Navigation – Plan du site

Planifier ses obsèques : raisons et enjeux identitaires d’une pratique nouvelle

Funeral planning: motivations and identity issues of a new practice
Bérangère Véron

Résumés

Cet article porte sur le développement récent des contrats de prévoyance funéraire, qui permettent de financer et d’organiser à l’avance ses propres obsèques. Il vise à montrer que ce dispositif d’anticipation n’est pas investi de la même façon selon la situation familiale et le niveau de ressources culturelles des souscripteurs, mais aussi selon l’expérience qu’ils ont de la fin de vie et de la mort de leurs proches.

La souscription d’un contrat obsèques renvoie à la volonté de ne pas être un poids pour ses proches ; elle se veut le signe d’un certain sens de la famille et des responsabilités. En même temps, le souscripteur entend réaffirmer son autonomie financière et « existentielle » vis-à-vis d’eux. La démarche est aussi entreprise dans l’idée de personnaliser ses propres obsèques, d’en faire le reflet de sa singularité. Elle comporte ainsi une logique identitaire, plus ou moins affirmée et élaborée selon les ressources culturelles de l’individu, que l’on tentera de mettre au jour. Mais l’individualisation des obsèques ne signifie pas pour autant leur appropriation par le défunt lui-même : les volontés des souscripteurs s’expriment dans un cadre rituel préexistant, plus qu’elles ne donnent lieu à des cérémonies réinventées.

La montée en puissance de la prévoyance funéraire suggère par ailleurs que l’anticipation de sa propre disparition est devenue un critère normatif de la « bonne » mort, et constitue une « avance » symbolique faite aux proches. En effet, la souscription d’un contrat obsèques s’effectue dans la perspective de sa propre dégradation physique et mentale. Elle procède donc d’une logique compensatoire, voire conjuratoire : il s’agit de donner la preuve de son autonomie présente, pour contrebalancer son éventuelle dépendance future.

Funeral planning: motivations and identity issues of a new practice

This paper deals with the recent development of funeral plans, that is the pre-payment and pre-arrangement of one’s own funeral. It aims to show that this anticipation process varies with the subscribers’ family situation and social resources, but also with their experience of their loved ones’ end of life and death.

« Not being a burden for the loved ones » is a motive associated with funeral planning. It is a way of asserting one’s sense of family and responsibility, but also one’s financial and « existential » autonomy towards the loved ones. Moreover, the process enables to personalize one’s own funeral, reflecting one’s uniqueness. These identity issues, which are more or less strong and elaborate according to the cultural resources of the individual, will be discussed too. However, the individualization of the funeral does not mean that the deceased themselves appropriate their own funeral. The wishes of the subscribers are expressed in a pre-existing ritual frame, and do not entail reinvented ceremonies.

Furthermore, the development of funeral planning seems to indicate that anticipating one’s own death has become a normative criterion for « good » death, and represents a symbolic advance addressed to the loved ones. Indeed, funeral planners have in mind the perspective of their own physical and mental degradation. This process follows a compensating logic: subscribers prove their present autonomy in order to compensate for their possible future dependency.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Anticiper ses obsèques : un acte conjugal ou individuel
La revendication de son autonomie
Le cas des personnes sans descendance
Des logiques identitaires différenciées
Une volonté de mise en cohérence de soi
La garantie d’obsèques « dignes »
L’exemple du choix de la crémation
Les limites de la personnalisation des obsèques
La prévoyance funéraire, une nouvelle forme d’autocontrainte
L’expérience de la mort des proches
Une « avance » symbolique faite aux autres
Une redéfinition des normes statutaires des relations intergénérationnelles ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

La personnalisation des obsèques compte parmi les évolutions majeures survenues au xxe siècle dans le champ funéraire. Jusque dans les années 1960, le déroulement des rites funéraires suivait un protocole connu de tous, auquel prenaient largement part la communauté locale et l’Église catholique, organisé autour de la veillée, de la cérémonie religieuse, du cortège funèbre, de l’inhumation au cimetière et du repas funéraire (Van Gennep, 1998 [1943] ; Ariès, 1975). Aujourd’hui, l’affaiblissement des traditions et des liens communautaires, mais aussi le développement des cérémonies civiles et de la crémation – qui multiplie les questionnements concernant le devenir des cendres (Michaud Nérard, 2007, p. 169) – font que les décisions à prendre suite au décès d’un proche et celles liées à l’organisation de ses obsèques ne vont plus de soi, et se sont multipliées.

Un certain nombre d’analyses pointent le lien entre, d’un côté, la personnalisation du rituel funéraire, et de l’aut...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérangère Véron, « Planifier ses obsèques : raisons et enjeux identitaires d’une pratique nouvelle », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/403

Haut de page

Auteur

Bérangère Véron

berangereveron@hotmail.fr
Doctorante, Observatoire sociologique du changement (fnsp-cnrs) – 27, rue Saint-Guillaume – 75337 Paris Cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page