Navigation – Plan du site

Facebook, pour quoi faire ?

Configurations d’activités et structures relationnelles
What do we do on Facebook? Activity patterns and relational structures on a social network
Irène Bastard, Dominique Cardon, Raphaël Charbey, Jean‑Philippe Cointet et Christophe Prieur

Résumés

Cet article décrit la diversité des comportements sur Facebook. À partir d’une enquête quantitative portant sur les données extraites de 15 145 comptes Facebook, il propose une interprétation morphologique et structurale des modalités d’expression et d’interaction sur le réseau socio-numérique. Six configurations sont identifiées à partir des différentes activités que la plateforme offre aux utilisateurs : une classe de non-actifs, deux classes dominées par la conversation (en groupe, ou distribuée sur la page des amis) et trois classes d’utilisateurs qui privilégient l’expression sur leur propre page (égocentrés, égovisibles, partageurs). En croisant ces données d’activité avec des indicateurs socio-démographiques ou structurels, on saisit l’influence capitale de l’âge, du sexe ou de la structure du réseau amical sur ces configurations. On observe ainsi une forte sensibilité du réseau en fonction de l’âge de l’utilisateur et une spécialisation d’un sous-réseau de commentateurs réguliers chez les utilisateurs les plus actifs de Facebook.

What do we do on Facebook? Activity patterns and relational structures on a social network

This article describes various configurations of activities on Facebook. We rely on a quantitative survey over 15,145 Facebook users to propose a morphological and structural interpretation of user behavior on online social networks. Six configurations are identified from the traces of the various possible activities on Facebook: Non-active users, two configurations dominated by conversation (in groups or distributed on the pages of Facebook friends) and three classes of users who prefer to express themselves on their own page (egocentric, egovisibles, sharers). By combining these different configurations of activities with socio-demographic and structural indicators, we highlight the critical role played by of age, gender or friendship network structure on the prevalence of those configurations. We also exhibit a strong sensitivity of the network according to the age of user, and a clear specialization of a network of regular commenters among most active Facebook users.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Enquête déclarative et capture des traces numériques
Les enquêtes par questionnaire
Les enquêtes à partir des données de Facebook
Algopol : de la collecte des données au décodage des méta‑données
Entre échantillon représentatif et corpus élargi
Passer des méta‑données techniques aux indicateurs sociologiques
Classification des enquêtés en six classes de configuration d’activité
Une classification fondée sur la topographie des publications
Six configurations de comportements
Publier chez soi : égovisibles, égocentrés et partageurs
Egovisibles
Egocentrés
Partageurs
Publier chez les autres : conversation distribuée et conversation de groupe
Conversation distribuée
Conversation de groupe
Regarder sans publier : les non‑actifs
Sociographie des configurations d’activités
L’inscription des configurations d’activités sur la structure du réseau social
Socio‑démographie des réseaux sociaux
Articulation entre comportement et réseau
Deux lignées de pratiques sur Facebook

Aperçu du début du texte

En quelques années, Facebook est devenu la principale plateforme de réseau social en ligne. En France, l’entreprise de Mark Zuckerberg revendique, depuis septembre 2015, 30 millions d’utilisateurs « actifs » (1,5 milliard dans le monde) et leurs usages, majoritairement mobiles, sont désormais si immédiats, quotidiens et communs que le service s’est banalisé au point de devenir une pratique sociale très ordinaire. Mais derrière ces chiffres vertigineux, que savons‑nous exactement des usages de la plateforme et quelle méthode est la plus appropriée à la production d’une telle connaissance ? La plupart des discours publics portant sur les réseaux sociaux en ligne, et sur Facebook en particulier, insistent sur la dimension individuelle, voire narcissique, de cette exposition de soi. Cette image correspond‑elle à la réalité des pratiques des utilisateurs ? N’existe‑t‑il pas d’autres usages et d’autres manières d’investir Facebook que la quête de réputation ? Dans cet article, on souhaite...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Bastard, Dominique Cardon, Raphaël Charbey, Jean‑Philippe Cointet et Christophe Prieur, « Facebook, pour quoi faire ? », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 07 mai 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/3040

Haut de page

Auteurs

Irène Bastard

irene.bastard@gmail.com
Sociologue, Telecom ParisTech, BnF - quai François‑Mauriac, 75706 Paris cedex 13, France

Dominique Cardon

dominique.cardon@gmail.com
Associate professor, sociologie, Sciences Po/Medialab - 27 rue Saint Guillaume, 75337 Paris cedex 07, France

Raphaël Charbey

raphael.charbey@telecom-paristech.frDoctorant, Télécom ParisTech - 46 rue Barrault, 75634 Paris cedex 13, France

Christophe Prieur

christophe.prieur@telecom-paristech.fr
Enseignant‑Chercheur, Télécom ParisTech - 46 rue Barrault, 75634 Paris cedex 13, France

Jean‑Philippe Cointet

Jean-philippe.cointet@polytechnique.edu
Chercheur, LISIS/INRA - Université Paris‑Est‑Marne‑la‑Vallée, Cité Descartes, 5 boulevard Descartes, Champs‑sur‑Marne 77454 Marne‑la‑Vallée cedex 02, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page