Navigation – Plan du site

Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam (La Découverte, 2015)

Wajdi Limam
Référence(s) :

Nilüfer Göle (2015), Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam, Paris, La Découverte, 296 p.

Texte intégral

  • 1 Nilüfer Göle, « Ingénieurs en Turquie : avant-garde révolutionnaire ou élite moderniste ? » thèse d (...)
  • 2 Nilüfer Göle, Musulmanes et modernes : voile et civilisation en Turquie, Paris, La Découverte, 1993
  • 3 Nilüfer Göle, Interpénétrations : l’Islam et l’Europe, Paris, Galaade Éditions, 2005.
  • 4 European Research Council.

1Nilüfer Göle fut une des premières sociologues à aborder la mouvance islamiste à travers les trajectoires des ingénieurs islamistes en Turquie dans le cadre de sa thèse1, à travailler sur les femmes musulmanes et les liens entre le voile et la modernité2. Son concept d’interpénétrations3 permet de (re)penser les transformations mutuelles inhérentes à la rencontre de l’islam et de l’Europe. Directrice d’études à l’EHESS, la sociologue approfondit ses recherches sur l’islam dans la sphère publique européenne dans le cadre de son projet ERC4 EuroPublicIslam. Islam in the making of a European Public Sphere. Fruit de trois années d’enquêtes dans vingt-et-une villes européennes, son livre, Musulmans au quotidien, a été publié quelques semaines après les attentats de janvier 2015 à Paris et donne lieu à un avant-propos circonstancié de l’auteure.

2Celle-ci, tout en parlant de « nouvelle brisure dans la mémoire collective euromusulmane » (p. 5) et de ses conséquences dans la vie publique, évoque avec espoir le rassemblement du 11 janvier 2015, vécu comme un « mouvement [qui] a mis en scène une autre forme d’expression de la citoyenneté, sans chercher à transcender les différences dans la catégorie du peuple, de la nation » (p. 12). Malgré les différences des présents sur la Place de la République, il s’agissait alors d’expérimenter par le rassemblement une manière de « vouloir faire société » et de « faire communauté en conjuguant les différences » (p. 13). C’est le sens de ce livre qui, au-delà de la rigueur scientifique qui lui sied, se veut aussi être un ouvrage permettant de penser et transformer le réel et qui s’inscrit – peut être malgré lui – dans les débats actuels sur le rapport à la norme religieuse de chaque individu dans l’espace public.

3« L’islam est-il ou non compatible avec les valeurs occidentales ? » (p. 15) est la question qui traverse en filigrane cet ouvrage. C’est la question qui alimente les controverses et l’ensemble des acteurs mis en cause. Qu’il s’agisse de politique publique (le programme Prevent en charge de la prévention de la radicalisation en Grande-Bretagne, p. 209 et chapitre 7), de prise de décision judiciaire (à Cologne autour de la circoncision, p. 252 et chapitre 9), c’est la question de base qui se pose à chaque fois : la compatibilité d’une religion (et de sa population) supposée ontologiquement stable, avec des valeurs et une société (elle-même prise dans des tensions sur son identité, le débat sur l’Europe helléno-chrétienne et l’Europe judéo-chrétienne en étant un exemple significatif dans le chapitre 9) supposé également comme ontologiquement stable. L’auteure montre comment religion et sociétés ne cessent d’interagir et de se transformer mutuellement. C’est à travers ce travail de déconstruction des « catégories macro-historiques et sociologiques » (p. 20) que l’auteure donne à comprendre la place de l’islam aujourd’hui dans cette « fabrique de l’espace public européen ».

4Prenant comme fil conducteur de son enquête les « musulmans ordinaires, [ceux] sur lesquels se focalisent les controverses, mais qui sont absents des débats » (p. 22) et l’étude des « évènements-controverses [qui] créent un champ public, font apparaitre différents acteurs, mobilisent une certaine rhétorique et déploient un répertoire d’action particulier » (p. 20), l’auteure explore la question du voile (chapitre 6), du halal (chapitre 8), de la charia (chapitre 7), de l’exercice du culte et des lieux de prière (chapitres 3 et 4). Ceci permet de faire apparaitre les différents acteurs dont les « récits individuels, dans l’usage du langage politique » (p. 23) sont généralement écartés.

  • 5 Augusto Boal (1931-2009), écrivain brésilien, dramaturge et homme politique. Il développera un théâ (...)

5De quelle manière faire en sorte que les acteurs qui ont souhaité être présents ne soient pas uniquement des informateurs mais plutôt des acteurs « pouvant entrer dans le jeu social ? » (p. 83) est la préoccupation de l’auteure. La méthodologie mise en œuvre par Nilüfer Göle, nommée espace public expérimental (EPE) s’inspire du « théâtre de l’opprimé » d’Augusto Boal5. À partir d’une œuvre d’art, une photographie, une vidéo évoquant la controverse sélectionnée, ce dispositif permet de créer une « scène », « un espace », où chaque acteur peut alors dépasser son opinion et examiner les représentations des autres. L’auteure avance la notion de « musulmans ordinaires [pour parler de ceux] sur lesquels se focalisent les controverses, mais qui sont absents des débats » (p. 22), des pratiquants, des moins pratiquants, des femmes portant le foulard, d’autres non, qui sont dans le lien et l’interaction avec leurs concitoyens non-musulmans impliqués ou concernés par les controverses publiques autour de l’islam.

6L’examen minutieux d’une série de controverses autour de « la prière collective dans les rues, la construction des mosquées au cœur des villes, le port du voile dans les écoles, l’alimentation halal dans le commerce et l’interdit portant sur les représentations sacrilèges dans le domaine de l’art » (p. 75) dans les chapitres 2 à 7 montrent comment le dissensus entre citoyens peut faire émerger la multiplicité des points de vue et nourrir le pluralisme nécessaire à la vie démocratique. Ces événements/controverses créent des « champs publics » avec la mobilisation des acteurs ainsi que l’émergence d’une rhétorique spécifique et la mise en place d’un répertoire d’actions.

7Le chapitre 8 qui est consacré aux « styles de vie halal » permet de mieux comprendre, par exemple, la pédagogie et la méthode de cet ouvrage. Il montre de quelle manière le terme et la notion du « halal » créent la controverse et structure tout un champ public, qui dépasse largement le cadre usuel dans lequel on le pensait confiné, à savoir le domaine alimentaire. En explorant les points de vue de spécialistes, notamment Mohamed Hocine Benkheira, directeur d’études à l’EPHE et spécialiste du droit musulman et des grands textes juridiques de l’islam classique, et Yousouf Al Qardawi, théologien musulman et président de l’Union mondiale des savants Musulmans, l’auteure entame une réflexion érudite sur la définition du « halal » et de son indigénisation européenne. Croisant ces deux regards alliant une réflexion à la fois éthique et épistémologique sur le halal, Nilüfer Göle confronte ces définitions discursives aux pratiques des musulmans en Europe et met en lumière leur quête de normativité islamique dans la vie quotidienne. Nilüfer Göle explore de quelle manière émerge chez les musulmans ordinaires une « éthique islamique au prisme de leur expérience européenne. Leur demande de halal converge avec le mouvement végétarien, le marché bio » (p. 218), réinterrogeant de cette manière la vision traditionnelle musulmane et s’inscrivant dans une logique de consommateur moderne.

8C’est d’ailleurs la rencontre de ce mode de consommation (musulman) et de la rationalité économique d’une entreprise comme Quick qui est au cœur d’une polémique française autour du halal en 2010. Cette entreprise, qui décide de ne plus servir de porc et d’utiliser des produits halal dans certains de ses restaurants, suscite de vives réactions. Venant de l’extrême droite tout d’abord, à travers Marine Le Pen, qui tout en dénonçant la dérive communautaire, mobilise une rhétorique républicaine qui lui était jusque-là inconnue, suivi en cela par une partie de l’UMP tel que le Premier ministre François Fillon. C’est à cette occasion que le porc devient un personnage public à part entière dans la mesure où il est érigé en symbole de la culture autochtone française, notamment dans les milieux identitaires qui l’utilisent pour tracer une frontière entre musulmans et non-musulmans. Dans le cadre de son espace public expérimental à Toulouse, la sociologue projette un film humoristique intitulé Jambon, réalisé par un collectif de jeunes musulmans pour lutter contre les clichés. Un père de famille, qui retrouve du jambon dans sa poubelle, convoque à la cuisine son fils adolescent, devenu musulman. Le père invective le fils, lui rappelle ses origines, et lui dit qu’il vient d’une famille, « où on aime le porc ». En évoquant les rires, les discussions du groupe de Toulouse autour de cette œuvre, mais aussi la manière dont ce film a suscité une réflexivité des discutants sur la question des conversions à l’islam aujourd’hui et le bouleversement de la vie familiale qu’elle induit, Nilüfer Göle souligne que « les convertis à l’islam rendent évidente la nature endogène de l’islam européen. Dans cette phase de post-immigration, les musulmans participent de manière intime à la fabrique culturelle des sociétés européennes » (p. 232).

9Cette question du halal, qui dépasse largement la question des interdits alimentaires en islam, permet d’explorer aussi les « tensions entre la subjectivité du croyant, le champ culturel et la loi islamique [qui] apparaissent clairement dans la culture de la jeunesse » (p. 236). À Birmingham, dans un quartier populaire, la norme religieuse est réinterrogée à travers l’émergence d’un hip-hop islamique, qui met en exergue le rapport du désir et de la foi. L’auteure, qui considère la musique, l’alimentation et la sexualité comme des « creusets des nouvelles formes de normativité islamique » (p. 238) invite à une réflexion sur la quête de normativité des musulmans ordinaires dans l’expérimentation quotidienne de la vie séculière, qui intègre aussi bien les jeunes musulmans artistes, que les femmes adoptant le voile intégral et/ou les musulmans gays. Pour Nilüfer Göle, « les deux figures extrêmes, la femme en burqa et le croyant homosexuel, cristallisent de la manière la plus paradoxale la tension entre la personnalisation de la foi, la normativité islamique et la culture de la sexualité en Europe» (p. 240).

10C’est en cela un des aspects les plus déroutants de cet ouvrage. À partir de controverses autour du halal, Nilüfer Göle reconstitue un champ public autour de la norme islamique incluant des dynamiques surprenantes et inattendues, cassant la tentation de catégoriser et de cliver de manière normative des sujets d’études comme les femmes en voile intégrale ou les musulmans gays. L’approche de Nilüfer Göle donne à voir et à penser la multiplicité des visages et des voix des musulmans au quotidien, en interaction avec un environnement en mouvement. Les musulmans au quotidien sont celles et ceux qui « définissent leur foi constamment à travers le prisme de leur expérience européenne » (p. 240) et sont animés par « la question de la cohérence, voire de l’incohérence, entre le sacré ancestral, l’expérience personnelle et la modernité mondaine [qui] sous-tend [leurs] pratiques » (p. 241).

11Dans son dernier chapitre « Curseur juif », Nilüfer Göle montre comment les controverses publiques autour de l’islam en Europe percutent la question juive (chapitre 9). En mettant en tandem charia et halakha (p. 248), circoncision musulmane et juive (p. 251) dans l’Europe chrétienne, l’auteure met en perspective l’épineux débat sur « les racines judéo-chrétiennes de l’Europe » (p. 257) en mettant à nu l’idéologie identitaire qui la sous-tend, à savoir celle d’une idée européenne qui sépare le Juif de l’Arabe (p. 258). En explorant la question de l’impossible concitoyenneté des juifs et des musulmans européens aujourd’hui (p. 262), Nilüfer Göle relève que « juifs et musulmans entrent par des trajectoires très distinctes dans une nouvelle phase de leur histoire commune en Europe : ils se retrouvent interrogés dans leur concitoyenneté, un défi pour l’avenir démocratique de l’Europe et sa nouvelle orientation multiculturelle » (p. 268).

12Loin des approches politiques, polémiques, culturalistes sur l’islam en Europe, l’auteure donne des visages et restitue les voix des musulmans au quotidien trop souvent oblitérés par la tournure des débats et des controverses de ces deux dernières décennies. La conclusion de l’auteure consacrée à « l’entrée en scène européenne des musulmans » (pp. 269-289) ouvre pour l’Europe un horizon du possible avec ses musulmans. Il n’en demeure pas moins que la sociologue souligne le caractère vulnérable et expérimental de la vie démocratique à l’endroit où elle met en exergue les deux dynamiques radicales qui interpellent aujourd’hui l’Europe du xxie siècle : la rhétorique anti-islam qui tend à s’européaniser de manière exponentielle, d’une part, et la violence du jihadisme global qui frappe le cœur des villes européennes qui portent en leur sein le monde, d’autre part, que ce soit Paris, Copenhague, Madrid ou Londres. Ces dynamiques détruisent de manière concomitante les perspectives du pluralisme et du possible lien entre citoyens aux multiples appartenances, tout en oblitérant les musulmans du quotidien qui sont au cœur de cet ouvrage.

13Par ailleurs, on voit la fécondité de l’approche en termes d’espace public expérimental développée par Nilüfer Göle pour explorer les nouvelles formes du politique qui émergent dans la vie ordinaire, dans différents contextes, dans différents lieux. De la Tunisie post-Ben Ali – et ses actuelles impasses – aux tabous publics autour du phénomène de la « radicalisation » des jeunes européens, en passant par les défis posés au champ du travail social en France aujourd’hui, on devine les apports d’un tel outil qui permettrait de créer les conditions de rencontre et d’échange entre acteurs qui « ne se parlent pas » habituellement mais aussi de développer la réflexivité publique autour de thématiques communes afin d’opérer les changements concrets dans les modes d’agir, qu’il soit individuel, collectif ou institutionnel.

Haut de page

Notes

1 Nilüfer Göle, « Ingénieurs en Turquie : avant-garde révolutionnaire ou élite moderniste ? » thèse de troisième cycle sous la direction d’Alain Touraine, Paris, EHESS, 1982.

2 Nilüfer Göle, Musulmanes et modernes : voile et civilisation en Turquie, Paris, La Découverte, 1993.

3 Nilüfer Göle, Interpénétrations : l’Islam et l’Europe, Paris, Galaade Éditions, 2005.

4 European Research Council.

5 Augusto Boal (1931-2009), écrivain brésilien, dramaturge et homme politique. Il développera un théâtre engagé et participatif. Voir Augusto Boal, Le Théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wajdi Limam, « Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam (La Découverte, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2940

Haut de page

Auteur

Wajdi Limam

limamwajdi1@gmail.com
Doctorant en sciences politiques à l’EHESS - Écoles des hautes études en sciences sociales, 190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page