Navigation – Plan du site

Les inégalités scolaires entre l’amont et l’aval

Organisation scolaire et emprise des diplômes
Upstream and downstream school inequalities. School organization and diplomas influence
François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout

Résumés

Partout, l’école reproduit les inégalités sociales en ce qu’elle est plus favorable aux élèves socialement et culturellement favorisés. Mais cette « loi » est trop générale pour expliquer les grandes variations dans l’amplitude de cette reproduction révélées par les comparaisons internationales. Partant de ces enquêtes, l’article montre tout d’abord que ces variations ne s’expliquent pas directement par l’ampleur des inégalités sociales. Il mobilise ensuite, pour les expliquer, deux autres types de facteurs. Le premier tient à l’organisation des systèmes scolaires, dont il s’avère qu’elle accroît ou atténue plus ou moins les effets des inégalités sociales sur les inégalités scolaires. Le second se situe en aval de l’école, dans l’intensité de l’emprise des diplômes sur l’accès aux diverses positions sociales ; on montre alors que plus les diplômes jouent un rôle déterminant, plus les inégalités scolaires sont prononcées et plus la reproduction des inégalités sociales est rigide. En définitive, c’est la fonction dévolue à l’école par les diverses sociétés qui détermine l’amplitude de la reproduction, et pas seulement ce qui se joue en amont de l’école et dans son fonctionnement. Cette analyse écologique conduite sur un échantillon de pays reste néanmoins à un niveau agrégé et, de plus, des éclairages qualitatifs complémentaires seraient très utiles pour mieux comprendre les modalités fines de la reproduction sociale.

Upstream and downstream school inequalities. School organization and diplomas influence

Everywhere school reproduces social inequalities as it is more favourable to already advantaged pupils. However this « law » is too general to explain the large variations in the amplitude of this reproduction revealed by international comparisons. Relying upon these studies, the paper shows first that these variations cannot be explained directly by the amplitude of social inequalities, so that, to explain them, it is necessary to investigate two main factors. The first one concerns the organization of the school systems. It proves that it may widen or mitigate the impact of pupils’ social background on their academic achievement. The second one concerns the influence of diplomas on access to various social positions. The paper shows that the more diplomas play a deciding role, the more school inequalities are pronounced and the more the reproduction of social inequalities is rigid. Finally, it is the function attributed to school by the various societies that determines the amplitude of the reproduction. However, this study achieved on a sample of countries stands at an aggregate level, and some qualitative complementary studies would be very useful to better understand how social reproduction operates.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Sources et méthodes
Des inégalités scolaires variables : contextes globaux et organisations scolaires
Niveaux de scolarisation et inégalités scolaires
Les effets d’organisation
Ségrégation scolaire et inégalités
Les effets de l’aval : emprise des diplômes et reproduction sociale
Entre l’école et la société : l’emprise des titres scolaires
Emprise du diplôme et inégalités sociales
Emprise du diplôme et inégalités scolaires
Des configurations nationales
Emprise des diplômes et reproduction sociale
Reproduction sociale et inégalités scolaires
Trois types de reproduction sociale
Conclusion

Aperçu du début du texte

La « fonction » reproductrice de l’école est un invariant des sociétés modernes qui ont besoin de trouver dans les verdicts scolaires, sanctionnant les compétences et le mérite des personnes, la justification des hiérarchies sociales engendrées par les inégalités scolaires. Dès lors, la reproduction passerait par la transformation des inégalités sociales en inégalités scolaires de même ampleur, puis des inégalités scolaires en inégalités sociales dans une boucle de répétition à l’identique.

Cette thèse n’est pas seulement, comme cela lui a été reproché, ahistorique (Petitat, 1982), elle est aussi très liée à la conception française du rôle de l’école, comme en témoigne l’écho des thèses de Bourdieu et Passeron (1964, 1970) développées dans une période où les enquêtes comparatives étaient très rares. Depuis une vingtaine d’années, celles-ci se sont multipliées et si toutes confirment que, dans tous les pays riches, les inégalités sociales « déterminent » les inégalités scolaires, elle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout, « Les inégalités scolaires entre l’amont et l’aval », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/386

Haut de page

Auteurs

François Dubet

francois.dubet@u-bordeaux2.fr
Professeur de sociologie à l’université de Bordeaux-2, lapsac, et Directeur d’études à l’ehess, cadis – Université de Bordeaux-2, 3 ter place de la Victoire, 33076 Bordeaux Cedex –

Articles du même auteur

Marie Duru-Bellat

marie.duru-bellat@wanadoo.fr
Professeure de sociologie à l’Institut d’études politiques de Paris, osc – Observatoire sociologique du changement – 27, rue Saint-Guillaume – 75007 Paris

Articles du même auteur

Antoine Vérétout

antoine.veretout@u-bordeaux2.fr
Ingénieur d’études au lapsac, Université de Bordeaux-2 lapsac – ter, place de la Victoire – 33076 Bordeaux Cedex –

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page