’y va pas.

179Et qu’est-ce qu’ils font sinon dans les mosquées ? Est-ce qu’il y a des activités pour les jeunes ?

180Avant, j’allais toujours à la mosquée. Je devais apprendre comment on écrit l’écriture arabe, comment on la lit. Les prières, et tout. Ils le font beaucoup avec des jeunes. Je crois qu’il y a un cours une fois par semaine. On apprend, c’est comme ça, c’est dans le Coran. Avec des jeunes enfants, oui, ils font ce genre de choses.

181Mais tu n’y vas plus maintenant ?

182Non. Parce que la mosquée où j’allais a fermé.

183C’était quelle mosquée ?

184C’était à Sankt Georg. Et c’était une… Les membres n’étaient pas sous l’influence de cette mosquée. Les autres sont sous l’influence de cette mosquée. Ils ont été refoulés. Il n’y avait qu’un hoca. Tout seul. Et c’est pour cela.

185Il n’y a pas de mosquée de DITIB, du Diyanet à Sankt Georg ?

186Je crois que c’est la Merkez Camii.

187De DITIB ?

188Non, du Diyanet (Il s’agit de la même chose, le ministère turc du culte.)

189Mais tu disais qu’elle est sous l’influence de Milli Görüs ?

190Oui, il y a beaucoup de gens qui le pratiquent. Ils se rencontrent là-bas aussi et ils vont prier ensemble. Tous les ans, il y a là-bas le Jour des Mosquées ouvertes [Tag der offenen Moscheen]. Les écoles y vont et… surtout les classes, oui. Pour qu’ils apprennent à connaître l’Islam dans les mosquées, ce genre de choses.

191Tout à l’heure, tu as parlé du voile, qu’est-ce que tu penses du voile ?

192C’est difficile. Je ne le perçois pas comme un signe de soumission, comme beaucoup. Je trouve que quand on a cette attitude et qu’on se sent à l’aise, on doit le faire. Tant qu’on ne critique pas ceux qui ne le font pas. Mais je trouve que c’est dommage quand des femmes le portent uniquement parce qu’elles croient que… ou quand quelqu’un le dit, par exemple, que ça doit être comme ça. Je suis partagée là-dessus. Je connais des gens qui le font parce qu’ils le veulent. Leurs parents étaient contre. Et je connais des gens qui le font parce que les parents le veulent. Ils leur ont déjà mis un voile quand elles étaient toutes petites. Je trouve que chacun devrait pouvoir faire ce qu’il veut.

193Et qu’est-ce que tu penses du changement de générations. On entend souvent que la religion a une nouvelle signification pour les gens des nouvelles générations. Qu’est-ce que tu en penses ?

194Je trouve, oui. Surtout quand on vit dans un autre pays, mais qu’on est d’origine turque, on devrait essayer de combiner la religion avec le pays dans lequel on vit. Comme je le fais. Parce que, si je ne pouvais pas vivre ma religion, je ne me sentirais pas à l’aise, je n’aurais pas l’impression de faire partie de ce pays, en tant que citoyenne. Mais, je suis née ici, j’ai grandi ici. Et ce serait pour moi une sorte de négation, je n’aurais pas du tout de pays. Et c’est pour cela que… je crois qu’il faut se comporter comme cela.

195J’ai entendu des jeunes critiquer l’interdiction du voile à l’école en Turquie par exemple. Ils disent que c’est une atteinte aux libertés religieuses. Qu’est-ce que tu en penses ?

196Je ne pense pas que c’est une atteinte aux droits de l’homme, ni une atteinte aux libertés. Parce que je suis d’avis qu’on doit séparer l’Etat et la religion. Simplement. Parce qu’on s’est rendu compte en Turquie que les écoles coraniques étaient autorisées, pendant très longtemps. Et de nombreux parents sont venus à Istanbul ou Ankara parce qu’ils ne pouvaient plus vivre en province. Ces gens n’ont souvent pas d’éducation et ont placé leurs enfants dans des écoles coraniques. Beaucoup ont fait cela. On ne peut pas construire un Etat comme ça. Surtout que la Turquie est un pays industriel en croissance. Et on doit arrêter cela simplement. Parce que la plupart sont seulement allés à l’école coranique et il n’y a plus de personnes qualifiées en province. Je trouve que ça doit être séparé. On doit voir que ça ne passe pas ensemble. Je ne crois pas que quelqu’un qui a porté toute sa vie le voile pense, pourquoi je dois ôter mon voile maintenant dans les bâtiments publics ? Ils doivent à ce moment penser à la signification du voile. Le foulard a pour signification de les voiler. Mais je crois que quand on entre dans un bâtiment public, et qu’on doit ôter le foulard, que les gens n’interprètent pas cela comme une provocation, mais au contraire, qu’ils sachent pourquoi on doit le faire. Et qu’ils le respectent aussi.

197J’ai aussi entendu dire par exemple que l’interdiction du voile dans les bâtiments publics peut se comprendre en Turquie, à cause, par exemple, du danger islamiste, mais que ceci ne peut être appliqué en Allemagne. Qu’est-ce que tu en penses ?

198Si. On le remarque en particulier avec Milli Görüs. Et, ici, les gens sont payés pour porter le voile. C’est vraiment… Je trouve cela ok. Je ne suis pas directement concernée, mais cela doit être comme ça avec toutes les religions. Avec les croix, les crucifix. Voilà ce que je pense, je ne suis pas pour.

199Est-ce que tu penses que l’interdiction du voile à l’école, comme en France, serait positive pour l’Allemagne ?

200Je dirais que ça serait ok. Parce que pour moi l’Etat et la religion doivent rester séparés. Ca ne passe pas ensemble.

201Qu’est-ce que tu penses des rapports avec les différentes minorités, religieuses ou ethniques, en Turquie ?

202Je ne sais pas exactement.

203Comment c’est à Sankt Georg par exemple ? Est-ce qu’il y a aussi beaucoup de Kurdes là-bas ?

204Il y a plus de gitans.

205De Turquie ?

206Oui. Mais on ne fait pas de différences. Il y a aussi des Kurdes à l’école. Qui disent eux-mêmes qu’ils sont Turcs. Je ne fais pas de différences. C’est pour cela… il y en a, mais je ne sais pas vraiment. Ils restent peut-être ensemble parce qu’ils se perçoivent comme une minorité dans un pays étranger. Ils sont en fait Turcs, ou Kurdes.

207En ce moment, on parle à nouveau beaucoup des Arméniens. C’est souvent un thème important aussi chez de nombreux jeunes. Qu’est-ce que tu penses de ce sujet ?

208Je n’ai pas de connaissances là-dessus, en réalité. J’en ai entendu parler, mais je n’ai pas d’amis arméniens, ou ce genre de choses.

209Il y a beaucoup de jeunes qui réagissent de manière très forte quand on parle du génocide des Arméniens…

210Je crois que c’est parce qu’ils se cherchent eux-mêmes quelque part. Surtout quand ils sont un peu plus jeunes. Leurs parents ne veulent pas établir des liens avec le pays, ici, même s’ils ont souvent passé plus de temps ici que dans leur pays d’origine. Et quand les parents –ils sont souvent l’exemple le plus important-, quand ils ne se sentent pas chez eux ici, leurs enfants ne peuvent pas non plus se sentir chez eux. Ils pensent alors qu’ils n’appartiennent pas du tout à ce pays. Ce n’était pas le cas de mes parents. Mes parents m’ont dit « Tu es Allemande, tu es née ici, tu es d’origine turque ». Parce que, sinon, tu es perdu quelque part. En Turquie, tu n’es pas chez toi. Je crois qu’ils le prennent de manière très sérieuse, ce conflit. Ils le prennent de manière très personnelle et pensent qu’ils doivent faire quelque chose. Je pense qu’on en parle beaucoup chez eux, à la maison, qu’on regarde les nouvelles télévisées turques. De cette manière, je pense qu’ils se forgent des opinions extrêmes et aiment donner ce genre d’opinions.

211Et comment tu te décrirais toi-même ?

212Les gens trouvent la plupart de mes attitudes allemandes, mon apparence, ma langue. Et cela les laisse perplexes quand je dis que je suis Turque. La plupart se rendent compte que je suis les deux. Je suis Turque-Allemande. Cela ne me pose pas de problèmes de dire que je suis Allemande ou que je suis Turque. Mais je suis les deux en fait. Je suis Germano-Turque, oui. (…)

213Est-ce que tu as la nationalité allemande ?

214Oui.

215Pas les deux ?

216Non. Depuis que j’ai six ans, je crois, j’ai un passeport allemand.

217Qu’est-ce qui t’a conduit à t’engager politiquement ?

218Honnêtement, c’était mon frère. Celui qui a fait des études de gestion. Il est au SPD avec sa femme. Ils m’ont simplement emmené avec eux et m’ont dit « Fais quelque chose », ça a commencé comme ça. Et mon copain s’intéresse beaucoup à la politique. Il fait des études d’économie. Et… en fait, on parle beaucoup de ça. Et j’ai fait aussi un stage au SPD.

219Et tu veux continuer ?

220Au SPD ? Ou la politique en général ?

221La politique. Et le SPD aussi.

222Je crois que je ne veux pas m’engager dans la politique, c’est trop fatigant. J’ai vu ce que c’était et ce n’est pas pour moi. Je ne pense donc pas que je suis capable de fournir un tel travail. Mais je suis toujours intéressée. Je continue à suivre ce qui se passe. Et ça va rester comme ça.

223Et tu lis parfois des journaux turcs ? Ou tu regardes la télévision turque ?

224Peu. Mon père regarde naturellement les nouvelles (les informations) télévisées turques. Je regarde plutôt les informations allemandes. Parce que je ne crois pas toujours les informations turques. C’est trop patriotique pour moi. Ou exagéré. Les journaux turcs… je ne sais pas dans quelle mesure je peux croire ce qu’ils écrivent. Je préfère les journaux allemands.

225J’ai entendu dire que les Turcs qui vivent ici sont souvent plus nationalistes que les Turcs en Turquie et que c’est lié aux expériences de discrimination. Qu’est-ce que tu en penses ?

226C’est clair que les sociétés parallèles se sont formées parce que les gens se sentaient seuls, isolés. La plupart ne parlaient pas la langue. Ils se sont établis ici à Altona, Wilhelmsburg ou Sankt Georg. Et ces gens restent donc naturellement entre eux. Ils se sentent comme ça beaucoup plus à l’aise. Et leurs enfants, parce qu’ils ont le sentiment que ça se perd, sont aussi nationalistes. Ils sont… je crois que s’ils ne le sont pas, si on leur retire, c’est une part de leur identité, je crois. Je ne le ressens pas comme ça, mais je crois que la plupart ont peur de ne rien avoir, de ne plus avoir de pays.

227Qu’est-ce que tu veux dire quand tu dis que tu ne le ressens pas comme ça ?

228Je ne le ressens pas comme ça. Je n’ai pas besoin d’être nationaliste pour savoir où est mon origine. Je sais que je suis d’origine turque, sinon, je suis Germano-allemande et c’est tout.

229Mais c’était important pour tes parents que tu apprennes le turc par exemple, que tu ailles à l’école turque ?

230Oui, c’était important pour eux.

231C’est important pour toi aussi ?

232Oui.

233Et plus tard, disons, si tu as des enfants ici, ça serait important pour toi de leur transmettre la langue turque ?

234Oui. Pour la bonne raison que… Il y a un proverbe turc qui dit « Une langue, une personne ». Cela fait vraiment une grosse différence quand je parle allemand ou quand je parle turc. Je gesticule de manière différente, je m’exprime différemment. C’est en fait une belle expérience, une autre langue. Par exemple, la musique, ou la culture. On peut mieux les comprendre, mieux les sentir. On construit un tout autre rapport à cela. Ca serait important pour moi, oui. Parce que c’est une partie de moi. Je ne nie pas que je suis Turque et je trouve que c’est bien de pouvoir parler ma langue. C’est un enrichissement pour moi et ça serait important que mes enfants profitent de cela aussi. (…)

235Tu disais tout à l’heure que quand tu étais enfant, tu étais rejetée par les autres enfants à l’école. Est-ce que tu as vécu d’autres expériences de discrimination ?

236Aucune, non.

237Et ta famille ?

238Non plus.

239Peux-tu décrire comment c’était pour toi être rejetée par les autres enfants ? Qu’est-ce que tu ressentais ?

240Je trouvais cela difficile. Parce que c’est aussi une époque où on est dans la puberté, à la recherche de soi. Quand on est rejetée, on cherche quelque chose d’autre, quand on ne fait pas partie. C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai si peu d’amis turcs. (pause) Je crois que sur le moment, c’est difficile, mais après-coup, je trouve cela mieux parce que… je sais que cela ne m’a pas dérangé énormément parce que j’avais des amis allemands.

241Comment décrirais-tu les jeunes d’origine turque, ou Turc Allemands à Hambourg ?

242Comment je les décrirais… Je crois, comme la plupart des autres, ils appartiennent plutôt aux couches sociales populaires. La plupart n’ont pas vraiment de but, mais sont plutôt concentrés sur la famille. Et s’efforcent de conserver, disons, ce côté culturel turc. Je crois que la plupart sont comme ça.

243Et comment tu vois cette situation dans l’avenir ? Tu penses que cela va changer ?

244Je crois que les choses vont difficilement changer. Les sociétés parallèles ne vont jamais complètement évoluer dans une direction commune. Mais je pense qu’il y aura des changements. Je ne pense pas que mes enfants pourront parler aussi bien turc que moi, qu’ils se sentiront plutôt allemands. Parce que la mère parle aussi allemand. Je pense que cela va changer pour chacun avec le temps. Même si les gens ont vécu des expériences négatives… je pense qu’ils ne répèteront pas les mêmes choses avec leurs enfants, qu’ils laisseront plus de libertés à leurs enfants que leurs parents n’avaient fait avec eux, qu’ils se comporteront de manière plus libérale, plus sociale. Je pense que cela va changer. Ce nationalisme aussi. Cela va disparaître à un moment ou à un autre.

245Est-ce qu’il y a beaucoup de jeunes qui tournent mal ? Qui…

246Quittent l’école ?

247Oui, par exemple. Qui quittent l’école, qui ne travaillent pas, ou se tournent vers la criminalité…

248ça vient de ces groupes. Parce que les jeunes croient qu’ils sont forts quand ils sont dans un groupe. Ils y trouvent leur identité. J’avais aussi un gang de Turcs dans mon école. Ils sont toujours ensemble, ils se sentent forts et ne croient pas qu’on peut s’opposer à eux. Et c’est comme ça aussi pour ceux qui sont criminels. Ils frappent ceux qui ne leur conviennent pas, parce qu’ils se sentent attaqués, dans leur fierté. Je pense que cela vient de ça. Ils veulent se protéger, ils sont fiers, ils sont forts et l’école n’est pas importante. Tous sont contre eux, parce qu’ils sont étrangers. Je crois qu’ils souffrent vraiment… comment puis-je dire ? de complexes. Ils ont simplement peur et ne peuvent le montrer que comme ça.

249Et comment ça se passe à Sankt Georg ? Il y a des problèmes de criminalité là-bas ?

250Avant, il y en avait beaucoup. Beaucoup. À l’école où j’étais, tous ceux qui n’étaient pas Turcs se faisaient taper dessus. Ils sont aussi venus sur moi, et quelqu’un a dit « Non, c’est une de nos sœurs, elle est Turque ». C’était comme ça. Ils avaient l’impression qu’ils devaient se comporter comme ça. Même si c’était par la violence.

251Et ça a changé ? Parce que tu disais qu’avant, il y avait des problèmes.

252Ça a un peu changé. On fait plus de choses avec les jeunes, on essaie plus d’intégrer les gens. Du fait que c’est bilingue, que les enfants allemands parlent aussi turc. Ce programme d’arbitres, de médiateurs, a été introduit. Ils apprennent à parler avec les jeunes et essaient de servir de médiateur. Beaucoup de choses ont été faites.

253Tu vois des différences entre les garçons et les filles ? Au niveau de l’école par exemple.

254Je crois que les filles sont un peu plus décidées et se fixent plus de buts que les garçons, parce que la plupart ont ce sentiment, que les garçons peuvent tout faire, n’ont pas besoin de lutter dans la vie. Les filles ont au contraire le sentiment qu’elles doivent faire quelque chose de leur vie. Les garçons pensent plutôt « La fierté, c’est mon affaire » et les filles plutôt, « Ma vie, c’est mon affaire ». Qu’elles s’occupent d’elles-mêmes. En général, je crois qu’il y a plus de filles à l’école que de garçons. En Allemagne aussi.

255Tu crois que c’est peut-être un moyen de quitter la pression familiale ?

256Oui, je crois. C’est pour beaucoup la seule possibilité de vivre leur vie, la seule possibilité de sortir de la maison, de profiter de leur temps, de rencontrer des amis.

257Est-ce que tu as toi-même vécu à la maison une différence entre la liberté accordée à tes frères et la tienne ?

258Oui. Comme Sankt Georg était un quartier très criminel avant, je n’avais pas le droit de sortir toute seule. Je devais sortir avec eux, ou il fallait qu’ils viennent me chercher.

259Et comment ça se passe maintenant ? Tu peux sortir librement ?

260Oui. Mes parents m’ont dit, bien, maintenant, tu es grande, et nous n’avons plus envie de te courir après.

261Et où est-ce que tu vas quand tu sors ?

262Faire la fête, tu veux dire ?

263Oui. Ou en général, pendant ton temps libre.

264Je fais beaucoup de choses avec mes amis. On se rencontre, on organise beaucoup de choses. Je vais tous les jours à l’école dans notre café d’habitués [Stammcafé], je prends toujours quelque chose là-bas et nous faisons nos devoirs ensemble. Et le week-end, nous sommes la plupart du temps sur le Kiez [autour de la Repperbahn].

265Le Kiez ? A Sankt Georg ?

266Sankt Pauli. Repperbahn.

267D’accord.

268Repperbahn, c’est le Kiez, oui.

269Tu as dit qu’il y avait le quartier homosexuel à Sankt Georg. Comment cela se passe avec le quartier turc ?

270Ça ne passe pas du tout ensemble.

271Il n’y a pas de problèmes ?

272Il n’y a pas de discussion, ou de dispute, ou ce genre de choses. Ils évitent cela, simplement. Ils n’y vont pas. Jusqu’à présent, je n’ai jamais vu un des Turcs avec qui j’étais à l’école primaire là-bas. Je suis tous les jours dans notre café là-bas après l’école. Le public est surtout composé d’homosexuels. Ça ne me gêne pas, mes amis non plus. Nous allons toujours là. Je crois qu’ils évitent cela simplement. Ils pensent qu’ils ne doivent pas aller là-bas.

273Et pourquoi est-ce que vous allez là-bas ?

274C’est sympa et c’est proche de l’école.

275Est-ce que tu te décrirais plutôt comme une exception ? La manière dont tu vis, ce que tu as fait, comme tu penses.

276Je pense que ce n’est pas une grande exception. Mais je pense que c’est assez rare. Rare… je pense que c’est d’une certaine manière une exception. Mais je pense aussi qu’il y en a plus qu’on ne croit.

277Tu as parlé tout à l’heure d’une de tes amies, qui a un enfant mais n’es pas mariée. Où est-ce qu’elle habite ?

278Elle vit seule. Elle est partie de Sankt Georg, parce que c’était trop difficile pour elle. Les gens l’ont toujours critiquée, lui ont toujours fait des réflexions parce que son enfant est noir, pourquoi est-ce qu’il est si foncé, etc. Mais elle est en ce moment depuis environ un mois toujours à Sankt Georg, chez ses parents. Elle vit là-bas, parce que c’est trop difficile avec l’enfant. Il a seulement trois mois.

279Et comment ça se passe avec sa famille ?

280Ils sont en fait très religieux et ne voulaient pas accepter la situation pendant la grossesse. Mais le père a dit un jour que cela lui était égal, que c’était sa vie et que s’ils sont religieux, ils doivent croire que c’est ce que Dieu a voulu, le chemin qu’a pris leur fille, c'est-à-dire, c’est le destin. Et maintenant, tout est ok chez eux. Ils ont accepté, simplement.

281Je ne sais plus si je t’ai déjà demandé si tu travailles aussi à côté de l’école ?

282Je ne travaille pas, non.

283Tu disais que tu as travaillé comme mentor ?

284Médiatrice.

285Qu’est-ce que tu faisais ?

286On est médiateur à l’école ; ça veut dire que quand il y a une dispute, que quelqu’un fait des problèmes, tu y vas, tu parles avec eux. Tu discutes avec eux. Tu essaies de calmer les choses.

287Comment ça se passe ? Comment tu peux faire cela ? On reçoit une sorte de formation ?

288J’ai fait une formation pendant l’école. On a choisi certains élèves pour cela. Et j’ai reçu un certificat. Et j’avais ensuite le droit de faire cela. J’avais ma propre pièce, à l’école, avec quelques autres personnes qui avaient fait cela aussi. Dans tous ceux qui ont fait cela avec moi, je m’en rends compte maintenant, il y avait une Noire, une Afghane, une Polonaise et une Russe. J’étais la seule Turque bien qu’il y avait énormément de Turcs à l’école.

289Et seulement des filles aussi.

290Il y avait aussi un garçon. Un Russe, je crois, ou un Polonais. Je crois que j’étais la seule Turque, oui.

291Et comment sont les rapports entre les Turcs et les autres migrants (à l’école) ?

292Je crois… je ne sais pas exactement, parce qu’à mon école, il y avait presque seulement des Turcs. Mais je pense qu’ils préfèrent être avec ces enfants qu’avec des enfants allemands. Ils font une différence.

293Pourquoi ?

294Parce qu’ils peuvent mieux comprendre, ils sont aussi étrangers dans ce pays. Je crois qu’ils pensent qu’ils peuvent mieux se comprendre.

295Même avec des migrants non musulmans ? Avec les Polonais, ou avec les Russes.

296Oui, aussi. Il y a aussi beaucoup d’Italiens à Sankt Georg. C’est un gang.

297Des Italiens de la seconde génération ?

298Comme nous. Aussi de la première génération. Ou deuxième génération. Oui, j’appartiens à la seconde génération (rire).

299Et comment ça se passe pour les Italiens ? Avec la langue par exemple ?

300Exactement la même chose que chez les Turcs. Ils se soutiennent beaucoup entre eux. Parce qu’ils sont une minorité, disons.

301Et est-ce que c’est la même chose chez les autres aussi ? Chez les Russes, chez les Polonais ?

302Oui, on entend encore des différences, même aujourd’hui, à l’école où je suis. À mon niveau, la moyenne d’âge est de 20 ans. Je vois qu’ils sont un peu plus ensemble qu’avec les autres. Les Polonais, et les autres… nous sommes seulement un petit groupe, qui est mélangé et auquel j’appartiens aussi.

303Tu penses que cela tient à la langue et à l’origine ?

304Oui. Les similarités. Parce qu’on se retrouve dans l’autre personne.

305Comment peux-tu décrire l’identité turque ? Qu’est-ce que cela veut dire pour toi, être Turc ?

306Chez moi ?

307D’une manière générale. L’identité turque, la culture turque. Qu’est-ce que cela signifie pour toi ?

308C’est difficile. En fait, tout ce que je connais par le biais des vacances. À Istanbul.

309Mais aussi ici ?

310Oui, aussi ici. C’est beaucoup lié à la religion, à la culture, la famille, la tradition. La famille, à coup sur. La famille et la tradition.  (…) Chez les Turcs, c’est : la famille est la famille. Les enfants sont très importants. Pour les enfants, le père et la mère jouent toujours un rôle important. Dans les familles allemandes, c’est comme ça, tu es toujours adulte. Et tes parents sont comme tes amis, tu es à égalité avec eux. Pour eux, tu n’es plus un enfant et tu es toi-même responsable pour toi. Ce sont de grosses différences. Aussi ce côté culturel, traditionnel… ce n’est pas tellement comme ça chez les Allemands. Des choses qui sont par exemple tout à fait normales pour moi, je ne les retrouve pas chez la famille de mon copain. Il y a de grosses différences en fait. Dans les relations entre les gens.

311Et justement, chez les Turcs, l’importance de la famille, est-ce que tu trouves cela positif (…)?

312Je trouve cela en fait très négatif. Je peux le comprendre d’une certaine manière parce que… ils ont aussi été exclus de la société. Et ils ont cherché du soutien auprès des leurs. Mais je trouve cela d’une certaine manière très négatif parce que… ils ne… s’intègrent pas. Ils ne cherchent pas à faire partie de ce pays, ils sont toujours étrangers dans ce pays. Et s’ils continuent à vivre comme ça à l’intérieur de leur famille, c’est alors encore plus difficile. Ils ne s’intéressent pas à la société, ni à la politique. Comment puis-je dire ? C’est vraiment un thème très important et difficile à décrire. Je trouve cela très négatif.

313Et comment peux-tu décrire une intégration réussie ? Qu’est-ce que cela veut dire pour toi ?

314Je ne veux pas m’envoyer de fleurs, mais je pense que je suis un exemple d’intégration réussie. (…) Qu’on dise, je vis ici, dans ce pays et je dois aussi m’adapter, parce que c’est une partie de moi. Je ne veux pas me rendre la vie plus difficile en me fixant d’autres règles et en luttant contre. L’intégration est simplement vivre avec.

315On pourrait aussi dire que quelqu’un qui vit ici et travaille, a un emploi, est déjà « intégré », non ? La manière dont il mène sa vie privée importe peu non ?

316Non, l’intégration signifie plus que ça. On n’est pas obligé de laisser tomber sa culture et ses traditions. Mais, on doit d’abord avant tout apprendre à connaître et comprendre les traditions et la culture d’ici. Parce que la plupart ne connaissent même pas cela. Ce sont des préjugés. Tu n’es pas seulement intégré parce que tu travailles. Si tu n’as pas de contacts sociaux avec d’autres gens, tu n’es pas intégré, tu fais toujours partie de ton propre monde.

317Tu penses qu’on manque d’exemples positifs, de personnes pouvant servir d’exemple, parmi les Turcs, les jeunes d’origine turque ? Des gens avec qui les jeunes pourraient s’identifier ?

318En fait… je ne sais pas si tu connais le magazine Stern.

319Si.

320Il y avait une fois un article… Les Turcs en Allemagne. Et il y avait une photo d’une fille turque avec un voile qui avait un drapeau allemand comme motif. Et c’était comme ça… euh… dans ce texte, tous les aspects négatifs de ces sociétés parallèles étaient mentionnés. Mais j’ai apprécié qu’il y ait aussi deux pages sur des Turcs à Munich qui ont vraiment réussi. Qui sont allés à l’école, et avec des jeux informatiques, parce qu’ils aimaient bien cela, ont gagné beaucoup d’argent. Et ce sont des exemples très positifs qui étaient présentés là. Les côtés négatifs aussi, mais ils ont montré qu’on peut faire les choses différemment. On peut aussi être intégré, on peut aussi faire partie de ce pays et toujours être Turc.

321Est-ce que tu peux citer des exemples positifs que tu connais ?

322Il n’y a pas de noms qui me viennent à l’esprit, concrètement. Ça serait… comment ils s’appellent… Un acteur très connu. Il fait beaucoup pour informer les jeunes. Je ne connais malheureusement plus son nom. Il voyage dans toute l’Allemagne, il va dans les écoles et il fait une sorte de parodie d’Hitler. Il informe les jeunes sur l’époque nazie, sur l’extrême droite aujourd’hui encore. Je n’arrive pas à me rappeler de ce nom… (…)

323Mais qu’est-ce que tu penses de la discussion actuelle, par exemple autour de personnes comme Necla Kelek ? On a beaucoup parlé d’elle.

324Je ne sais pas exactement ce qu’elle a écrit.

325Elle a écrit sur le sujet des mariages forcés.

326Une militante des droits des femmes, non ?

327Qu’est-ce que tu en penses ?

328Je ne connais pas tous les détails. Je sais seulement que cette femme est en danger de mort. Je trouve cela bien qu’elle exprime son avis. Il faut tolérer cela.

329Tu disais que tu ne sais pas encore vraiment ce que tu veux faire plus tard. Mais, tu aimerais rester ici ?

330Je voudrais rester à Hambourg. Je suis totalement amoureuse d’Hambourg. Je trouve la ville belle. Mais je voudrais encore retourner au Canada, pour plus longtemps que six semaines. À Montréal, et je voudrais bien rester un peu plus longtemps. Je voudrais bien aussi habiter pendant un temps à Istanbul, pour mieux connaître la ville et améliorer à nouveau mon niveau de langue. Parce que je parle rarement turc. J’aimerais bien aller à l’étranger, oui. Mais, je vois mon avenir d’une manière générale à Hambourg. Soit dans le domaine socio-pédagogique, soit dans le domaine des médias. Mais peut-être un jour aussi avec une famille. Mais ce n’est pas une priorité pour le moment pour moi.

331À Montréal, tu avais suivi un cours de langue ?

332En anglais, oui.

333Parce qu’à Montréal, on parle aussi français.

334Oui. Je sais. Mais je ne parle pas un mot de français. Je trouve cela très difficile. Ils parlent les deux langues.

335Tu te vois donc plutôt dans le domaine socio-pédagogique ou dans celui des médias.

336Oui.

337Pourquoi ?

338Social-pédagogie, simplement grâce à mon stage, parce que je me suis rendue compte que j’aime travailler avec les enfants. Aussi avec des handicapés mentaux, qui étaient aussi là tous les jours. C’était une sorte de café, ils venaient là et discutaient. Je trouvais cela intéressant de me voir face à mes limites. Comment je devais communiquer avec ces personnes, comment je devais me comporter. Dans les médias, simplement parce que j’aime beaucoup écrire. J’aime beaucoup écrire.

339(…)  Est-ce que tu te sens étrangère quand tu vas en Turquie ?

340J’essaie de me sentir chez moi autant que je peux. Ce qui ne fonctionne naturellement pas à Istanbul. C’est différent. Je monte plus facilement dans un taxi que dans un bus. Et comme je ne ressemble pas à une Turque, on me parle souvent en russe, ou d’autres langues. Et je trouve cela super de pouvoir répondre en turc. Ils sont souvent médusés.

341Mais ça ne te dérange pas ?

342Non, je trouve cela super.

343Après avoir arrêté le dictaphone, Göknur dit avant de partir que cela a toujours été très important pour elle de bien parler turc. Comme elle était souvent avec des Allemands, elle considérait cette langue un peu comme sa langue secrète, que seulement elle était en mesure de comprendre. L’écran de son téléphone portable est toujours en turc, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïtena Armagnague, « Annexe 2 : Notes à partir de l’entretien de Göknur à Hambourg », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 10 septembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/426

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page