Navigation – Plan du site

Jean-Baptiste Comby, La Question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public (Raisons d’Agir, 2015)

Cyprien Tasset
Référence(s) :

Jean-Baptiste Comby (2015), La Question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Raisons d’Agir, 250 p.

Texte intégral

Une sociologie de la dépolitisation du changement climatique

La radicalité climatique

  • 1 Stéphane Foucart, La Fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous me (...)
  • 2 Par exemple la sécurité routière, chez Matthieu Grossetête, Accidents de la route et inégalités soc (...)

1Comment se fait-il que la question du réchauffement climatique, qui est portée à l’attention publique dans les démocraties occidentales depuis de nombreuses années maintenant, n’ait pas abouti à des changements politiques proportionnés à l’extrême gravité que lui prêtent les scientifiques ? Dans La Question climatique, issu d’une thèse en information-communication soutenue en 2008, Jean-Baptiste Comby propose d’y répondre autrement que par l’hypothèse d’une diffusion encore insuffisante des messages sur le climat, ou qu’en insistant sur l’influence du lobbyisme climato-sceptique1. En appliquant au climat une trame éprouvée dans d’autres domaines de la sociologie2, il met plutôt en avant les modalités dépolitisantes de sa médiatisation. Celles-ci sont donc du ressort d’une sociologie des médias, inspirée, comme la collection où paraît ce livre le laissait attendre, de l’œuvre de Pierre Bourdieu.

  • 3 J.-B. Comby mentionne en passant les réflexions sur les « biens communs » ou la « sobriété heureuse (...)
  • 4 On peut penser, par exemple, au projet « écosocialiste » (Michaël Löwy, Écosocialisme. L’alternativ (...)

2Jean-Baptiste Comby commence par souligner le potentiel de critique radicale contenu dans la question climatique. En effet, depuis plusieurs décennies, des courants écologiques radicaux3 « impute[nt la dégradation du climat] à cette organisation collective spécifique qui repose sur des structures de production et de consommation façonnées selon les logiques industrielles et financières du capitalisme » (pp. 10-11). À mesure que la science et les médias confirment et popularisent la dangerosité des altérations humaines du climat, les mesures révolutionnaires préconisées par ces courants pourraient être prises au sérieux, voire mises en œuvre4. Ainsi, la question climatique contient un risque sérieux du point de vue de ceux que J.-B. Comby appelle, d’une façon plus passionnée que précise, les « tenants de l’ordre établi » (p. 7).

3Puisque l’on constate que ce potentiel subversif ne s’est pas réalisé, il faut comprendre comment la question climatique a pu être rendue longtemps anodine pour un ordre économique et social qui a plutôt tendance à en précipiter l’aggravation. La « digestion de la question écologique par le capitalisme » (p. 13) est donc indissociablement un problème sociologique – puisqu’elle n’allait pas de soi et suppose le refoulement d’une conflictualité sous-jacente, ce qui mérite explication – et un scandale politique, ce qui donne au livre son mordant critique. Pour résoudre ce problème et distribuer les responsabilités de ce scandale, J.-B. Comby a rassemblé des matériaux empiriques autour de la médiatisation des questions climatiques.

L’autolimitation des médiatisateurs du climat

  • 5 Comme l’illustre un cas, présenté page 61 sous une forme anonymisée mais transparente : la démissio (...)

4Le premier chapitre du livre repose sur l’analyse des centaines de reportages consacrés au changement climatique dans les journaux télévisés de TF1 et France 2 entre 1997 et 2006 (une postface couvre la période 2007-2011). Il en ressort que les enjeux climatiques ont bien été abondamment portés à l’écran, mais dans le cadre d’une « doxa sensibilisatrice » qui les présente « comme déconflictualisés et relevant moins des décideurs que de tout un chacun » (p. 30). Lorsque les causes du réchauffement climatique ne sont pas laissées dans l’ombre au profit de ses conséquences, traitées d’ailleurs sur un mode anecdotique, elles sont attribuées aux « activités humaines », « catégorie universalisante » qui revient à « dissoudre les responsabilités » (p. 37). D’après les entretiens menés par l’auteur avec des journalistes spécialisés sur l’environnement, ce cadrage dépolitisant n’est pas imposé du dehors par « les groupes de pression industriels et financiers » (p. 18) ; il est intériorisé dans la définition du professionnalisme journalistique qui domine au sein des grandes rédactions, où les préoccupations environnementales seraient perçues avec condescendance. Le nombre de journalistes spécialisés en environnement tend à s’accroître au long de la période étudiée, mais ils ne peuvent promouvoir leur rubrique qu’en se démarquant de ce que leurs collègues disqualifieraient comme un « élan militant » (p. 54)5.

5Le deuxième chapitre porte, par entretiens et prosopographie, sur les scientifiques et experts qui interviennent dans les médias à propos du problème climatique. Jean-Baptiste Comby veut montrer qu’ils se conforment, même si ce n’est pas « de façon intentionnelle », à l’« individualisation » de celui-ci (p. 69). Si on laisse de côté les considérations sur le conformisme politique supposé inhérent à la position d’experts cooptés au sein des « structures établies » (p. 79), l’apport de ce chapitre se trouve surtout dans sa relativisation de l’importance médiatique du « climato-scepticisme ». En effet, peu présents au sein du corpus de journaux télévisés, leurs prises de paroles auraient été « cantonnées à des espaces médiatiques qui sont surtout consommés par les franges “cultivées” des audiences » (p. 90). Cependant, la disqualification des climato-sceptiques au sein des grands médias ne fait pas exception, d’après J.-B. Comby, à la logique dépolitisante : « en dénonçant des attitudes effectivement bien plus conservatrices que les leurs, les entrepreneurs conformistes du problème climatique dessinent un paysage propice aux lectures manichéennes les situant du bon côté, celui de la lutte pour l’avenir de la planète » (p. 95). Cela leur permet de se parer de « valeurs progressistes » (p. 95) qui occultent (et en cela renforcent) leur contribution au maintien de l’ordre établi.

6Jean-Baptiste Comby avait relevé en commençant l’emprise de la communication institutionnelle sur les cadrages journalistiques de l’altération du climat. Au troisième chapitre, il se tourne donc logiquement vers les politiques publiques. Faute d’une véritable politique de lutte contre le changement climatique (p. 103), l’État mène essentiellement « [u]ne action publique de communication » (p. 129), dans la continuité des campagnes du type « chasse au gaspi » menées depuis le choc pétrolier du début des années 1970. Leur enjeu était déjà alors « de faire prendre conscience aux Français de leur responsabilité dans la surconsommation d’énergie » de façon à ce qu’ils atténuent le problème en « disciplin[ant] leurs pratiques quotidiennes » (p. 130) ; le même cadrage a été appliqué au changement climatique. Le choix de l’« incrimination des individus » (p. 113) s’appuie sur des expertises dont J.-B. Comby dénonce « l’a-sociologisme » (p. 115). Par exemple, le ministère de l’Environnement affirmait en 2004 : « Les Français [c’est-à-dire les ménages] sont responsables de 50 % des émissions de GES [gaz à effet de serre] » (p. 111). Mais ce chiffre noie d’importantes disparités sociales de niveau de consommation et donc d’émissions. De plus, en tablant sur la liberté de chacun de se convertir à « la vertu écologique » (p. 135), il implique la « croyance selon laquelle tous les individus sont […] également maîtres de leurs agissements ordinaires » (p. 115), ce qui n’est ni équitable ni réaliste.

  • 6 Voir par exemple Agnès Sinaï, Hugo Carton, Raphaël Stevens & Pablo Servigne, Petit traité de résili (...)

7Le quatrième chapitre promet de mettre en lumière, aux « marges du dicible climatique » (p. 139), « [c]e et ceux que la doxa sensibilisatrice marginalise » ; en réalité, il reprend, non sans répétitions, la dénonciation de l’hégémonie « écocitoyenne ». Celle-ci conduirait à refouler, parce que trop « alarmiste[s] » (p. 165), les « enjeux de l’adaptation » à un bouleversement environnemental que la science présente pourtant, du fait de « l’inertie de la machine climatique », comme « inévitable » (p. 140). On passe ensuite sans cohérence évidente à un tableau de l’écologie française comme dominée par un courant consensuel, médiatiquement bien accueilli. Des courants plus radicaux existent, mais ils ont selon l’auteur renoncé à la lutte pour le cœur du débat public, au profit de la création de leurs propres médias aussi confidentiels qu’alternatifs, ou de l’exit vers des expériences de « résilience » locale6.

Le paradoxe de l’écocitoyenneté

  • 7 Voir, par exemple, Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découvert (...)
  • 8 Pour une critique, voir Collectif Cette France-là, Xénophobie d’en haut. Le choix d’une droite éhon (...)
  • 9 Le « pharisaïsme » est une expression tirée de la Bible, qui désigne une piété ostentatoire et peu (...)

8Le cinquième chapitre traite du « paradoxe social selon lequel les prescriptions de l’écocitoyenneté bénéficient symboliquement à ceux [qui] sont, en pratique, les moins respectueux de l’atmosphère et des écosystèmes » (p. 16). En effet, les données existantes sur la répartition sociale des émissions de gaz à effet de serre montrent que « plus les ressources matérielles augmentent, plus la propension à détériorer la planète s’accroît » (p. 185). Le capital culturel, qui incline à « se montrer bienveillant à l’égard de l’écologie » et permet d’en tirer des profits symboliques, allant le plus souvent de pair avec le capital économique, il est « sans véritable effet » positif en termes de limitation des émissions (p. 186). Jean-Baptiste Comby a le mérite de poser ce paradoxe sans recourir, comme d’autres sociologues s’y autorisent parfois7, à la catégorie idéologiquement surchargée de « bobos8 ». Cependant, la démonstration qu’il mène en articulant les données existantes sur la répartition sociale des émissions de CO2 (voir tableau p. 178) avec des entretiens collectifs menés dans divers milieux sociaux sur la perception du problème climatique aboutit à mettre en scène un pharisaïsme vert des classes cultivées9, qui n’échappe pas à la surdétermination morale. L’auteur insiste en effet sur le contraste entre, d’une part, les catégories supérieures qui mettraient en avant leur souci du problème et leur autodiscipline et, d’autre part, des catégories populaires qui penseraient leur rapport aux dépenses d’énergie et à la consommation sur le mode de la nécessité. Tandis que les premiers comptent sur l’influence de leur exemplarité, les seconds (qui sont en réalité, selon les données disponibles, les moins polluants) se montrent favorables à des mesures contraignantes, que l’auteur semble trouver plus réalistes.

  • 10 Comme Paul Ariès, La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, Paris, La Découverte, 20 (...)

9Sur un plan politique, cette analyse présente l’avantage de suggérer une articulation entre critique sociale classique et critique écologique10. Mais elle revient à camper sur des postures morales stylisées des macro-entités que la sociologie cherche d’habitude à affiner. Autre limite : l’auteur, qui dénonce le rabattement des enjeux climatiques sur la figure du consommateur, laisse de côté les fonctions professionnelles. Or, le rapport pratique aux énergies fossiles varie fortement selon le secteur d’activité, et sans doute parfois en sens contraire des niveaux de consommation domestique.

Quelles entités collectives pour les sciences sociales de l’anthropocène ?

  • 11 On retiendra notamment les ébauches de quantification proposées au début du chapitre 5. Elles signa (...)

10L’auteur ne cache pas, en conclusion, le caractère partiel de sa réponse à la question qu’il se pose. L’explication principale sur laquelle repose cette sociologie de la domestication de la critique écologique est que le changement climatique a été médiatisé sur un mode individualisant et dépolitisant, qui le rabat de « la sphère publique des choix collectifs » et des mises en cause de « l’ordre social » « vers la sphère privée des comportements routiniers » et des « modes de vie individuels », c’est-à-dire vers « le registre moral de l’insouciance individuelle » (p. 14). Autrement dit, le nœud du problème réside dans l’imputation tronquée des responsabilités du problème climatique. La sociologie a pris dans cette réponse un triple rôle. Comme sociologie de la construction des problèmes publics, elle a analysé la mise en place d’un certain cadrage du climat comme problème public. Comme sociologie des styles de vie, elle a opposé au cadrage dominant du problème public une distribution alternative des responsabilités entre les groupes sociaux11. Enfin, comme sociologie de la distinction, elle a voulu montrer comment la question climatique est prise dans les rapports de force symboliques entre les catégories sociales.

  • 12 Voir l’ouverture de « Le mort saisit le vif. Les relations entre l’histoire réifiée et l’histoire i (...)

11Ici, on pourra trouver que J.-B. Comby fait jouer à l’appartenance aux Cadres et Professions intellectuelles supérieures un rôle trop systématique dans l’explication de l’adhésion d’acteurs très divers aux formes consensuelles – elles-mêmes peut-être exagérément unifiées – du souci de l’environnement. Malgré ses protestations contre un « fonctionnalisme qui prêterait trop d’intentionnalité [maligne] aux entrepreneurs de la morale écologique » (p. 168), le livre tombe parfois sous le coup des avertissements de Pierre Bourdieu contre le « fonctionnalisme du pire » qui consiste à réduire des « champs » toujours contrastés et conflictuels en « appareils » soigneusement agencés pour produire la domination observée12.

  • 13 Angeletti Thomas & Berlan Aurélien, « Les êtres collectifs en question », Tracés, 17 novembre 2015, (...)

12Cela n’empêche pas La Question climatique d’opposer de façon convaincante les disparités sociales de pouvoir d’action aux approches qui volatilisent les appuis d’une écologie politique entre l’universalisation et l’individualisation des responsabilités. Il est important que d’autres recherches viennent rejoindre ce livre, pour produire, en construisant peut-être différemment les entités collectives13 sur lesquelles elles reposent, des « versions du récit climatique plus sociologiques que celles qui prédominent depuis une quinzaine d’années » (p. 185).

Haut de page

Notes

1 Stéphane Foucart, La Fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger, Paris, Gallimard, 2014.

2 Par exemple la sécurité routière, chez Matthieu Grossetête, Accidents de la route et inégalités sociales : les morts, les médias et l’État, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2012.

3 J.-B. Comby mentionne en passant les réflexions sur les « biens communs » ou la « sobriété heureuse », ainsi que l’œuvre d’André Gorz ou, dans les années 1970, la revue La Gueule ouverte.

4 On peut penser, par exemple, au projet « écosocialiste » (Michaël Löwy, Écosocialisme. L’alternative radicale à la catastrophe écologique capitaliste, Paris, Mille et une nuits, 2011).

5 Comme l’illustre un cas, présenté page 61 sous une forme anonymisée mais transparente : la démission d’Hervé Kempf du Monde en 2013, suite à un désaccord à propos de la couverture de Notre-Dame-des-Landes.

6 Voir par exemple Agnès Sinaï, Hugo Carton, Raphaël Stevens & Pablo Servigne, Petit traité de résilience locale, Paris, Charles Léopold Mayer, 2015. On pourrait aussi s’interroger sur les intersections entre l’inquiétude climatique et l’imaginaire complotiste, qui a lui aussi tendance à se détourner du débat public.

7 Voir, par exemple, Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2004, p. 84.

8 Pour une critique, voir Collectif Cette France-là, Xénophobie d’en haut. Le choix d’une droite éhontée, Paris, La Découverte, 2012, Chapitre 6.

9 Le « pharisaïsme » est une expression tirée de la Bible, qui désigne une piété ostentatoire et peu authentique.

10 Comme Paul Ariès, La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, Paris, La Découverte, 2010.

11 On retiendra notamment les ébauches de quantification proposées au début du chapitre 5. Elles signalent un chantier statistique d’autant plus important à développer que les frayages établis par les chercheurs ont des chances de formater les mesures étatiques qui seraient prises dans la précipitation de crises à venir.

12 Voir l’ouverture de « Le mort saisit le vif. Les relations entre l’histoire réifiée et l’histoire incorporée », Actes de la recherche en sciences sociales, 1980, vol. 32, no 1, pp. 3-14.

13 Angeletti Thomas & Berlan Aurélien, « Les êtres collectifs en question », Tracés, 17 novembre 2015, n° 29, nᵒ 3, p. 7-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyprien Tasset, « Jean-Baptiste Comby, La Question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public (Raisons d’Agir, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2934

Haut de page

Auteur

Cyprien Tasset

cyprien.tasset@gmail.com
Docteur en sociologie, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS), EHESS, 190 avenue de France, 75244 Paris cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page