Navigation – Plan du site

Institution totale

Corinne Rostaing

Entrées d’index

Mots-clés :

Institution totale

Keywords :

Total institution
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, op. cit., p. 41.

1Une institution totale est ce concept idéaltypique (§ 32), construit par Erving Goffman à partir des hôpitaux psychiatriques mais étendu à cinq groupes d’institutions (prisons, hôpitaux, casernes, foyers pour indigents, monastères…) pour désigner « un lieu de résidence et de travail, où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. »1 Toute institution accapare une part du temps et des intérêts de ceux qui en font partie mais l’institution totale réalise à l’extrême cette tendance enveloppante en créant un espace temps où se confondent lieu de travail, lieu de vie et lieu de loisir.

  • 2 . Ibid. p. 38.
  • 3 . Ibid. p. 129.

2Erving Goffman entend adopter le point de vue de ceux qui y sont enfermés, les « reclus », et de décrire fidèlement la situation du malade : « c’est nécessairement en proposer une vue partiale »2, mais cela rétablit l’équilibre puisque « tous les ouvrages spécialisés relatifs aux malades mentaux présentent le point de vue du psychiatre ». Dans une partie sur les personnels, l’évocation des pièges de la compassion, de ce « danger permanent que le reclus prenne une apparence humaine »3, illustre bien cette posture.

  • 4 . Charles Amourous et Alain Blanc, Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’harmattan, (...)

3Le succès du livre est lié à son inscription dans les critiques institutionnelles et le mouvement anti-psychiatrique des années 1970 et ses lectures plurielles ont contribué à la modernité de ce concept4. La traduction française de « total » par « totalitaire » a insisté sur la première partie du livre, le caractère contraignant de l’institution, les barrières qu’elle dresse aux échanges avec l’extérieur, les techniques de mortification qu’elle met en place pour marquer la rupture avec la vie d’avant et la coupure entre la vie recluse et la vie normale.

  • 5 .Erving Goffman, Asiles, op. cit., p. 48.
  • 6 . Ibid. p. 245.

4Goffman insiste surtout sur la prise en charge totale de tous les besoins dans ce type d’institution. Leur « caractère essentiel est qu’elles appliquent à l’homme un traitement collectif conforme à un système d’organisation bureaucratique qui prend en charge tous ses besoins. »5 Il montre cependant l’existence d’une vie sociale entre les reclus, d’une solidarité, de possibilités de résistance et de mener une vie clandestine à travers notamment les adaptations secondaires, « permettant à l’individu d’utiliser des moyens défendus ou de parvenir à des fins illicites (ou les deux à la fois) »6. L’emprise de l’institution n’est jamais totale. Le reclus peut toujours s’écarter du rôle ou du personnage que l’institution lui assigne naturellement.

5   

6Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

7http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 . Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, op. cit., p. 41.

2 . Ibid. p. 38.

3 . Ibid. p. 129.

4 . Charles Amourous et Alain Blanc, Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’harmattan, 2001.

5 .Erving Goffman, Asiles, op. cit., p. 48.

6 . Ibid. p. 245.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Rostaing, « Institution totale », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », pp. 75-77.

Référence électronique

Corinne Rostaing, « Institution totale », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3200

Haut de page

Auteur

Corinne Rostaing

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page