Navigation – Plan du site

Les dynamiques d’adaptation sociale des communautés turques en France et en Allemagne. Le cas des jeunes générations

Social accomodations of the Turkish migratory process in Germany and in France. The case of the Young generation
Maïtena Armagnague

Résumés

L’article traite de l’évolution du processus migratoire turc en Allemagne et en France, par un intérêt porté aux jeunes générations à Hambourg et à Bordeaux. Cette étude s’appuie sur une méthodologie qualitative. Elle repose sur deux monographies, sur des situations d’observations dans les quartiers et sur des entretiens approfondis et non-directifs de quarante jeunes à Bordeaux (quartiers Palmer à Cenon, trois zones de Génicart à Lormont) et quarante jeunes à Hambourg (quartiers Altona/Sankt Pauli, Sankt Georg, Billstedt et Wilhelmsburg).

Ce travail souligne qu’il existe plusieurs évolutions des dynamiques migratoires. L’étude confirme l’existence d’une assimilation segmentée au sein de la dynamique migratoire turque. L’immigration turque, décrite comme transnationale, s’adapte donc aux différentes sociétés d’implantation.

Le premier processus s’appuie sur la communauté et ses ressources identitaires et économiques. Ce schéma se construit aussi sur des stratégies de distinction juvéniles urbaines. Le deuxième processus se caractérise par une marginalisation juvénile et par une mobilité sociale et symbolique descendante. Le troisième processus est un modèle plus « classique » d’intégration. Il répond davantage aux prescriptions souvent normatives des sociétés allemande et française.

Dans chaque pays, ces processus sont influencés par différents contextes (national, institutionnel et local) produisant des résultats paradoxaux. Le contexte bordelais préserve mieux les solidarités ethniques, rend plus difficiles les réussites individuelles, en dépit de la philosophie républicaine et il active bien plus les frustrations.

Social accomodations of the Turkish migratory process in Germany and in France. The case of the Young generation

This article deals with the evolution of Turkish migratory process in Germany and in France. The younger generations in Hamburg and Bordeaux are especially studied. This study is based on a qualitative methodology. Two investigations were carried (in Hambourg, Germany and Bordeaux, France) using observations of different neighbourhoods and indirect in-depth interviews with forty youth in Bordeaux (the neighbourhoods spanning from Palmer to Cenon, covering three zones from Génicart to Lormont) and with forty youth in Hambourg (Altona/Sankt Pauli, Sankt Georg, Billstedt and Wilhelmsburg).

This survey underlines several patterns of migratory dynamics. We confirms the existence of a segmented assimilation within the Turkish migratory dynamic. Turkish immigration, described as a transnational phenomenon, therefore adapts itself according to the society it encounters.

The first process leans on the community and on its economic and identity resources. This pattern is also based upon the urban youth’s strategies of differentiation. A second process is characterised by a downward assimilation, a juvenile marginalization/discrimination and by a failing social and symbolic mobility.

The third pattern is a more « classical » model of integration. It corresponds much more to French and German prescriptions, which are often normative. In each country, these processes are influenced by different contexts (national, institutional and local), which produce paradoxical results. The current context in Bordeaux preserves ethnic solidarities very well, but it also makes individual success harder, in spite of the republicain philosophy, constituting a source of frustration for the local population.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
La dynamique migratoire turque : une illustration du processus d’assimilation segmentée
Une étude à Hambourg et à Bordeaux
L’adaptation « classique »
La difficulté de mettre en œuvre une adaptation classique à Bordeaux : portrait de Canan
Des parcours plus apaisés à Hambourg
L’adaptation communautaire
Affaiblissement des solidarités ethniques à Hambourg
L’adaptation d’un modèle d’intégration ethnique à Bordeaux
Comment expliquer la plus forte cohésion communautaire à Bordeaux ?
L’adaptation minoritaire
Une dynamique sociale présente dans les deux villes
Rapports aux institutions et idéologies nationales : un paradoxe
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Chacune dans leur contexte, l’Allemagne et la France ont eu recours à l’immigration turque pour répondre à leur forte croissance intérieure après 1945. En Allemagne, les populations originaires de Turquie ont massivement été fixées dans le salariat industriel dès le début des années 1960. L’immigration turque était organisée par un accord bilatéral entre les États turc et allemand, signé en 1961. Concrètement, l’Allemagne s’est appuyée sur des agences de recrutement, en Turquie, dont la mission était de trouver la main-d’œuvre industrielle nécessaire aux entreprises allemandes. En France, les immigrés turcs se sont installés plus tardivement, essentiellement à partir de la fin des années 1970. À cette période, l’économie française entrait en phase de ralentissement. La dégradation rapide du marché du travail a vite encouragé les immigrés turcs à fonder des entreprises dans des secteurs délaissés pour leurs difficiles conditions de travail (bâtiment, restauration, atelier...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïtena Armagnague, « Les dynamiques d’adaptation sociale des communautés turques en France et en Allemagne. Le cas des jeunes générations », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 09 septembre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/416

Haut de page

Auteur

Maïtena Armagnague

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ater) au département de sociologie à l’Université Segalen, Bordeaux 2 (cadis-lapsac) –  Université Victor-Segalen Bordeaux 2 – 146, rue Léo-Saignat – 33076 Bordeaux Cedex – maitena.armagnague@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page