Navigation – Plan du site

Quand les sociabilités numériques consolident les frontières sociales

Enquête sur le “milieu culturel” d’une ville moyenne
When digital sociability consolidate the social boundaries. A survey on the “cultural community” of a medium‑sized city
Élie Guéraut

Résumés

À partir des résultats collectés dans le cadre d’une enquête ethnographique multi‑située, cet article revient sur les pratiques de sociabilité – en ligne et hors ligne – du « milieu culturel » d’une ville moyenne du centre de la France. Ce « groupe social localisé » investit massivement divers lieux de sociabilité, principalement des cafés et des locaux associatifs, espaces d’entre soi et d’interconnaissance, mais aussi certains supports numériques, notamment Facebook. La première partie de cet article présente une structure relationnelle du groupe construite à partir du réseau des amitiés Facebook ; nous analyserons celle‑ci à l’aune d’informations relatives aux individus qui la composent collectées à l’occasion d’entretiens et d’observations. La grille de lecture ainsi constituée nous permettra d’interpréter les pratiques de sociabilité observées conjointement dans les espaces physiques et numériques. Même si nos observations confirment l’idée d’une continuité entre sociabilités en ligne et hors ligne, et tout particulièrement pour ce qui est de la fonction sociale de celles‑ci (à savoir le renforcement de la cohésion du groupe et de ses frontières), nous montrerons que la façon dont les individus y participent reste tributaire de la nature des supports de sociabilité investis de même que de la position de ces derniers dans la structure relationnelle précédemment mise en évidence.

When digital sociability consolidate the social boundaries. A survey on the “cultural community” of a medium‑sized city

Based on results collected through an ethnographic study, this article reviews the online and offline sociability practices of the “cultural community” of a medium-sized city in central France. This “localized social group” massively occupies various places of sociability, mainly cafés and association offices, scenes of affinitive relationships and of mutual acquaintances, but also the digital media, especially Facebook. The first part of this article presents a relational structure of the group constructed from the Facebook friends network. We will analyze it in the light of information on the individuals who compose it, collected through interviews and observations. This interpretative framework will allow us to understand the social practices observed together in physical and digital places. Even though our results advocate for continuity between online and offline social practices, especially regarding their social function (namely strengthening the group cohesion and borders), we will point out that the way individuals participate remains dependent on the nature of the place of sociability occupied, as well as on their position in the relational structure previously highlighted.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le « milieu culturel » lergnois : les fractions culturelles des classes moyennes et des classes supérieures mobilisées dans l’espace public
Représenter la structure relationnelle d’un groupe social par ses relations d’amitié Facebook
Une structure qui ne devient intelligible qu’à la lumière des données ethnographiques collectées sur d’autres scènes
Construire et mettre en scène la cohésion du groupe
Un vernissage dans un local associatif
Facebook comme principal support numérique de la sociabilité du groupe
Des supports de sociabilité physiques et numériques qui restent différemment investis
Marquer les frontières du groupe
Une campagne de commérage qui s’exporte sur Facebook
Quand les sociabilités numériques redoublent les logiques de l’exclusion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le rôle des pratiques de sociabilité dans la constitution de collectifs a fait l’objet de nombreuses recherches. L’ethnologie française tout particulièrement, privilégiant une enquête multi‑située dans des « espaces sociaux localisés » (Laferté, 2014), a produit dans les années 1970 et 1980 de nombreuses enquêtes faisant état du rôle premier de la sociabilité, comprise à la fois comme l’expression de styles de vie socialement différenciés, mais également comme une manière de marquer les rapports sociaux et ainsi de renforcer la visibilité et la cohésion d’entre soi électifs (Bozon, 1982a, 1984 ; Laborie & Vergès, 1986 ; Lemaire & Chamboredon, 1970 ; Vergès, 1983). L’apparition des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les années 1990, mais plus encore leur généralisation dans les années 2000, a donné lieu à la diffusion massive de nouvelles pratiques de sociabilité ayant la particularité de réduire les contraintes spatiales et temporelles, ce qui n’a pas éc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élie Guéraut, « Quand les sociabilités numériques consolident les frontières sociales », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2971

Haut de page

Auteur

Élie Guéraut

elie.gueraut@gmail.com
Doctorant en sociologie, Cerlis/Université Paris-Descartes, Cesaer/Inra – Cens/Université de Nantes) Cerlis, 45 rue des Saints‑Pères, 75270 Paris cedex 06, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page