Skip to navigation – Site map

James Ferguson, Give a Man a Fish: Reflections on the New Politics of Distribution (Duke University Press, 2015)

Isabelle Guérin
Bibliographical reference

James Ferguson (2015), Give a Man a Fish: Reflections on the New Politics of Distribution, Durham and Duke, Duke University Press, 280 p.

Full text

version postprint

1L’anthropologue américain James Ferguson est considéré comme un pionnier de la pensée dite post-développementiste, appréhendant le développement comme un ensemble de savoirs, d’interventions, de visions du monde qui sont avant tout des mécanismes de pouvoir, issus d’une vision ethnocentriste, moderniste et colonialiste du progrès.

2Son dernier ouvrage, qui compile une série de conférences de la dernière décennie, porte sur le principe du revenu de base (basic income grant), qui combine universalité (tout le monde y a droit sans distinction de critère socio-économique) et absence de conditionnalité (aucune contrepartie n’est attendue). L’ouvrage s’inscrit à la fois en continuité de ses travaux antérieurs – le recours à l’ethnographie, un effort permanent de déconstruire les catégories et l’attention portée aux discours – et en rupture, avec une approche résolument possibiliste questionnant les alternatives possibles. Situé à mi-chemin entre l’ethnographie comparative et le pamphlet politique, l’ouvrage questionne le champ de possibilités politiques que ce type de mesure est susceptible d’ouvrir. Il n’en propose pas d’analyse empirique (aucun exemple abouti n’existe de toute façon à l’heure actuelle, mais seulement des balbutiements) mais une justification théorique et politique.

3Son argumentaire s’adresse en premier lieu à la pensée intellectuelle critique de gauche, dont il est lui-même issu. Celle-ci voit dans le revenu de base une manière insidieuse et peu couteuse de gérer et légitimer les formes les plus outrageuses de capitalisme en laissant le système intact, de démobiliser les pauvres et de les transformer en sujets néolibéraux et entrepreneurs d’eux-mêmes, de justifier une flexibilisation accrue du marché du travail, en supprimant par exemple le salaire minimum, etc. Si James Ferguson n’écarte pas ce type de risque (mais sans leur accorder suffisamment d’attention, nous y revenons plus loin), il considère que la pensée critique de gauche contemporaine reste engluée dans une pensée productiviste et patriarcale qui l’empêche de penser la lutte contre la pauvreté et les inégalités de manière adéquate. Fidèle à l’héritage marxiste, elle dénigre les questions de redistribution et de reproduction, véhiculant ainsi une conception éminemment patriarcale des rapports sociaux, comme n’ont cessé de le répéter de nombreuses études et luttes féministes. Cette pensée productiviste reste également aveugle au fait qu’aujourd’hui, nombre de pauvres ne sont même plus exploités par le capitalisme : ils en sont un rebus inutile. L’emploi n’étant plus en mesure d’absorber cette masse de miséreux, suggère James Ferguson, il faut impérativement repenser la redistribution et sortir de l’opposition stérile entre don et marché qui sous-tend nombre de débats sur le sujet. Le principal argument de l’ouvrage consiste à dire que ces programmes de transferts sociaux véhiculent – ou seraient susceptibles de véhiculer – une logique de redistribution spécifique autour de la notion de « juste partage » (rightful share), que l’auteur juge radicalement novatrice politiquement.

4Le premier volet de sa démonstration consiste à déconstruire de manière probante les concepts de travail, de redistribution et de dépendance. Prolongeant d’anciens débats féministes, auxquels il rend d’ailleurs peu justice, et s’inspirant de diverses études ethnographiques menées principalement en Afrique australe, il propose le concept novateur de « travail de distribution » (distributive labour). Les pauvres, dit-il, sont dans une situation constante de « survie improvisée » qui vise moins à produire qu’à « obtenir des ressources de la distribution ». De manière provoquante, James Ferguson compare le laveur de vitre harcelant les automobilistes stoppés au carrefour, le pickpocket en quête de passants crédules, et la grand-mère en visite chez son fils, qui espère revenir avec un cadeau ou quelques billets. Qu’ont-ils en commun ? Tous sont activement mobilisés dans une forme de travail dont l’objectif ultime est de « sécuriser un transfert de ressources de ceux qui en ont vers ceux qui n’en ont pas » (p. 101). Ce travail distributif n’est pas nécessairement moral ou vertueux, là n’est pas la question, mais le fait est qu’il rythme le quotidien de la plupart des pauvres, lesquels n’ont rien ou peu à espérer du travail au sens classique du terme. Le travail de distribution ne produit pas de richesse : il la fait circuler et ce faisant la redistribue. Et c’est ce type d’activité qui assure la survie et la reproduction de la société, beaucoup plus que la production.

5Le travail de distribution repose sur des liens complexes et multiples de dépendance qui sont en renouvellement permanent. Critiquant l’idéal d’autonomie de la pensée libérale, et s’inspirant là aussi d’études ethnographiques diverses, James Ferguson analyse la dépendance comme une stratégie quotidienne omniprésente, source à la fois de survie et d’identité. Dans des contextes où la dépendance est recherchée et non pas ostracisée, où elle autorise une liberté de choix plus qu’elle ne la restreint, accuser les transferts sociaux de créer de la dépendance n’a aucun sens. On peut au contraire espérer qu’ils parviennent à en introduire des formes moins inégalitaires (et donc à introduire de l’interdépendance plutôt que de la dépendance).

6Le dernier volet de sa démonstration repose sur l’idée de partage. Le potentiel émancipateur des transferts sociaux, argue l’auteur, réside dans la signification qu’on leur attribue. Les penser comme une aide, un don ou une forme quelconque de charité implique hiérarchie et/ou compensation, et bien souvent stigma, honte et humiliation. Il plaide pour une signification des transferts comme « droit à une juste part » d’une richesse collective (p. 174). Le partage est distinct de l’échange, comme en témoignent les pratiques en vigueur dans diverses sociétés non occidentales, et il implique l’idée de propriété commune. Si l’on accepte l’idée que la création de valeur et de richesse est affaire de tous, « personne ne doit rien à personne ; chacun reçoit simplement une part de ce qui lui appartient partiellement » (p. 178). Cette idée de richesse comme propriété collective est particulièrement évidente dans les pays richement dotés en ressources minières, où ceux qui exploitent les ressources en question s’enrichissent démesurément comparativement à leurs efforts. Mais elle peut aussi s’appliquer, estime James Ferguson, à de nombreux secteurs d’accumulation capitaliste (p. 185). Si le raisonnement relève ici avant tout du plaidoyer, il s’inspire néanmoins des campagnes menées actuellement en Namibie en faveur d’un revenu de base, et dont l’argument principal est précisément celui du droit à une part pour chacun de la richesse collective.

7Combinant de manière subtile rigueur de l’analyse et engagement, Give a man a fish offre un regard créatif et stimulant sur le principe du revenu de base, souvent analysé sous l’angle philosophique ou économique mais beaucoup plus rarement dans une optique anthropologique comme c’est le cas ici. Indépendamment du plaidoyer politique, qui reste un pari sur l’avenir comme l’admet bien volontiers l’auteur, la déconstruction des concepts de travail, de redistribution et de dépendance est une contribution novatrice à nombre de débats en cours dans le champ de l’anthropologie, du développement et beaucoup plus largement des politiques sociales.

8Trois critiques peuvent être formulées. Si on peut effectivement être convaincu par l’idée que la pensée de gauche peine à sortir d’un schéma productiviste et de l’opposition capital/travail, négliger complètement le rôle du capital, comme le fait James Ferguson dans cet essai, risque de laisser les lecteurs de cette pensée critique sur leur faim. L’auteur évoque rapidement l’une des limites des transferts sociaux, à savoir la capacité financière des États (et effectivement, pour l’instant ces politiques ne relèvent que des pays émergents). Il évoque l’idée de justice redistributive internationale (avec une légitimité manifeste ancrée dans l’histoire coloniale), mais sans mentionner le rôle du capital qui semble pourtant évident. Il fait une brève allusion au fait que les politiques de transferts puissent accommoder le système d’accumulation capitaliste sans le contester, mais sans aller plus loin.

9Si l’on prend le cas indien, qu’il cite d’ailleurs à plusieurs reprises comme un exemple emblématique, le rôle du capital peut difficilement être éludé. Depuis 2006, une politique d’emploi offre en théorie à toutes les familles rurales pauvres cent jours de travail par an payés au salaire minimum. En 2015-2016, 48 millions de ménages ont été éligibles et ont reçu en moyenne 49 jours de salaire1. Même si on est en deçà des objectifs annoncés, l’effort consenti est notable et représente un socle minimal social, pour reprendre l’expression du Bureau international du travail (minimum social floor). Or dans le même temps, plus de 90 % des travailleurs indiens n’ont toujours pas de protection sociale et ce pourcentage est reparti à la hausse au cours de la dernière décennie. L’économie dite informelle, non fiscalisée, représente près de la moitié du produit national brut. Dans une course à la compétitivité internationale qui se nourrit de travail bon marché, le capital reste plus que jamais dédouané de toute responsabilité quant à la question sociale. Non seulement sa contribution à un régime de protection reste exceptionnelle et tend à décroître, mais l’existence de transferts sociaux autorise des salaires en deçà d’un montant de subsistance et s’apparente ainsi à un subventionnement indirect du capital. En conclusion, James Ferguson mentionne rapidement les efforts des fondations privées de type Gates et salue leur contribution à une justice redistributive internationale. Ceci nous semble complètement hors de propos. Plutôt que de miser sur une moralisation volontaire des entreprises au nom de leur responsabilité sociale, et dont la contribution à l’intérêt général n’est aucunement garantie, ne faut-il pas urgemment réfléchir à la manière d’obliger les entreprises à contribuer au financement des transferts sociaux ? En poursuivant le raisonnement de James Ferguson jusqu’à son terme, cette obligation pourrait être déconnectée du salariat et ancrée dans une logique de partage.

  • 2 Voir sur ce point l’exemple argentin étudié dans : Saiag Hadrien, « Financialization from the Margi (...)
  • 3 Voir notamment James Deborah (2015), Money from Nothing: Indebtedness and Aspirations in South-Afri (...)

10Une autre forme de subventionnement indirect du capital passe par le crédit. Nombre de pays émergents se caractérisent par un endettement à la consommation massif. Celui-ci a largement appuyé la croissance économique de ces pays et facilité l’accès d’une partie des travailleurs pauvres au statut de classe moyenne. Or, l’accès aux prestations sociales élargit la cible du crédit à la consommation : les bénéficiaires de prestations sociales ont désormais une solvabilité bancaire ; les compagnies financières l’ont bien compris et s’adressent désormais à cette nouvelle niche de marché. On peut se réjouir que les pauvres aient désormais un éventail élargi d’accès au crédit. Mais on peut aussi s’en inquiéter puisque le coût réel de ces formes de crédit est souvent considérable et plonge nombre de ménages dans un surendettement chronique2. L’Afrique du Sud, qui est l’un des terrains de James Ferguson, en est un exemple emblématique, or l’auteur passe sous silence cet aspect de la réalité sud-africaine3.

  • 4 Voir Destremau Blandine et Georges Isabel (2016), Le Care, nouvelle morale du capitalisme. Assistan (...)

11Une dernière critique concerne la question des inégalités de genre. L’introduction de l’ouvrage souligne à juste titre les enjeux du revenu de base sur le statut des femmes. En rompant avec l’idéal productiviste et en élargissant la notion de « social » à toutes les catégories – les hommes en âge de travailler en font désormais partie, et pas seulement les femmes, les enfants, les personnes âgées ou les personnes en situation de handicap –, le principe universaliste sort les femmes de leur statut de dépendante : elles auraient désormais droit à un revenu non pas en tant que mères ou épouses mais en tant que citoyennes à part entière. Plus encore, le revenu de base contribue à reconnaître, du moins potentiellement, le rôle décisif des activités de soin, assumées pour l’essentiel par les femmes, à la création de richesse collective à laquelle chacun.e est désormais éligible. Notons ici la dimension idéaliste des propos de James Ferguson – qui n’enlève toutefois rien à leur intérêt – : les principes d’universalisme et d’inconditionnalité qu’il appelle de ses vœux relèvent largement de l’abstraction ; dans nombre de pays d’Amérique centrale et du sud notamment, du fait d’un ciblage précis et de conditions multiples, les transferts sociaux renforcent la division sexuée des rôles plus qu’ils ne la dissipent et s’apparentent bien plus à une nouvelle police des familles et des femmes qu’à une politique de genre novatrice4. Plus généralement, on peut regretter que cette question des rapports sociaux de sexe, pourtant essentielle, ne soit finalement qu’esquissée en introduction. Le reste de l’ouvrage n’y revient pas, alors qu’il y a là un champ de réflexion fort stimulant qui permettrait de prolonger et renouveler des réflexions féministes anciennes mais toujours d’actualité.

12Ces critiques n’enlèvent rien à l’intérêt de l’ouvrage, qui représente un apport décisif aux débats actuels sur les questions de pauvreté et d’inégalités, de « développement » et plus largement de politiques sociales, indépendamment de toute localisation géographique.

Top of page

Notes

1 D’après les données officielles du gouvernement indien http://mnregaweb4.nic.in/netnrega/all_lvl_details_dashboard_new.aspx (consulté le 3 septembre 2016).

2 Voir sur ce point l’exemple argentin étudié dans : Saiag Hadrien, « Financialization from the Margins: Notes on the Incorporation of Rosario’s Sub-Proletariat into Consumption Credit » (Argentina, 2009-2015), SASE 28th Annual Conference Theme, Moral Economies, Economic Moralities, June 24-26, 2016, University of California, Berkeley, https://sase.confex.com/sase/2016am/webprogram/Paper5260.html.

3 Voir notamment James Deborah (2015), Money from Nothing: Indebtedness and Aspirations in South-Africa, Stanford, Stanford University Press.

4 Voir Destremau Blandine et Georges Isabel (2016), Le Care, nouvelle morale du capitalisme. Assistance et police des familles en Amérique latine, Paris-Aix-en-Provence, Karthala-Cherpa.

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Guérin, « James Ferguson, Give a Man a Fish: Reflections on the New Politics of Distribution (Duke University Press, 2015) », Sociologie [Online], Comptes rendus, 2017, Online since 22 December 2016, connection on 21 September 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3089

Top of page

About the author

Isabelle Guérin

isabelle.guerin@ird.fr
Socio-économiste, directrice de recherche à l’IRD-Cessma (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes américains africains et asiatiques) - Université Paris Diderot, CESSMA, boîte postale 7017, 75205 Paris cedex 13, France

Top of page

Copyright

© tous droits réservés

Top of page