Navigation – Plan du site
Facebook, pour quoi faire ?

Annexe 2 : La nature du lien avec les “amis” les plus actifs

Irène Bastard, Dominique Cardon, Jean‑Philippe Cointet et Christophe Prieur

Texte intégral

1Avant de leur donner accès à la visualisation de leur réseau, l’application d’Algopol demandait aux enquêtés de répondre à cinq questions à propos de cinq de leur amis. Ceux-ci étaient sélectionnés parmi ceux qui interagissent le plus avec leur profil, dont on sait qu’ils sont presque tous liés par des liens « forts » avec l’enquêté (Marlow, 2009 ; Jones et al., 2013). L’algorithme mis en place par l’application retenait en premier lieu entre deux et quatre personnes en sélectionnant les deux commentateurs les plus fréquents et les deux likeurs les plus fréquents (qui pouvaient être les mêmes), puis entre un et trois amis (pour atteindre un total de cinq) qui avaient le plus d’amis communs avec l’enquêté. Pour des raisons d’ergonomie, le calcul n’était effectué que sur les douze derniers mois d’activité, pour limiter le temps d’attente de l’enquêté et lui proposer le questionnaire pendant la collecte du reste des données. Par ailleurs, à tout moment lors de l’utilisation de l’application d’enquête, l’enquêté pouvait répondre au même questionnaire en cliquant sur le nœud représentant l’ami dans la fenêtre de visualisation du réseau. Il a ainsi été possible d’enregistrer des informations sur 61 793 amis : la nature de la relation (ami, famille, collègue, connaissance), une note de proximité affective, la fréquence des contacts, en face-à-face, et avec des outils de communication interpersonnels (téléphone, mél, chat, etc.), et l’ancienneté de la relation.

2La nature du lien avec ces amis les plus actifs sur le compte de l’enquêté présente des propriétés différentes selon les configurations d’usage. Il apparaît d’abord que les configurations conversationnelles donnent légèrement plus de place aux amis (58 % contre 53 % pour l’ensemble du corpus) et minimisent la place des relations familiales (5 % contre 11 %) ; en revanche, les utilisateurs publiant sur leur profil laissent une place plus importante à la famille pour les égocentrés (17 % contre 11 % pour le corpus), et aux connaissances, pour les égovisibles (27 % contre 24 %). Il apparaît aussi dans notre enquête que ce sont les meilleurs amis des enquêtés des classes conversation de groupe et conversation distribuée avec lesquels ils entretiennent à la fois le plus de rencontres en face-à-face et d’échanges fréquents par des moyens de communication.

3

Figure 1 : Corrélations entre les informations sur les “amis” qualifiés par ego

Figure 1 : Corrélations entre les informations sur les “amis” qualifiés par ego

4La matrice des corrélations sur les “amis” (Figure 1) permet d’analyser comment se décline la force des liens sur Facebook. Sur ce tableau, calculé sur un ensemble de 56 000 “amis” qualifiés, correspondant à ceux qui ont le plus fréquemment commentés et likés les publications de l’enquêté, les deux premières variables sont calculées sur le réseau égocentré de tous les “amis” de l’enquêté (centralité d’intermédiarité et degré de l’alter dans ce réseau), les deux suivantes sur l’activité de l’alter vis-à-vis d’ego, toutes les autres viennent du questionnaire rempli par ego : fréquence des contacts “en ligne” (ou par téléphone), en face à face, ancienneté de la relation, et qualification comme membre de la famille ou ami (les choix n’étant pas exclusifs. Les autres choix, collègue et connaissance ne sont pas présentés pour ne pas surcharger la figure).

5Ces valeurs confirment une corrélation positive entre, d’une part, likes et commentaires reçus, et d’autre part, proximité affective et fréquence des contacts (surtout à distance). En revanche, le degré, qui mesure le nombre d’« amis » communs avec ego, n’est corrélé positivement qu’avec la fréquence des contacts en face à face. Il est même corrélé négativement avec le fait d’être qualifié comme membre de la famille, ce qui suggère une présence plus faible de la famille que celle des amis dans le réseau Facebook. Ainsi, le degré apparaît surtout comme un marqueur, non pas de proximité affective, mais d’ancrage fort de l’alter au sein d’un groupe très interconnecté dans le réseau d’ego, souvent lié à une sociabilité de face à face. La corrélation négative entre le degré et l’interaction des alters avec ego peut alors s'expliquer par le fait que l’activité des alters ayant le degré le plus élevé est susceptible d’être distribuée vers l'ensemble de leurs contacts plus que concentrée vers ego, un lien parmi d'autres. Notons qu’un alter peut également atteindre un degré élevé par des relations avec des « amis » d’ego peu reliés entre eux, mais dans ce cas, il aura une forte centralité d’intermédiarité, et c’est plutôt sur ce dernier indicateur, qui mesure la position à l’articulation entre des régions distinctes du réseau d’ego, que l’on observe une corrélation positive avec les autres variables et notamment la proximité affective, même s’il faut noter qu’elle n’est pas corrélée avec le fait d’être qualifié comme ami. Ainsi, les deux indicateurs usuels de centralité en analyse de réseau, que sont le degré et l’intermédiarité, sont inopérants pour identifier les amis, qualifiés comme tels par les enquêtés.

6Bien entendu, des variations apparaissent dans les valeurs de corrélations selon le profil des enquêtés dont on observe les amis qualifiés. Par exemple, le profil égovisible est le seul à faire apparaître une corrélation positive entre le degré et le fait d’être qualifié comme collègue. Si l’on se limite à la population des amis qualifiés comme collègues pour la catégorie égovisible, la corrélation négative entre degré et interactions sur les publications d’ego est alors plus forte (-0,2) que dans le cas général. À l’inverse, pour les profils de conversation de groupe, une corrélation positive apparaît entre le degré et le nombre de commentaires (0,1) et surtout de likes reçus (0,2), ce qui dénote un effet de clique caractéristique de ce profil d’usage. On peut ainsi voir, à partir d’une sélection des “amis” les plus actifs sur le profil d’ego, une première approche des configurations relationnelles, qui va maintenant être complétée d’une analyse plus détaillée de la structure des réseaux et un élargissement à tous les “amis” d’une part, et à ceux qui “likent” et commentent les publications d’ego d’autre part.

7

Figure 2 : Trois illustrations du réseau égo-centré issu des données Facebook

Figure 2 : Trois illustrations du réseau égo-centré issu des données Facebook

8La figure 2 présente trois illustrations du réseau égo-centré issu de l’étude du compte Facebook d’une étudiante lyonnaise de 22 ans. La représentation dans le cadre du haut est la plus usuelle, celle qui relie tous les amis d’égo s’ils sont amis entre eux. La couleur des sommets y dépend de leur regroupement par communautés (calculé suivant l’algorithme de Louvain) et leur taille de leur centralité d’intermédiarité. La spatialisation a été calculée par un algorithme qui favorise le regroupement des sommets liés entre eux. Cette spatialisation, ainsi que la taille des sommets, a été conservée pour les deux autres visualisations. En plus des liens d’amitié, en bleu, la visualisation de gauche montre également en rouge les arêtes reliant les alters ayant commenté les mêmes statuts d’égo (les arêtes violettes indiquant que deux alters sont liés à la fois par un lien de co-commentaire et par un lien d’amitié Facebook). La couleur des sommets correspond au nombre de commentaires postés par chaque alter sur les statuts de l’enquêtée (les alters inactifs étant en blanc et la teinte rouge croissant conjointement avec le nombre de commentaires). On voit ainsi ressortir la communication entre les clusters d’interconnaissance. La représentation dans le cadre du bas montre les communautés du réseau dont on ne conserve que les alters ayant commenté au moins un statut d’égo (que l’on appellera dans la suite « (sous-)réseau des commentateurs »).

9Le réseau, faiblement dense, est composé de huit communautés de Louvain de cinq sommets ou plus (les communautés sont coloriées dans l’encadré de la figure) qui sont bien dessinées à l’exception de la jaune et d’une des deux vertes. Il en résulte une forte valeur de modularité. Le réseau a également une forte variance de la centralité d’intermédiarité de ses sommets due à l’importante centralité de quelques alters comme l’alter bleu ciel central qui fait la jonction entre les communautés violette, verte et bleu ciel. Les indicateurs concernant le sous-réseau des commentateurs rejoignent ces valeurs avec une forte modularité et variation de centralité ainsi qu’une faible densité globale. Dans le cas de cette personne on note que nombreux sont ses alters à avoir échangé via ses statuts sans se connaître mutuellement (environs 14 % des liens de ce réseau sont d’ailleurs des liens de co-commentaires uniquement). Seules deux composantes connexes (une de 4 alters à gauche du réseau et une de 11 à droite) remarquables semblent totalement coupées du reste des amis de l’enquêtée. Le seul alter y figurant qui a commenté un statut n’a d’ailleurs aucun co-commentateur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Corrélations entre les informations sur les “amis” qualifiés par ego
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/3182/img-1.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 2 : Trois illustrations du réseau égo-centré issu des données Facebook
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/3182/img-2.png
Fichier image/png, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Bastard, Dominique Cardon, Jean‑Philippe Cointet et Christophe Prieur, « Annexe 2 : La nature du lien avec les “amis” les plus actifs », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 07 mai 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3182

Haut de page

Auteurs

Irène Bastard

Articles du même auteur

Dominique Cardon

Articles du même auteur

Christophe Prieur

Articles du même auteur

Jean‑Philippe Cointet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page