Navigation – Plan du site

Protection sociale, structures marchandes et temporalité de l’activité

Pigistes et comédiens face à l’assurance-chômage
Social security, market structures and temporality of activity. Actors and freelance journalists facing unemployment insurance.
Olivier Pilmis

Résumés

L’étude des populations artistiques met en évidence le rôle de la protection sociale, et notamment de l’assurance-chômage, dans le cas des carrières « par projets ». L’analyse conjointe d’une population de comédiens et de pigistes permet de revenir sur ce résultat en montrant que les dispositifs de protection sociale ne sont pas nécessairement structurants pour toutes les carrières « par projets ». La différence dans le rapport qu’entretiennent les individus à l’indemnisation du chômage, dans les deux univers, met en jeu plusieurs dimensions qui permettent d’éclairer la structure de ces mondes. En particulier, elle souligne l’importance de la prise en compte des structures marchandes de ces univers, qui conditionnent l’organisation temporelle de ces activités. Elles peuvent faire du travail plutôt que de l’emploi la catégorie cognitive pertinente pour l’individu, si bien que, dans des activités revêtant une dimension entrepreneuriale, il soit peu amené à se considérer comme chômeur.

Social security, market structures and temporality of activity. Actors and freelance journalists facing unemployment insurance.

Studies of artistic populations emphasize the role of social security, notably employment insurance, for project-based careers. Joint analysis of populations of actors and “pigistes” (freelance journalists) gives the opportunity to question such result, and shows evidence that social security system does not necessarily shape all project-based careers. In the here studied worlds, individuals’ variable relationships to unemployment insurance put at stake several dimensions which allow to shed light on these worlds structures. It particularly advocates for the importance of taking into account market structures, as they shape time organization of the activities, with the result that work, rather than employment, appears as the relevant cognitive category for an individual. Whenever activity takes on the aspect of entrepreneurship, one may not be inclined to define his own situation as “unemployment”.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Un rapport contrasté à l’indemnisation du chômage
Banalité et exceptionnalité d’une source de revenus
Le chômage comme mode de certification professionnelle
Les conditions d’obtention d’une indemnisation du chômage
L’Annexe 10 de l’Unedic : la prise en compte de l’instabilité de l’emploi
L’Annexe 1 et la question de l’irrégularité des revenus
La question de la mesure du travail
Le salariat, entre échanges et marchés
La « feuille jaune » : cristallisation du conflit autour d’un dispositif administratif
Les rapports de force sur des marchés atypiques
Normes attractives et normes répulsives : pigistes réguliers et pigistes occasionnels
Se dire chômeur : le chômage au prisme de la temporalité de l’activité
Entre travail et produit, les temporalités imbriquées de l’activité
Organisation temporelle de l’activité, initiative de l’échange et catégorisations indigènes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les transformations récentes de l'organisation du travail se traduisent, à un niveau plus individuel, par la développement de « carrières par projets » qui se caractérisent par l'imbrication de périodes d'emploi et de non-emploi, d'activité et d'inactivité. Elles soulèvent donc la question de l'articulation de la temporalité longue d'une carrière professionnelle et de celle, bien plus brève, des projets qui la constituent. L'émergence et la diffusion de parcours de ce type peuvent se comprendre comme l'une des expressions de la modification de la configuration idéologique née de l'intégration de la « critique artiste » dans l'esprit même du capitalisme – que Boltanski et Chiapello (1999) ont dépeint à travers la formation, dans les discours managériaux, d'une « cité par projets ». Toutefois, le développement de telles carrières est aussi envisagé comme le résultat mécanique de la dégradation d'une situation économique, à l'origine d'une expansion des formes particulières d'emploi, s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pilmis, « Protection sociale, structures marchandes et temporalité de l’activité », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 21 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/343

Haut de page

Auteur

Olivier Pilmis

pilmis@ehess.fr
ATER en sociologie à l’université Paris-VII Denis-Diderot, chercheur associé au Centre de sociologie du travail et des arts (ehess-cnrs) – cesta (ehess-cnrs), 105, boulevard Raspail, 75006 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page