Navigation – Plan du site

Eleonora Elguezábal, Frontières urbaines. Les Mondes sociaux des copropriétés fermées (Presses universitaires de Rennes, 2015)

Silvia Hernández
Référence(s) :

Eleonora Elguezábal (2015), Frontières urbaines. Les Mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 248 p.

Texte intégral

version postprint

L’entre-soi comme résultat d’un travail de production de frontières : le cas des torres à Buenos Aires, Argentine

1« Les gated communities n’existent pas » : cette phrase synthétise l’esprit polémique de l’enquête d’Eleonora Elguezábal sur les torres, catégorie qui désigne un type de copropriété fermée très répandu ces vingt dernières années – notamment dans les années 2000 – à Buenos Aires, capitale de l’Argentine. Après la sortie de la grave crise économique de 2001, le marché immobilier en ville a connu une pleine expansion entre 2003 et 2008, en particulier dans les torres, et le maire élu en 2007, Mauricio Macri, a mené une politique très favorable à ces projets. Frontières urbaines présente une enquête sociologique menée dans plusieurs copropriétés fermées de ce type à Buenos Aires entre 2005 et 2010 et vise à interroger l’une des idées dominantes autour d’elles : qu’il s’agit d’enclaves résidentielles, d’espaces d’homogénéité sociale pour des groupes aisés.

2La démarche proposée dans Frontières urbaines polémique avec le substantialisme impliqué dans la notion d’enclave – qu’identifient les frontières spatiales et sociales – et avec l’approche macro-analytique dans les études urbaines. Ces dernières, intéressées par les transformations des villes dans un contexte de globalisation, mettent l’accent sur les homogénéités des nouvelles typologies vues uniquement comme des espaces de ségrégation sociale, mais sont aveugles aux spécificités locales de la production conflictuelle d’espaces d’enclavement. Au contraire, E. Elguezábal montre le caractère conflictuel et jamais accompli des processus d’enclavement : « plutôt que comme un fait établi, l’enclave résidentielle apparaît comme une catégorie de l’action à visée performative, comme un modèle à suivre pour certains acteurs, soumis alors à des traductions, des redéfinitions, des résistances et des échecs » (p. 211). Grâce à son approche microsociologique et ethnographique, cette enquête montre que la production des torres comme espaces prétendument « fermés » est le résultat d’un travail d’enclavement visant à produire un « entre-soi » sélectif et à effacer les classes populaires chargées de l’entretien quotidien. Loin d’être un processus homogène, l’enclavement est composé par des pratiques localisées menées par des acteurs à intérêts et stratégies parfois concurrents ou même contradictoires, et son succès n’est pas garanti. « Plutôt que des frontières rigides, stables, facilement identifiables telles que le suppose la notion d’enclave, les frontières des copropriétés fermées sont des frontières conflictuelles, mouvantes selon les acteurs, toutes relatives » (p. 204). Voici la principale contribution de cet ouvrage.

3Le livre est divisé en deux parties : « labilités » et « porosités ». La première montre que l’enclavement des copropriétés fermées est l’effet d’une multiplicité de pratiques liées à des espaces sociaux divers. En partant du fait que « le discours savant sur l’objet fait aussi partie de l’objet » (Christian Topalov, cité dans le prologue, p. 12), dans le chapitre 1, E. Elguezábal analyse le rôle pris par certains architectes, urbanistes et géographes locaux à vocation réformiste qui, pendant la première moitié des années 2000, se sont consacrés à une requalification critique des torres. Dans leur critique réformiste, les torres étaient considérées comme des cas de spatialisation des problèmes sociaux : des symboles de la ségrégation urbaine propre au néolibéralisme et à la globalisation. Eleonora Elguezábal inscrit ces prises de position dans les débats académiques de l’époque autour des changements contemporains des villes et notamment des métropoles latino-américaines. Mais cette critique est aussi mise en rapport avec le déclin d’une architecture et d’un urbanisme à vocation sociale – dont les dits architectes réformistes étaient des représentants – face aux nouvelles tendances dominantes dès les années 1990 dans le champ de la construction et de l’immobilier, marquées par la valorisation financière et le marketing.

  • 1 Manager local en charge de la gestion quotidienne des torres.
  • 2 Travail peu qualifié, occasionnel et au noir qui, dans le cas des torres, est réalisé par les emplo (...)

4Le deuxième chapitre polémique avec la thèse assez répandue selon laquelle les torres suivent le modèle des gated communities, en tant qu’espaces d’auto-ségrégation des « vainqueurs » de la polarisation sociale. Au contraire, l’auteur souligne qu’il n’y a pas d’homogénéité sociale parmi les habitants des torres et que la position adoptée par ceux-ci vers le travail d’enclavement est variable selon leur trajectoire résidentielle et leur appartenance à des groupes dominants ou dominés dans l’ensemble de résidents. Étant donné que la séparation entre « vainqueurs » et « vaincus » ne va pas de soi, le livre montre comment elle est constamment renforcée à travers des pratiques quotidiennes hétérogènes, tels que le contrôle des employés de nettoyage par les vigiles, la précarisation des travailleurs de nettoyage en sous-traitance par les intendentes1 ou les efforts de certains membres des conseils syndicaux pour interdire les changas2 et pour implanter des techniques de management liées à une conception néolibérale du travail.

5Eleonora Elguezábal montre aussi que, contre les prétentions des promoteurs, le prestige des torres n’est pas évident. Au contraire, plusieurs facteurs entrainent un déclassement potentiel des résidents et déterminent une sorte d’échelle dans le prestige des copropriétés. Parmi ces aspects, sur lesquels le travail d’enclavement vient (ré)agir, il faut compter leur localisation dans les « beaux quartiers » ou en dehors, les groupes sociaux auxquels ces « produits » sont adressés, le mauvais goût parfois attribué à certaines torres considérées comme des résidences de « nouveaux riches », ou la progressive dégradation des espaces communs dont les habitants les plus aisés accusent les groupes appartenant aux classes moyennes.

  • 3 Immeuble qui n’est pas considéré « fermé ».

6Le chapitre 3, consacré à la gestion des copropriétés, analyse les gestionnaires des copropriétés dans leur rôle d’« entrepreneur d’enclavement ». Dans le passage des torres de l’espace de la promotion immobilière à celui de la gestion, cette catégorie acquiert un sens managérial. Elles apparaissent désormais comme des « immeubles qui nécessitent une organisation du travail particulière, plus “rationnelle”, flexible et spécialisée » (p. 116). À travers la mobilisation de cette définition qui distingue les torres des edificios comunes3 en hiérarchisant les premières, les gestionnaires des copropriétés interviennent dans le travail d’enclavement.

7La seconde partie de cet ouvrage intitulée « porosités » est composée par quatre chapitres consacrés aux acteurs effacés dans la vie quotidienne des torres et dans le discours savant : les employés de nettoyage, les vigiles, les intendentes. On apprend ainsi que les copropriétés fermées ne sont pas uniquement des lieux de résidence mais aussi de travail.

  • 4 Les employés de nettoyage en sous-traitance.

8Dans le quatrième chapitre du livre, E. Elguezábal dénaturalise l’idée selon laquelle le « sentiment d’insécurité » est la raison principale du choix des résidences fermées. L’auteur démontre ici que le but principal du service de sécurité dans les torres n’est pas la prévention des délits mais la préservation des séparations entre les occupants légitimes (les propietarios, habitants ayant le droit de permanence dans les torres) et illégitimes (les gremios4) à travers plusieurs pratiques et rituels qui assignent à chacun une place spécifique dans l’espace. Le respect de la séparation des portes d’entrée, des ascenseurs, etc., exigé par les vigiles aux gremios efface leur présence et renforce l’enclavement, c’est-à-dire la transformation de ces copropriétés fermées en espaces d’homogénéité sociale. L’auteur montre ainsi que la transposition des distances sociales dans l’espace physique ne dépend pas uniquement des caractéristiques du bâti, tel que les grilles. Autrement dit, le travail d’enclavement ne se joue pas uniquement « sur le marquage de frontières proprement spatiales, mais sur le marquage des frontières sociales à travers ces frontières spatiales » (p. 145).

9Le cinquième chapitre est dédié aux stratégies des employés plus qualifiés dans les torres : certains vigiles et les intendentes. L’auteur focalise sur la division du travail interne et la hiérarchisation des tâches, prises dans l’analyse comme des recours mis en place par ces « cols blancs » afin de rattraper le déclassement que le travail dans la sécurité ou dans la gestion quotidienne d’un immeuble signifie pour eux. Les intendentes mobilisent l’opposition entre torres et edificios comunes, et s’engagent personnellement dans l’application des techniques de management pour encadrer les travailleurs moins qualifiés. Par ce biais, ils interviennent aussi dans le processus de transmutation des torres en « enclaves ».

10Finalement, le dernier chapitre contribue de façon décisive à la thèse générale de la porosité des frontières des « enclaves » dans la mesure où il rend visible ce qui est normalement « oublié ». L’auteur montre que le travail d’enclavement ne réussit pas à effacer complètement la présence des secteurs populaires dans ces immeubles. À travers des changas, les « effacés » mettent en œuvre une stratégie de résistance, dans la mesure où ce type d’économie informelle personnalise les relations entre les employés et les propietarios, personnalisation que la gestion managériale vise à réduire au maximum. Pourtant ces formes de résistance sont ambiguës dans la mesure où elles ne remettent pas en question la domination de classe exercée dans les torres.

  • 5 Tous les détails méthodologiques sont apportés dans une annexe à la fin du livre.

11En ce qui concerne les aspects méthodologiques, l’enquête propose un « changement d’échelle » (p. 17) vers une approche microsociologique, tout en cohérence avec l’affirmation selon laquelle « il faut déplacer l’attention portée principalement aux divisions spatiales, pour considérer davantage les divisions sociales et les usages de l’espace visant à les perpétrer » (p. 146). Afin de montrer l’engagement des promoteurs immobiliers, de certains habitants, des intendentes, des vigiles, etc. dans le « travail d’enclavement », E. Élguezábal s’appuie sur un vaste travail empirique capable d’offrir un regard très proche de la vie quotidienne dans ces immeubles et des trajectoires des acteurs. Il faut souligner l’ampleur du terrain, comprenant l’observation participante, l’analyse de documents et d’annonces publicitaires et presque deux cents entretiens en profondeur5. L’étude est aussi fortement caractérisée par la réflexivité de l’enquêtrice dans son terrain, aspect fondamental de sa démarche ethnographique.

12Trois réflexions à partir des résultats de l’enquête pour finir. On a déjà signalé comme l’une des contributions majeures de cet ouvrage le refus de l’auteur de réduire le cas d’analyse aux tendances générales comme la « globalisation » ou la « dualisation des villes ». Même si les arguments théoriques et les résultats de l’enquête d’E. Elguezábal sont très convaincants sur ce point, le livre manque d’une inscription détaillée et profonde des torres dans des processus historiques, politiques et économiques plus vastes à Buenos Aires et en Argentine. Ces aspects seraient pourtant importants pour mieux comprendre comment la catégorie de torre devint le centre d’une polémique si aiguë dans la dernière décennie dans cette ville.

13Deuxièmement, l’ouvrage analyse avec beaucoup de détails les sens nuancés liés à la catégorie de torre par rapport à d’autres types d’espaces résidentiels fermés. Cette analyse pourrait trouver un complément intéressant dans une étude du rapport conflictuel entre ces catégories et d’autres mots de la ville, tels que casa baja (maison basse, pavillon), patrimonio urbano (patrimoine urbain) ou barrio (quartier), car c’est à travers ces mots que d’autres acteurs tels que les associations de vecinos (voisins) ont exprimé publiquement depuis 2007 leur opposition à la construction en hauteur. Même si dans le livre il est fait mention de ces associations, une analyse approfondie sur ce point permettrait de mettre en rapport les résultats de cette enquête avec le cadre plus large des conflits contemporains dans la ville de Buenos Aires.

14En troisième lieu, la forte contestation ainsi déclenchée par des associations civiles, certains médias et politiciens, des architectes réformistes, etc., contre les torres – dénoncées comme les symboles de la « spéculation foncière » et de « la destruction du patrimoine urbain » – a eu des effets dans les stratégies de promotion des produits de Real Estate. Bien que ce type de copropriété fermée soit toujours construit à l’heure actuelle, les promoteurs immobiliers mettent l’accent sur des « valeurs » parfois en contradiction avec la « fermeture », tels que « l’ouverture à la communauté », qui se réalise à travers l’inclusion de centres culturels, de galeries d’art ou de centres commerciaux aec un accès public. On trouve aussi des reconversions d’anciens immeubles, notamment des usines désaffectées, comme des lofts de standing dont les mécanismes de promotion commerciale accordent une importance particulière à la « préservation du patrimoine » et le « développement durable ». Une analyse de ces éléments pourrait apporter une vision de l’évolution historique des luttes de classification autour des produits de Real Estate en général et des copropriétés fermées en particulier.

Haut de page

Notes

1 Manager local en charge de la gestion quotidienne des torres.

2 Travail peu qualifié, occasionnel et au noir qui, dans le cas des torres, est réalisé par les employés d’entretien à titre individuel pour un particulier.

3 Immeuble qui n’est pas considéré « fermé ».

4 Les employés de nettoyage en sous-traitance.

5 Tous les détails méthodologiques sont apportés dans une annexe à la fin du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Hernández, « Eleonora Elguezábal, Frontières urbaines. Les Mondes sociaux des copropriétés fermées (Presses universitaires de Rennes, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2017, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3077

Haut de page

Auteur

Silvia Hernández

silhernandez@gmail.com
Doctorante en sociologie l’université Paris 8 (CRESPA) et à l’Université de Buenos Aires (Argentine) - Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), 59-61 rue Pouchet, 75889 Paris Cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page