Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse » (La Découverte, 2016)

Lionel Francou
Référence(s) :

Bernard Lahire (2016), Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », Paris, La Découverte, 182 p.

Texte intégral

1Ces derniers mois, la France a connu plusieurs évènements dramatiques qui ont marqué les représentations collectives. Elles ont été suivies de nombreuses prises de position publiques et médiatiques dénonçant, dans un même mouvement, des ennemis de l’intérieur, désignés de façon englobante et sans nuances, ainsi que ceux à qui il est reproché de les excuser, voire de les soutenir. Les premiers, ce sont les terroristes, auxquels sont rapidement ajoutés, sans autre forme de procès, par certains essayistes, journalistes ou responsables politiques, et dans la plus grande confusion intellectuelle, les (jeunes) délinquants, puis l’ensemble des musulmans de France ou les habitants des banlieues et des quartiers populaires. Quant aux seconds, ce sont les sociologues (et autres chercheurs en sciences sociales), qui mènent des études sur ces importantes questions de société, pour en comprendre les ressorts, pas toujours apparents et, ainsi, contribuer à la capacité (auto)réflexive de la société, qui doit constamment se (re)construire. Les commentateurs de l’actualité, acerbes et grandiloquents, leur reprochent de produire une « culture de l’excuse » déresponsabilisante et de participer à sa diffusion au sein de la société, de telle sorte qu’il serait devenu impossible aujourd’hui de dire un certain nombre de « vérités » et de regarder la réalité sociale pour ce qu’elle est.

  • 1 Philippe Val, Malaise dans l’inculture, Paris, Grasset, 2015.

2Dans ce livre, assez court et accessible, écrit en réaction à ce climat de « dénonciation » de la sociologie, Bernard Lahire, professeur à l’École normale supérieure de Lyon, se propose d’expliquer, à un large public, ce que fait la sociologie, et ce qu’elle ne fait pas, mais aussi comment et pourquoi elle s’y prend ainsi. Il présente la sociologie comme une science qui cherche à comprendre mais ne se donne pas pour mission de juger et encore moins de punir. Le travail de compréhension des logiques sociales sous-jacentes à un phénomène, un acte ou un processus considérés comme problématiques n’empêche pas que d’autres acteurs se chargent de ces deux dernières fonctions. D’après Bernard Lahire, la sociologie, en déconstruisant « l’illusion » de l’individu « libre et maître de son destin » (p. 8), s’attire naturellement les foudres de ceux qui profitent d’un statu quo qui les avantage au détriment des autres individus et groupes. La critique de la sociologie ici mise en exergue remonterait aux années 1970 et semble s’être intensifiée depuis, jusqu’à déboucher, ces dernières années, sur des déclarations publiques régulières de personnalités s’opposant à la discipline. Et ce d’autant plus en 2015, avec la parution en avril de Malaise dans l’inculture, un livre écrit par le très médiatique Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo1 (auquel Bernard Lahire consacre spécifiquement en fin de livre un supplément qui vise à déconstruire ses thèses) et, en novembre, avec le rejet public des « excuses sociologiques » par le Premier ministre français, Manuel Valls. Cette critique relève d’une confusion sur la nature et la démarche de la sociologie qui, en cherchant à comprendre, justifierait : pour ses pourfendeurs, la « recherche des “causes” » deviendrait « attribution des “fautes” » (p. 21). La science serait considérée comme jouant un rôle normatif, comme la justice ou la police, par exemple, ce que réfute Bernard Lahire qui estime que « le droit à la connaissance la plus indépendante possible des questions morales, politiques, juridiques ou pratiques, ne devrait jamais être remis en question » (p. 44). Encore faut-il comprendre « à quoi cela sert de comprendre » (p. 44), question à laquelle l’auteur apporte des explications détaillées. Les sciences sociales ont une plus-value à apporter par le regard distancié et le temps long à partir desquels elles peuvent appréhender la réalité sociale, ce qui leur permet de produire des connaissances approfondies sur celle-ci qui ne relèvent en « rien d’une dénonciation ou d’une accusation » (p. 157).

3Bernard Lahire dénonce ensuite la « fiction philosophique ou juridique » (p. 51) qui verrait l’individu libre de tout déterminisme et lucide quant à ses limites et influences sociales. Il affirme ainsi que « singulier, chaque individu ne l’est que dans la mesure où il se distingue des autres par les expériences qui l’ont constitué » (p. 54) et enfonce le clou quelques pages plus loin : « modelés par ce monde que nous contribuons à modeler, nous ne lui échappons d’aucune façon » (p. 65). Il s’en prend aussi à « cette philosophie de la responsabilité » qui veille à « légitimer les dominants et les vainqueurs de toutes sortes » (p. 68), tandis que la contrainte, pourtant inhérente au soi-disant « consentement volontaire », est totalement niée par les adversaires de la sociologie. Enfin, parce qu’elle révèle des dominations et des inégalités sociales, la sociologie s’attirerait les foudres des dominants, d’autant plus qu’elle peut éclairer ceux qui désirent « penser rationnellement aux moyens d’agir en vue de lutter contre l’état inégal des choses » (p. 89), au contraire de « l’explication monocausale » qui s’avère pourtant « une constante dans les discours politiques et idéologiques sur les problèmes sociaux » (p. 91).

4Pour Philippe Val, écrit Bernard Lahire, la sociologie est « “majoritaire” et il croit déceler sa présence dans presque tous les secteurs de la société » (p. 132), bien qu’il s’en fasse une idée manifestement erronée. De telles charges menées contre la sociologie, « où erreurs monumentales de lecture, amalgames, généralisations abusives et contradictions flagrantes côtoient anathèmes et insultes » (p. 167) n’étonnent pas Bernard Lahire dans le contexte actuel et suscitent une inquiétude pour le devenir de la démocratie alors que les sciences sociales sont consubstantielles à son projet, ont pu apparaître grâce à elle et la « servent » (p. 127). Lorsque les responsables politiques s’en prennent à la sociologie plutôt que de la soutenir, qu’est-ce que cela nous dit sur nos démocraties ? L’auteur souligne l’« extrême fragilité » des sciences sociales et il intime de « les défendre partout où il est possible de le faire » (p. 117), ce qui semble d’autant plus important quand les intérêts à défendre ne sont pas seulement disciplinaires ou, diraient certains, corporatistes, mais de portée générale pour nos sociétés. Cependant, Bernard Lahire ne prend pas à bras le corps la question des raisons de ce rejet de plus en plus radical de la sociologie ni ne s’interroge sur ses difficultés à affirmer sa légitimité, à obtenir un écho dans la société ou, tout simplement, à se faire comprendre. Plutôt qu’à une démarche explicative, c’est à un plaidoyer en faveur de cette science qu’il se livre, ce qui n’est pas inutile mais s’avère d’un faible intérêt tant pour comprendre le problème (ce qui serait pourtant le rôle de la sociologie selon Bernard Lahire lui-même) que pour le solutionner.

5Bernard Lahire va plus loin encore, proposant que, à la manière de la biologie ou de l’histoire, la sociologie soit enseignée « dès l’école primaire » (p. 121) pour « contribuer à former des citoyens qui seraient un peu plus sujets de leurs actions dans un monde social dénaturalisé, rendu un peu moins opaque, un peu moins étrange et un peu moins immaîtrisable » (p. 127). Si l’intérêt d’une telle proposition, argumentée, semble évident et tout à fait à propos, elle a des airs de provocation. Pas sûr, en tout cas, qu’elle puisse rassurer ceux qui voient dans la sociologie un être tentaculaire en train d’étendre son emprise sur toute la société, à l’instar d’une insidieuse « théorie du genre ». Ceci amène à se demander qui sont véritablement les lecteurs visés par ce livre et comment peut-il rencontrer leurs besoins et intérêts ? Les indécis, voire les adversaires de la sociologie, seront-ils capables de s’ouvrir à son propos ou s’agit-il surtout de se rassurer entre sociologues et convaincus ? Malgré cela, Pour la sociologie est un livre intéressant qui tombe à pic vu le contexte actuel et qui suscitera certainement nombre de discussions entre sociologues.

6Le statut de ce livre pose au recenseur une question à la fois pratique et épistémologique. D’une part, les sociologues devraient-ils écrire à son propos, et le critiquer au passage, comme ils le font avec n’importe quel autre texte scientifique, alors qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un ouvrage de sociologie, mais d’un texte relatif à la discipline ? D’autre part, écrire, à l’attention des sociologues, une critique de la critique d’une critique qu’est cet ouvrage peut in fine servir cette dernière critique, qui s’en prend aux sciences sociales à des fins qui semblent problématiques et par des moyens manquants de rigueur. Si la sociologie doit rester lucide quant à sa marge de manœuvre et être à l’écoute des critiques, pour continuer à évoluer dans son activité de production d’une certaine connaissance du monde, il semble inimaginable que son salut puisse venir des paroles (non documentées, infondées et parfois même délirantes) qui s’imposent ces derniers temps dans l’espace public, particulièrement en France. Cependant, il semble bienvenu de passer outre cette menace potentielle pour discuter entre sociologues du contenu de ce livre. Les chercheurs qui se rattachent à cette discipline doivent pouvoir juger des propos tenus à son sujet et s’interroger, plutôt que de s’imposer (pour de bonnes ou de mauvaises raisons) de dresser des barrières à la discussion, finalement contreproductives et contraires à l’esprit du débat scientifique.

  • 2 Francesco Callegaro, La Science politique des modernes. Durkheim, la sociologie et le projet d’auto (...)

7Parmi les reproches qui peuvent être adressés à Bernard Lahire se trouve notamment le fait qu’il prend une série de raccourcis pour expliquer ce qu’est la sociologie. Il est compréhensible, vu la nature et les objectifs de cet ouvrage, qu’il ne puisse pas entrer dans des débats épistémologiques qui n’intéressent qu’un public restreint. La sociologie y est ainsi expliquée en se centrant sur l’étude des déterminismes sociaux et en revendiquant la distanciation complète du scientifique par rapport à la société, deux dimensions qui restent débattues au sein de la discipline. D’une part, reconnaitre des influences sociales sur les individus n’empêche pas de considérer qu’ils disposent d’une marge de manœuvre. Certes, si l’individu n’est jamais entièrement libre, parler d’une nécessité d’« abandonner toute illusion de subjectivité, d’intériorité ou de singularité non déterminées » (p. 65) n’est-il pas trop radical ? Bernard Lahire nuance légèrement par ailleurs en précisant malgré tout que « la sociologie ne dit pas que des choix ne sont pas faits, que des décisions ne sont pas prises ou que les intentions ou les volontés sont inexistantes » (p. 55). D’autre part, chercher à comprendre, dans un premier temps, n’empêche pas, ensuite, de se positionner plus normativement et de ne pas rester indifférent aux situations problématiques observées. Si, comme l’affirme Bernard Lahire, le chercheur produit de la connaissance dont pourront ensuite s’emparer les acteurs sociaux pour transformer le monde social, cela ne devrait pas l’empêcher pour autant de se montrer lui-même critique et de faire en sorte que ce qu’il a découvert puisse servir des fins que ses résultats l’amènent à penser justes et nécessaires. En effet, si le travail du sociologue peut profiter aux exclus et aux dominés (afin de « reprendre le pouvoir sur une réalité qui s’impose comme une évidence difficile à interroger », p. 90), il peut tout autant servir ceux qui cherchent à instrumentaliser la recherche scientifique, aussi bien dans les conditions de sa production que lors de la diffusion de ses résultats, d’autant plus que les ressources à disposition pour s’emparer des résultats d’une recherche sociologique sont inégalement réparties dans la société. La sociologie des sciences et la science politique ont d’ailleurs démontré comment des savoirs dits « scientifiques » peuvent être utilisés dans la construction de problèmes publics ou pour faciliter l’imposition de solutions s’appuyant sur des résultats d’analyses décontextualisés et dénaturés. Enfin, si un géologue observe, en s’appuyant sur des méthodes de capture des données sismiques et des analyses toutes deux validées par sa communauté scientifique, des éléments susceptibles de prédire un important séisme, il décrira d’abord précisément le danger, puis indiquera qu’une série de mesures doivent être prises, dans une certaine direction, pour écarter ce danger ou limiter les dégâts. Cela ne lui ôte pas pour autant sa qualité de scientifique. Pourquoi devrait-il en être autrement pour un chercheur en sciences sociales ? Ainsi Francesco Callegaro affirme, dès les premières lignes de La science politique des modernes2, que « s’il est un préjugé que même les esprits les plus lucides ne sont pas prêts à remettre en question, c’est l’idée que la sociologie n’est pas et ne saurait être une science politique » (p. 5). Au contraire, explique-t-il, elle a une « vocation critique » qui est trop souvent négligée.

8Pour défendre la sociologie sous le feu des critiques, Bernard Lahire a choisi de parler de la sociologie qu’il maîtrise le mieux, d’inspiration bourdieusienne. En ne se concentrant que sur un courant disciplinaire, il présente ainsi une science sociale bien plus unidimensionnelle qu’elle ne l’est vraiment. L’objectif de ne pas noyer le lecteur dans un propos trop complexe ou jargonnant est louable. Cependant, pour défendre publiquement la sociologie critiquée par ceux qui, finalement, ne la connaissent que très peu, l’auteur n’aurait-il pas été plus inspiré de leur démontrer les raccourcis empruntés dans leurs raisonnements ? Démontrer les qualités scientifiques de la sociologie et la réalité de déterminismes sociaux aurait pu être réalisé tout en soulignant également l’existence de façons plurielles de faire de la sociologie. La prise en compte de ces dernières aurait permis de démontrer aux détracteurs de la sociologie qu’il n’existe pas qu’une seule façon d’étudier le social, qu’ils pensent dogmatique et monomaniaque, mais bien une pluralité d’approches et de méthodes scientifiques qui, en partageant les mêmes objets sociaux, se complètent, se nuancent et se questionnent, tout en reconnaissant l’intérêt et les qualités des unes et des autres par-delà leurs désaccords. Sans nier pour autant l’existence des inégalités et des déterminismes sociaux, une telle façon de procéder aurait pu attirer l’attention du lecteur sur le fait que la sociologie a de nombreuses cordes à son arc et que les charges à son encontre sont d’autant plus risibles qu’elles en ignorent toute la complexité.

Haut de page

Notes

1 Philippe Val, Malaise dans l’inculture, Paris, Grasset, 2015.

2 Francesco Callegaro, La Science politique des modernes. Durkheim, la sociologie et le projet d’autonomie, Paris, Economica, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse » (La Découverte, 2016) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 janvier 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2943

Haut de page

Auteur

Lionel Francou

lionel(point)francou(at)uclouvain(point)be
Doctorant en sociologie au CriDIS, Université catholique de Louvain. Boursier Anticipate (Innoviris) - CRIDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain, 1 place des doyens, Bte L2.01.06, B-1348, Louvain-la-Neuve, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page