Navigation – Plan du site

Entre ici et là-bas : les parcours d’entrepreneurs transnationaux

Investissement économique en Algérie des descendants de l’immigration algérienne de France
Between here and there: the course of transnational entrepreneurs. Economic investment in Algeria of descent of Algerian immigration of France
Emmanuelle Santelli

Résumés

Les liens maintenus avec le pays d’origine des parents, reconfigurés au fil du temps, incitent des descendants de l’immigration algérienne en France à développer un projet économique en Algérie. Ce dernier se distingue à la fois des pratiques transnationales des immigrés et de l’activité de l’entrepreneuriat algérien. Cet article retrace le cheminement de cet investissement économique en mobilisant une approche biographique qui combine une sociologie des parcours et une sociologie économique. Car, cet investissement n’est pas qu’un fait économique. La position occupée par ces descendants, tant au regard de l’histoire migratoire que du parcours accompli dans la société d’installation, permet de comprendre comment se prend la décision d’investir, les engageant à un niveau économique et personnel. L’enquête, réalisée dans les deux pays, analyse autant les ressources mobilisées par les acteurs en présence, la formation de leurs réseaux, que leurs motivations à entreprendre. De part et d’autre de la Méditerranée, il s’agit d’analyser les conditions initiales permettant de comprendre cette action. Deux types d’investisseurs se distinguent qui, toutefois, partagent une même volonté de réussite et le sentiment d’être freiné dans ce projet. Face à cette perspective, l’Algérie constitue un nouvel horizon : bien plus qu’un investissement économique, ce dernier renseigne sur la place de ces individus dans la société française, dans laquelle ils ont grandi, et en Algérie, le pays d’origine. Une fois les obstacles dépassés, une partie de ces investisseurs parviennent à devenir en Algérie des acteurs de l’économie mondialisée. Cette pratique internationale, outre des gains financiers élevés, contribuerait à procurer une plus grande reconnaissance, la mondialisation offrant la possibilité de tirer partie d’une recomposition des hiérarchies sociales.

Between here and there: the course of transnational entrepreneurs. Economic investment in Algeria of descent of Algerian immigration of France

The links preserved with their parents’ native country, transformed as time goes by, encourage part of the descendents of Algerian immigration in France to develop new business projects in Algeria. These projects differ both from the transnational practices of immigrants and from the activity of Algerian entrepreneurs. This paper relates the progress of their economic investment by using a biographical approach; for such an investment is not only economic. The position occupied by these descendents, with regard to the history of migrations as well as of their life-course in the society where they came to settle, allows us to understand how they arrived at their decision to invest, which represents a personal as well as a financial commitment. Conducted in both countries, the survey analyzes the resources mobilized by the actors, the networks they formed, and their motivations. On both sides of the Mediterranean, the purpose of the study is to analyze the conditions that prevailed at the time they made their decision. Two different profiles of investors appeared which, nevertheless, showed the same determination to succeed and the same feeling of being slowed down in their undertakings. Faced with this prospect, Algeria represents a new horizon. More than a purely economic investment, their start-ups inform us as to the place of these individuals both in French society (where they were raised), and in Algeria (their parents’ country of origin). But, though the experiment also implies overcoming numerous obstacles, a number of these investors succeed in becoming, in Algeria, unavoidable actors of a globalized economy. Their international activity, aside from financial profits, procures them greater respect, since globalization offers the possibility of making the best of reshuffled social hierarchies.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Des caractéristiques sociales favorables à la création d’entreprise
Investir pour développer son activité ou s’en sortir
L’investissement économique comme pratique transnationale
Les motivations à entreprendre : à la croisée des parcours biographiques et de la sociologie économique
Une sociologie économique attentive aux motivations des entrepreneurs
Une décision sur deux registres
L’apport d’une démarche biographique
Le projet d’ascension sociale et la frustration de ne pas y parvenir : deux moteurs essentiels
La création d’entreprise comme voie de promotion sociale
Tirer parti d’opportunités : une trajectoire professionnelle ascendante
Sortir de difficultés : une trajectoire professionnelle précaire
Créer à l’étranger : une stratégie de contournement des déterminismes sociaux
Être patron pour ne plus être discriminé
Une condition préalable : des liens affectifs et une assise économique
La transmission de père en fils : savoir-faire et patrimoine
Le réseau familial : assistance et intermédiaire
Une entreprise aux normes françaises
Réussir là-bas ce qui ne peut être obtenu ici
Une place de choix dans l’économie mondialisée… mais une expérience ardue
Une finalité économique conférant un plus grand pouvoir local
Une position d’intermédiaire dans une économie mondialisée
Un marché de plus en plus internationalisé
Une expérience révélatrice de leur francité… et de nouvelles difficultés
Pour la complémentarité des approches

Aperçu du début du texte

Les parcours d’entrepreneurs français d’origine algérienne invitent à repenser les modalités de l’immigration et de l’installation des familles immigrées algériennes. Alors que « le travailleur immigré » était défini, par les trois parties en présence, par le caractère temporaire de son émigration (Sayad, 1979), l’idée d’aller-retour s’est progressivement imposée. Si les liens continuent à être maintenus avec le pays d’origine et réactivés à l’occasion de séjours réguliers, la très grande majorité des enfants n’est plus élevée dans l’idée du départ prochain pour l’Algérie. Cela n’était pas le cas au cours des années 1970-1980, et explique que certains descendants ont exploré la possibilité d’un retour en Algérie, d’autant que le nouvel État indépendant, de son côté, comptait sur la participation d’individus qualifiés pour contribuer à son développement (1er âge). À ces raisons nationalistes, s’est ajoutée la dimension de « dette migratoire », puis il est apparu que l’Algérie devenai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Santelli, « Entre ici et là-bas : les parcours d’entrepreneurs transnationaux », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/359

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Santelli

emmanuelle.santelli@ish-lyon.cnrs.fr
Chargée de recherche CNRS, sociologue, rattachée au laboratoire MoDyS et associée à l’INED.
Institut des Sciences de l’Homme, MoDyS, ES, 14 avenue Berthelot - 69363 Lyon cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page