Navigation – Plan du site

Facebook pour quels liens ?

Les relations des quadragénaires sur Facebook
Facebook for which ties? The relations of people in their forties on Facebook
Claire Bidart et Cathel Kornig

Résumés

Les différents usages de Facebook ont‑ils un impact sur les relations des quadragénaires et comment ? Telle est la question que pose cet article sur la base d’une enquête qualitative auprès d’individus âgés de 37 ans à 43 ans. Ce réseau social numérique modifie quelques aspects de la sociabilité qu’il est important aujourd’hui de préciser. Facebook permet de faire émerger certains contacts mais empêche également d’en perdre d’autres. L’intensité du partage d’informations qui s’y développe met en avant la fonction de ressource des liens ainsi que la configuration d’une sorte de magazine personnel. Les fonctionnalités de l’outil contribuent par ailleurs à fixer un volant de liens très faibles qui fait parfois office d’antichambre relationnelle. Mais ce qui se trame sur Facebook est, de façon générale, bien plus fortement ancré dans les contextes sociaux et les normes relationnelles antérieures qu’il n’y paraît.

Facebook for which ties? The relations of people in their forties on Facebook

Do the different uses of Facebook change the relationships of people in their forties, and if so, how? This is the issue of this article, which is based on a qualitative survey of individuals aged 37 to 43. This digital social network modifies some facets of sociability, and these should be stressed. Facebook can give rise to some contacts but also prevent others from disappearing. The intensity of shared information highlights the resource function of the ties and contributes to configuring a kind of personal magazine. Furthermore, the tool’s functionalities contribute to form a set of very weak ties. But what’s happening on Facebook is, in general, much more deeply rooted in social contexts than is usually imagined.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Que font‑ils sur Facebook ?
Un espace ludique et léger
Des ressources ciblées
L’émergence de nouveaux contacts
Créer de nouvelles relations dans certains contextes
Individualiser et activer des liens latents ou dormants
L’identification de « liens très faibles »
On fait plus que se croiser…
… mais moins que s’engager
Une « antichambre » relationnelle
Ce que Facebook fait aux relations existantes
Empêcher de perdre des liens
Contribuer au renforcement des liens
La fin de certaines relations
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis quelques années, la sociologie se penche sur l’impact des réseaux sociaux numériques sur la vie sociale, la communication et les relations. Ces recherches sont récentes et surtout centrées sur les usages d’une part, et sur les jeunes générations (adolescents et étudiants), d’autre part. Elles montrent une généralisation et une diversité des formes d’utilisation de ces réseaux (Archambault & Grudin, 2012 ; Rainie & Wellman, 2012). Adopté massivement en France en 2007, Facebook est aujourd’hui le réseau social numérique le plus utilisé devant Youtube, Google+, Twitter ou encore Linkedin. Il est utilisé à des fins diverses : source d’information, vecteur de mobilisation politique, vitrine pour les organisations, outil de coordination, lieu d’expression personnelle, etc. Facebook est également un moyen de communication entre personnes qui se sont acceptées comme « amis » sur ce réseau numérique. C’est cet aspect relationnel que nous interrogeons en étudiant ici les quadragénaires...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Bidart et Cathel Kornig, « Facebook pour quels liens ? », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 07 mai 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2968

Haut de page

Auteurs

Claire Bidart

claire.bidart@univ-amu.fr
Directrice de recherche CNRS, sociologue, Aix Marseille Univ, CNRS, LEST, Aix en Provence, France.

Cathel Kornig

cathel.kornig@icloud.com
Sociologue indépendante, Membre associé du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix Marseille Univ, CNRS, LEST, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page