Navigation – Plan du site

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement (La Découverte, 2015)

Cédric Hugrée
Référence(s) :

Florence Johsua (2015), Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 290 p.

Texte intégral

version postprint

1L’émergence récente de mouvements politiques tels que Podemos en Espagne ou de Nuit Debout en France ont pu faire oublier, qu’il y a à peine quinze ans, c’est la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qui apparaissait comme le creuset d’un renouveau politique « à gauche de la gauche ». À cette époque, la LCR connait en effet un afflux sans précédent. L’ouvrage de Florence Johsua revient sur cette nouvelle génération de militants politiques et analyse les métamorphoses de ce parti « devenu socialement et idéologiquement moins homogène » (p. 11) à partir de 2002.

2L’enquête réalisée entre 2002 et 2010 dans le cadre d’une thèse s’appuie sur une large gamme de matériaux : des archives (nombreuses) issues du parti, l’exploitation des informations des cartes d’adhérents (1800 cartes pour 2003 et 1476 cartes pour 2005), 45 entretiens avec des dirigeants et des militants principalement menés dans le cadre d’une enquête ethnographique dans différentes « cellules » parisiennes des dix-septième et vingtième arrondissements, une enquête par questionnaire réalisée auprès des délégués du parti dans le cadre du congrès de 2003 (n 262, soit les trois quarts des délégués présents) et une enquête par questionnaire envoyée aux militants dans le cadre de la préparation locale du congrès de 2006 (n = 1552, soit 60 % des militants à jour de cotisations).

3Dans un premier temps, l’analyse confronte les logiques sociales de l’engagement en identifiant deux « strates » (p. 41) : celle postérieure à 1968 et celle postérieure à 2002. Dans un second temps, elle revient sur les évolutions des cadres de pensées des militants. Enfin, la troisième partie aborde les pratiques des militants dans leur quotidien au moment où la manière de s’engager à la LCR est particulièrement débattue par ces nouveaux militant-e-s.

  • 1 MacAdam Doug (1990), Freedom Summer, Oxford University Press, New York.

4L’ouvrage débute par une sociographie inédite des militants de LCR fondée sur une « aubaine documentaire » (p. 25) : la mise en place, en 2003 et pour la première fois de son histoire, de cartes d’adhérents sur lesquelles figurent quelques informations socio-démographiques. Le codage de ces informations par l’auteur révèle une organisation dont un tiers de ses membres appartient aux cadres et professions intellectuelles supérieures. Cette forte surreprésentation (+ 27 points par rapport à la population active) est largement due à celle des enseignants du secondaire et du primaire, ici classés dans cette catégorie (+ 20 points). On retrouve également parmi les adhérents de la LCR des années 2000, une part notable de professions intermédiaires de la santé et du travail social (14 %), d’employés du public (8 %), hors policiers et militaires selon toute vraisemblance et d’étudiants ou lycéens (12 %). Si la part des salariés du public dans la LCR (environ 60 %) ne diffère pas de celle de l’ensemble des partis de gauche (Parti communiste français, Verts, Parti socialiste) à la même époque (p. 30), la part des retraités y est très différente. Alors qu’on estime qu’ils représentent 40 % des adhérents du PS, ils sont dix fois moins nombreux (4 %) à être encartés à la LCR. L’étude des âges des adhérents permet de voir que l’arrivée en nombre de nouveaux militants au début des années 2000 a d’abord été le fait de jeunes (un quart a moins de trente ans et la moitié moins de quarante ans) et a constitué un véritable renouvellement générationnel. L’auteur différencie ceux entrés entre les années 1970 et les années 1990, dont elle estime qu’ils représentent un tiers des militants au moment de l’enquête (p. 38) et ceux entrés après 2002 qui constituent l’essentiel des troupes de la période observée. Les chapitres 2 et 3 comparent leurs trajectoires sociales et professionnelles. Ils avancent l’idée que les « logiques sociales de l’engagement se sont transformées, et [que] la révolte s’est forgée un nouveau visage » (p. 41). Pour Florence Johsua, les premiers militants entrés à la LCR à la suite de 1968 sont marqués par une même séquence de « reconversion douloureuse, en particulier dans la sphère professionnelle » (p. 43). Dans une organisation toute entière orientée par l’organisation d’une révolution sociale et politique présentée à l’époque comme imminente, « la préparation d’un concours, la recherche d’emploi, l’installation en couple ou le fait d’avoir un enfant, [étaient] des considérations tendanciellement stigmatisées comme des dérives “petites-bourgeoises” » (p. 45). La prise de conscience, par la direction et par plusieurs militants, entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, d’une erreur politique dans l’appréciation de cette période constitue une déstabilisation des représentations militantes qui sonne la fin d’une période de moratoire professionnel et familial pour de nombreux militants de la première heure. Les professions des militants engagés à cette époque et encore présents au début des années 2000 indiquent une prédominance du secteur public (p. 70) et plus spécifiquement des « travailleurs sociaux » (p. 54) là où leurs diplômes supérieurs auraient pu les conduire à des horizons plus favorables (p. 66). En ce sens, ces destins rejoignent ceux privilégiés par « nombre de soixante-huitards anonymes » (p. 54) repérés par Doug MacAdam en 19901 et sont « révélateur[s] des conséquences biographiques de leurs engagements. Les militants entrés à la LCR entre 2002 et 2006 “ne ressemblent guère à leurs aînés” » (p. 77). Les enseignants et les professions intermédiaires restent fortement représentés (26 % et 23 %), mais les salariés du privé, les employés et ouvriers y sont plus nombreux. L’auteur souligne que ces derniers ont connu des parcours marqués par des déclassements intergénérationnels et/ou scolaires (p. 79) : la proportion d’employés et même d’ouvriers titulaires de diplômes supérieurs au baccalauréat militant à la LCR est fortement supérieure à celle de la société (p. 80). Les portraits et les extraits d’entretiens témoignent d’une forte imbrication des parcours scolaires et sociaux et des configurations familiales dans les logiques de l’engagement. Pour Florence Johsua, leurs trajectoires décalées par rapport à leur milieu d’origine ou par rapport à leurs diplômes ont favorisé une posture critique à l’égard du monde social (p. 88) qui s’actualise dans la campagne d’Olivier Besancenot et dans le choc des résultats du premier tour des élections présidentielles françaises de 2002.

5La seconde partie interroge les conséquences idéologiques au sein de l’organisation de l’arrivée de ces nouveaux militants. La nouvelle perspective peu à peu adoptée par de nombreux militants de LCR met à distance l’horizon révolutionnaire et présente un « projet politique en termes de propositions concrètes et immédiatement applicables, valorisant les solutions crédibles et l’efficacité à court terme » (p. 98) marquées par la défense de droits sociaux acquis et des revendications « transitoires » (pp. 133-134). La mise en cause du caractère révolutionnaire de la LCR est notamment repérable lors de l’engagement de nombreux militants de la LCR dans les mouvements altermondialistes (p. 154). L’enquête dans la section du vingtième arrondissement révèle une « organisation politique mosaïque, métamorphosée » (p. 135). La césure de 2002 s’avère ici particulièrement nette. Elle est l’indice de socialisations politiques et de structures du capital militant très différentes construisant deux générations distinctes de militants.

6La dernière partie analyse les conséquences de ces transformations sociales et idéologiques sur les pratiques militantes quotidiennes. L’arrivée de nouveaux membres aux caractéristiques sociales, scolaires et politiques différentes des anciens membres parachève tout d’abord la critique d’un modèle d’engagement fondé sur le « révolutionnaire professionnel ». Florence Johsua rend visible les problèmes posés aux nouveaux militants par le modèle léniniste d’engagement auquel avaient souscrit les premiers militants de l’organisation dans les années 1970 : celui-ci relègue plus ou moins explicitement les activités personnelles, à l’image du football pensé dans les années 1970 comme un loisir contre-révolutionnaire (p. 163), ce qui semble moins évident pour les militants les plus récents. L’auteur remarque que les activités militantes quotidiennes sont particulièrement exigeantes pour des néo-militants peu préparés aux sacrifices demandés par une organisation ne comptant que treize permanents pour 2500 adhérents. En effet, la vie de l’organisation repose presqu’entièrement sur les militants : les débats internes sont organisées autour d’une « production écrite très abondante » (p. 166), les réunions de cellules sont hebdomadaires (p. 228-229), et il fut par exemple demandé aux militants de ne pas prendre de vacances pour obtenir les 500 parrainages lors de la campagne présidentielle de 2007 (p. 227). Florence Johsua souligne plusieurs fois les tensions entre « jeunes » et « vieux » qui traduisent des manières différentes et opposées d’envisager un engagement politique visant l’émancipation sociale des groupes sociaux les plus dominés.

7Le chapitre 8 met plus particulièrement l’accent sur les dimensions genrées de la vie militante au sein de la LCR. L’auteur identifie les pratiques et les représentations favorisant « le poids persistant d’un modèle androcentrique de militantisme » (p. 209). Dans un parti où les questions d’égalité des rapports sociaux de sexe figurent comme centrales, elle rappelle que de nombreuses militantes des années 1970 ont fait l’expérience d’une domination symbolique, se percevant comme incultes politiquement (p. 187), ce qui les a conduit à privilégier le « terrain » et à laisser aux garçons les questions théoriques ou intellectuelles, valorisées au sein de l’organisation. La direction nationale du parti devient paritaire en 2003 et à cette époque le bureau politique est constitué de moins de 40 % de femmes. De ce point de vue, la LCR des années 2000 n’est clairement plus celle des années 1970 et 1980. Pourtant, l’auteur note que la domination masculine s’est déplacée : si la prise de parole est désormais strictement encadrée dans les congrès et les réunions de direction, « elle l’est significativement moins dans le militantisme quotidien » (p. 205).

8L’ouvrage dresse ainsi le constat d’un parti où coexistent des modalités d’investissement militant différenciées et où dominent des militants multi positionnés et aguerris. En effet, seuls 6 % d’entre eux ne sont affiliés qu’à la LCR alors que près de la moitié des militants déclarent avoir deux ou trois engagements (politique, syndical ou associatif) et que nombreux sont les militants qui déclarent consacrer dix heures ou plus au militantisme par semaine. La création du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) semblait vouloir rendre possible un engagement plus intégrateur et convivial (pp. 232-235) pour des novices de l’anticapitalisme. Mais ainsi que le note l’auteur, « accueillir les masses n’est pas chose aisée pour une organisation marquée par ses origines et les rémanences d’un militantisme hérité de la longue histoire du mouvement ouvrier » (p. 215).

  • 2 Voir notamment Leclercq Catherine & Pagis Julie (2011), « Les incidences biographiques de l’engagem (...)

9L’ouvrage et sa forte dimension empirique éclairent donc d’un œil neuf et critique les conditions contradictoires dans lesquelles ont été socialisés nombre d’impétrants à la LCR au début des années 2000 et qui ont sans doute largement alimenté l’échec du NPA. Si l’ouvrage ouvre naturellement des prolongements sur des incidences biographiques de cet engagement2 et les devenirs politiques de ceux ont quitté la LCR, il pose également trois questions.

10Tout d’abord, l’opposition séduisante sur un plan intellectuel entre une génération de militants pionniers marquée par une séquence commune de reclassements professionnels à la baisse dans les années 1980 et une génération récente définie par des déclassements sociaux ou scolaires présente une limite majeure. Elle se fonde sur l’observation à une même date (début des années 2000) d’une génération de militants entrés et restés plusieurs décennies à la LCR par opposition à des militants récents dans l’organisation et qui pour beaucoup ont ensuite déserté le parti. La comparaison aurait gagner à davantage intégrer les effets de carrière dans le militantisme et à interroger des anciens militants de la LCR des années 1970-1980 ayant quitté la LCR quelques mois ou années après s’y être engagé pour saisir les particularités de la génération entrée en anticapitalisme dans les années 2000. La distinction centrale entre ceux qui sont restés et ceux qui sont partis à ces deux époques est ainsi un angle mort important de l’enquête.

  • 3 Suaud Charles (1978), La Vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Éditions d (...)

11Ensuite, le choix de caractériser la génération des militants des années 2000 par un déclassement scolaire ou social interroge. Alors que les portraits auraient pu rendre visible les cheminements de ces militants entrés en anticapitalisme au début des années 2000, l’auteur laisse pourtant dans l’ombre les redéfinitions d’horizons, les conversions d’aspirations et d’habitus dont ils ont fait l’expérience. Or, à la lecture des différents portraits, ce sont bien plus les conditions sociales, scolaires et intellectuelles d’une conversion militante inachevée qui sautent aux yeux que le lien entre déclassement et engagement. Sous cet angle, la LCR des années 2000 s’apparente à une institution désormais incapable de convertir durablement des habitus pourtant disposés à l’engagement en son sein, se retrouvant dans une position proche des petits-séminaires vendéens touchés par la crise des vocations sacerdotales au cours des années 19603.

12Enfin, l’ouvrage ne rend pas compte des transformations spécifiques des modes de recrutement des militants de la LCR au début des années 2000. Le recrutement était pourtant une condition importante de sa forte homogénéité idéologique et de la pérennité de son modèle d’organisation. L’absence d’une telle description et de l’analyse des premiers moments de l’entrée en anticapitalisme est dommageable. Elle se comprend peut-être par l’anticipation de la lecture de l’ouvrage par les militants eux-mêmes ; l’ouvrage ayant fait l’objet de plusieurs recensions et discussions. L’arrivée massive des nouveaux militants a cependant rapidement marginalisé la cooptation et les différentes mises à l’épreuve qui marquaient l’entrée dans le parti quelques années auparavant. La prise en compte des dimensions les plus concrètes de la prise de contact – dans le cadre des campagnes électorales, de meeting publics ou dans le cadre de luttes – et des manières variées, à Paris et en province, d’accueillir dans les premiers temps ces nouveaux militants dans les réunions et les différentes commissions structurant le parti aurait aidé aussi à comprendre comment les malentendus entre militants aguerris et novices se tissaient dès ces premiers échanges et les conditions dans lesquelles ils étaient ou non surmontés par la suite.

13Ces remarques n’enlèvent rien à la qualité de cette recherche. Il s’agit en effet d’un travail central pour comprendre comment s’est opéré le réveil de la critique sociale des années 2000 sans que celui-ci ne mobilise durablement ceux, nombreux, qui font pourtant chaque jour l’expérience des inégalités économiques et sociales.

Haut de page

Notes

1 MacAdam Doug (1990), Freedom Summer, Oxford University Press, New York.

2 Voir notamment Leclercq Catherine & Pagis Julie (2011), « Les incidences biographiques de l’engagement. Socialisations militantes et mobilité sociale. Introduction », Sociétés contemporaines no 84, pp. 5-23.

3 Suaud Charles (1978), La Vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Éditions de Minuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Hugrée, « Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement (La Découverte, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 décembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3082

Haut de page

Auteur

Cédric Hugrée

cedric.hugree@cnrs.fr
Sociologue, chargé de recherche au CNRS, Cresppa-CSU - Cresppa-CSU, 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page