Navigation – Plan du site

Collectif du CIRA, Refuser de parvenir. Idées et pratiques (Nada Éditions, 2016)

Maud Reveilhac
Référence(s) :

Collectif du CIRA (2016), Refuser de parvenir. Idées et pratiques, Paris, Nada Éditions, 350 p.

Texte intégral

  • 1 Enckell Marianne (2014), Le Refus de parvenir, Montpellier, Éditions Indigène.

1Le livre Refuser de parvenir, dont la publication fait suite à un cycle de discussions organisé par le Centre international de recherche sur l’anarchisme (CIRA) de Lausanne entre 2013 et 2014 (annexes du livre), se présente sous forme d’un recueil de textes dont certains ont été rédigés à cette occasion et d’autres réédités, tels celui d’Emma Goldman faisant écho à la thématique des positions sociales ou celui d’Albert Thierry à l’origine de la notion du refus de parvenir. Sa richesse théorique et empirique contraste avec la rareté des ouvrages dédiés à la thématique du refus de parvenir. Il faut toutefois signaler à ce propos l’essai rédigé par Marianne Enckell intitulé Le refus de parvenir publié en 20141, qui invite à penser une société en dehors de la fascination qu’exerce la carrière, l’acquisition de distinctions, etc., dans le cadre d’une éthique de vie qui abolit la compétition constante entre les individus pour la réussite économique et sociale.

Le refus de parvenir

  • 2 Thierry Albert (1916), Des conditions de la paix. Essai de morale révolutionnaire, Paris, Union pou (...)

2Suivant la définition qu’en donne l’enseignant libertaire Thierry (annexes du livre), le refus de parvenir se définit comme une exigence éthique qui consiste à « refuser de vivre et d’agir pour soi et aux fins de soi2 ». Il peut donc être décrit comme l’exigence de refuser l’ascension ou la promotion sociale par la recherche de l’intérêt personnel dans une perspective de carrière, de pouvoir ou de prestige, au profit d’idéaux d’émancipation et de solidarité collectives, l’émancipation individuelle ne pouvant s’inscrire que dans une société émancipée. Dans la filiation du syndicalisme révolutionnaire, il s’agit pour les prolétaires « de ne pas chercher à s’extraire de leur condition – aujourd’hui on parlerait d’ascension ou de promotion sociale – et ainsi trahir leur classe par une recherche personnelle de profit, de carrière, de pouvoir ou de prestige » (p. 17).

3La force de l’ouvrage Refuser de parvenir est d’aborder tant les dimensions théoriques que pratiques du refus de parvenir par l’étude historique du concept et à travers des entretiens et des témoignages biographiques contemporains. Son objectif est de donner un aperçu des différentes thématiques associées au refus de parvenir et de susciter un nouvel intérêt pour « cette idée, cette attitude et cette pratique » (p. 10) autour essentiellement de deux parties complémentaires.

Histoire et idées

4Dans la première partie de l’ouvrage, il s’agit de donner au lecteur un éclairage historique de la notion de refus de parvenir et de le prolonger avec des contributions qui présentent l’insertion de cette idée dans le syndicalisme révolutionnaire (contribution de Grégory Chambat), dans le mouvement anarchiste individualiste (contribution de Claire Auzias), au sein de l’Association internationale des travailleurs dans le débat récurrent sur la place des intellectuels (contribution de Gianpiero Bottinelli), dans la vision bakouninienne du rôle révolutionnaire des déclassés (contribution de Jean-Christophe Angaut), dans les discussions autour de la spécificité du statut des intellectuel-le-s révolutionnaires (contribution d’Emma Goldman), ainsi que dans la démocratisation des études en France et l’avènement d’une idéologie méritocratique (contribution d’Anne Steiner).

  • 3 Reclus Élisée (1878), « L’évolution légale et l’anarchie », Revue socialiste révolutionnaire : Le T (...)

5Si la notion du refus de parvenir, telle qu’elle est comprise au début du xxe siècle, revêt une dimension éducative qui consiste à « mettre l’éducation au service de la classe ouvrière » (p. 10), elle est aussi à relier aux différentes conceptions susceptibles d’être attribuées aux « déclassés » – ce qui n’est pas sans rappeler les débats entre anarchistes et marxistes au sein de la Première Internationale. Le refus de parvenir fait également écho à une réflexion quant aux statuts sociaux en général et à la place des intellectuels (ou avant-garde) en particulier. Le principe de mener une vie conforme à un idéal d’émancipation collective se retrouve dans la tradition anarchiste, tant dans la doctrine que dans les faits. Pour ne citer que deux exemples, alors que Bakounine dénonce la tendance à « l’embourgeoisement de certaines composantes du monde ouvrier […], l’embourgeoisement signifi[ant] ici l’acceptation des règles du jeu de la démocratie bourgeoise » (p. 101), Élisée Reclus écrit, contre l’injonction à la réussite individuelle, que « [t]ant que notre triomphe ne sera pas en même temps celui de tous, ayons la chance de ne jamais réussir3 ».

6Le livre montre également comment la notion de refus de parvenir permet de discuter du rôle de l’éducation – souvent considérée comme se limitant à diffuser des savoirs et à former la relève du monde du travail dans une situation de lutte des places – dans la création d’espaces de réflexion critique, de conscientisation, de liberté et d’auto-éducation permettant ainsi de reconsidérer le monde académique sous l’angle de ses relations plus larges avec le salariat, les organisations politique et militante, l’avènement de certaines idéologies, etc. Alors que le texte de G. Chambat discute l’aspect pédagogique de l’action directe et le lien entre consolidation de la notion du refus de parvenir et essor du syndicalisme révolutionnaire (p. 56) – la tâche d’instruire pour révolter étant attribuée au syndicalisme révolutionnaire –, la contribution d’A. Steiner souligne que « la situation est telle que le mythe méritocratique s’est gravement fissuré. Nombreux sont les lycéens et étudiants qui pensent, non sans terreur, qu’aucun avenir ne leur est offert » (p. 131). Si l’acquisition de connaissances et le refus de parvenir semblent relever d’un paradoxe ou d’une incompatibilité au sein des institutions scolaires, s’intéresser au refus de parvenir en lien avec l’éducation permet aussi de repenser, voire de contrecarrer la (re)production et la perpétuation des inégalités. L’affirmation de G. Chambat selon laquelle, depuis près d’un siècle, les institutions pédagogiques « n’ont ni remis en question la société de classes ni la perpétuation des inégalités » (p. 66), peut être reliée à la dimension méritocratique qui s’est imposée au sein de l’université. Selon A. Steiner, la méritocratie permet de justifier « l’inégalité des places au nom d’une prétendue égalité des chances » (p. 127), la démocratisation des études ayant eu pour corollaire l’affirmation selon laquelle « le succès professionnel dépend du succès scolaire qui dépend lui-même exclusivement des qualités et du mérite individuels » (p. 129).

7Comme l’écrit G. Bottinelli, les notions d’avant-garde intellectuelle et d’égalité des chances font également l’objet de critiques dans la pensée libertaire dont « l’objectif n’est bien sûr pas uniquement la destruction du capitalisme, mais aussi – et c’est là l’originalité fondamentale de l’anarchisme – d’en finir avec toute forme de domination économique, politique et morale : l’anarchie est une société sans hiérarchies » (p. 104). Il ne s’agit donc pas de réduire le refus de parvenir à une attitude ou un cadre éthique individuels. En ce sens, le refus de parvenir débouche sur une critique de l’avant-gardisme, de la représentation politique, de la concentration des responsabilités, ainsi que de la voie réformiste (p. 29). Mais il ne préconise en rien la médiocrité, le nivellement par le bas ou l’ignorance puisque « pour refuser de parvenir, il faut être en mesure de parvenir » (p. 38), de renoncer à la vanité et à l’arrivisme au profit de la réussite sociale « qui résulte de la solidarité et de l’altruisme. Il importe beaucoup plus de “se réussir” que de réussir. Ou, pour user d’un terme moins entaché d’infamie, il s’agit d’abord, comme l’écrit André Panchaud, de se réaliser » (pp. 44-45) à l’encontre de l’élitisme et du méritocratisme.

Vécus et pratiques collectives

8Dans la deuxième partie, l’ouvrage aborde la variété des vécus et des pratiques collectives du refus de parvenir sur la base d’entretiens. Il montre ses diverses mises en application et présente les ressemblances et dissemblances des dimensions théoriques et historiques de cette pratique (p. 11). En abordant des thématiques aussi diverses que l’architecture (entretien avec le collectif lausannois CArPE-mit-Etc), la musique (entretien avec plusieurs formations musicales ancrées dans les milieux de la culture alternative et autogérée 70FPS, Bobar, Vialka, Zeppo & AbSTRAL) et la photographie (entretien avec le collectif genevois Interfoto), l’ouvrage propose une analyse des situations de différents collectifs qui débattent « du rapport au travail, du lien entre art et militantisme, et plus généralement de questions d’organisation, d’autonomie, de financement, de cohérence entre discours et pratiques » (p. 11).

9Cette deuxième partie commence par une discussion critique de la notion du refus de parvenir qui mêle considérations sémantiques, pratiques, théoriques et autobiographiques avec un membre du collectif de publication du CIRA interrogé par les éditions T’Okup !. Ces dernières avaient publié, au début des années 2000, sous le titre Le travail rend sourd. Cinq interviews pour abolir le travail, un recueil de témoignage de personnes évoluant dans la mouvance anarcho-squatt locale. Pour le membre du Collectif de publication du CIRA, le refus de parvenir peut toucher un large public s’il ne s’appuie pas « uniquement sur des abstractions comme la conscience de classe, le désintéressement ou l’altruisme. [Le refus de parvenir] doit s’ancrer dans une morale, ou plutôt une culture politique qui, pour produire du sens, doit être entretenue et alimentée en permanence, dans la pratique comme dans la théorie, auprès du plus grand nombre de personnes possible » (p. 167).

10Le livre présente également une perspective féministe (entretien avec le collectif lausannois Les Pires) du refus de parvenir face à l’institutionnalisation du féminisme à l’université et dans le monde associatif. L’anti-autoritarisme comme axe politique essentiel en est un exemple concret. Les membres du collectif « ne [veulent] pas de chef-fe-s, ni hiérarchies ou de pouvoirs informels et lutt[ent] contre les logiques de personnalisation. [Elles] tent[ent] d’articuler la pratique et la théorie » (p. 176). Leur critique porte également sur « l’institutionnalisation du féminisme et d’autres mouvements contestataires » (p. 177) soulevant ainsi la question d’éventuelles « récupération[s] des luttes, notamment au travers de subventions étatiques, ce qui signifie un contrôle de la part de l’État » (p. 182). Le collectif Les Pires apporte une conception féministe contemporaine en évoquant le « rejet des rapports de pouvoir, de la compétitivité, du carriérisme et de l’expertise » (p. 12). Le refus de parvenir ne se confine pas dans une analyse théorique mais trouve son expression dans la pratique quotidienne de chaque personne, groupe et organisation en lutte contre les hiérarchies, l’institutionnalisation et les logiques de personnalisation qui génèrent la création « “[d’]expert-e-s” qui parlent au nom des personnes concernées » (p. 183).

11La deuxième partie de l’ouvrage se conclut par deux témoignages. Ils illustrent la problématique des positions et des habitus de classe, en faisant écho aux dynamiques d’insertion de personnes issues de la classe ouvrière dans des mouvements militants (contributions de Fredric Carlsson-Andersson et Attila Piskin) et proposent une critique de la rhétorique de l’ascenseur social (contribution de Gabriel Sidler). Si l’une des conséquences de cette rhétorique est de s’opposer aux projets collectifs et égalitaires, cette rhétorique tend également à considérer l’égalité des chances comme principe organisationnel : « c’est donc inévitablement admettre l’inégalité dans la société et conforter l’argument du mérite qui justifie l’inégalité comme produit de l’égalité des chances » (p. 272).

12Parce que le terme refus de parvenir n’est pas forcément appropriable ou directement adaptable dans la pratique, le livre a le mérite de proposer une série d’entretiens variés qui illustrent le potentiel d’expressions contemporaines que peut prendre ce refus. En adoptant une démarche globale, ces différents exemples permettent de montrer que son application ne se réduit pas, d’une part, à la carrière professionnelle et, d’autre part, à la dénonciation des privilèges, mais se veut une critique plus large de toute forme d’exploitation et de domination.

13Les auteurs du livre n’ont pas la prétention d’approfondir chacune des thématiques abordées, mais ils fournissent de nombreuses références et divers points de départ à qui souhaite approfondir le sujet dans une perspective sociologique, politique ou historique. Si cet ouvrage se conçoit en effet comme l’amorce d’une réflexion sur les liens entre l’acception historique et les pratiques contemporaines du refus de parvenir, il est aussi l’indice d’un intérêt trop faible pour cette notion malgré sa fécondité analytique pour étudier les actions de construction, de partage et de mise en réseau de collectifs et de stratégies d’actions collectives. La réaffirmation du refus de parvenir « garde pleinement son sens à l’heure où la passion du succès à tout prix tend à imposer la compétition et l’individualisme comme horizon indépassable auquel il n’y aurait plus qu’à se plier » (p. 35).

14Fidèle à son ambition de rendre la thématique accessible à un public de non-spécialistes (p. 13), l’ouvrage prend le parti de ne pas se focaliser sur les « maîtres à penser », avec une analyse qui s’enracine dans des aspects et des contextes très variés. Au vu de la dimension théorique et de la diversité des exemples pratiques, il est d’emblée possible d’affirmer qu’il tend à « ébranler les murs de la socialisation, faire se rencontrer des réalités parfois éloignées les unes des autres, et favoriser l’ouverture d’espaces de réflexion, de conscientisation et de liberté » (p. 13).

Haut de page

Notes

1 Enckell Marianne (2014), Le Refus de parvenir, Montpellier, Éditions Indigène.

2 Thierry Albert (1916), Des conditions de la paix. Essai de morale révolutionnaire, Paris, Union pour la vérité, p. 114.

3 Reclus Élisée (1878), « L’évolution légale et l’anarchie », Revue socialiste révolutionnaire : Le Travailleur, no 1, janvier-février.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Reveilhac, « Collectif du CIRA, Refuser de parvenir. Idées et pratiques (Nada Éditions, 2016) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 août 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3075

Haut de page

Auteur

Maud Reveilhac

Maud.Reveilhac@unil.ch
Étudiante en sciences politiques à l’Université de Lausanne - Université de Lausanne, UNIL, 1015 Lausanne, Suisse

Articles du même auteur

  • Lutter contre les pauvres [Texte intégral]
    À propos de Jean Pierre Tabin, René Knüsel & Claire Ansermet, Lutter contre les pauvres. Les politiques face à la mendicité dans le canton de Vaud (Éditions d’En bas, 2014)
    Paru dans Sociologie, Comptes rendus, 2015
Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page