Navigation – Plan du site

Expériences résidentielles, insécurité socio‑économique et reconfiguration des appartenances sociales lors de l’entrée dans la vie adulte

Residential experiences, socio‑economic insecurity and reconfiguration of social belonging when entering adulthood
Laurence Faure et Éliane Le Dantec

Résumés

Les conditions de logement de jeunes confrontés à une précarité d’emploi marquée et durable sont un révélateur aux implications multidimensionnelles de leur appartenance sociale et de leurs façons de se la représenter, repoussant un peu plus et complexifiant le franchissement des étapes du calendrier d’accès au statut d’adulte. Ces conditions témoignent de la diversité des expériences populaires héritées mais aussi des écueils de la confrontation inédite avec un univers jusque‑là non‑pratiqué conduisant une partie de ces jeunes à affronter le risque de déclassement et leurs familles à tenter de le contenir. Nous avons décliné trois formes archétypes d’expériences résidentielles selon le degré d’effectivité du soutien familial: la cohabitation de nécessité, la décohabitation protégée et la décohabitation non‑protégée.

Residential experiences, socio‑economic insecurity and reconfiguration of social belonging when entering adulthood

The aim of this paper is to show that the housing conditions of youths facing long‑lasting job precariousness participate in various ways in the youths’ (re)definition of their social status and social perception of themselves, adding complexity to their access to adulthood. These housing conditions indicate the diversity of inherited popular experiences and also the difficulties for some youths to confront an unexperienced world, which leads them to face a decline in social status and pushes their family to try to stop this fall. We have identified three forms of archetypal residential experiences according to the effectiveness of familial support: living with family members out of necessity (cohabitation out of necessity), living in one’s own home with familial support (protected de‑cohabitation), and living in one’s own home without any familial support (unprotected de‑cohabitation).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La cohabitation de nécessité : contenir le risque de déclassement
Une autonomie à domicile seul ou en couple
L’ordre des choses familiales : contrer le manque et la discrimination
La décohabitation protégée : vivre chez soi grâce à ses proches
Quand le patrimoine immobilier familial favorise la décohabitation
Quand les jeunes femmes s’attachent à concilier les modes de vie étudiant et populaire
La décohabitation non‑protégée : ne pouvoir compter que sur soi et l’État social
Des jeunes femmes en charge d’autrui sécurisées et des jeunes hommes menacés par l’absence de toit
Héritiers de la précarité et enfants déclassés confrontés à l’incertitude résidentielle : similitudes et disparités
CONCLUSION

Aperçu du début du texte

Notre propos vise à montrer que l’exposition des jeunes à l’insécurité d’emploi redevient centrale dans la définition des appartenances populaires et qu’elle interfère avec les autres domaines de l’existence. Cette précarisation socio‑professionnelle à laquelle sont exposées à des degrés variables, les générations nées au cours des deux dernières décennies du xxesiècle, rend plus délicat et complexe l’accès au statut d’adulte en tant que statut social valorisé, contribuant ainsi à renforcer l’intériorisation d’un sentiment de déclassement pour une partie de la jeunesse.

Par delà les éléments de caractérisation habituels de la condition populaire (petitesse du statut, étroitesse des ressources économiques, éloignement par rapport au capital culturel, Schwartz, 1997), la difficulté pour une partie des jeunes d’accéder à un logement autonome s’avère une dimension essentielle à retenir pour l’appréhender dans ses reconfigurations actuelles ainsi que dans ses effets sur la vie relationne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Faure et Éliane Le Dantec, « Expériences résidentielles, insécurité socio‑économique et reconfiguration des appartenances sociales lors de l’entrée dans la vie adulte », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 20 août 2017, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2977

Haut de page

Auteurs

Laurence Faure

laurence.faure-rouesnel@univ-lyon2.fr
Maître de conférences en sociologie, Centre Max Weber (UMR 5283) université Lumière – Lyon‑II, Équipe modes, espaces et processus de socialisation - Université Lumière – Lyon‑II, 5 avenue Pierre Mendès‑France, F‑69696 Bron cedex, France

Éliane Le Dantec

eliane.ledantec@univ-perp.fr
Maître de conférences en sociologie, université de Perpignan Via Domitia, Centre Pierre Naville (EA 2543), université d’Evry‑Val‑d’Essonne - Université de Perpignan Via Domitia, 52 avenue Paul Alduy, 66860 Perpignan cedex 9, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page