Navigation – Plan du site

Le poids des émotions

Une réflexion sur les variations de l’intensité de l’(entr)aide familiale auprès de proches dépendants
Emotional weight. A reflection on the variations of family care intensity delivered to older relatives
Blanche Le Bihan et Isabelle Mallon

Résumés

Depuis une quinzaine d’années, les «aidants» des personnes ayant besoin de soins au long cours sont l’objet d’une visibilité nouvelle dans le débat public. S’appuyant sur les résultats d’une enquête qualitative approfondie menée auprès d’aidants familiaux de proches atteints de la maladie d’Alzheimer, cet article s’intéresse à l’expérience des aidants investis au quotidien dans la vie de leur proche – conjoint ou parent – en perte d’autonomie. Après avoir déconstruit la notion d’intensité de l’aide, les auteures proposent de caractériser les aidants et leur(s) rôle(s), afin de comprendre comment ils vivent au quotidien l’accompagnement de leur(s) proche(s). Cette approche permet de nourrir la réflexion sur les aidants familiaux, qui se heurte à un certain nombre de difficultés dans la mesure où ils ne constituent pas une catégorie homogène. L’analyse s’attache à montrer le vécu différencié de la relation d’aide en réinterrogeant la dimension émotionnelle de ce lien du proche à la personne aidée, mais aussi aux différents intervenants, professionnels ou non, qui participent à l’accompagnement. Cette dimension émotionnelle et organisationnelle de l’aide, appréhendée qualitativement, apparaît comme une clé de la modulation de son intensité.

Emotional weight. A reflection on the variations of family care intensity delivered to older relatives

For the past 15 years, the carers of people in need of regular care have been subjected to a new visibility. Based on the results of a qualitative survey on family carers of relatives affected by Alzheimer’s disease, this article investigates the life experience of carers who provide daily support to elderly relatives (a partner or parent). After analyzing the notion of intensity of care, the authors focus on the complex role of family carers – who do not constitute a homogeneous category – and study the daily experience of their investment in their elderly relatives. The article explores the emotional dimension of the care relationship between the carer and the cared for, as well as between the carer and all other people, professionals or not, who contribute to the care arrangements. This emotional and organizational dimension of care, analyzed in a qualitative perspective, appears as a key element of the modulation of its intensity.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Comment évaluer l’intensité de l’aide ?
De la mise en évidence du fardeau à la quantification de l’aide
Les dimensions cachées de l’aide
Les multiples tâches des aidants familiaux et le renforcement de leur activité de coordination
Soutenir, suppléer, stimuler
Stabiliser l’aide et garantir sa continuité : une activité de care manager
Les variations sociales de l’expérience
Le travail émotionnel : clé de compréhension de l’intensité de l’aide
Le travail émotionnel engendré par la pathologie
Le travail émotionnel entraîné par la délégation de l’aide
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis une quinzaine d’années, les « aidants » des personnes ayant besoin de soins au long cours (enfants, personnes en situation de handicap, malades confronté(e)s à des pathologies chroniques et évolutives) sont l’objet d’une visibilité nouvelle dans le débat public. Différentes associations, généralistes ou spécialisées, de proches aidant des enfants ou des parents ayant besoin d’une aide régulière dans leur vie quotidienne, ont en effet porté au cours des années 2000 un projet politique de reconnaissance de la place et du rôle de ces « proches aidants ». Pour ces associations, il s’agit de faire connaître et reconnaître le soutien des proches, invisibilisé dans l’expression « aidant naturel » en vigueur dans le Code de la santé, par exemple. La construction du problème public des aidants s’appuie classiquement sur la mise en évidence du caractère très répandu de cette situation d’aidant, sur le nombre croissant de personnes concernées et sur des travaux scientifiques qui ont éva...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blanche Le Bihan et Isabelle Mallon, « Le poids des émotions », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 19 août 2017, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3143

Haut de page

Auteurs

Isabelle Mallon

isabelle.mallon@univ-lyon2.fr
Maitre de conférences en sociologie, université Lumière – Lyon‑II, chercheure au centre Max Weber (UMR 5283) - Université Lumière – Lyon‑II, 5 avenue Pierre Mendès‑France, Bât H., 69696 Bron cedex, France

Blanche Le Bihan

blanche.lebihan@ehesp.fr
Enseignante chercheure en science politique à l’École des hautes études en santé publique, chercheure au CRAPE‑ARENES (UMR 6051) - EHESP, département SHS, avenue du professeur Léon Bernard, 35043 Rennes cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page