Navigation – Plan du site

Le consultant et le politique

Le conseil politique en pratique : une approche ethnographique
What politics do to consulting. An ethnographic study of political consulting
Tristan Riffault

Résumés

Cet article prend pour objet l’exercice pratique du conseil en communication politique. Il s’appuie sur une observation participante qui s’est déroulée de juin 2013 à mars 2014, en tant que conseiller en communication d’un candidat aux élections municipales dans une ville de plus de 40 000 habitants. On entend ici montrer que l’activité de conseil politique consiste en grande partie en un effort pour s’imposer comme donneur d’ordres légitime au sein de l’équipe de campagne. Cette légitimité – par ailleurs souvent contestée – se fonde sur une capacité à mettre en pratique un capital culturel spécifique, structuré par des ressources scolaires, langagières et relationnelles, mais aussi proprement militantes. Dès lors, la communication politique ne doit pas être comprise comme une entreprise de dépolitisation – dont les consultants seraient les porteurs –, mais plus précisément comme un phénomène qui accompagne, et tend à renforcer, la professionnalisation et la sélection sociale à l’œuvre dans le champ politique.

What politics do to consulting. An ethnographic study of political consulting

Drawing on in‑depth ethnographic data I collected during nine months as the political advisor to a candidate in the French municipal elections in a city of 40,000, this article analyses political communication as a practical work. I will argue that political advising consists largely in the consultant’s effort to legitimize his role and his orders within the activist team. Although these orders are often challenged, the advisor’s legitimacy can be recognized if based on scholarly, linguistic, and relational, but also political resources. Therefore, political communication cannot be regarded as a trend of depoliticization, but more precisely as a phenomenon that goes along with, and even reinforces, professionalization and social selection within the political field.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

S’insérer : négocier son intégration à l’équipe de campagne
Renforcer les liens faibles
Donner des gages : parler politique
Créer un monopole : s’emparer du discours
Se distinguer : faire reconnaître la « valeur ajoutée » du communicant
Un « regard extérieur » : se faire spécialiste de l’opinion
Un capital culturel spécifique : compétences scolaires, langagières et relationnelles
Faire autorité ? Fragilité de la relation de conseil
Quand le consultant n’est pas consulté : l’univers concurrentiel du conseil politique
L’absence d’autorité de fonction
Conclusion

Aperçu du début du texte

La communication politique est un phénomène à la fois très commenté et peu étudié. Codification nouvelle d’un jeu ancien, cet ensemble de savoirs et de savoir‑faire plus ou moins formalisés a connu un essor considérable ces trente dernières années, à tel point que certains chercheurs ont pu parler d’une « colonisation » de la vie politique (Riutort, 2007). Cette « invasion » s’est notamment traduite par l’apparition, à partir des années 1980 en France, de nouveaux auxiliaires de l’espace public : les « conseillers en communication », également nommés communicants, communicateurs ou spin doctors, qui ont su rendre leur activité professionnelle au moins partiellement légitime dans le champ politique, bénéficiant en cela de sa complexification croissante (Champagne, 1990).

Beaucoup de fantasmes gravitent autour de ces nouveaux experts de la chose publique. Les conseillers en communication sont en effet assimilés tantôt à des « gourous » qui, dans l’ombre, manipuleraient les hommes polit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Riffault, « Le consultant et le politique », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3217

Haut de page

Auteur

Tristan Riffault

riffaulttristan@gmail.com
Élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, Département de sciences sociales - Département de sciences sociales, ENS, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page