Navigation – Plan du site

Hadrien Saiag, Monnaies locales et économie populaire en Argentine (Karthala, 2016)

Quentin Ravelli
Référence(s) :

Hadrien Saiag (2016), Monnaies locales et économie populaire en Argentine, Paris, Karthala, 304 p.

Texte intégral

La monnaie vue d’en bas

1Le livre d’Hadrien Saiag nous plonge dans l’univers du trueque, un système monétaire alternatif né en 1995 en Argentine, qui s’est déployé à grande échelle lors de la crise économique de 2001, jusqu’à rassembler 2,5 millions d’utilisateurs. On a donc affaire à la plus grande expérience de monnaie sociale, le crédito, qui continue d’exister dans certaines provinces argentines. Le trueque se pratique presque exclusivement sur des places de marchés hebdomadaires – les ferias – et dans des espaces associatifs de quartiers populaires. Il permet d’obtenir, en échange de billets en créditos, des articles de première nécessité comme des vêtements d’occasion, de la nourriture, des articles de couture ou d’entretien. Son succès s’insère dans un plus vaste mouvement de reprise en main « par le bas » de l’économie sous la forme d’autogestions ouvrières, de coupures de routes pour faire pression sur le gouvernement, ou encore de coopératives de recyclage.

2Si le terme trueque est souvent traduit par « troc » en français, cette équivalence hâtive ne doit pas faire illusion : en réalité, le trueque n’est en aucune manière né du troc, d’un échange non monétaire de marchandises que la monnaie serait venue, par la suite, faciliter. Cette représentation alimente en fait une « fable du troc » qui a la peau dure : depuis l’économie politique anglaise du xviie siècle jusqu’aux principaux courants actuels en économie et en sciences sociales, s’est imposée l’image d’une société recourant à la monnaie pour faciliter des échanges en nature. Avec l’étude du trueque, Hadrien Saiag montre à l’inverse que les rapports de dette, réglés et évalués par la monnaie, structurent l’échange de biens dès le départ, sans qu’il soit besoin de postuler un état originel mythologique. L’argument est scandé au long du livre : la monnaie est un système d’évaluation des dettes et non une mesure de la valeur.

3Cette démarche est aux antipodes d’une vision libérale et évolutionniste de la monnaie comme instrument d’échange – « voile neutre » de la valeur dans le meilleur des cas – car l’auteur prend « indiscutablement parti pour l’institutionnalisme, en soulignant les dimensions politiques de la monnaie ». Il rejoint en cela les travaux de Michel Aglietta, André Orléan, Bruno Théret ou Jérôme Blanc. Au fil des pages, la description ethnographique, les entretiens et les documents recueillis de première main dressent un portrait concret et sensible des usages de cette monnaie non officielle. D’une « anthropologie de la monnaie » en introduction on passe à l’histoire concrète du trueque (chapitre 1), puis à l’interprétation des pratiques monétaires comme rapport de dette construisant une communauté politique (chapitre 2), enfin à la mise en perspective d’une singulière financiarisation populaire, coupée de la finance officielle et institutionnelle (chapitre 3). La monnaie apparaît non pas comme un instrument de mesure politiquement neutre et sans valeur, mais comme un objet social orienté, capable de changer la valeur des marchandises et même de porter des projets politiques contestataires.

4Ce parti pris théorique est d’autant plus convaincant qu’il s’appuie sur une enquête précise dans des quartiers populaires où s’organisent des marchés (ferias) qui pratiquent le trueque. Hadrien Saiag y déploie ce qu’il appelle un « populisme méthodologique » consistant à « produire un décalage entre les conceptions du chercheur et celles des enquêtés à travers une connaissance fine de leurs pratiques monétaires et de leurs représentations de la monnaie » (p. 37). Contrairement à l’iconographie dominante de l’émission de la monnaie sous la forme de planches à billets officielles intégrées aux stratégies économiques d’État, le trueque naît un premier mai 1995 au cours d’une réunion de voisins dans un garage (p. 50). Mais le premier réseau des utilisateurs du trueque, le RGT, est loin de se développer sans heurts. Il connait plusieurs scissions, liées aux conflits entre des visions centralisatrice et fédéraliste des expériences développées dans les différents nœuds, ou nodos, du réseau monétaire. L’un des sous-réseaux de trueque (le RTZO) cherche notamment à contraindre les producteurs de certaines zones rurales stratégiques à échanger avec des zones urbaines pauvres en pénurie alimentaire, tandis qu’un autre (le RTS) conteste le programme de centralisation monétaire que cherche à imposer le RGT. Cette bataille pour ou contre la centralisation – qui vise à résorber les hiatus entre parité des valeurs faciales des créditos dans les différents nodos – conduit à des formes de luttes monétaires, comme celle de l’infiltration, sur les marchés d’un réseau, d’une monnaie d’un autre réseau.

5Le plus réussi, dans ce livre qui tient habilement ensemble réflexion théorique et démarche ethnographique, est sans doute la comparaison systématique entre deux quartiers pratiquant le trueque, sortes de portraits sociologiques en miroir qui montrent bien comment une monnaie peut impulser des projets politiques dissemblables. Dans le premier quartier, à Rosario, un trueque « relativement peu organisé, conflictuel », changeant au gré du climat et des rapports de force, renforce les stratifications sociales (p. 93) et reconduit ainsi les inégalités sans chercher « aucune tentative de construire une communauté politique ». Ici, la monnaie sociale alternative reste ouverte à l’augmentation des revenus par des pratiques spéculatives, car on peut jouer sur les différences de cours entre le peso et le crédito. Dans le second quartier, à Poriajhú, se pratique un trueque « intégré dans les activités plus larges d’une organisation aux revendications politiques affichées », où « le maintien de la parité entre le crédito et le peso participe à la reproduction de rapports sociaux plus égalitaires » (p. 118) par suspension des hiérarchies sociales. Cet égalitarisme monétaire – le terme n’est pas employé dans le livre – est particulièrement intriguant et dérive d’une organisation où le cours du crédito est indexé au peso, où les plus pauvres peuvent écouler leurs marchandises sans être la proie de spéculations monétaires : la « confiance éthique » dans la monnaie choisie y organise donc des relations sociales plus égalitaires. L’auteur voit même, réalisée quoique non théorisée par les participants au trueque, la mise en place d’une « parité par participation » selon Nancy Fraser, permettant aux membres d’un groupe d’agir « en tant que pairs ». Parmi les retournements de perspective dont le livre foisonne, on apprend que le trueque remet en cause certains usages genrés de la monnaie car les femmes y sont particulièrement engagées (annexe du livre, p. 259).

6Si les distinctions entre formes de trueque convainquent bien le lecteur de l’existence d’une pluralité monétaire et de couleurs politiques distinctes, en revanche il est plus difficile d’y saisir, comme le dit parfois l’auteur d’une façon intéressante mais qui pourrait être approfondie, un véritable « projet politique d’émancipation des pauvres » (p. 135) « implicite et non verbalisé » (p. 42). On voit mal comment la monnaie pourrait, à elle seule, changer la condition économique de ceux qui l’utilisent, et remettre en question le pouvoir des plus riches. Comme le souligne Hadrien Saiag qui n’idéalise pas pour autant l’expérience monétaire, les représentants du RTS n’étaient pas élus (p. 66) et les segments les plus pauvres se sont retrouvés exclus du trueque notamment à cause de l’arrivée de l’État et de ses programmes sociaux ou planes. Ailleurs dans le livre, l’expression de « nivellement relatif » propose une version plus prudente de cette même idée centrale. C’est en tout cas sur ce point des limites de la transformation sociale par la monnaie qu’on peut avoir quelques interrogations. En parlant de « projets de société concurrents » (p. 89) attribuables à des projets monétaires, ne va-t-on pas un peu trop loin, au risque d’attribuer à la monnaie certains attributs socio-économiques de ses utilisateurs, comme leurs revenus, leurs positions sociales inégales, leurs rapports de classes, l’inégale distribution des richesses ? Où commence et où finit la monnaie ? Le temps et la force de travail, les rapports de force pour la détermination des prix, la rareté des biens disponibles, sont autant d’élément déterminants aussi la valeur, qu’on aimerait pouvoir articuler à la valeur monétaire. S’« il est impossible de concevoir une valeur indépendante de son expression monétaire » (p. 102) et que la monnaie est bien une « unité de compte incorporée » – voire, comme le pense B. Théret, que la monnaie « est présente dans la personne même de ses utilisateurs » (p. 107) – n’est-on pas conduit à une définition trop large d’une monnaie devenant métonymie du capitalisme ? Mais cette définition volontairement extensive de la monnaie est justement ce qui fait son attrait et sa pertinence face à une vision désocialisée des rapports monétaires – la question est donc plutôt de réussir à la préciser par rapport à des concepts connexes comme l’argent, le revenu, le capital, dont elle n’est pas toujours le fidèle serviteur. Étant donné la richesse des matériaux et la force théorique de l’argumentation, on peut regretter l’absence de comparaison avec des créations monétaires actuelles – Bitcoin, Eurosol – et historiques – le Wir suisse de 1934 contre la dépression, la monnaie frappée par la CNT dans l’Espagne révolutionnaire de 1936 – ou de coexistence de deux pratiques monétaires – le peso cubain inconvertible et le CUC convertible en dollars. Cela aurait permis de clarifier les rapports entre monnaie et politique et pourrait faire l’objet de recherches à venir. Quant aux pistes de réforme suggérées en fin d’ouvrage, elles peuvent susciter la réserve : « offrir des services financiers adaptés aux besoins des enquêtés » et « chercher des modalités d’émission monétaire qui ne soient pas nécessairement fondées sur le rapport salarial » (p. 218), cela changerait-il la condition sociale des travailleurs pauvres et des chômeurs argentins ? Ces questionnements n’ôtent rien au fait que la monnaie apparaît ici, d’une façon contre-intuitive passionnante, comme un outil de modification des rapports sociaux qui peut être utilisé par les plus pauvres comme amortisseur de la crise. C’est donc à la remise en cause de l’idée de l’argent comme pur outil de domination sociale en tant que tel que conduit la lecture de ce livre.

7Cette question centrale des limites de la monnaie est d’autant plus intéressante qu’elle s’inscrit aussi, plus largement, dans un processus de financiarisation dont Hadrien Saiag propose une définition originale qui retourne, là encore, les idées reçues. La définition proposée par l’auteur s’appuie sur un écheveau de pratiques financières populaires dans lequel s’intègre le trueque. En Argentine, les pratiques de thésaurisation des classes populaires sont multiples : achat de matériaux de construction, comme les briques ou le ciment gardé chez soi, ou bien de bétail, ou encore emprisonnement de pièces dans des bouteilles, toutes ces réponses à l’incertitude de la crise font apparaître l’existence d’une finance à l’écart des institutions financières. Cette perspective paradoxale – une finance non financière est-elle possible ? – renforce la vision d’une économie où débiteurs et créditeurs ne sont pas forcément dans des rapports de pouvoir et peuvent même être interchangeables, comme le rappelle l’expression tener fiado qui peut vouloir dire aussi bien « être débiteur » ou « être créancier ». Fondées sur le principe de séparation entre ce qui est utilisable immédiatement et ce qui ne l’est pas, ces pratiques financières populaires, très répandue, ont leurs règles, leurs codes, leurs temporalités. Leur place centrale rend impropre le terme quelque peu dépréciatif de « secteur informel » critiqué par l’auteur. En tout cas, cette finance populaire, contrairement à la fluidification du capital, « réifie » l’épargne. Elle la solidifie, et si elle prend ainsi la forme d’objets divers, c’est que ceux-ci sont plus sûrs que l’argent, instable, qui « brûle les doigts » (p. 161). Cela étant, on se dit aussi que certains matériaux de construction, s’ils sont utilisés pour améliorer l’habitat, ont peut-être tout simplement une valeur d’usage et non pas une valeur d’échange, ce qui les sort de la logique de la financiarisation, même populaire : « comment parler de financiarisation alors que les pratiques d’épargne observées s’effectuent généralement “en nature” et que les dettes ne sont généralement pas réglées dans leur intégralité » ? (p. 181). La question de la valeur d’usage comme possible revendication populaire, aurait pu être abordée et peut être inscrite plus précisément dans le contexte de financiarisation – au sens plus habituel du terme de la bancarisation, des crédits, des fonds de pensions – de l’économie argentine. Mais cela aurait sans doute inutilement allongé le livre, qui convainc aussi parce qu’il est incisif.

8En fin de compte, le mérite de Monnaies locales et économie populaire en Argentine est de faire redescendre le concept abstrait de la monnaie des économistes orthodoxes vers le sol concret des rapports sociaux. Logiquement, nous sommes invités à « considérer l’économie comme une science sociale au même titre que l’histoire, la sociologie et l’anthropologie » (p. 27), en débusquant les traces d’individualisme méthodologique qui peuvent menacer l’ethnographie économique. Même si on pense que l’origine de la valeur est à chercher dans le travail cristallisé dans la production des marchandises, et dans des rapports de forces irréductible à la monnaie, il n’en reste pas moins l’impression d’avoir appris beaucoup de choses et de s’être mis à penser la monnaie autrement. On se dit que ce livre, d’une certaine façon, est à l’approche économique dominante ce que les monnaies sociales comme le crédit sont aux monnaies officielles : un détournement qui fait réfléchir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Ravelli, « Hadrien Saiag, Monnaies locales et économie populaire en Argentine (Karthala, 2016) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 août 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3072

Haut de page

Auteur

Quentin Ravelli

Quentin.ravelli@ens.fr
Chargé de recherche CNRS, membre de l’équipe PRO du CMH - Centre Maurice Halbwachs, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page