Navigation – Plan du site

Françoise Waquet, L’Ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, xvie-xxie siècles (CNRS Éditions, 2015)

Sébastien Zerilli
Référence(s) :

Françoise Waquet (2015), L’Ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, xvie-xxie siècles, Paris, CNRS Éditions, 362 p.

Texte intégral

1Dans un petit ouvrage consacré à « l’action outillée », François Sigaut pointait un singulier paradoxe. Alors que l’utilisation d’outils semble être le propre de l’homme et qu’elle n’est qu’exceptionnelle chez l’animal, elle préoccupe beaucoup plus les éthologues que les anthropologues (Sigaut, 2012, p. 104). On pourrait prolonger cette remarque en soulignant que parmi toutes les boites à outils, celles des savants semblent être de véritables boites noires. N’est-il pas courant de considérer la recherche comme une pure activité cérébrale ? Et l’histoire des sciences ne se réduit-elle pas d’ailleurs trop souvent au déroulement et à l’exégèse d’un chapelet de concepts et de théories ?

2C’est justement à déployer le large éventail des outils « employés pour repérer et traiter l’information, pour prendre et transmettre le savoir » (p. 8) que s’attelle Françoise Waquet. Cet objectif implique un stimulant renversement de perspective. L’historienne se penche ici sur « la science en train de se faire, et de se faire dans sa matérialité même » (pp. 10-11), plutôt que sur les « produits finis » de la recherche scientifique. Dans le même mouvement, le portrait qu’elle dresse des savants est celui de patients artisans du savoir plutôt que de glorieux producteurs de concepts. Dès l’entame du texte on saisit toute la pertinence de ce décentrement : « mettre au premier plan […] la trivialité des pratiques et des savoir-faire ordinaires en place et lieu de la hauteur des concepts et des théories, c’est se donner les moyens d’un nouveau point de vue sur l’histoire des savoirs et des sciences » (Jacob, 2014, p. 33).

3L’auteure livre un « travail systématique consacré à l’étude des techniques intellectuelles dans le monde occidental pendant la période moderne et contemporaine (xvie-xxie siècles) » (p. 10). L’échelle historique est large et le spectre disciplinaire important. L’extraordinaire diversité des sources mobilisées en est le pendant : des traités de chirurgie jusqu’à la correspondance d’obscurs érudits, en passant pas des manuels d’utilisation de rétroprojecteurs. En livrant une étude de cette ampleur, Françoise Waquet cherche à combler les apories des études monographiques centrées sur des technologies savantes particulières, mais aussi à dépasser les simplifications d’une sorte de philosophie de l’histoire des techniques qui réduit leur développement à la succession ordonnée de paradigmes.

4Deux objectifs structurent l’ouvrage : d’abord « inventorier, décrire [et] analyser » les outils du savoir (première et deuxième parties, respectivement « un ordre pluriel » et « un ordre mixte ») ; ensuite, se pencher sur « les discours que les hommes du temps ont tenus sur les techniques qu’ils employaient (troisième partie, « un ordre raisonné ») (pp. 14 et 15). Aussi modestes qu’elles puissent paraître, ces deux pistes de recherche lui permettent finalement d’avancer des conclusions fortes associant technologie et épistémologie.

Ordonner et décrire l’ordre matériel du savoir

5L’auteure s’attelle d’abord à classer les outils savants en les répartissant dans six « catégories technologiques » (p. 65). Qu’ils se réfèrent à « l’oralité », à « l’écrit », à « l’imprimé », à « l’image », au « numérique » ou aux « instruments », tous se nichent dans une case qui révèle tout à la fois leur nature générique et leur aspect spécifique. Ainsi de la large gamme des technologies de la parole : elle englobe les conversations décontractées en marge des colloques comme l’exercice hautement ritualisé de la leçon inaugurale ; elle relie les échanges peu formels des séminaires de recherche avec la dictée théâtrale du cours magistral… Le foisonnement est identique s’agissant des instruments qui se rattachent à l’imprimé. Le livre n’est effectivement pas le seul objet de la « galaxie Gutenberg »: gravitent, pêle-mêle, autour de lui revues, manuels, questionnaires d’enquêtes, support de cours, etc. On n’égrainera pas ici la totalité de la liste des outils que l’auteure classe. Elle est proprement infinie : des post it jusqu’aux microscopes, en passant par les moulages archéologiques ou les écorchés scrutés par les étudiants en médecine… Aussi élémentaire qu’il puisse paraître, ce premier inventaire harmonise, en même temps qu’il la révèle, la formidable diversité de la faune technologique dans laquelle les savants évoluent. Il permet aussi de dépasser « [c]e cliché [qui] sous-entend que ce qui caractérise traditionnellement les sciences humaines c’est le fait de ne pas être instrumentées » (Mounier, 2012, pp. 11-12).

6Mais cette classification préliminaire permet aussi et surtout à Françoise Waquet de pointer indirectement une des particularités des technologies du savoir, leur hybridité : quid de « la circulation entre verbe et image » (p. 172) propre aux livres illustrés ou bien encore des duos papier-cédérom ayant enthousiasmé les archéologues dans le dernier quart du xxe  siècle ; où placer le poster, accessoire désormais incontournable du savant qui combine texte, image et parole ; comment réduire la nature kaléidoscopique du cahier de laboratoire qui conjugue, entre autres, les écritures manuscrites et imprimées, alphabétique et mathématiques dans de subtils collages…

7Un autre accessoire savant, auquel l’auteure consacre tout un chapitre de son livre, se révèle être irréductible aux typologies. Il ne les déborde pas vraiment ; il les transcende plutôt. Il s’agit du corps. Mobilisant justement la fameuse notion de Marcel Mauss, l’auteure révèle un large éventail de techniques du corps savant dans un monde pourtant « à forte dominante intellectualiste, privilégiant les idées, les découvertes, les méthodes » (p. 114). La voix et les gesticulations du professeur, le doigté de l’archéologue, le regard du géographe ou la dextérité du chirurgien soulignent ainsi la dimension strictement physique de l’activité savante. Dès lors, la main qui guide la craie sur le tableau noir, l’œil fixé sur la lentille d’un microscope ou bien encore l’oreille « augmentée » d’un stéthoscope apparaissent comme les déclinaisons d’une combinatoire générée par ce qu’on pourrait qualifier de « mise en abîme technologique » : l’outillage de cet « outil intellectuel » (chap. 3) qu’est le corps du savant.

8La longévité de leur existence et la fréquence de leur utilisation permettent à l’auteure de montrer que certaines « techniques intellectuelles se sont constituées en de véritables genres avec leurs règles et leurs normes » (p. 66). Ainsi des fiches, dont la construction et l’utilisation se sont systématisées à la fin du xixe siècle, notamment grâce aux conseils de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos. De même pour les articles scientifiques, dont les plans se calquent désormais souvent sur le modèle IMRAD (pour Introduction, Methods, Results and Discussion), fixé au début du xxe siècle. La normalisation et l’institutionnalisation d’un outil permettent sa déclinaison. Qu’on songe à toutes les variantes du genre-séminaire : de l’atelier de doctorants à l’exposé solennel d’une sommité savante.

9En se penchant sur la fixation progressive des règles d’utilisation des technologies du savoir Françoise Waquet insiste ainsi, à rebours de la tenace idéologie du don si souvent mobilisée s’agissant du travail des chercheurs, sur un essentiel besoin d’apprentissage. Il est évident, souligne l’auteure, que « dans la sphère savante, des modalités d’acquisition de telle ou telle technique ont été couchées sur le papier, depuis de simples remarques jusqu’à de très longs développements […] pour que l’éducation se fasse au mieux » (p. 127). Qu’il s’agisse du classement de fiches ou bien de l’utilisation optimale d’un poster ; qu’il faille observer scrupuleusement un paysage ou bien écouter attentivement un cœur battre, les documents « pédagogiques » (idem) sont nombreux qui accompagnent toujours la normalisation d’une technique ou la « genrification » (p. 108) d’un outil.

Pratiques et discours

10Après s’être penchée sur les caractéristiques et l’histoire de plusieurs technologies savantes, Françoise Waquet s’intéresse aux modalités de leur utilisation. Une remarquable symétrie se fait alors jour. De même que les différents accessoires de l’ordre matériel du savoir défient les classifications, leur emploi défie les chronologies. Leur usage contredit la thèse de la succession dans le temps de plusieurs cultures scientifiques définies par un dénominateur technologique commun. L’observation de n’importe quel bureau de chercheur, sur lequel cohabitent feuilles volantes, revues, ordinateur, post it et téléphone, invalide effectivement l’idée de l’évolution irréversible d’un espace savant principalement caractérisé par le primat de la parole puis par l’importance de l’écrit, et qui aurait ensuite successivement basculé dans le paradigme de l’imprimé et celui du numérique. « La description de bien des outils et, plus encore, l’observation du travail scientifique, pour le présent comme par le passé, révèlent des combinaisons ou des agencements que l’on pourrait qualifier de transhistoriques en ce qu’ils conjuguent des ressources nées à des époques diverses. […] Ceci ne chasse pas cela » (p. 328).

11En basculant ensuite dans l’ordre des discours, l’historienne relève que les dialogues entre savants se nouent autour d’une angoisse qui pourrait, elle aussi, être qualifiée de transhistorique. Elle est entretenue par deux caractéristiques remarquablement permanentes du microcosme académique : la surabondance et l’urgence. Les métaphores aquatiques du déferlement et de la submersion, dont on pourrait penser qu’elles sont contemporaines du développement du numérique et des big data, sont effectivement « toutes présentes dès le xviie siècle » (p. 256). De la correspondance d’Émile Durkheim aussi bien que des échanges épistolaires plus anciens entre érudits de la République des lettres transpire un identique sentiment de dépassement face à l’immensité des choses à comprendre, que les savants d’aujourd’hui ne formuleraient pas dans des termes différents.

12La constance de cette angoisse explique à son tour la remarquable permanence des critères d’évaluation des technologies du savoir. Invariablement, les hommes de sciences ont cherché à cerner l’utilité des innovations technologique en développant un argumentaire immuable d’une remarquable simplicité : la balance de leurs avantages et de leurs inconvénients, l’exercice du « pro » et « contra ». Ce souci de rendre la recherche toujours plus efficace et performante révèle un des principes au fondement de « l’économie de la pratique » (chap. 7) du travail scientifique : l’optimisation des outils du savoir et de leur utilisation. Cet objectif explique, par exemple, pourquoi les scientifiques ont toujours réfléchi aux caractéristiques de leur langue et de leur style, les rêvant idéalement transparents pour permettre la communication parfaite de leurs idées. Il explique aussi pourquoi, depuis la création des premiers index jusqu’à l’exploitation actuelle des « métadonnées » que permet le numérique, les textes ont été augmentés de dispositifs de recherche et d’exploitation permettant leur utilisation optimale.

Technologies et épistémologie

13Ayant rempli les objectifs qu’elle s’était fixée – inventorier l’ordre matériel du savoir et reconfigurer l’ordre des discours dans lequel les technologies savantes ont été prises – Françoise Waquet avance des conclusions fortes : « [l]’apparition de nouveaux outils et, plus exactement, leur utilisation ont bien une incidence, mais c’est sur les arts de faire qu’elle s’exerce, sur le travail même. Pour les modes de pensée et la structure de la connaissance, demain, peut être ? » (p. 330). Ces propos tempèrent l’exaltation qui accompagne l’essor du numérique. Ainsi, s’agissant du développement de l’open access et de l’édition scientifique électronique Françoise Waquet insiste-t-elle sur « la différence entre un processus de communication – le numérique – et un genre – l’article scientifique » (p. 97). Comment établir une corrélation entre façon de penser et manière de travailler « alors que les savants manient en même temps de multiples techniques, que des techniques elles-mêmes sont multimodales, qu’une nouvelle technique s’ajoute aux précédentes, voire se combine avec elles » se demande l’historienne (pp. 328-329) ? « La complexité est parfois extrême et les conséquences paraissent difficilement identifiables et rapportables à une seule technologie de l’intellect » (p. 329).

14Ces propos tout en mesure et en prudence qui balancent les ardeurs des zélés promoteurs de la révolution numérique (Rieffel, 2014, chap. 5) semblent pourtant contredire certaines des remarques de l’auteure elle-même. À plusieurs reprises, et s’agissant de technologies intellectuelles à la portée a priori moins bouleversante que celle associée au développement de l’Internet, de stimulants parallèles, sinon de strictes corrélations, sont effectués qui associent l’essor et l’utilisation d’un outil avec des évolutions dans la façon d’appréhender le travail scientifique. Régulièrement au fil du texte, on a tout de même l’impression que les changements dans l’instrumentation de la science et les transformations de la manière de penser sont imperceptiblement mais inextricablement liés. Comme si les outils dont dispose le savant ne permettaient pas seulement l’exercice et l’expression du savoir mais aussi son épanouissement et son évolution. On y songe par exemple lorsqu’on lit que l’enseignement de nouvelles techniques opératoires à la fin du xixe siècle, introduisant une nouvelle éducation de l’outil-corps du médecin, est associée à une façon inédite de penser l’acte chirurgical : non plus comme un exercice de virtuosité violent et sanglant mais comme un travail de douceur et de précision (pp. 150 et suiv.) De même, lorsque Françoise Waquet écrit que l’observation de terrain, instituée par Paul Vidal de la Blache au début du xxe siècle et impliquant une nouvelle formation du regard, est à rapporter, parmi d’autres innovations disciplinaires de l’époque, à des « changements qui sont alors intervenus tant du point de vue épistémologique qu’institutionnel » (p. 128). Technologie et épistémologie n’étaient-elles pas liées s’agissant de la création des Actes de la recherche en sciences sociales ? « Se proposant une conception de la science sociale autre », les sociologues ayant créé cette revue aux contenus et aux contours alternatifs se sont ainsi dotés d’« un “mode d’expression” différent » souligne justement l’auteure (p. 93).

15Françoise Waquet pousse pourtant encore la réflexion épistémologique. Insistant sur la dimension physique de toute activité scientifique, elle souligne l’importance de « l’élément sensoriel et volontiers émotionnel » (p. 212) du travail savant. Plus encore, elle remarque que les sens du chercheur, en permanence mobilisés lorsqu’il s’agit de lire, de parler, d’écouter ou d’observer, s’hybrident parfois comme les outils qu’il utilise. Qu’on songe aux chirurgiens, parfois contraints de « voir avec leurs doigts » en fonction des caractéristiques de certaines opérations et qui peuvent aujourd’hui « toucher avec leurs yeux » lorsque leur main commande un bras articulé qui « opère » un patient (pp. 223 et 240). Or, « [c]onstater l’empire des sens dans le monde du savoir […] n’est pas sans poser la question d’une conciliation avec une objectivité qui apparaîtrait au xixe siècle » (p. 240). L’importance que l’auteure accorde à cette question est soulignée par sa reformulation dans les toutes dernières lignes de l’ouvrage. Insister sur « une dimension sensorielle » (titre du chap. 5) de l’activité savante amène « à s’interroger dans les faits sur ce principe cardinal du travail scientifique qu’est l’objectivité. Cette notion […] ne résiderait-elle pas davantage dans les méthodes et les idées que dans les outils maniés » se demande finalement l’auteure (p. 333). Comme en écho à la classification technologique introductive des outils savants entreprise par Françoise Waquet, cette piste incline finalement à penser ensemble sciences sociales et « sciences dures ». Puisque toutes les sciences sont instrumentées et que l’utilisation d’instruments implique l’engagement du corps et l’exercice des sens, on peut donc en quelque sorte en conclure que, d’un point de vue technologique, aucune activité scientifique ne semble plus objective qu’une autre.

16Comme le souligne l’auteure (p. 332), ses conclusions rejoignent celles des travaux d’histoire sociale des sciences. Qu’on s’intéresse au technologies du savoir ou bien aux réseaux de sociabilité dans lesquels évoluent les chercheurs ; qu’on se penche sur la matérialité de la recherche ou bien sur les raisons « extra-scientifiques » qui éclairent le développement d’une discipline, on en conclut toujours que la science n’est pas qu’une activité de l’esprit. L’histoire sociale et l’histoire technologique des sciences se conjuguent heureusement pour dépasser l’exégèse théorico-théorique de concepts qui s’engendreraient comme « mécaniquement dans l’éther impondérable de la pensée pure » (Febvre, cité par Müller, 2003, p. 426). En somme, pour prouver que toutes les sciences, de la sociologie jusqu’à la physique, sont, au sens strict, des sciences humaines.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Jacob C. (2014), Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press.

Mounier P. (2012), « Avant-propos », in Mounier P. (dir.), Read/Write Book 2, Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, pp. 11-17.

Müller B. (2003), Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel.

Rieffel R. (2014), Révolution numérique, révolution culturelle ?, Paris, Gallimard.

Sigaut F. (2012), Comment Homo devint faber. Comment l’outil fit l’homme, Paris, CNRS éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Françoise Waquet, L’Ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, xvie-xxie siècles (CNRS Éditions, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2017, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3065

Haut de page

Auteur

Sébastien Zerilli

zerilli.sebastien@gmail.com
Docteur en sociologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page