Navigation – Plan du site

In memoriam Georges Balandier (1920‑2016)

Michel Agier

Texte intégral

1Georges Balandier est né le 21 décembre 1920 en Haute‑Saône, il est décédé le 5 octobre 2016 à Paris. Il a passé son adolescence et la période de ses études universitaires à Paris, à la Sorbonne et au Musée de l’Homme, interrompue par sa participation à la résistance en 1943‑1944. Sa vie de chercheur a débuté en 1946 par une mission d’études à Dakar sur les pêcheurs Lebou dans le cadre de l’ORSC, Office de la recherche scientifique coloniale, devenu ensuite Orstom, ancêtre de l’actuel IRD. Elle s’est poursuivie dans l’enseignement supérieur et la recherche à la Sorbonne et à la sixième section de l’EPHE devenue ensuite EHESS. Il a également eu un rôle important dans les grands établissements de recherche (CNRS, ORSTOM, notamment) au sein desquels il a largement contribué à définir les orientations scientifiques comme les recrutements dans les années 1960‑1980.

2Georges Balandier a profondément marqué les sciences sociales et les études africaines pendant toute la deuxième moitié du xxesiècle, période où se situent ses principales œuvres comme la Sociologie actuelle de l’Afrique noire (1955), L’Afrique ambiguë (1957), Anthropologie politique (1967), Sens et puissance (1971), Histoire d’autres (1977), Le Pouvoir sur scènes (1980), Le Détour : pouvoir et modernité (1985), Le Désordre : éloge du mouvement (1988), ou encore Le Grand Système (2001). Ces titres et leur progression disent bien à la fois la constance d’une conception « dynamiste » du monde observé par la science sociale et le passage d’un regard porté sur l’Afrique dans le contexte colonial (1950‑1960) à une réflexion élargie sur le monde globalisé qui a pris forme sous ses yeux (1970‑2000). Mais il resta attaché à l’Afrique, qui fut « (sa) terre d’élection et (sa) référence » écrit‑il dans un bref « autoportrait » en postface de la réédition en 2008 d’Afrique ambiguë. « À la faveur d’un commerce entretenu au cours des décennies, elle a continué à m’instruire, poursuit‑il. Elle m’a appris la force des cultures et la forme que les religions donnent à leurs métamorphoses […]. De l’anarchie ordonnée, aux démocraties villageoises, aux royaumes sacrées et aux empires militaires, [les peuples noirs africains] ont tout expérimenté ».

3Sans hésitation, l’apport fondamental et précurseur de Georges Balandier réside dans l’ouverture d’un large champ de l’anthropologie intéressé par les dynamiques du changement social et culturel, par la question du pouvoir et de la politique sous toutes leurs formes et à toutes les échelles, et par la prospection de nouveaux terrains (urbanisation, rapports entre colonisateurs et colonisés, développement et « sous‑développement », mouvements politiques ou religieux de contestation). Il se détache très tôt d’un structuralisme trop abstrait et éloigné des contextes socio‑politiques, mais dominant alors dans l’anthropologie. Différemment, et à l’instar de son ami et contemporain Roger Bastide pour le Brésil et les Caraïbes, il développe sur les terrains africains une observation des processus sociaux et des conflits qui s’inspire, comme Roger Bastide, de la sociologie de Georges Gurvitch, mais le rapproche aussi de l’anthropologie britannique situationnelle de l’après‑guerre : Max Gluckman, James Clyde Mitchell et les chercheurs de l’École de Manchester en général développent alors des enquêtes de terrain sur des objets similaires en Afrique australe et centrale (urbanisation, industrialisation, pouvoirs coloniaux versus coutumiers, contestations). De cette période date la notion de « situation coloniale » qui, pour Georges Balandier, consiste avant tout à replacer dans l’histoire et dans la géographie les situations observées, tout en intégrant la part psychologique des interactions. L’historicité et la contextualisation socio­politique le distinguent également de l’ethnologie africaniste, autour de Marcel Griaule, et de ses études de la culture ethnique et tribale décontextualisées de leur cadre colonial. Il se fait le défenseur de la décolonisation, considérée aussi bien comme une « décolonisation culturelle », par exemple dans l’ouvrage Afrique ambiguë dans la collection « Terre humaine » de Jean Malaurie, chez Plon, en 1957.

4C’est dans ce contexte et dans cette évidence d’une science sociale engagée qu’il se fera l’écho et le théoricien des « reprises d’initiative ». L’urbanisation de l’Afrique et la décolonisation des années 1950‑1960 marquent un moment fort de la fragilisation des cadres lignagers, traditionnels en général, propice à l’affranchissement des individus comme travailleurs, migrants ou citadins. C’est ce qui amène Georges Balandier à produire l’un des premiers ouvrages d’anthropologie urbaine en Afrique noire en langue française (Sociologie des Brazzavilles noires, Presses de Sciences Po, 1955). Dans le même ordre de questionnements, il étudie et encourage les travaux d’autres générations de chercheurs sur les mouvements politico‑religieux qui deviendront une des thématiques majeures de la période suivante (les années 1960‑1970). Il intègre les pratiques culturelles dans les « turbulences de l’histoire » et, aux antipodes du culturalisme et très près de la « connaissance immédiate » du terrain, il défend que « la rébellion contre l’ordre colonial attaque aussi l’ordre de la tradition » (préface à Gérard Althabe, Oppression et libération dans l’imaginaire, Maspero 1969/La Découverte 2002). Symbolisme et sacré ont à voir avec les rituels du pouvoir, « forme suprême du jeu dramatique » : cette thèse lui permettra de passer des terrains africains à toutes les scènes du pouvoir (Le pouvoir sur scènes, Balland 1980, édition revue et augmentée, Fayard 2006) à l’instar d’autres chercheurs, dont plusieurs furent ses doctorants, et dont les terrains premiers furent africains avant d’élargir enquêtes, engagements et analyses à toutes les sociétés urbaines, industrielles et politiques contemporaines.

5On ne tranchera pas ici et maintenant sur le fait de savoir si Georges Balandier a « fait école » ou non. Une « école » ne se voit bien qu’a posteriori. Si Georges Balandier a dit ne pas avoir eu cette volonté‑là, on peut cependant relativiser cette position. D’une part, en resituant une bonne première moitié de son itinéraire dans le contexte de la puissance du structuralisme bien au‑delà de l’anthropologie (en linguistique, philosophie, sémiologie, psychanalyse) mais en anthropologie surtout. D’autre part, comme on l’a très vite esquissé ici, en notant l’ouverture de thèmes, terrains et conceptualisations bien au‑delà de ce qu’avait fait jusque là l’anthropologie, donnant lieu à une anthropologie qui se dira, selon les cas, dynamique, processuelle, politique ou « du contemporain », mais laissant en friche les questions des méthodes et de l’épistémologie qui la fondent. Enfin, l’entreprenariat institutionnel et scientifique exceptionnel de Georges Balandier, dans une période, il est vrai, particulièrement faste et prospère pour la recherche en sciences sociales, est à mettre au crédit de cette « école » au sens large. Il a permis la création de trois unités de recherche africaines réunissant historiens, sociologues et anthropologues – le Centre d’études africaines à l’EPHE‑VIe section (devenue EHESS), le Centre de recherches africaines à la Sorbonne (future Université Paris 1), le Laboratoire de sociologie et géographie africaines au CNRS, fusionnés récemment dans L’Institut des mondes africains (IMAF) –, il a dirigé près de 200 thèses de doctorat, parmi lesquelles de très nombreuses thèses d’étudiants africains, et a permis le recrutement de nombreux chercheurs et enseignants en études africaines, anthropologie et sociologie tournés vers les questions du développement et de la transformation des sociétés.

6Se disant lui‑même « anthropologue, sociologue et écrivain », Georges Balandier a utilisé alternativement une qualification ou l’autre selon les contextes. Faisant la « sociologie actuelle » de l’Afrique noire dans les années 1950 pour se distinguer de l’ethnologie mais sans encore reprendre à son compte la social anthropology britannique, il synthétise son approche en défendant une « anthropologie politique » douze ans plus tard. Il a pendant plusieurs années dirigé les Cahiers internationaux de sociologie fondés par Georges Gurvitch, comme la collection « Sociologies d’aujourd’hui » aux Presses universitaires de France.

7Georges Balandier a ouvert une brèche entre les approches héritées – structuraliste, culturaliste – et ce qu’il appela la « sociologie bureaucratique ». C’est dans cette brèche que s’est développée une vaste science sociale fondée sur l’enquête de terrain et engagée dans la compréhension des dynamiques sociales, culturelles et politiques contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Agier, « In memoriam Georges Balandier (1920‑2016) », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 29 avril 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3147

Haut de page

Auteur

Michel Agier

EHESS et IRD.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page